Bangladesh: accord pour l’inspection des usines textile

On parle du Bangladesh qui pensait s’en sortir grâce à ce commerce (et en fait, Bang! La dèche!), mais ce ne sont malheureusement pas les ouvriers qui s’en sortent réellement… Cette mise en avant du pays dans lequel les produits sont fabriqués à très bas prix pour nous être vendus avec un certains bénéfice vient des récentes usines de productions qui se sont incendiées entrainant des pertes humaines, mais il ne faut pas oublier que le Bangladesh n’est qu’un pays parmi d’autres à produire pour l’occident, ceux-là même qui ont tendance à être oubliés comme vous l’explique le reportage rajouté en fin d’article.

L’armée nettoie les débris après l’effondrement d’un bâtiment à Savar, près de Dacca, le 13 mai 2013 ( AFP/Archives / Munir Uz Zaman)

Soixante-dix grandes chaînes de distribution, essentiellement européennes, se sont engagées lundi auprès des syndicats bangladais à inspecter toutes les usines de textile du pays et à effectuer les travaux de sécurisation indispensables.

Le français Carrefour, le britannique Tesco, l’espagnol Inditex (Zara), l’italien Benetton et le suédois H&M sont au nombre des signataires de cet accord « incendie et sécurité » juridiquement contraignant.

Ils ont constitué au mois de mai avec les syndicats bangladais un comité d’action destiné à éviter une répétition de l’effondrement le 24 avril d’un immeuble de neuf étages dû au non-respect des normes de construction.

La catastrophe du Rana Plaza, dans la banlieue de Dacca, avait fait 1.129 morts. En dépit des fissures constatées sur l’immeuble, les ouvriers travaillant pour de grandes marques occidentales avaient été priés de revenir à leur poste le lendemain.

Les distributeurs signataires devront d’abord faire connaître l’identité de leurs fournisseurs au Bangladesh. Ils ont jusqu’au 15 juillet pour le faire. Ces listes seront rendues publiques.

Dans un deuxième temps, une équipe d’inspecteurs devra « identifier les dangers importants et les besoins en réparations d’urgence » dans les usines.

Un employé d’une usine textile après un incendie mortel survenu le 9 mai 2013 à Dacca ( AFP/Archives / Munir Uz Zaman)

« Les premières inspections dans chaque usine seront achevées au plus tard dans neuf mois, et des programmes de rénovation et de réparations seront mis en place en cas de besoin », a précisé le comité de pilotage du projet dans un communiqué.

Une administration chargée de superviser l’application des accords sera installée aux Pays-Bas.

La mise en oeuvre de ces engagements inédits pour l’industrie textile au Bangladesh pourrait s’avérer délicate, une enquête ayant révélé la semaine dernière que 90% des usines visitées par des experts en génie civil présentaient des défauts de structure.

Source et suite de l’article sur Boursorama

Ce que je redoute, c’est que les usines seront inspectées et mises aux normes, mais les sous-traitants qui ont tendance à être « oubliés », vont-ils connaître des évolutions également? Ce reportage comme il devrait y en avoir plus à la télévision, explique sans concession ce que vous achetez réellement: la sueur de certains enfants, la misère du monde, des entreprises parfois d’une saleté inimaginable, des pratiques parfois scandaleuses, etc…

http://www.youtube.com/watch?v=emcwWVJcQXM

Un commentaire