Photo de Coluche. Que dit le photographe ? Que dit le droit ?

L’affaire de « la photo de Coluche » a scandalisé le plus grand nombre, le photographe Gaston Bergeret à quand a lui récolté nombre de foudres, de critiques, si ce n’est d’insultes, mais le droit de réponse devait lui être donné, et son point de vue justifie sa décision, même si elle peut paraitre critiquable…

Assignés en justice par le photographe Gaston Bergeret, les Restos du cœur ont décidé de retirer la célèbre photo de Coluche.

Assignés en justice par le photographe Gaston Bergeret, les Restos du cœur ont décidé de retirer la célèbre photo de Coluche. Photo : Archives Reuters.

L’auteur de la célèbre photographie de Coluche, utilisée sur les différents supports de communication des Restaurants du cœur, a assigné l’association en justice. Décryptage.

Vingt-sept ans après avoir réalisé, « en dix secondes », une photo de Coluche devenue mythique, le photographe Gaston Bergeret s’en remet à la justice pour être indemnisé. Une décision qui interroge en même temps qu’elle suscite un flot de réactions indignées.

Que dit le photographe ?

Dans un communiqué adressé à Libération, Gaston Bergeret estime que sa photo, utilisée « intensivement depuis 27 ans » par les Restos du cœur, « est totalement défigurée et de la manière la plus hideuse ».

Il cite notamment le dernier spectacle des Enfoirés, diffusé en mars sur TF1, et dans lequel l’image de Coluche apparaissait flanquée d’une moustache « sans aucun lien avec l’activité des Restos du cœur, mais pour l’intégrer dans une collection de tee-shirts édités par une société commerciale », selon le photographe.

Gaston Bergeret, qui n’a pas engagé une action pénale mais civile, en veut surtout « aux exploitants qui tirent un large profit » de son « geste désintéressé », citant TF1, RTL, Universal music France, Sony music entertainment France et Eleven.

Il souhaite faire cesser « les exploitations que je n’ai pas acceptées et qui comportent des dérives évidentes (dénaturation et absence de crédit de mon œuvre essentiellement, système de plus en plus marchand) ».

Gaston Bergeret précise qu’il continue à autoriser « gratuitement » les Restos du cœur à utiliser sa photo, sur les lieux de distribution de repas, à condition que son nom soit mentionné.

Que dit le droit ?

Le droit d’auteur, « c’est le droit donné à tout créateur d’autoriser, ou non, un tiers à utiliser son œuvre », nous expliquait il y a quelques mois Valérie Barthez, directrice juridique de la Société des gens de Lettres. « En cas d’utilisation, ce droit s’accompagne le plus souvent d’une rémunération. »

Suite et vidéo sur Ouest-France

4 commentaires