Comment jeter les banquiers voyous en prison, en dix leçons

Faire condamner les responsables de la crise financière : telle est l’ambition de l’Islande depuis quatre ans. Nomination d’un procureur spécial, investigations sur les crimes économiques, levée du secret bancaire… Si tout n’est pas rose sur l’île, une chose est sûre : face à la pire crise bancaire de l’histoire, l’Islande fait passer les intérêts des citoyens avant ceux des banquiers. Et a décidé de mettre fin à l’impunité des délinquants de la finance. Mode d’emploi d’une sortie de crise pas comme les autres.

Imaginez en France 20 000 agents de l’Etat chargés d’enquêter sur les crimes économiques, cherchant des preuves, interrogeant des témoins, fouillant dans les moindres recoins des archives des banques, plaçant en détention provisoire PDG, dirigeants ou traders. Plus de secret bancaire, accès illimité à toutes les informations. Un seul objectif : faire condamner les responsables de la crise financière. Science-fiction ? C’est pourtant la voie choisie depuis quatre ans par l’Islande, avec des moyens à la mesure de ce petit pays de 320 000 habitants.

Octobre 2008. L’onde de choc de la crise des subprimes qui secoue les États-Unis arrive en Islande. Le tsunami financier submerge l’île. En 48 heures, les trois principales banques du pays (Glitnir, Kaupthing et Landsbanki) se déclarent en faillite. Elles détiennent des actifs d’un montant dix fois supérieur au PIB islandais ! Et sont incapables de faire face. En cause, un secteur bancaire hypertrophié, fragilisé par le développement de crédits à bon marché, le gonflement de la sphère financière, la fusion des banques d’investissement et des banques commerciales, des pratiques de gestion plus que douteuses… « Que Dieu sauve l’Islande. » Telle est la conclusion du discours télévisé du Premier ministre, alors que s’effondre le secteur bancaire. C’est la débâcle.

Quatre ans et une Assemblée Constituante plus tard, l’Islande a retrouvé quelques couleurs. Fin 2012, le taux de chômage – qui dépasse les 8 % en 2009 et 2010 – est redescendu à 4,4 %. Inlassablement, les autorités traquent les responsables de la crise. Et prouvent qu’un pays peut survivre à un crash mondial, sans endetter ses citoyens sur plusieurs générations. Ni transformer des dettes privées en dette publique, comme l’ont fait une grande partie des pays européens, dont la France. Comment l’Islande a-t-elle réussi à se remettre aussi vite, alors que plus au Sud, Espagne, Grèce et Portugal s’enfoncent dans l’austérité ? Petit mode d’emploi.

1 – Enquêter sur les crimes financiers

Première étape : établir les responsabilités. C’est le rôle d’Olafur Hauksson. En 2008, il était commissaire de police dans une petite ville côtière, à 50 kilomètres de Reykjavik, la capitale.

Lorsque la gauche arrive au pouvoir début 2009, la nouvelle Premier ministre, Johanna Sigurdardottir, le nomme Procureur spécial. Sa mission ? Traduire en justice les responsables de l’effondrement économique du pays. Pour cela, il assure deux fonctions : enquêteur et procureur. « Je décide des investigations à lancer sur les délits commis, mais aussi des poursuites en justice, explique Olafur Hauksson. Nous enquêtons et poursuivons en même temps. Nous travaillons des deux côtés de l’Atlantique, et à l’échelle européenne. » Comme par exemple au Luxembourg, où en avril dernier une trentaine d’agents ont perquisitionné les locaux de la banque Landsbanki, pour y confisquer des données utiles aux investigations du Procureur spécial.

2 – Donner à la justice des moyens conséquents

Ces deux missions sont parfois difficiles à mener de front, mais garantissent une très bonne connaissance des dossiers, face à l’armée d’avocats engagés par les banquiers. « Nous devons nous battre à chaque étape. Nous avançons doucement mais sûrement ». Depuis quatre ans, l’équipe s’est étoffée. En février 2009, son service compte cinq personnes. Aujourd’hui, il est à la tête d’une équipe de 110 agents. Des moyens conséquents. Avant la crise, le service d’investigation sur les crimes économiques employait seulement 15 personnes.

3 – Lever le secret bancaire

Autre élément essentiel : la modification de la loi sur le secret bancaire. « Si on devait approcher les banques avec des mandats du juge pour obtenir des informations, la procédure serait très longue », détaille le procureur. Pour accélérer le processus, le Parlement a décidé de lever le secret bancaire. « Les banques sont tenues de nous fournir tous les documents dont nous avons besoin. Ce qui a grandement simplifié notre travail. » Des experts internationaux ont également été sollicités, comme Eva Joly, pour venir renforcer le travail du procureur et de son équipe.

4 – Punir les délinquants en col blanc

Une fois les enquêtes menées, reste à faire aboutir les procédures judiciaires. Mises en examen et procès ont commencé. Au total, une centaine de personnes devraient être inculpées d’ici fin 2014, assure Olafur Hauksson. En majorité d’anciens responsables du secteur financier. Et pas question de renouer avec l’impunité. Les têtes tombent les unes après les autres. Et les condamnations pleuvent. Anciens PDG et ex-dirigeants écopent de peines de prison. Et pas des peines symboliques : de plusieurs mois à plusieurs années de prison ferme pour la plupart d’entre eux.

Tels ces deux anciens dirigeants de la banque Byr, condamnés à quatre ans et demi de prison en 2012. Alors que leur banque était sur le point de faire faillite, ils ont octroyé un prêt de 6 millions de dollars à une holding. Celle-ci a utilisé l’argent pour leur racheter les actions de la banque qu’ils détenaient personnellement… Le hold-up était presque parfait. Ou tel le PDG de la banque Landsbanki, Sigurjon Arnason : il passe une partie de l’année 2012 en cellule de confinement pendant que la justice enquête sur ses possibles délits. Imaginez Daniel Bouton, ex-PDG de la Société Générale, placé en détention provisoire pendant l’enquête sur l’affaire Kerviel ! Impossible ? Pas en Islande. D’autres dirigeants sont inculpés pour manipulation du cours des actions, fraude, évasion fiscale ou délit d’initié [1]. Il faut dire que les dirigeants des grandes banques locales ne s’embarrassent ni avec l’éthique, ni avec la loi [2].

5 – Faire le ménage dans l’oligarchie administrative et politique

Le Procureur spécial fait également le ménage dans l’administration. Baldur Gudlaugsson, directeur de cabinet du ministre des Finances en 2008, est condamné à deux ans de prison ferme pour délit d’initié [3]. « Nous avons fait du bon travail, estime Olafur Hauksson. Mais cela demande beaucoup de temps. Une grande partie de notre travail d’investigation sera terminé d’ici fin 2014. Tous les responsables de la crise bancaire seront poursuivis à cette date. Si, bien sûr, les preuves le permettent. » En comparaison, aux États-Unis, aucun dirigeant de banque n’a été poursuivi suite à la crise des subprimes. L’organisme de contrôle des marchés financiers – la SEC (Securities and Exchange Commission) – a annoncé avoir sanctionné 39 hauts fonctionnaires pour leurs décisions lors de l’effondrement du marché immobilier.

La « purge » du secteur bancaire islandais permettra-t-elle de prévenir de nouveaux abus ? « Le système n’a pas changé, tempère Árni Daníel Júlíusson, chercheur indépendant et membre d’Attac Islande. Mais certaines personnes en ont été exclues, les responsables bancaires ont complément changé. Et l’Islande n’est pas autant ouverte qu’avant au système financier international ».

6 – Assurer une totale transparence

Pour faire toute la lumière sur cette crise, le Parlement islandais, a également mis sur pied une Commission spéciale d’enquête. Son travail : établir une chronologie de la crise, analyser avec minutie le processus d’effondrement bancaire, examiner les responsabilités de chacun des acteurs économiques. Expliquer comment la taille des trois principales banques a été multipliée par 20 en sept ans ! Ou pourquoi les propriétaires de ces banques en étaient également les principaux emprunteurs…

Le résultat de cette commission [4] est impressionnant : huit livres, soit plus de 2500 pages, relatant dans le détail la crise de 2008. « Tous les citoyens ont accès à ce texte, qui est disponible dans les librairies depuis 2010, explique Árni Daníel Júlíusson. Il donne clairement le nom de tous les responsables de cette crise, et montre comment les responsables politiques n’ont rien fait, alors qu’ils savaient qu’un effondrement était en cours. » Le texte va jusqu’à révéler les courriels échangés entre responsables bancaires, mettant en évidence qui avait accès à quelle information, qui a pris les décisions et sur quelles bases.

7 – Ne surtout pas écouter le FMI

Si ces mesures ont été mises en place, c’est que le peuple islandais ne s’est pas laissé faire. Et n’a pas cédé aux injonctions du FMI et de l’Union européenne. Alors qu’elles se déclarent en faillite, les trois grandes banques islandaises sont nationalisées, dont une filiale qui va faire parler d’elle : Icesave (filiale de Landsbanki). Le drame islandais prend alors une tournure internationale. Car Icesave est un service bancaire sur internet créé en 2006 pour attirer les investisseurs européens, grâce à un taux d’intérêt très attractif (jusqu’à 7%). Pari réussi : ceux-ci affluent depuis le Royaume-Uni et les Pays-Bas. Parmi les clients, l’Université de Cambridge, la police de Londres, ou la commission qui gère les finances des collectivités locales britanniques. Les agences Icesave à l’étranger ne sont pas des filiales : en cas de faillite, c’est bien l’Islande qui est garante en dernier recours de ces dépôts. Et personne ne se pose la question de savoir comment ce pays de 320 000 habitants pourra faire face en cas de problème. Résultat : en 2008, les banques islandaises font défaut sur 85 milliards de dollars ! Six fois le PIB du pays ! Les dépôts d’Icesave se sont évaporés comme neige au soleil.

Pour éviter contagion et panique, le Royaume-Uni et les Pays-Bas décident rapidement de rembourser les pertes subies par leurs ressortissants dans le naufrage d’Icesave. Le FMI, appelé en renfort, demande à l’Islande de dédommager les deux États. Le peuple islandais refuse. Pas question que les contribuables remboursent la dette Icesave, de 4 milliards d’euros. C’est le début de la « Révolution des casseroles », révolte citoyenne au son des ustensiles de cuisine. Les Islandais refusent par référendum, à deux reprises, en 2010 et 2011, un accord de remboursement [5] et la proposition d’étaler les versements : l’équivalent d’environ 100 euros par mois par habitant, jusqu’en 2046… En septembre 2011, Landsbanki annonce finalement qu’elle remboursera elle-même les gouvernements britannique et néerlandais (à hauteur de 8 milliards d’euros) grâce à la vente de ses actifs, réévalués après le crash financier.

8 – N’accorder aucune confiance à la Commission européenne

L’affaire ne s’arrête pas là : la Commission européenne poursuit l’Islande [6]. Motif : violation de la directive européenne qui stipule qu’un minimum de 20 000 euros doit être assuré aux déposants d’une banque en faillite [7]. L’obligation de créer un fonds de garantie n’implique pas de garantir les dépôts avec de l’argent public, argumente l’Islande. Le 28 janvier dernier, la justice européenne a tranché : l’Islande avait le droit de refuser le remboursement. La liquidation de Landsbanki, dont les actifs ont permis de rembourser la dette Icesave, a donc suivi une procédure « normale ». C’est pourtant le contraire qui a été fait dans le reste de l’Europe, lorsque les gouvernements ont apporté des garanties sur fonds publics, pour sauver les banques – et les grands actionnaires – au détriment de l’ensemble des contribuables. Cette décision de justice ouvrira-t-elle la voie pour d’autres pratiques ?

9 – Placer les intérêts des citoyens avant ceux des banquiers

A chaque étape de la crise financière, l’Islande a placé les besoins de sa population avant ceux des marchés ou des banques – souvent sous la pression de la rue. Si des mesures d’économie budgétaire ont été votées, on est loin des destructeurs plans d’austérité appliqués dans d’autres pays européens. Les hausses d’impôts ont visé principalement les plus hauts revenus. Et la dévaluation de la couronne a dopé l’économie. Depuis 2008, les banques islandaises ont allégé la dette de plus d’un quart de la population – l’équivalent de 13% du PIB [8]. Un accord entre le gouvernement et les banques les a obligé à effacer une partie des dettes immobilières des particuliers, lorsque celles-ci étaient supérieures à 110% de la valeur du bien. En 2010, la Cour suprême a également déclaré illégaux les prêts indexés sur une devise étrangère : les emprunteurs n’ont plus à faire les frais de la dévaluation de la monnaie islandaise.

10 – Refonder la démocratie, un travail à long terme

Tout irait donc pour le mieux en Islande ? Les partis conservateurs et libéraux – ceux-là même qui ont préparé le terrain à la crise de 2008 – ont pourtant remporté les élections législatives le 27 avril. Sans doute des années de rigueur budgétaire et l’endettement persistant des propriétaires immobiliers ont-ils eu raison de la coalition de gauche, qui avait pris les rênes du pays en 2009. Si Geir Haarde, Premier ministre en 2008, a dû répondre de ses actes, d’autres responsables politiques n’ont pas été inquiétés. Et le pays est toujours marqué par un puissant réseau de clientélisme, qui pèse sur la société islandaise.

Symbole de cette oligarchie politique et économique : David Oddson, premier ministre pendant 20 ans, gouverneur de la Banque centrale en 2008, est aujourd’hui directeur d’un des grands journaux du pays, d’où il assure la couverture médiatique de la crise économique. Un peu comme si on avait nommé Richard Nixon à la tête du Washington Post pendant le Watergate, compare Le monde diplomatique. L’Islande a-t-elle tiré des leçons de la crise ? « Au moins, les responsables économiques et les banquiers sont désormais conscients que les infractions peuvent être condamnées », souligne Árni Daníel Júlíusson, d’Attac. Et une partie des responsables de la crise financière dorment en prison. Une voie que d’autres pays n’ont pas encore eu le courage de suivre. Sans même parler de ceux qui ont capitulé avant même de livrer bataille.

Agnès Rousseaux

@AgnesRousseaux sur twitter

Illustrations : CC Occupydesign

Notes

[1] Les dirigeants de Landsbanki ont été inculpés pour manipulation du cours des actions, avant l’effondrement du système bancaire. Un dossier de 30 pages recensant les charges retenues contre eux établit notamment comment la banque a acheté pour près d’un demi-milliard de dollars de ces propres actions, pour soutenir le cours de celle-ci, avant l’effondrement. Cette accusation concerne également les dirigeants de la banque Kaupthing.

[2] Pour la banque Glitnir, les condamnations de dirigeants se succèdent depuis quelques mois. Décembre 2012 : Larus Welding, ancien PDG, et Gudmundur Hjaltason, ancien directeur, sont condamnés à 9 mois de prison pour fraude. Ils ont approuvé un prêt à une entreprise qui détenait des actions de Glitnir, afin que l’entreprise puisse à son tour rembourser une dette à Morgan Stanley. Ce prêt a entrainé une perte de 53 millions d’euros pour la banque. Février 2013 : Bjarni Armannsson, ancien PDG de la banque est accusé d’évasion fiscale. Mars 2013 : Fridfinnur Ragnar Sigurdsson, ancien dirigeant, est condamné à un an de prison pour délit d’initié, pour avoir vendu en 2008 des actions de la banque à cinq reprises. Du côté de la banque Kaupthing, même traitement : Sigurdur Einarsson, ancien président, a été condamné à rembourser 3,2 millions d’euros.

[3] Membre d’un comité gouvernemental de surveillance sur la stabilité financière, il avait vendu ses actions de la banque Landsbanki deux semaines avant la faillite de celle-ci…

[4] Composée d’un juge de la cour suprême, du médiateur parlementaire et d’une professeure de l’Université de Yale (Etats-Unis), épaulés par des historiens et des économistes.

[5] L’accord soumis au vote en 2010 porte sur une remboursement de 3,7 milliards d’euros, versés au Royaume-Uni et aux Pays-Bas de 2016 à 2023. 93 % des Islandais (contre 2%) le refusent lors du référendum de 2010.

[6] Devant le tribunal de l’Association européenne de libre-échange (AELE)

[7] Suite à la crise de 2008, ce montant garanti a été relevé en 2009 de 20 000 à 100 000 euros par déposant.

[8] Selon un rapport de Icelandic Financial Services Association. Le montant des créances effacées serait d’environ 1,6 milliards de dollars, d’après les décisions de justice enregistrées.

Source: Bastamag

26 commentaires

  • Bidule

    Condition préalable : s’acheter une bonne paire de couilles!

    • rouletabille rouletabille

      salut Bidule.
      Avec Hollande c’est foutus alors,par contre DSK….
      ok je sort.

    • criminalita

      Ouai on dit, les bons comptes font les bons amis.
      C’est tous des loups ces banquiers de mé2.
      Ils gardent tjs le silence, j’aime pas ce comportement de voleur.
      Mes copains de classe, mais pas mes amis, sont banquiers. Ils se croient tout permi et encore + quand ils sont franc mac..on.
      J’espère qu’on leur torde le coup un jour… Ils se paient des vacances de luxe et des baraques de riches tout en assurant de hautes études à leurs gamins prétentieux.

      • rouletabille rouletabille

        C’est l’argent qui rend les Banquiers malsains..
        Le fric ne sert pas à nous faciliter la vie à la place du troc,c’est juste nous pourrir la vie,toute les guerres sont FINANCÉES par les Banquiers,prioritairement les Rotmachins .
        L’argent amplifie les défauts comme les qualités de ceux qui s’en servent ,à mon avis..

      • criminalita

        T’as tout à fait raison, à + je file au boulot.

      • rouletabille rouletabille

        Salut
        dis ,me souvient plus si tu est en Belgique ou en France parce que RTB en Belgique c’était Radio Télévision Belge HA HA.
        Mais continue ,ca me fais rigoler de bon cœur et peut être après tout,tu le fais en exprès,je t’adore.. ♥♥♥

      • robertespierre

        Et en 1 leçon

        Par la révolution

        quoique(allusion à Raymond Devos)

        Les donner à manger aux cochons,ils resteraient « entre eux »
        et se rendraient utiles
        et ne nous coûteraient rien

        Rouletabille Je voyais en noir et blanc sur la RTBF
        les matches de foot
        Anderlecht et le « grand »Lucien Van Himst
        et la HONTE du GRAND BRESIL DE PELE
        quand les « Diables Rouges » lui ont infligé

        5-0
        (la Une des journaux Brésiliens:une page NOIRE)
        Ami
        bon après-midi
        une égale pensée à Bidule et Criminalita

      • Bidule

        Merci Robertespierre , de même!

      • Bidule

        Oui,je sais que RTB c’est la TV belge! Et ça m’a fait rire aussi qd j’ai vu que Roule Ta Bille faisait RTB en abrégé!

        Je suis Belge mais je vis en France!

        Je n’allais pas t’appeler BRT (Bouleratille) qd même… bien que tu sois de ce côté là!

      • Bidule

        Bisoussss RTB !! :D

      • rouletabille rouletabille

        dank uw Bidule,je parle le Flamand (ils préfèrent dire le Néerlandais haha)
        Je reste ici en Campine,(mes chats et mes 2 filles et je me fais vieux)) ,mais J’ADORE la FRANCE ,le MIDI et surtout du coté des Baux de Provence,en descendant de Lyon vers Orange,encore plus au Sud, voir un champs de lavande en fleur reste mon plus beau souvenir,cette couleur qu’on apprend pas,sauf Van Gogh..
        Tu as bien choisis .
        bisous.

      • Chegoku Chegoku

        Waar vlanderen zijn thuis.

        Comme c’est mignon cette pancarte de bienvenue dans cette jolie contrée.

        Je pense bien qu’ils parlent le vlaams et non le neetherlands talig. Ne vas pas les contrarier.
        M’enfin si tu parles leur langue tu es pénard.

        Et merci pour les sous renvoyés chez les fainéants du sud…

        Blague à part, on dirait que les derniers chiffres calment un peu ce discourt.

      • rouletabille rouletabille

        Cool mon pote ,en Flandre on est chez soi comme partout en France .
        .
        MRDR ,suis pas habitué à ton humour,pardonne moi .♫♫

      • Chegoku Chegoku

        RTB: je voulais juste engager la discussion sur la flandre et son attitude envers les wallons. Ce serait intéressant d’avoir ton point de vue.
        Tu es francophone ou néerlandophone d’origine?
        Que penses tu justement de cette manière d’accueillir les étrangers (dont wallons) en Flandre avec ce genre d’affiche? (vlanderen zijn thuis).
        que penses tu du score de la NVA combinée à VB et DeDijker Lijst. Ca fait du monde hostile au pays quand même.
        Et puis l’attitude xénophobe des bourgmestres NVA est quand même scandaleuse. Surtout dirigée vers des francophones qui sont quand même en Belgique et dont la constitution garanti l’usage du français partout.
        On en reparle.
        Tchusss comme dirait la minorité germanophone.

  • Lionel

    Agnès Rousseaux nous a habitués depuis longtemps à la langue de bois !
    Ce prétendu plan ne met en cause à aucun moment l’origine du malaise.
    Accuser les riches de s’enrichir de façon amorale dans un monde qui glorifie les requins est la plus grande hypocrisie et « oublier » de remettre en cause le système capitaliste est une grande arnaque.
    Cet article est de la pure production socialiste, de la propagande qui nous enfume et fait semblant de dénoncer alors qu’il cautionne.
    Ça ressemble à la période où les gens accusaient les journalistes télé de s’enrichir ou les sportifs d’être responsables des injustices alors qu’ils n’en sont que l’expression.
    Honte à vous Me Rousseaux !

  • Analogique Analogique

    Voila ce qu’il nous faudrait, mettre les responsables en prison,(ce n’est pas demain la veille) enfin, en sachant que les politiques décideraient de ça mais qu’ils iraient par la même occasion, en prison également.. jamais ça ne sera fait.
    Enfin, l’Islande est un pays beaucoup plus petit (en effectif) que le notre, ce qui à certainement facilité la tâche. Leur gouvernement de gauche à pris les bonnes décisions, le notre, n’en parlons même pas.. (enfin, je dis gauche mais droite c’est la même chose, aucune différence flagrante)
    Je ne veux pas me montrer pessimiste mais je ne pense malheureusement pas que ça nous arrivera de si tôt..
    Bref, nous avons un mode d’emploi sans pouvoir le suivre, comme nous ne décidons de rien..

  • N-Lord N-Lord

    On ne changera rien en gardant les mains propres…

  • labichedesbois labichedesbois

    bien sur que c’est pas pres d’arriver chez nous !! le france est dirigée par des eunuques soumis à l’oligarchie et à l’union européenne !!

  • Yanne Hamar

    Sans compter l’arnaque inique de l’eunuque énarque..Pardon, ça m’a échappé.
    Pour mettre les banquiers sous les verrous, il faut d »abord faire peur à leurs copains pour leur donner envie de retourner leur veste et ne plus les soutenir. Sans soutien, les banquiers deviendront vulnérables, embarrassants, plus faciles à cueillir. Enfin, il me semble.

    • Camelia8z Camelia8z

      Ne sois pas si dur. C’était peut-être de la limonade dynamitée. « D’où venaient ces limonades..? Comment avaient-elles été faites..? Pourquoi..? Pour qui..? Toutes ces questions, et l’aspect des petites filles dégénérées violant la loi, me poussèrent à ne pas laisser ce crime impuni : je jetais violemment le stand de limonades sur le sol. Mais ne me remercie pas, peuple d’Amérique, je n’ai fais que mon devoir. Appelez-moi.. Chuck Norris Bis. »

    • Clocel Clocel

      Fut un temps, pour se marrer, on appelait le rêve américain le cauchemar climatisé, mais depuis quelque temps, la clim semble en panne…

  • la terre la terre

    respect en tous cas à ce petit pays .si seulement toutes la créme pouvait y passer à la moulinette …..