‘Le manque de croissance en Europe est plus inquiétant que la crise chypriote’

BlackRock, le plus gros fonds d’investissement du monde, s’est débarrassé de son portefeuille d’obligations souveraines italienne et espagnole au cours des 3 derniers mois, et elle pourrait également éliminer d’autres obligations souveraines de la zone euro, affirme le Wall Street Journal. « Nous avons été moins enthousiastes sur les dettes souveraines de la zone euro par rapport ce que nous ressentions entre 3 et 6 mois plus tôt », explique Rick Rieder, chief investment officer of fundamental fixed income et co-head of Americas fixed income chez BlackRock. « Si la croissance continue de se détériorer dans la zone euro, en partie liée à de moindres emprunts consentis au secteur privé par le secteur bancaire en train de se restructurer, nous réduirons encore davantage nos positions dans la zone euro, comme nous l’avons fait pour l’Italie et l’Espagne », poursuit-il.

BlackRock, qui gère plus de 3.700 milliards de dollars sous mandat, avait été parmi les premiers à acheter massivement de la dette des pays en difficulté l’été dernier, et en particulier des obligations souveraines italiennes, après que Mario Draghi, le président de la BCE, avait promis de faire « tout ce qu’il fallait » pour sauver l’euro.

Mais pour Rieder, désormais les perspectives moroses en matière de croissance dans la zone euro sont plus inquiétantes que la gestion de la crise chypriote et le message qui a été envoyé par les dirigeants européens aux déposants, selon lequel ils risquent de subir des pertes lorsque les banques auxquelles ils ont confié leur argent connaissent des difficultés.

Rieder prédit que la parité de l’euro avec le dollar, qui atteint environ 1,28 dollar actuellement, pourrait baisser  dans les six à neuf mois, pour tomber à 1,20 dollar, si la compétitivité européenne venait à se dégrader du fait de la croissance anémique.

Source: express.be

4 commentaires