L’Espagne veut aussi instaurer une taxe sur les dépôts bancaires

Copyright Reuters

Copyright Reuters
Le moment était-il bien choisi ? Mardi, le ministre du budget espagnol, Cristobal Montoro, a annoncé au Sénat la mise en place d’une taxe sur les dépôts bancaires. Certes, le ministre s’est empressé à la tribune et dans un communiqué de presse de préciser que « cet impôt n’a rien à voir avec celui envisagé à Chypre. »

Un impôt différent de Chypre, selon le gouvernement

Cet impôt ne sera pas en effet directement levé auprès des épargnants, mais il sera levé sur les banques. Ce sont ces dernières qui se verront imposées sur l’ensemble de leurs dépôts. En théorie donc, les clients ne seront pas touchés. Par ailleurs, cette taxe levée au niveau national remplace une autre taxe, appliquée elle dans trois régions (Canaries, Andalousie et Extrémadure), et qui a été supprimée à la demande de Bruxelles en décembre. L’Union européenne estimait que ces taxes régionales nuisaient à « l’ordre bancaire » au sein du royaume. La nouvelle taxe, qui pourrait rapporter 3 milliards d’euros par an, viendra compenser « exactement » les recettes perdues par ces régions. Enfin, cette taxe devrait être très modérée : « Elle ne sera pas supérieure de beaucoup à 0 % », explique avec un certain sens de la formule Cristobal Montoro. On évoque, en réalité, le chiffre de 0,2 %. A Chypre, on voulait taxer les déposants à 6,75 % jusqu’à 100.000 euros et à 9,9 % au-delà.

Un impôt si ressemblant, selon certains….

En ne frappant pas les épargnants directement, cette taxe ne devrait pas créer de panique. En Europe, elle est, du reste, demeurée inaperçue au milieu de l’affaire chypriote.

Mais il n’empêche : Jaime Becerril, analyste chez JP Morgan, estime que cette taxe est « risquée » et arrive « à un bien mauvais moment. » Pour lui, cette nouvelle taxe « n’est pas si différente de la taxe chypriote que le gouvernement espagnol l’affirme : elle pénalise l’épargne en période d’austérité. » Il y aurait donc un risque de sorties de capitaux, même si la nature exacte des dépôts touchés par cette taxe est encore incertaine. Du reste, pour JP Morgan, cette « incertitude » n’est jamais « la bienvenue » et pourrait « accélérer les retraits. »

Pas de bank run, mais une fragilisation du système bancaire

Certes, l’analyste ne s’attend pas à un « bank run » en Espagne. Mais, en s’inspirant de la comparaison avec le cas italien de 1992 où le gouvernement Dini avait frappé les dépôts d’une taxe de 0,6 %, il prévoit des retraits continus par les ménages de leur argent sur les comptes bancaires espagnols.

Fin de l’article sur La tribune

4 commentaires

  • Maverick Maverick

    Tous complètement à la masse, ou il y a un truc ?

  • odin29

    Maverick je crois que c’est les deux à la fois. A la masse, parce-que c’est des psychopathes et y a un truc. Le truc c’est qu’ils savent que l’apocalypse financiere se rapproche à la vitesse grand V alors ils piochent un max de fric, un peu n’importe comment, avant la grosse déflagration. Après eux le déluge, ils se mettront à l’abri les salopards et nous, les peuples…faudra se démerder comme on le pourra.

  • Lilith Lilith

    j’ai bien l’impression que nos chers 2lus sont-au abois

  • rouletabille rouletabille

    C’EST PREVUS….
    Imaginez un vaisseau Extra Terrestre venir rembourser la totalité de la sois disant dette avec des milliards de lingots d’Or..
    Que se passeras t’il ??
    Ils trouveront autre chose comme dette pour asservir les gens basé sur la patate ou bien sur l’artichaut par ex..(autre chose,j’ai pas la forme)..
    Bref c’est juste l’excuse que des couillons aux BAFFES TV et autres Maisons de débauches intellectuelles essayent d’implanter chez les abonnés payants..