Néonicotinoïdes : l’UE ni contre, ni pour…

Tout part en carafe avec l’avalanche de nouvelles « d’ailleurs »! mais  pas de souci, en France tout va pour le mieux, la crise est loin, nos finances sont plus saines depuis que Normal 1er est aux commandes. La suite s’annonce rock and roll, et on préfère de loin se déplacer, pour remplir un stade. C’est pas possible ça…au pays des aveugles, les borgnes sont rois!!!!

La suspension temporaire de trois néonicotinoïdes n’a été, ni approuvée, ni rejetée, le vendredi 15 mars 2013 par le comité d’experts européen. Un deuxième vote pourrait avoir lieu.

La Commission européenne a récemment proposé de suspendre, pendant deux ans, l’utilisation de trois néonicotinoïdes pour maïs, colza, tournesol et coton. Le vote, organisé le 15 mars au sein d’un comité d’experts, « n’a pas permis de dégager une majorité qualifiée en faveur ou contre sa proposition », indique la Commission dans un communiqué.

Selon un décompte obtenu par l’AFP, treize Etats membres de l’UE ont voté pour l’interdiction de ces pesticides, dont la France, l’Italie, l’Espagne et la Pologne, neuf ont voté contre (République tchèque, Slovaquie, Roumanie, Irlande, Grèce, Lituanie, Autriche, Portugal et Hongrie) et cinq se sont abstenus, dont l’Allemagne et le Royaume-Uni. Les abstentions de ces deux derniers pays, qui comptent chacun 29 voix, ont empêché que la majorité penche dans un sens ou dans l’autre.

La Commission a indiqué qu’elle maintenait sa proposition, car elle n’a pas été rejetée. Elle lui a apporté quelques modifications pour tenir compte de plusieurs demandes et elle peut la soumettre une nouvelle fois au comité d’experts, avec l’espoir que les pressions de l’opinion publique incitent les abstentionnistes à adopter une position plus tranchée.

Unaf : une « grande déception »

L’Union nationale des apiculteurs français (Unaf) fait part de « sa grande déception » à l’issue du vote du comité d’experts européen.

« C’est une grande déception car nous avions placé beaucoup d’espoir dans la proposition de la Commission européenne », a indiqué Olivier Belval, président de l’Unaf.

Bayer : une « chance de parvenir à une solution juste et équitable »

Les trois néonicotinoïdes incriminés – clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame – sont présents dans des pesticides produits par les groupes allemand Bayer et suisse Syngenta, notamment le Cruiser OSR.

La division d’agrochimie de Bayer a salué, vendredi dans un communiqué, l’absence de majorité sur l’interdiction de ces pesticides. « L’absence de majorité est clairement une confirmation qu’il n’existe pas d’arguments convaincants contre la poursuite de l’utilisation de produits à base de néonicotinoïdes », a estimé le groupe, qui voit dans les résultats du vote une « chance de parvenir à une solution juste et équitable ».

« L’expérience montre que les effets sur les abeilles » des insecticides qui contiennent des néonicotinoïdes « sont insignifiants quand les produits sont mis en oeuvre de manière responsable et réglementaire », a ajouté Bayer CropScience.

Greenpeace : la France « doit interdire tous les néonicotinoïdes »

« Le nouvel échec de ce vote revient à ignorer avec entêtement les avertissements de la communauté scientifique et à céder à la pression des industriels. […] Ce comportement est irresponsable et préjudiciable pour les agriculteurs européens qui dépendent énormément des abeilles et des insectes pollinisateurs », estime Greenpeace dans un communiqué.

« M. Le Foll doit interdire tous les néonicotinoïdes. La France, premier pays agricole en Europe, ne peut pas se contenter de soutenir la proposition de la Commission mais doit s’impliquer activement pour une interdiction de l’ensemble des néonicotinoïdes et convaincre les autres pays européens. »

« Greenpeace demande à Stéphane Le Foll de prendre ses responsabilités afin de protéger l’agriculture française. Faute de quoi, la proposition de la Commission, déjà insuffisante, va être progressivement affaiblie et son vote sans cesse reporté alors qu’il y a urgence à accorder un répit immédiat aux abeilles et autres pollinisateurs. »

 

Un article publié par lafranceagricole.fr et relayé par Tanka pour  SOS-planete

 

4 commentaires

  • criminalita

    Et les criminels continuent de tuer. Quand il n’y aura plus d’abeilles ce sera trop tard.
    Ils reconnaissent que les effets sont insignifiants, mais les effets sont là.
    Donc arrêtez d’empoisonner à petit feu nos abeilles bande de c…

  • kanarlakais

    Si les effets sont insignifiants elles se suicident les abeilles?