ALERTE INFO : L’heure de vérité d’ici 24 h ?

Le compte à rebours est enclenché, qui sera la victime?……Merci Dom-dom.

Le « subprime souverain » grec est sur le point de faire défaut sur 107 milliards d’euros de créances auprès de ses débiteurs. Comme convenu lors du énième sommet de la toute toute toute dernière chance. Dans 24 heures, soit le 8 mars 2012 à 20h00 GMT, l’avenir du maillon faible de la chaîne d’alpinistes des banquiers européens suicidaires risque d’être fortement compromis puisque 107 milliards d’euros de dette grecque seront effacés des comptes… Qui se retrouvera debout quand le tango du jeu de la chaise musicale s’arrêtera à cet instant précis ? A moins que cela soit pire…

Bon du Trésor grec à 1 an : 1102 % !
Ce chiffre est tout simplement GROTESQUE et la press-titution « officielle » n’en touche pas un mot (à contempler sur Bloomberg) !
Comment un débiteur en défaut de paiement sur la moitié de ses créances peut-il payer 1102% d’intérêt sur une dette (bon du Trésor) à maturité dans 12 mois ?

Et cela ne gêne pas l’ISDA de qualifier qu’il n’y a aucun événement de crédit pour ne pas déclencher les bombes nucléaires CDS.

En clair, les assurés ayant couvert leurs placements obligataires souverains grecs se font enfler 3 fois :

1- Ils doivent encaisser une perte nette et brutale de 50% sur leur placement

2- Ils n’ont pas de couverture sur l’autre moitié, contrairement aux règles établies sur le fonctionnement des CDS.


Si votre maison est à moitié brûlée et que votre assureur vous dit :
« Désolé, cher(ère) client(e) qui déboursez des années de cotisations en assurance incendie, mon patron vient de gommer la mention « remboursement en cas d’incendie » dans les conditions générales parce que votre maison a brûlé« .

Quelle serait votre réaction ?

En d’autres termes, lorsque le gérant du casino triche ouvertement en modifiant les règles du jeu du poker pour sauver ses fesses alors que les cartes sont sur la table, il y a de grandes chances pour que les joueurs se rebiffent…
Ceci trahi TRÈS CLAIREMENT
que les créanciers de la Grèce sont tous aussi fauchés
les uns que les autres et que la règle du jeu doit être modifiée
pour éviter de faire sauter le système !

Pour preuve avec ce graphique, la BCE vient de faire des (dépôts) appels de marge hallucinants. Un appel de marge est le montant versé par un acteur pour couvrir sa position ouverte sur le marché. C’est un moyen de s’assurer que celui ci à bien les fonds nécessaires pour tenir sa position.

Au poker, on pourrait appeler la situation actuelle un « All-In » (tous les jetons d’un joueur sont misés).

Désormais, çà passe ou çà casse !

Dans tout ce cirque, soit il y aura forcément une victime qui sortira du bal complètement détroussé pour sauver la face du reste de la meute… ou c’est l’ensemble du système bancaire européen et mondial qui sera stoppé net !
Attendons de voir qui sera l’heureux élu sacrifié sur l’autel du jeu de la Grande Tricherie Internationale… à moins que demain soir, tous les distributeurs de billets tombent mystérieusement en panne…
Un article de Lionel Ségaut
Source Gold-Up

40 commentaires

  • il vont juste sortir la Grèce de l’euro un coup de pied au cul et en leur volant leur or que les chacals se partageront ensuite.
    le système continuera son chemin vers le Portugal, ensuite l’Espagne ect..
    ils les sortiront tous un par un seulement une fois les avoir pressé et volé.

    • zoé

      Ouais, je pense que l’Europe tient plus qu’à un fil, c’est la plus petite pièce qui bouge mais cela va destabiliser tout le reste…………………….

    • Maverick Maverick

      Sauf que tant que la Grèce reste dans l’Euro(pe), il est plus facile de faire comme avec Air Méditerannée : Le gars a délocalisé en Grèce. Les PIGS vont devenir de véritables aspirateurs à emplois, et tirer les salaires de toute la zone Euro vers le bas. Plus besoin de délocaliser en Chine, on sera au même tarif :(

  • martinb

    note d’humour,

    que les pays comme la grece sortent de l’Europe, de l’euro et qu’ils se groupes ensembles pour former une monaie nouvelle, par exemple…………… le neweuro et un nouveau pays, par exemple l’euroland…………….

    ok je sors mais une note d’humour ne fait pas mal

    • toshop

      ton idéée n’est pas si bête… les petits pays on plus de point commun entre eux , qu’avec le reste de l’europe….
      en métant des pays diamétralement opposé en concurrence, c’est juste pas possible
      je trouve ton idée moin bête qu’une europe unique….
      les gros pays entre eux « l’europe A », et les petits pays entre eux « l’europe B »
      les projet seraient alors… réalisable
       

  • fotoulavé fotoulavé

    Je pense comme snowleopar. Ils ont encore pas mal de valeusr à pomper avant de lançer la lutte finale qui va racler les fonds de chaussettes.

  • Le but de tout ça n’est pas l’argent. On s’en fout de l’argent que, de toute façon, on ne reverra pas. C’est une prise de pouvoir totale (privatisation) d’un pays par des multinationales…

    On s’en fout qu’un état rembourse quoi que ce soit… si ce même état n’existe plus !

    En gros, ils se sont acheté la Grèce, et à pas si cher que ça.
    Maintenant, ils ont une armée d’esclaves à disposition.

    • zoé

      Les grecs réagiront vous verrez, c’est un peuple orgueilleux ! Ils vont pas se laisser faire ! Pour ma part, ça va bouger las-bas c’est qu’une question de temps…………  

    • Lilithe Lilithe

      Les Grecs on subi 400 ans d’esclavage durant l’occupation Turc ils n’ont jamais cédé ce n’est pas aujourd’hui que cela va commencer!!

    • Bouffon

      Le but de tout ça n’est pas l’argent. On s’en fout de l’argent
      Si j’avais mis 1$ à 0.001% en l’an 0, aujourd’hui les intérêts me permettrais de racheter 16 fois toutes la planètes avec ses entreprises et ses bâtiments. il arrive forcement un jours ou les intérêts sont impayable.
      La cause est simple, la majorité des gens qui on perçu du pognon le réinvestissent à un meilleur rendement.
      L’exponentiel de l’intérêt fait le reste.
      Les intérêts c’est très rapide surtout vers la fin. Dans une exponentiel qui double, le jours avant la fin du monde, il restait 50% d’avenir.
      Il essaie juste d’éviter un crash de l’économie mondiale, c’est tout…
       

  • marc renton

    Pas tout à fais d’accord avec l’article, les CDS qui attendent en embuscade ne represente que 3.5Mds donc c’est pas énorme.
    Ce qui les « incitent » à changer les règle c’est en premier le symbole, vous imaginez le premier pays européen qui fais défaut.
    Mais il y a surtout un autre problème et il est beaucoup plus gros. 
    Nous n’avons pas une monnaie unique mais une monnaie commune, cad qu’un euro grec ne vaut juridiquement pas un euro allemand. Donc l’allemagne qui est en positif sur sa balance commerciale vis à vis des ses partenaires européens, grace au systeme « TARGET 2 » voit son bilan grévé par des creance sur les banques centrales des pays en déficit et notamment la grèce.
    Voici les 2 chemins qui se profiles pour l’Allemagne:
    – La Grece retourne au Drachme -> l’allemagne perd une partie des créance à la hauteur de la dévaluation Drachme/€
    – La Grece reste -> Le bilan continu de s’alourdir.

    C’est pour ça que les 2 solutions sont merdiques pour les Allemands qui commence à demander des garanties sur les actif grecs. Mais la ça a une odeur qui sent vraiment pas bon du tout!!

    Une bonne source pour approfondir:
    http://www.lalettrevolee.net/

  • moutondu22

    mé mé mé mé …la bombe a déjà PT !!
    et effectivement ,et comme on dit vulgairement ,ça shlingue !

  • Tamis

    TIC-TAC… TIC-TAC… TIC-TAC… TIC-TAC……….. ça se rapproche………… doucement………… mais sûrement………:sweat: :sweat: :sweat:

  • Subtil

    vif rebond du cac avec la grèce.

    Les marchés semblaient confiants, à voir pour ce soir..

    http://www.boursier.com/indices/actualites/news/cloture-paris-vif-rebond-avec-la-grece-474038.html

  • Néo Coralie

    La Grèce assurée de pouvoir restructurer sa dette avec 75% de participation
    ATHENES – La participation des créanciers privés de la Grèce à l’opération d’effacement de dette du pays dépasse 75% depuis au moins mercredi soir, a indiqué une source gouvernementale grecque jeudi, peu après 16H00 GMT, ce qui semble assurer le pays de pouvoir mener à bien l’opération.
    La Grèce avait prévenu qu’elle renoncerait à l’opération si le taux de réponse des créanciers ne représentait pas au moins 75% de la dette.
    Les banquiers, assureurs ou gestionnaires de fonds du monde entier détenant des obligations souveraines grecques, ont jusqu’à jeudi 20H00 GMT pour dire s’ils acceptent ou non d’échanger volontairement leurs titres de dette, effaçant au passage plus de 100 milliards d’euros de dette grecque.
    Le directeur de l’Institut de la finance internationale (IIF) Charles Dallara qui a mené les négociations du côté des banques face au gouvernement grec pour fixer les modalités de l’échange, a indiqué dans l’après-midi depuis Rio de Janeiro qu’il était optimiste sur le fait de parvenir à un accord dans les prochaines heures.
    Je table sur une participation maximale des créanciers privés, a pour sa part affirmé le Premier ministre grec, Lucas Papademos, en ouvrant un conseil des ministres dans l’après-midi, cité par un communiqué de ses services.
    Cela est nécessaire car une participation relativement limitée (…) recèlerait des dangers pour les créanciers privés, a-t-il ajouté, en référence au risque que dans ce cas la solvabilité grecque ne puisse pas être rétablie à long terme et que la perte soit maximale pour les détenteurs de dette grecque.
    A Belgrade, le Premier ministre italien Mario Monti a aussi fait part de son optimisme dans l’après-midi sur l’opération en cours, qui est la plus grosse opération d’effacement de dette d’un pays jamais réalisée de façon volontaire dans l’histoire financière.
    La restructuration est vitale afin d’éviter au pays un défaut de paiement incontrôlé le 20 mars face à l’impossiblité de rembourser 14,4 milliards d’euros d’obligations arrivant à échéance à cette date.
    La publication officielle du taux de participation interviendra vendredi à 06H00 GMT, a indiqué à l’AFP une source ministérielle.
    (©AFP / 08 mars 2012 18h37)
    http://www.romandie.com/news/n.asp?n=_La_Grece_assuree_de_pouvoir_restructurer_sa_dette_avec_75_de_participation__080320121841.asp

    • Nevenoe Nevenoe

      Le résultat était connu d’avance …

      Maintenant j’attends de connaitre les dessous de cette affaire, pourquoi les établissements privés ont acceptées, en contre partie de quoi …

      Je sens qu’on ne va pas être déçus et que c’est encore nous, les contribuables, qui allons l’avoir bien profond…

  • Pikpuss

    Tous les grands décideurs de la zone euro viennent de Goldman Sachs et compagnie. L’Euro est garanti en dollars ( mais oui…) et la BCE emprunte à la FED…Donc notre continent est de toute façon entre les mains des gourous de la finance anglo-saxonne…conquête qu’ils ont débuté il y a tout juste cent ans…

    Ce qui les effraient c’est que les pays européens reprennent le contrôle de leur monnaie et retournent à leur monnaie nationale comme le France et le DM. Mitterrant avait déclaré qu’il était prêt à faire la guerre à l’Allemagne si elle ne renonçait pas au DM….et le deal fut  » la réunification allemande contre l’abandon du DM « ….

    Ils nous tiennent par les C…….. parce que nos politiciens sont presque TOUS obligés de se conformer à ce dikat monétaire…. Et si quelque chose venait à contrarier cet état de chose…et bien ce serait la guerre…chose que les Anglo-saxons savent faire le mieux.

  • MouteMoute

    Titre racoleur et scandaleux (comme toujours) sur le site du Monde ce soir « La Grèce serait assurée de pouvoir restructurer sa dette », plus loin un article sur les 75% de défaut ! bravo ! comment transformer une faillite en restructuration, vous aller me dire que nos eurocrates l’ont bien fait avec la Dexia sans que personne ne bronche…
    :devil:

    • MouteMoute

      haha pas mal, mais après sa non-élection il ira plutôt faire la manche à Miami auprès des vieilles rentières botoxées (comme sa femme) en tant qu’avocat fiscaliste… On se refait pas !

      • hopix

        Oui, oui… peut-être. Mais son office aura peut-être perdu quelque crédibilité. 
        Même la Bettancourt l’enverra se faire voir chez les grecs.
        Quand je disais qu’ils sciaient la branche sur laquelle ils s’étaient assis ! :D

  • antinukciv

    Sage réflexion : La Grèce est bien plus riche que le japon