Présidentielle 2012: Nicolas Sarkozy accélère le rythme des réformes sociales..

Taxer les financiers! n’est ce pas une des promesses non tenues de N.Sarkozy ?? ………..

Avant la suspension parlementaire, le chef de l’Etat voudrait adopter la TVA sociale et une taxe Tobin…

Nicolas Sarkozy, lors d'un discours sur Jeanne d'Arc à Domrémy, le 6 janvier 2012. M. Euler/AP Photo

Le président de la République Nicolas Sarkozy voudrait accélérer le tempo des réformes à l’approche de l’élection de 2012, annonce Libération ce vendredi. En plus de la TVA sociale, le chef de l’Etat souhaiterait faire voter une loi de finances rectificative pour faire adopter une taxe sur les transactions financières, dite taxe Tobin.

Un empressement présidentiel pourtant semé d’embûches. Première difficulté: les travaux parlementaires à l’Assemblée nationale et au Sénat sont suspendus pour cause de campagnes électorales le 22 février prochain. Un temps court, avec un Sénat passé à gauche, désormais capable de retoquer les projets votés à l’Assemblée nationale.

La France pourrait «montrer l’exemple»

Deuxième difficulté: l’impopularité potentielle de l’idée de «TVA sociale», visant à transférer la charge de la protection sociale des entreprises sur les consommateurs, faisant ainsi augmenter de plusieurs points la TVA. En 2007, l’idée avait été évoquée puis abandonnée durant les législatives devant les réticences des électeurs.

Quant à la taxe Tobin, le monde de la finance s’y oppose catégoriquement depuis plusieurs années. Ce qui ne semble pas effrayer le chef de l’Etat qui «partirait seul» sur la question, laissant même la chancelière allemande, Angela Merkel, «sur le quai», rapporte Libération.

Un volontarisme présidentiel qui a été confirmé ce vendredi matin par le conseiller spécial du Président, Henri Guaino, déclarant sur BFM-TV qu’une décision sur la TVA sociale serait prise «avant la fin du mois de janvier», ajoutant que la France pourrait ici «montrer l’exemple». Confirmation également par François Baroin à Bercy l’après-midi, qui a déclaré que cette taxe «verra le jour cette année».

«Une mystification politique intégrale»

Au risque de donner l’impression d’agir dans la précipitation? Non, répond le député UMP de Paris Bernard Debré. «Il n’y a pas d’activisme. Le Président veut aller travailler jusqu’au bout de son mandat, et, alors que le pays traverse une grave crise.»

L’élu argue que l’approche de la suspension parlementaire ne changera rien. «Une session extraordinaire peut être convoquée. Si la volonté politique est là, une loi peut être adoptée en 8, 10 jours. Et de conclure: «Si l’on stoppe le navire, on coule.»

Un empressement de l’Elysée fustigé par le député PS Jérôme Cahuzac: «Avec cette taxe, le président de la République veut donner l’impression qu’il a compris les problèmes des Français et souhaite les résoudre. C’est une mystification politique intégrale, car cette taxe menace réellement la consommation, alors que le pays est en récession.»

Anne-Laëtitia Béraud
Voir un article de 2006 de l’Echo des Montagnes: Le site n’est plus à jour mais Frédéric Berger le rédacteur en chef, a une sérieuse dent contre le système, les accointances, copinages, magouilles et autres ne manquent pas.. Merci à Sophie Stiqué pour le lien!

10 commentaires