Le Conseil national syrien est « légitime » aux yeux de Juppé

Et faut le croire ce c**…

Le Conseil national syrien est "légitime" aux yeux de JuppéAlain Juppé a rencontré mercredi le dirigeant du Conseil national syrien, Burhan Ghalioun. REUTERS

 

L’organisation, regroupant la majorité de l’opposition syrienne, est « l’interlocuteur légitime », selon le ministre des Affaires étrangères. Il « travaille » à sa reconnaissance plus formelle, avec la Ligue arabe.

Le CNS syrien empruntera-t-il la voie du CNT libyen? Ce Conseil national syrien (CNS) est qualifié d' »interlocuteur légitime », ce mercredi, par Alain Juppé, sans aller encore jusqu’à une reconnaissance formelle. L’organisation regroupe la majorité des courants de l’opposition en Syrie.

« Le CNS est l’interlocuteur légitime avec lequel nous allons continuer à travailler », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse organisée après une rencontre avec le dirigeant du groupement syrien, Burhan Ghalioun.

« Corridors humanitaires »

La France et les Etats-Unis ont convenu mercredi de travailler ensemble sur la possibilité d’établir des corridors humanitaires en Syrie, après une discussion téléphonique entre Alain Juppé et Hillary Clinton.

Washington a, de son côté, parlé d' »interlocuteur crédible », d’après Mark Toner, un porte-parole du département d’Etat. Le CNS « est l’un parmi plusieurs groupes, qui prennent tous des mesures pour avoir plus de cohésion et être plus représentatifs du peuple syrien », a-t-il nuancé.

La France avait été le premier pays à reconnaître le Conseil national de transition (CNT) libyen, au tout début de la contestation contre Mouammar Kadhafi.

Une reconnaissance formelle plus tard

Alain Juppé a souligné, lors de la rencontre, la nécessité que le CNS soit « inclusif », c’est-à-dire regroupe le maximum de tendances. Il ajouté qu’une reconnaissance formelle viendrait plus tard. « Nous travaillons (à) la reconnaissance plus formelle avec la Ligue arabe et l’ensemble de nos alliés », a-t-il ajouté.

Dans aucun pays l’opposition n’est unifiée, y compris en France

De son côté, Burhan Ghalioun a appelé à une « meilleure coordination internationale face à un régime qui va vers la fuite en avant ». Et de rappeler que « dans aucun pays l’opposition n’est unifiée, y compris en France. Nous cherchons une plateforme commune », a poursuivi cet opposant historique basé en France qui avait déjà rencontré Alain Juppé le 10 octobre.

« Nous avons discuté de notre feuille de route vers une transition démocratique et pacifique [pour] éviter à la Syrie la guerre civile et l’intervention militaire que tout le monde veut éviter », a-t-il ajouté.

Né fin août à Istanbul, le CNS apparaît comme le plus large et le plus représentatif des mouvements d’opposition. L’autre important mouvement de l’opposition syrienne est le Comité national pour le changement démocratique (CNCD), qui regroupe des partis nationalistes arabes, kurdes, socialistes et marxistes ainsi que des personnalités indépendantes. Il reste ouvert au dialogue avec le pouvoir.

Source: lexpress.fr

15 commentaires