L’interview muette du patron de la BNP…

Qu’avaient elles donc d’inquiétantes ces réponses pour qu’elles ne soient pas validées par le service com’ de la BNP ?? Après ça, nous pouvons faire confiance aux réponses publiées, ils ont eu le temps de les fignoler :-D

Le directeur général de BNP Paribas Baudoin Prot le 20 février 2008 Jacques Demarthon AFP

Le service de communication de la BNP voulait annuler la publication d’une interview de son patron à un quotidien allemand. Ce dernier a contre-attaqué de manière fort originale…

Trois pages, deux photos, vingt-huit questions et …zéro réponse. Le quotidien allemand « Handelsblatt » a publié mercredi une interview muette du président directeur général de la BNP, Baudoin Prot, repérée par la vigie d’Arrêt sur images.

La faute selon le journal aux services chargés de la communication à la BNP, qui n’auraient jamais accepté la publication des réponses données par son président dans une interview réalisée début septembre. Pendant quatre semaines, la publication des propos a été retardée et retravaillée. Les services auraient finalement souhaité refaire ou annuler l’interview, pour cause de crise boursière.

Une demande que n’a pas accepté Handelsblatt, qui s’est contenté de publier l’interview avec des blancs à la place des réponses, en titrant en une : « Dormez-vous encore sur vos deux oreilles ? ». Depuis, la BNP a décidé jeudi de publier les réponses validées, dans un communiqué où la banque parle d’un « incident » dû à une « incompréhension ». Ces réponses sont en ligne par ici.

T. S.
Source 20minutes/économie



Un commentaire

  • Bouffon

    Le plus beau c’était quand même Junker et Pujadas sur France 2.
    Le lendemain le communiqué de presse était monumentale.
    Oui alors Non, la grecs ne ferras pas défaut, non l’Eurogroup ne se réunis pas pour en discuter etc…
    Junker à quand même annoncé le défaut de la Grèce à 60% et il a dit que peux-être ça ne suffirais pas et après il a perdu son sang froid quand le journaliste lui à demander de justifier la position économique du Duché.
    Non nous ne somme pas un paradis fiscal, tu peux pas comprendre lol
    C’est peux-être pour ça qu’à date égale on a préfère parler de 2 milliards de fortune de Bettencourt en Suisse que des 13 milliards de cash de Michelin au Luxembourg.