Le Sénat rejette l’interdiction du maïs OGM !!!

mais-ogmIl faut faire un pétition pour supprimer cette assemblée de vieux gâteux payés à vie par nos impôts ! Y en a marre.. Déjà, ils protègent S. Dassaut qui n’a pas une casserole, mais toute une batterie aux fesses, et maintenant ils autorisent le maïs OGM alors qu’ils savent très bien que la majorité de la population n’en veut pas !

Le Sénat a rejeté lundi 17 février une proposition de loi socialiste interdisant la culture du maïs transgénique en France, compliquant le contre-la-montre du gouvernement pour arriver à ses fins avant les semis de mars.
Les sénateurs ont adopté à une courte majorité (171 voix pour, 169 voix contre) une motion d’irrecevabilité déposée par l’UMP Jean Bizet contre la proposition de loi d’Alain Fauconnier, notamment grâce au soutien du groupe Rassemblement démocratique et social européen (RDSE), composé majoritairement de radicaux de gauche. La proposition de loi a donc été rejetée, et ne sera pas transmise à l’Assemblée.

  • Quel était l’objet du texte ?

Ce texte, soutenu par le gouvernement, visait à sécuriser juridiquement l’interdiction du maïs MON 810, que certains producteurs veulent planter dès les premiers semis, vers le 15 mars. Le Conseil d’Etat a en effet annulé l’été dernier un arrêté d’interdiction, datant de 2012, de cet OGM produit par l’américain Monsanto, et dont le renouvellement d’autorisation est en cours d’examen par l’Union européenne.

Il s’agissait aussi d’interdire par avance le maïs TC1507, du semencier Pioneer, qui pourrait être autorisé par Bruxelles : les Etats ont été majoritairement opposés à ce feu vert, mais ils n’ont pas atteint la majorité qualifiée, ce qui a relancé le débat sur le mécanisme européen d’autorisation des OGM.

Lire : UE : l’appel de la dernière chance de 12 Etats anti-OGM

  • Pourquoi a-t-il été rejeté ?

Mais, pour le sénateur UMP qui a présenté la motion d’irrecevabilité, ce texte « est contraire à plusieurs dispositions constitutionnelles, légales, ou réglementaires » puisqu’il vise « clairement à contourner l’annulation des clauses de sauvegarde par le Conseil d’Etat », et respecte « encore moins le droit européen ».

  • Quelles solutions pour le gouvernement ?

Si le gouvernement veut qu’un texte identique soit étudié à l’Assemblée – où il aurait de fortes chances de passer, puisque le PS y détient la majorité absolue –, il faudra qu’il demande à un député de déposer une proposition de loi similaire.

SOURCE : Le Monde/Planète via les Brindherbes

50 commentaires

  • seb4300

    Petite question concernant les OGM qui se multiplient; Est-il possible de les repérer sur l’emballage d’un produit? Il me semble que ce serait un minimum !

    • ConscienceU12 ConscienceU12

      Rêve pas, car il faut absolument que les gens bouffent leur merde ! …et avec l’accord transatlantique tu peux les oublier définitivement les étiquetages !

      • seb4300

        Merci pour ta réponse. J’avoue ne pas trop connaitre les tenants et aboutissants de cet accord… Je vais me renseigner.

      • Chegoku Chegoku

        seb4300: Ce que raconnte conscienceU12 est faux.
        Oui les règlements existent sur la déclaration OGM. Ce sont les règlements 1829/2003/CE et 1830/2003/CE. Concernant l’étiquetage, c’est le règlement 1169/2011/CE.

        Les OGM doivent être déclarés en toutes circonstances et de façon claires sur les étiquettes consommateur.
        Une seule exception liée à la contamination fortuite. La règle des 1%. C’est à dire que si le taux d’OGM ne dépasse pas 1%, il ne doit pas être déclaré. Cela a été fait pour ne pas pénaliser ceux contaminés de façon fortuite.

        Malheureusement, ces merdes étant déjà partout, cette règle de 1% était nécessaire.

        Par contre les direction 1829 et 1830 concernent l’animal transgénique/non transgénique et pas son alimentation. Si il est nourrit aux OGM, cela ne sera pas déclaré.

        PS: Les règles d’étiquetage n’ont strictement rien en rapport avec le traité transatlantique. Faut arrêter de tout mélanger.

      • seb4300

        Ok merci pour cette précision… Quand tu dis de façon claire, c’est à dire qu’ils le disent en langage « simplifié »? Car s’ils utilisent les mots scientifiques pour déclarer les OGM, personne n’y comprendra rien…

      • Chegoku Chegoku

        C’est écrit de façon claire et compréhensible.
        « Contient des Organisme génétiquement modifiés ».
        Ou dans la liste d’ingrédient à côté de l’ingrédient en question. Exemple: Viande, sel, maïs (OGM), eau…

      • seb4300

        Ok, pour ma part je ne suis pas contre tant que chacun est libre de choisir. Pour ma part, rien de tel que du naturel ^^

      • seb4300

        « PS: Les règles d’étiquetage n’ont strictement rien en rapport avec le traité transatlantique. Faut arrêter de tout mélanger. »
        Je n’ai pas encore suffisamment d’infos pour pouvoir débattre, mais si ce que j’ai lu est vrai les société privées pourront attaquer les états qui auraient une règlementation défavorable qui leur ferait perdre de l’argent, dès lors ces entreprises pourraient attaquer les étiquettes sur base qu’ils créent un préjudice sur leur ventes or que les OGM acceptés dans l’alimentation n’ont pas a souffrir d’une discrimination par rapport aux autres méthodes (soit on refuse soit on autorise…). Il y a donc bien un problème avec cet accord, non?

      • Chegoku Chegoku

        Ca n’a rien avoir. Ce n’est pas une discrimination que de définir la nature d’une denrée. Après les gens l’apprécient comme ils veulent. C’est le principe même qui a conduit à ce fameux règlement 1169/2011/CE qui nous fait bien chier dans le secteur car ça demande de remettre en ordre tout les étiquetages.

      • seb4300

        Je suis d’accord avec toi, mais nous savons que tout n’est jamais qu’une question d’interprétation… D’autant que les négociations sont loin d’être transparentes malgré la relative importance de ce que ça semble prévoir.

      • Chegoku Chegoku

        informer quoi? Je lis deux de ces articles, on y parle bien du traité transatlantique.
        Même si le boeuf aux hormones pourra renter, il devra être étiqueté. Ce n’est pas une discrimination mais une définition de la denrée. Il faudra donc savoir lire une étiquette.
        Cela ne devrait pas être toléré mais vu qu’on bouge pas, ça va passer.

        Mais je le répète, ça n’a rien avoir avec les règles d’étiquetage et d’information consommateur.

        Ne mélange pas tout.

      • seb4300

        « J’avoue ne pas trop connaitre les tenants et aboutissants de cet accord »… Il m’aide dans mes recherches :)
        Merci ConscienceU12

      • Tony Z.

        Un article également très complet sur le sujet :
        http://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/WALLACH/49803

        Si on en croit ce qui est dit sur cet accord, les multinationales pourront attaquer en justice (dans des tribunaux spéciaux) les états faisant entrave à leur commerce. Si ils considèrent que l’étiquetage nuit à leurs profits, les tribunaux pourrait parfaitement statués de supprimer les mentions OGM des étiquettes des produits !

        Ce raisonnement n’est donc pas à exclure Chegoku.

      • seb4300

        Merci, ça rejoint ce que j’ai mis plus haut.

        « mais si ce que j’ai lu est vrai les société privées pourront attaquer les états qui auraient une règlementation défavorable qui leur ferait perdre de l’argent, dès lors ces entreprises pourraient attaquer les étiquettes sur base qu’ils créent un préjudice sur leur ventes or que les OGM acceptés dans l’alimentation n’ont pas a souffrir d’une discrimination par rapport aux autres méthodes (soit on refuse soit on autorise…). Il y a donc bien un problème avec cet accord, non? »

      • ConscienceU12 ConscienceU12

        Quand je disais faut pas rêver, …c’est que Hollande va nous vendre au libéralisme total, et une fois le transatlantique signé, et lorsque plus tard les multinationales auront le monopole total en Europe, s’en sera fini des étiquetages sur tous les produits.

      • Chegoku Chegoku

        Tony et conscience:
        Dans le cas de l’alimentation, je ne crois vraiment pas que cela soit possible. Car il ne s’agira pas de discrimination du fait de l’étiquetage.
        La discrimination serait employé dans le cadre d’une interdiction formelle. Là, nous sommes bien d’accords qu’ils nous sera impossible d’interdire de façon ciblée et spécifique.
        Pas dans l’information qui est totalement neutre. Elle ne fait que définir la nature d’une denrée ou d’un composant de la denrée.
        Bien entendu toute supputation est possible.

        Mais pour être bien dedans, je ne crois en aucun cas que cela soit possible. En tout cas, avec les nouvelles règles toutes fraîches de 1169/2011/CE, on va vers plus de transparence et d’information. A chaque législation ces dernières années, on a avancé dans ce sens.

        Que l’interdiction soit rendue impossible, d’accord.
        Que l’information soit rendue impossible, je ne crois vraiment pas.

        Il eu été plus facile d’interdire à la source.
        Encore une fois, on paye notre inaction.

      • jizaoui jizaoui

        Bonjour,

        Le cheval étant étiqueté boeuf, l’étiquette ne reflète pas le contenu. Le blabla sur l’étiquetage censé rassurer n’est à mon sens qu’une illusion.

        Si tu peux pas voir les procédés de transformation du produit, oublie l’étiquette.

        Bouffe local au moins t’es presque sûre que tu bouffes du vivant sinon c’est toi qui est bouffé au fur et à mesure que tu consomme de la merde (produits chimique, ogm, clones, …)

      • Chegoku Chegoku

        On parle d’une fraude en dehors du cadre légal. La fraude sera toujours possible même avec les lois les plus parfaites.
        Les contrevenants ont été pour la plupart identifiés et seront condamnés.
        Ne nous trompons pas de débat.

      • jizaoui jizaoui

        La loi tu la fait et tu la défait. Un coup tu la mets en application un coup tu l’abroge, un coup tu passe au dessus, un coup tu la mets au devant de la scène. Si ça t’emmerde tu prends un texte législatif un peu plus haut ou d’un autre pays si ça arrange. Et si vraiment il y a problème tu la déshabille, tu la modifie.

        La loi s’est surtout fait pour les pauvres bougres, les autres la haut ils s’en cognent et se marre de voir que beaucoup y croient encor et craignent la loi.

        PS: il me semble qu’il y a encor une loi qui interdit aux femmes de porter le pantalon.

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    Ca sent les pots de vin des lobbying OGM à plein nez là ! …va falloir aller couper des têtes au sénat et mobiliser des activistes pour aller faucher ces OGM de merde quoi !

  • ROY

    Y en assez effectivement de tous ces pantins…qu’ils soient de droite ou de gauche (de toutes les manières) ils ne nous amusent pas, car en définitive ils avancent toujours comme des crabes, énergie nucléaire, Gaz de shiste, OGM etc tout profite avec le temps à de grosses entreprises des U.S.A.
    Dans quel monde vivons-nous? Mais rien ne peut plus nous étonner…la corruption est aujourd’hui banalisée, les intérêts des citoyens et citoyennes ne sont même plus respectés par ces représentants politiques (dits français) qui ne représentent que des intérêts liés au lucre et qui s’engraissent sur la richesse de notre pays, le patrimoine disparaît petit à petit, les dettes s’accumulent et ce sont toujours les citoyens et citoyennes qui en font les frais…quant aux politiques ils ont des privilèges, des acquis, des indemnités, des pensions (au bout de quelque années pour les parlementaires par exemple) etc et pendant ce temps là les administrés serviles se font ponctionner comme jamais, perdent leurs acquis, se voient obligés de travailler plus pour avoir moins de droits pour la retraite…?…moins de travail, plus de misère, plus d’injustice flagrante et intolérable dans un pays comme la France.

    Et, puis nous avons le spectre du traité transatlantique qui va nous arriver sur le coin de la gueule et là même cinéma tout se passe en coulisses…
    Ce n’est pas pour rien que le président élu avec des promesses de changement a été (à nos frais) faire un tour aux U.S.A. décidément ce pays ne sait plus quoi faire pour nous entraîner dans une catastrophe sociale sans précédent et pour le seul profit de quelques riches qui semblent aujourd’hui vouloir tirer profits de toutes choses…on a eu l’AGCS etc etc… en fait tout le mal d’un pays qui à les écouter nous veut que de bien…

    Mais il faudra bien qu’un jour les traitres soient punis comme ils le méritent dans cette troisième guerre mondiale économique qui fait des ravages irréversibles au niveau social… c’est une guerre insidieuse, terriblement liberticide il n’y a qu’à ouvrir ses yeux pour voir dans quel monde nous vivons actuellement et ceci est que le début…dans ce cercle infernal la recherche d’un déséquilibre économique de notre pays est plus qu’évident…il faudra bien effectivement que sonne l’heure des comptes un jour ou l’autre…pour le moment on veut nous imposer une politique inacceptable pour l’ensemble des citoyens et citoyennes (sauf bien évidemment pour ceux qui en tire quelque chose…), le maïs OGM est un exemple, on nous amuse en s’opposant aux OGM mais dans la pratique quels sont les produits qui sont actuellement vendus à base d’OGM?
    Il est temps aussi de surveiller les étiquettes afin de ne pas consommer des produits OGM dont en finalité on ne connaît pas réellement les conséquences pour la santé, et puis par principe il y en a assez d’être pris pour des dindons.

    • Chegoku Chegoku

      Roy: A l’heure actuelle, les OGM concernent peu les aliments pour humains ici en Europe.
      Le gros du marché est destiné à l’alimentation animale.

      Je remplis des cahiers des charges tout les jours et les grandes surfaces ne veulent pas d’OGM dans les produits transformés. Sur chaque cahier, il faut impérativement répondre aux question OGM avec pour finalité de les exclure.

      Par contre, les élevages animaux sont copieusement nourris aux OGM sans obligation d’étiquetage sur l’animal.

      • jizaoui jizaoui

        Tu remplis des cahiers des charges…. et ca te satisfait…. la bureaucratie et technocratie…. elle est belle l’organisation pour qu’au bout de la chaine il n’y ai aucunes info concernant la source.

        OGM pour les animaux, les animaux pour les humains….. Il y en as partout c’est logique(la solution OGM génère plus de bénéfices et dans une société gangrénée par l’argent….)

      • Chegoku Chegoku

        Tu m’as mal compris. Je réponds à des demandes et je suis fabriquant en produits d’origine animale. Les informations sur l’élevage me sont directement accessibles puisque je n’ai qu’un seul intermédiaire entre la transformation (moi) et la ferme. C’est pour ça que je vous dis que les OGM sont bien utilisés dans l’alimentation animale mais qu’ils sont bannis en tant qu’ingrédient par toute la fillière.
        Dans les cahiers des charges, la volonté qui s’en dégage est que les distributeurs ne veulent pas les voir en tant qu’ingrédient ou de déclaration positive dans le cadre 1829 et 1830/2003/CE.

        Il y a donc deux failles indirectes dans ce système. Failles voulues par la commission des corrompus.
        La première est donc sur l’alimentation de l’animale qui ne doit pas être déclarée comme viande OGM .
        La deuxième sur les progénitures d’animaux clonés (on sort du sujet). C’est à dire que le parent cloné ne peut pas être commercialisé pour l’alimentation mais bien ses progénitures. Ca pose donc aussi un gros problème. Je dirai plus important que l’alimentation GM.

      • jizaoui jizaoui

        ok, je t’ai mieux compris.

      • Natacha Natacha

        Chegoku : Si tes animaux mangent des OGM, ne crois-tu pas en absorber (en plus d’appréciables quantités de pesticides) quand tu les consommes ? Quant à la loi du 1%, n’autorise t-elle pas à en coller dans tous les produits possibles ?
        N’oubliez jamais vos lunettes si vous allez au supermarché -supercherie !!
        En passant
        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ogm-amflora-une-pomme-de-terre-70955

      • Chegoku Chegoku

        C’est pour ça que je prends le temps de bien expliquer comment fonctionne cette législation. Ses points positifs et ses lacunes.
        La règle des 1% n’est pas destinée à fourguer de l’OGM partout. Ca n’a aucun intérêt économique sous ce seuil. Elle compose avec une réalité qui est déjà imposée. C’est que la contamination est partout.

      • ROY

        Il est vrai, qu’en France, les OGM se retrouvent surtout dans la théorie sous la forme d’ingrédients, d’additifs issus de plantes transgéniques comme le soja, le maïs etc… Mais « …on peut consommer les produits dérivés de ces OGM sous la forme d’aliments :

        * à base de maïs : farine et semoule de maïs, huile de maïs, chips de maïs salées, pétales de maïs pour petit déjeuner ;

        * à base de soja : huile de soja, tonyu, tofu, crèmes desserts à base de
        soja, sauce de soja ;

        * à base de colza : huile de colza… »

        Lire la suite sur :
        http://terresacree.org/ogmliste.htm

        Moi (par exemple) ce qui m’inquiète le plus c’est qu’il existe notamment un centre d’expérimentation appartenant à MONSANTO dans la région Centre (à Autry-le-Châtel), là sont cultivées notamment des tomates, (http://horreurecologique.blogspot.fr/search/label/Installation%20d%27une%20centre%20d%27expérimentation%20OGM%20de%20Monsanto%20à%20Autry%20dans%20le%20Loiret) je ne pense pas qu’elles soient réservées dans le temps qu’à l’exportation…et puis on veut bien nous dire ce que l’on veut, et il y a de plus en plus de fraudes dans l’alimentation malheureusement.Le seul leitmotiv : « le profit, encore du profit, toujours du profit »…

        Ma confiance est très relative car nous retrouvons dans la chaîne alimentaire en quantité résiduelle il est vrai si je puis l’écrire ainsi des OGM.
        http://tempsreel.nouvelobs.com/ogm-le-scandale/20120920.OBS3091/ogm-comment-les-eviter-dans-notre-assiette.html

        Mais n’oublions pas que près de 80 % de l’alimentation des U.S.A.(reste 20 % en bio) contient des OGM, et que les produits américains exportés vers la France ne sont pas nécessairement respecteux de la réglementation. Donc je préfère m’abstenir et ne pas acheter de tels produits, car la malbouffe n’a jamais autant méritée son nom.

      • Chegoku Chegoku

        Roy:Normalement, ils doivent indiquer l’origine OGM du végétal si c’est le cas. Par exemple, dans la liste ingrédients Toffu, il devra être indiqué soja OGM si c’est le cas.
        Par contre ça se complique pour les dérives tels que les sirop de glucose de maïs par exemple. La raison peut se comprendre car les protéines ont été totalement retirées. Ca se discute mais le raisonnement est le même que pour les allergènes. Par exemple, le sirop de glucose de blé ne doit pas être étiqueté en allergène « blé ». Car il n’y a plus de protéines dans le sirop.
        Pareil pour les enzymes purifiées et autres dérivés purifiés. En toute logique, source OGM ou pas, il ne doit y avoir aucune trace dans le composant purifié.

        Pour conclure, un produit US importé en Europe devra en toutes circonstances respecter les règles d’étiquetage du marché UE. Et donc faire apparaitre clairement la présence d’OGM si >1%

        Après il y a la fraude. Et là, difficile de faire quelque chose. Ce sont des criminels prêts à tout pour du fric. Et ils sont partout. A part les prendre la main dans le sac et les condamner, difficile d’anticiper. Même le Bio du coin qui cultive au fond du jardin peut traiter frauduleusement sans en avertir son client. Là c’est la confiance qui joue. a tout les niveaux la fraude est potentielle.

      • Natacha Natacha

        D’où la nécessité de circuits courts. :)

      • Chegoku Chegoku

        Effectivement. Y’aura jamais mieux que le circuit court en terme de confiance et d’information réelle.
        Mais même en production BIO, si le camion qui amène le fourrage Bio a chargé la foi avant des OGM dans un camion mal nettoyé, il y aura une trace de contamination dans l’alimentation de l’animal.
        Même avec la meilleur volonté, le risque est partout. D’où le 1% pour ne pas pénaliser les victimes innocentes.

      • Natacha Natacha

        La règle du 1% autorise les OGM, pas seulement dans le cas d’une contamination inévitable. En bio, cela pénalise des producteurs rigoureux et en avantage qui le sont moins par exemple.

      • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

        Acheter local et le moins transformé possible ,pour ne pas se tromper!
        Il est bien indiqué sur une volaille label rouge:
        nourri sans OGM <0,9% aux céréales locales

  • blackout

    Ils trouveront des moyens de contourner la loi ,il y a en déjà avec le miel

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/01/15/le-parlement-europeen-rejette-l-etiquetage-du-pollen-ogm_4348519_3244.html

    Pour la nourriture animale OK, mais qui les mangent après les animaux.

    Pourquoi faire du forcing sur un produit que personne ne veut????????

  • Chegoku Chegoku

    Je voudrai aussi faire remarquer une chose inexacte dans cet article.

    « Les sénateurs ont adopté à une courte majorité (171 voix pour, 169 voix contre) une motion d’irrecevabilité déposée par l’UMP Jean Bizet contre la proposition de loi d’Alain Fauconnier, notamment grâce au soutien du groupe Rassemblement démocratique et social européen (RDSE), composé majoritairement de radicaux de gauche »

    Composés majoritairement de radicaux de gauche. C’est faux!
    Le PRG n’est pas un parti de gauche radical mais un parti de centre gauche (son nom est inapproprié). Il ne faut donc pas laisser entendre que l’extrême gauche y est impliquée. C’est faux.
    Le PRG c’est un parti social-libéral de centre gauche.

    Les radicaux de gauche strico senso (PC, NPA, FG…) à ne pas confondre avec les membres du PRG, n’y sont donc pour rien dans cette décision.

  • Lionel

    Chegoku cette législation OGM est faite pour embrouiller les cartes, comme tu dis, « ces merdes-là y’en a partout ! » donc il est déjà très tard et quelle est la différence entre 1% et 100% ?
    S’il s’agit de DJA tout le monde sait que c’est une grave erreur de l’industrie française à l’origine de cette « barre de sécurité » illusoire, les faibles doses régulières sont au moins si ce n’est plus toxique que les empoisonnements massifs occasionnels, donc étiquetage ou pas la question est nulle, confondus les produits transformés utilisant des intrants GM, comme les viandes dont tu parles.
    Mais encore une fois c’est un cache-misère puisque la question OGM est en passe de se trouver dans une situation nouvelle avec la non-réglementation des organismes mutés qui ne sont pas considérés comme GM uniquement par vide juridique, les labos des psychopathes ont toujours une longueur d’avance !

    • Chegoku Chegoku

      Ne dévions pas pour ne pas me faire dire ce que je n’ai pas dit.
      J’ai parlé du cadre actuel concernant l’étiquetage et ce qui existe en terme de déclaration OGM.

      La différence entre 1% et 100% c’est le caractère intentionnel.

      Comme tout est déjà répandu par différentes voies (transport, contamination croisées…), l’absence totale sera de plus en plus difficile à atteindre. Mais la présence intentionnelle sera bel et bien étiquetée. Le consommateur devra être vigilent.

      Pour cette raison, la seule voie est l’interdiction formelle de culture sur le sol européen et l’importation.
      Cette décision du sénat est donc irresponsable.
      Comme j’ai pas compris pourquoi la Belgique s’est abstenue la semaine dernière au vote parlementaire. (la présence de DeGucht à la commission n’y est certainement pas étrangère).

      Les DJA c’est effectivement n’importe quoi. Bien que cela ne concerne pas les OGM puisque les DJA sont fixées sur des molécules bien précises qu’on a pas encore mis en évidence dans les produits OGM. Les DJA ne prennent pas en compte les effets de synergie non plus.

      Les DJA ne sont pas applicables actuellement aux OGM. Puisque à condition d’être déclaré, les produits peuvent contenir 100% d’OGM. Le motif est qu’ils ne sont pas nocifs. Donc pas de raison de fixer une DJA.

      Savoir si ils sont réellement nocif ou pas pour la santé est finalement peu important.
      On sait qu’ils sont nocifs pour l’écosystème (faune et flore), pour les terres et les eaux souterraines de par leur mode de culture. Ce seul argument devrait suffire à stopper nette toute autorisation des OGM qu’ils soient alimentaire ou non.

      Car même des OGM pour faire du Diesel nous devons les refuser.
      Avant même de penser à notre santé, nous devons protéger notre environnement.
      C’est peut être le combat le plus important de notre génération envers les générations futures.

      • Natacha Natacha

        « Car même des OGM pour faire du Diesel nous devons les refuser. »
        C’est plus criminel encore de prendre des terres arables pour produire du « biocarburant  » qui assoiffera, affamera les populations locales avant même la génération future !!

      • Chegoku Chegoku

        NAtacha: Je dis ça car je constate que trop souvent la problématique OGM n’est portée que sur la consommation humaine.
        Hors, je dirai que finalement, c’est peut être le dernier de nos soucis. Il m’importe plus le respect de l’environnement, de la terre, des eaux, de la biodiversité…

        Je pense que si nous sommes trop cons pour nous laisser faire, nous en payerons les conséquences alimentaire. Moins grave que de laisser un écosystème totalement déséquilibré à nos enfants. C’est mon avis.

      • Natacha Natacha

        Mais Chegoku, l’Homme a aujourd’hui une telle emprise sur les écosystèmes par sa façon de s’alimenter que seule une réforme totale de son rapport à la nourriture peut changer son impact sur la qualité de l’eau, de la terre, de l’air, sur les équilibres naturels et réduire la pression qu’il y exerce.

      • Chegoku Chegoku

        Je suis bien d’accord. Mais a part l’interdiction façon dictature des produits commercialisés et de techniques culturales pérennes, je vois pas comment on va se sortir de ce merdier.
        Car même l’agriculture « conventionnelle » est à bannir.

        Une seule chose est certaine. On est dans la merde. Nos enfants plus encore.

        Pour ceux qui ne le connaissent pas. Claude Bourguignon (un confrère agronome) dit des choses très censées. A voir sur le net.

        En tout cas, la priorité absolue est d’empêcher l’autorisation de cultiver ces saloperies sur nos sols.

      • Natacha Natacha

        Oui, C. Bourguignon et sa femme sont de vrais agronomes.
        Nous pouvons agir à notre niveau en soutenant des producteurs proches, propres et transparents, en cultivant dans le respect et la vie des éléments, en prenant soin de ne laisser aucune trace de notre passage, en refusant purement et simplement les produits transformés et certaines habitudes erronées et nuisibles. En n’allant pas ou le moins possible au supermarché, en éduquant nos enfants à une alimentation saine et vivante … Là je vois déjà un peu de lumière, pas toi ? :)
        Je crois que la Nature nous aide toujours si nous savons garder confiance.

      • Chegoku Chegoku

        c’est bien mais je pense malheureusement que les initiatives isolées ne pourront rien changer.
        C’est pessimiste et réaliste en même temps.

        L’éternel problème c’est la masse.

      • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

        C’est vrai qu’il y a une majorité de personnes qui en n’ont rien à faire,qui ne veulent pas s’informer et qui sont dans l’ignorance complète,sur toutes ces questions, c’est grave!

        Chaque geste et acte de tous les jours ,c’est la mécanique bien huilée qui tourne en roue libre ou nous avons perdus de vue par paresse, la conséquence de nos actes,et ça multiplié par des milliards

      • Natacha Natacha

        Chegoku :Ne connais-tu pas la théorie du centième singe ?

  • laspirateur

    Ouais! Plus de maïs! Que des m&m’s!