Les banques américaines battent de nouveau tous les records de malhonnêteté

Pratiquement 3 ans de blogs et j’ai vu passer les pires informations concernant les banquiers américains qui excellent dans l’horreur et la malhonnêteté, et force de constater qu’à l’heure actuelle ils arrivent encore à se montrer encore plus escrocs chaque jour! Petit rappel des faits: elles ont utilisé des femmes de ménages en les faisant passer pour des directeurs de banques pour signer des procédures de saisie durant le foreclosure gate (plus d’un millions de maisons saisies en 2010 et ils avaient planifié 2,5 millions de maisons en 2011), création de faux tribunaux avec faux-juges et faux policiers pour mieux saisir les maisons des gens,  elles sont impliqués dans le blanchiment d’argent des cartes de la drogue, dans la prostitution infentine, manipulation des marchés et des cours, manipulation avec le LIBOR, faillite de villes, d’états et même d’un couvent avec des crédits toxiques, infiltration au gouvernement américain qui leur a permit d’être intouchables pour le foreclosure gate et maintenant protégées pour le LIBOR, Obama les a d’ailleurs récemment blanchies, etc… Et voilà que ces salauds (passez-moi l’expression) commencent à faire le ménage dans leurs rangs, mais pas avec les employés les plus escrocs, avec le petit personnel qui a commis une faute dans le passé, par preuve par l’exemple:

Richard Eggers

Richard Eggers

Un employé de banque américain a été licencié au bout de sept ans de bons et loyaux services pour avoir volé 10 cents voilà près de cinquante ans. En 1963, Richard Eggers avait eu la mauvaise idée d’utiliser une fausse pièce en carton dans une laverie automatique. Or les lois fédérales visant à assainir le système financier imposent désormais aux banques et instituts de crédit de passer au crible le passé de leurs employés.


Des milliers de personnes ont ainsi été licenciées au vu de leur casier judiciaire, beaucoup de travailleurs peu qualifiés faisant les frais de dispositions censées combattre la fraude des cols blancs. “Nous sommes tenus de protéger nos clients de toute personne responsable d’un acte de malhonnêteté ou d’abus de confiance – quel que soit l’incident concerné”,déclare-t-on chez Wells Fargo, ex-employeur de M. Eggers, cité dans Business Insider.

Source+vidéos: Courrier international

Le jour où le système tombera, cela risque d’être très dur pour certains banquiers, et après même, cela le sera encore, même si l’enfer est pavé de bonnes intentions, ils ne feront pas partie de ceux qui seront favorisés…

20 commentaires