Le grand incendie : 317 000 emplois menacés par la seule flambée des défaillances d’entreprises

Avant les élections présidentielles, des alertes expliquaient que Sarkozy demandait aux chefs d’entreprises de repousser les plans à après les présidentielles. Un peu plus tard, c’est la CGT qui montait au créneau et remettait un rapport alarmant au gouvernement, prévision: 45 000 emplois en moins à cause des plans sociaux. Le journal Leparisien.fr publiait une estimation de 90 000 emplois en sursit. Nous avons déjà PSA (8000 emplois), Nova sécurité (5000 emplois), 35 000 emplois estimés uniquement pour le secteur du bâtiment, sans compter Air France, sans compter la multitude des autres entreprises, et nous en sommes déjà à 48 000 emplois! Mais revenons-en aux 8000 emplois  de PSA, c’est une catastrophe, une véritable hécatombe, et cela se résume au fait de n’être qu’un simple domino qui tombe, d’autres vont suivre, et l’estimation du jour au final étant de 317 000 emplois!

Douche froide sur l’économie française : les chiffres des défaillances d’entreprises grimpent en flèche. Et si les 8 000 emplois supprimés par PSA Peugeot Citröen n’étaient qu’un début ?

Au feu !

Et si les 8 000 emplois supprimés par PSA Peugeot Citröen n'étaient qu'un début ?Et si les 8 000 emplois supprimés par PSA Peugeot Citröen n’étaient qu’un début ? Crédit Reuters

A l’image d’une météo déplorable en ce début d’été et qui ne sera pas sans incidence sur l’activité, la douche froide continue sur l’économie française. Ceux qui se voulaient rassurants depuis un an et demi au motif que les chiffres des défaillances semblaient montrer des signes de repli se sont trompés, notamment par manque d’analyse plus fine des données relatives aux entreprises en difficultés. Elles justifiaient pourtant les alertes du Cerf à la même époque sur l’augmentation du chômage qui devait suivre. Et elle suivit. En toute logique.

Las, la tendance de progression des défaillances se poursuit pour certains secteurs au 2ème trimestre : le transport (+5,0%) et l’hébergement-restauration (+3,1%) selon le Cabinet Altares. D’autres, qui semblaient stabilisés, vivent une véritable déflagration : la promotion immobilière (+55,8%), les agences immobilières (+20,9%) ou encore le conseil en systèmes et logiciels informatiques (+20,9%). De son côté, Euler Hermes prévoit une hausse de 3,5% des défaillances d’entreprises dans le BTP en France en 2012 en raison de la baisse du pouvoir d’achat des ménages et de la disparition d’aides publiques au secteur du bâtiment. L’assureur crédit estime ainsi qu’environ 15.000 petites entreprises du secteur pourraient se retrouver cette année en redressement ou en liquidation judiciaire, soit près du quart des 63.500 défaillances d’entreprises attendues en France.

Toujours selon Euler Hermes, ce chiffre global représente une hausse de +4% tous secteurs confondus pour ces mêmes raisons et du fait de la dégradation des indicateurs de croissance et de la faiblesse du commerce extérieur. De ce point de vue, l’entrée en récession de la zone Euro aura nécessairement des répercussions sur les entreprises de l’Hexagone qui se traduira par des effets ricochets se combinant avec des effets dominos entre pays et secteurs d’activité, mais aussi par taille. Les défaillances des TPE ont impacté les plus grandes qui les impactent en retour du fait de la dégradation de leur propre situation.

Selon la banque de France, « pour la première fois depuis août 2010, les défaillances  ne diminuent pas sur un an, pour  les microentreprises (+ 0,1 % après – 0,2 % fin mars 2012) et surtout pour les PME de plus grande taille (+ 0,7 % après – 1,2 %). Les défaillances continuent de croître pour les ETI et grandes entreprises (9 unités légales supplémentaires sur un an)« .

Le trompe l’œil de l’amélioration de la situation au 2ème trimestre vient du fort recul des défaillances des micro-entreprises sans salarié (-19%), Altarès y voyant des entreprises « qui semblent s’être habituées aux effets de la crise et se sont remises en ordre de marche« , alors qu’il faut en fait y voir la gravité de l’impact précédemment subit par les entreprises de cette taille et l’écumage radical des unités les plus fragiles et exposées aux spécificités de la première phase de la crise.

Nous entrons depuis plusieurs mois dans une nouvelle phase où les problèmes de trésorerie viennent se conjuguer avec la faiblesse des carnets de commande, contribuant à assombrir les perspectives pour les entreprises qui avaient pu résister jusque-là. Pour nombre de petites entreprises, l’augmentation des défaillances des grandes PME, qui sont autant de clients et donneurs d’ordre, sonnent le glas quand elles sont trop dépendantes de ces locomotives. Celles qui ont de la trésorerie, des fonds propres ou encore des carnets commandes remplis s’en sortiront. Les autres…

Le nombre des emplois concernés pour le seul 2ème trimestre reste très élevé : 72.500 salariés devraient voir disparaître leur poste. « C’est une hausse de 25,6% sur un an et le niveau le plus élevé enregistré en cinq ans« , souligne Altares. Si l’on retient le nombre de 63 500 défaillances, c’est un plan social de plus de 317 000 pour l’année 2012 auquel il faut s’attendre, soit 170 000 de plus qu’avant la crise.

C’est là malheureusement que l’on mesure l’échec d’une Grande Conférence Sociale qui a réuni des acteurs venus parler de nombreux sujets, mais qui n’ont jamais fait de la lutte contre les défaillances la priorité absolue de leur action. Et si c’était le commencement ?

Source: atlantico.fr

20 commentaires

  • La vache c’est énorme mais pas si surpenant malheureusement.

    Pole emploi va etre submergé déja qu’il le sont un peu lol (un peu d’humour ne fait pas de mal)

  • vanvoght

    le commencement de la fin . c’est sur ; a moins de rapatrier vite fais TOUTES les usines delocalisées en chine et ailleur .
    quant a comparer peugeot et wolkswagen y as pas photo . il y as longtemps que nos voitures ne valent plus rien .
    et poutant chez les constructeurs alemands les salaires sont plus elevés ……………. cherchez l’erreure!!!!

    • enlil

      toutes ces entreprises virent du monde, mais ils faut pas oublier les sous traitants qui sont peut etre aussi nombreux

      • fontaine fontaine

        on sent bien une aggravation, le seul moyen que les français se réveillent, tant qu’ils ont à bouffer dans leurs assiettes ils laisseront tout faire.

        c’est con à dire, mais c’est comme celà.

        le premier qui viendra se plaindre devant moi, il sera pas déçu du voyage.

        en espagne, cela s’accelere aussi avec les mineurs.

        le point de non retour est engagé.
        ils ont utilisés toutes leurs cartes possibles
        le chateau est en train de s’écrouler

  • Arlette

    P.S.A. avait fait une CROIX sur le Marché IRANIEN – 450’000/AN.
    http://youtu.be/_He8rNza6w4

    Alain SORAL : http://www.egaliteetreconciliation.fr

  • frisquette

    quand le peuple se retrouvera sans boulot , sans salaire , sans espoir , alors il aura du temps devant lui pour faire la révolution ;il faut juste attendre qu’il n’est plus rien à perdre ;

  • yannick

    Doux, 4 000 salariés et la filière derrière, le crédit immobilier qui a jusqu’en octobre pour trouver un repreneur, la plupart des artisans qui n’ont pas de trésorerie et que les banques ne suivent plus (un ou deux chantiers impayés et c’est la liquidation)… qui d’autre ?

  • Libre!

    Chacun son tour, nous étions un pays développé, on l’est encore mais pour combien de temps? car il est certain qu’avec une main d’oeuvre qui n’est plus compétitive, une vision peu tournée vers l’étranger (EXPORT!) et un savoir faire qui se perd nous n’en avons plus pour longtemps. Une nation avec un taux de chômage élevé ne peut pas tenir bien longtemps sans que de graves crises se déclenchent.

    Hier nous accueillions des immigrés bientôt ce sera à notre tour :) la roue tourne.

  • engel

    Ah bon !
    Je croyais que la crise été virtuelle…

  • NEO

    Tous ces licenciés vont tout faire pour quitter le pays et se rendre à coté genre en Belgique, Allemagne, Suisse. Après il y a des continents du style Amérique du Sud, Asie et Afrique.

    Ce sont les dernières solutions. Surtout qu’il y a possibilité d’être bien mieux payé là-bas…

    • vanvoght

      moi j’appel ça de la lachetée ; si ont aime son pays , on y reste et ont se bat pour lui .
      ceux qui preferent se tirer bosser ayeur ne valent pas mieux que les riches qui partent se planquer en suisse .

  • domdom26

    j’ai un dossier PDF ou il recense toute les suppression d’emplois pour les prochains mois , mais je ne sait pas comment le joindre a mon texte ??????, si je le copie il y a deux pages je ne pense pas que tout passera ici ????

    quant pense tu BENJI ????

    AMICALEMENT

    DOMINIQUE

  • brujitafr

    FRANCE = Plans sociaux : près de 60 000 emplois visés… + Màj PSA Aulnay = La VRAIE raison du licenciement des 8 000 salariés ! (vidéo)

    http://www.brujitafr.fr/article-france-plans-sociaux-pres-de-60-000-emplois-vises-108060249.html