Quand l’élevage opprime les peuples autochtones au Brésil où la déforestation s’accélère..

On en sortira pas s’il n’y a pas solidarité planétaire. Partagez ! Volti

******

Par Ophélie Bontemps / notre-planete.info

Un Kinikinawa saigne des suites de blessures à la tête alors que la police attaque sa communauté
Kinikinawa – Licence : DR

Au Brésil où la déforestation est principalement liée à l’élevage et la production de cultures fourragères, les populations autochtones sont régulièrement intimidées, harcelées, opprimées et violentées par les autorités qui soutiennent les éleveurs. Alors que la déforestation s’accélère, les peuples autochtones restent les meilleurs protecteurs de la nature.

Le 1er août 2019, les autochtones Kinikinawa ont choisi de reprendre possession d’une partie de leur terre ancestrale, qui leur avait été volée il y a des années pour faire place à l’élevage.

Il n’a fallu que quelques heures pour que la police intervienne en terrorisant cette paisible communauté : plusieurs blessés sont à déplorer, violentés par les forces de l’ordre.

Cette opération aurait été commanditée par un maire et éleveur local.
Ce premier aurait déclaré que les Kinikinawa seraient « expulsés, de gré ou de force ».

Comme tant d’autres peuples autochtones qui vivaient en retrait de notre civilisation insensée, la recherche de terres pour l’élevage et la production de cultures fourragères – principalement à destination de l’Europe – a mis fin à leur isolement et leur tranquillité.

Incapables de se défendre, marginalisés et désoeuvrés face à l’arsenal répressif de l’Etat, ils sont petit à petit dispersés et leurs terres sont déforestées et spoliées.

Following an attack by heavily-armed police, the Kinikinawa in Brazil have asked for this footage to be shared so people around the world can see what they’re going through, and take action to help.

Read more https://t.co/w7DbuvGVYB

TAKE ACTION https://t.co/9Mxqezy49I pic.twitter.com/47Q0xsgH15— Survival International (@Survival) August 2, 2019

Plus de 80 % de la déforestation dans la forêt amazonienne s’explique par la libération d’espace pour le pâturage ou la production de soja et céréales qui seront exportés pour nourrir le bétail dans différentes parties du monde et principalement en Europe. Ainsi, un végétarien utilise 5 fois moins d’espace pour se nourrir qu’un omnivore.

Le peuple autochtone voisin, les Guarani, a publié une déclaration dans laquelle il exprime sa colère : « Les éleveurs et la police agissent illégalement et attaquent les autochtones. Depuis des décennies, nous réclamons la restitution de nos terres, conformément au droit national et international, mais nous avons été ignorés. Nos terres sont toujours envahies et occupées par des éleveurs et des politiciens, donc nous réoccupons nos terres. Nous résisterons et nous répondrons à la guerre des éleveurs contre nous, peuples autochtones. »

Le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro a pratiquement déclaré la guerre à la population autochtone du Brésil. Le nombre d’invasions territoriales et d’attaques contre les peuples autochtones a explosé depuis sa prise de fonction le 1er janvier 2019, indique Survival International qui rapporte cette tragédie.

Brésil : la déforestation progresse

Dans le même temps, la déforestation au Brésil en juillet 2019 a été quasiment multipliée par 4 par rapport à juillet 2018 (2 254 km² contre 596,6 km²) selon les informations de l’Institut national de recherche spatiale (INPE) brésilien, l’organisme public chargé de mesurer la déforestation en Amazonie.
La déforestation au Brésil a progressé de 40 % en un an, atteignant 6 833 km².

Les peuples autochtones protègent la biodiversité

Or, une étude internationale menée à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) et publiée fin juillet 2019 montre, que la biodiversité est plus abondante sur les terres gérées par les communautés autochtones, par rapport aux terres protégées par les gouvernements ainsi que celles qui ne bénéficient d’aucune mesure de protection.

Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont analysé la biodiversité présente dans 15 621 zones géographiques, situées dans trois des plus grands pays du monde (Canada, Brésil et Australie). Ils ont ainsi constaté que le nombre total d’oiseaux, de mammifères, d’amphibiens et de reptiles est plus élevé sur les terres gérées ou cogérées par les communautés autochtones.

Par conséquent, les chercheurs estiment que « collaborer avec les gouvernements, les communautés et les organisations autochtones peut aider à conserver la biodiversité et à soutenir les droits des peuples autochtones à la terre, à l’utilisation durable des ressources et au bien-être ».

A notre niveau, il nous suffit de passer à un régime alimentaire végétal pour ne plus contribuer à la destruction de la forêt, de la biodiversité et à l’oppression des peuples autochtones.

CC BY-NC-ND (Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification )

Notre-Planète-Info

Sur le même sujet :Paraguay : l’un des derniers espaces de forêts vierges de la planète dévoré par l’expansion agricole
Pourquoi manger de la viande contribue à la déforestation en Amérique Latine
Viande : un arrière goût de déforestation
L’élevage en montagne est-il vraiment bénéfique pour l’environnement ?

Voir aussi :

Comment expliquer ces étranges et puissants sons ou « hum » entendus à travers le monde ?

La France autorise la chasse de 6 000 courlis cendrés, un oiseau pourtant en danger (notre-planete.info)

Records de chaleur et incendies sans précédent en Arctique émettent des millions de tonnes de CO2 et font fondre le Groenland.

5 commentaires

  • Avatar predateur

    pour la déforestation poutine est plus malin ,il laisse brûler ….
    pourtant il n y a aucun danger https://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/le-gouvernement-se-defend-d-empoisonner-la-population-202-151083.html

    et je le redis ,le ceta et le mercosur une opportunité sans précédent pour les végans ,l 214,greenpeace ,les moutons de bergerie..etc…pour lessiver le cerveau des peuples …https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
    à croire que tous les colons de toutes nationalités à travers les siècles n ont été qu amour et paix …..https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

  • Le moteur de l’économie est aussi son poison : Le fric.

  • Je n’arrive vraiment pas à comprendre ce monde… nous SAVONS que l’Amazonie est indispensable au maintien de la biodiversité et un générateur d’oxygène. Il n’y a aucun doute là dessus. Que ferons-nous quand tout sera dévasté ? Quelle conscience ont ces individus qui massacrent tout ? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif
    Je sais, le fric avant tout, bien sûr. On en est encore là ? Que feront ces individus là quand ils auront tout dévasté ? Ils crèveront comme nous tous, ils crèveront et ils nous aurons fait crever. On sera bien avancé !!

    Quant aux peuples autochtones, je ne suis pas étonnée. Il y a une sale « race » qui se fout éperdument d’eux, comme nos élites – une « race » aussi minable !- se fout de nous… Que ces peuples se fassent massacrer, c’est pareil avec les GJ et bien d’autres peuples qui tentent de survivre dans le monde. Et c’est toujours une poignée qui détient le pouvoir qui se permet ces exactions. Pffft !! Il est temps que tout ça cesse…

  • Avatar boco

    or, pétrole, gaz…
    phytoplancton océans pour oxygène.

  • Avatar Cyrildu44

    Partout dans le monde, on enlève des arbres soit en les laissant cramer, soit en renforçant l’exploitation des forêts.

    Seule solution : aller habiter dans des campagnes, montagnes où personne ne voudrait aller car aux conditions climatiques rudes, créer son propre potager.

    Quant à la Russie, avec la fin du permafrost, c’est un gaz emprisonné depuis des centaines d’années qui devraient s’échapper et ravager plus de la moitié de la population d’Asie au vu de la direction des vents.
    Une première sélection naturelle importante va alors se faire.

    D’autres suivront jusqu’à ce que la population diminue et/ou change profondément son mode de vie.