Un site de vengeance anti-flics et anti-matons scandalise la police et la pénitentiaire

Suivant l’article, il va être difficile de faire fermer le site malgré les risques majeurs qu’il représente. Pourtant, le gouvernement n’-t-il pas fait passer une loi pour bloquer les sites incitent à la haine, au terrorisme, et aux dérives en tout genre? Pourquoi ne pas intervenir en urgence dans un tel cas? Car Indymedia, la plate-forme qui héberge le site est américain?

Un groupe proche de l’extrême gauche a mis en ligne, sur un blog très explicite, les photos de fonctionnaires de police et de gardiens de prison de la région de Rennes, mais aussi de leurs enfants. Le parquet a ouvert une enquête.

La police indiscrète victime d’indiscrétions, piégée par ses propres armes. C’est un peu le sens du blog qui fait scandale au ministère de l’Intérieur et à l’administration pénitentiaire. Sous le titre «Vengeance», on y voit publiées des photos d’agents de ces deux administrations en poste dans la région de Rennes. Avec en prime des clichés de leurs conjoints, de leurs proches, mais aussi des dates de naissances, des noms, des adresses personnelles. Autant d’éléments que ces fonctionnaires ont eux-mêmes posté imprudemment sur leurs propres pages Facebook notamment.

Le talon d’Achille des réseaux sociaux et du désir de se raconter a donc été exploité cyniquement par des personnes proches de la mouvance d’extrême gauche qui expose ses thèses et communique via les sites d’information alternatifs du collectif Indymedia. Ils reproduisent, à leur façon, ce que le réseau de délation «anti-bavures policières» Copwatch avait tenté d’implanter en France, avec la publication de photos de 450 fonctionnaires en action en Ile-de-France et dans le Nord. Avant que la justice française ne mette un terme à cette provocation en septembre 2011.

Des enfants visés et même des bébés

Mais cette fois, la transgression va plus loin. Ce nouveau site à pour objectif non pas la dénonciation d’exactions réelles ou supposées. Il vise gratuitement des familles, des enfants d’agents, parfois des bébés, de quelques semaines à peine, en photo dans les bras de leurs parents. Sans même un floutage des clichés, avec les prénoms des enfants mentionnés, mais aussi leur âge. «C’est intolérable et le terme de vengeance employé par ceux qui se livrent à de telles dérives laisse craindre le pire pour ces familles d’agents exposées à la vindicte de n’importe quel fou!», déplore Nicolas Comte, le secrétaire général adjoint du syndicat de policiers Unité-SGP-Police.

Les «matons» pointés du doigt travaillent à la maison d’arrêt, les policiers à la Sécurité publique ou à la PJ de Rennes. Les blogueurs, qui ont posté leur dernière photo de gardien de prison à reconnaître le 20 février dernier, ironisent sur leurs «cibles». Ici, ils reprennent la formule d’un surveillant qui indique sur sa page personnelle: «Marié, à Fabienne, qui m’a fait 3 beaux enfants. Heureux…». Là, ils livrent les «plaques de flic, BAC, brigade cynophile et autre variété de poulets nocturnes», avec des photos de véhicules.

Ailleurs, ces sont les policiers des ex-RG qui sont «démasqués». Et cette fois, ce sont des photos prises dans la rue qui sont dévoilées. Avec cette légende: «Notez que le petit dernier au look de nazi est désormais en uniforme. Il avait sans doute faim de cailloux.» Il y a aussi les «plaques de matons» et même les «plaques du SPIP» (Service d’insertion et de probation).

Difficultés juridiques pour fermer le site

La Direction générale de police nationale (DGPN) a été saisie par les syndicats, tout comme la Chancellerie, à Paris. Le parquet de Rennes a ouvert une enquête pour «accès frauduleux à un système de traitement automatisé de données» et «menaces». Il a confié les investigations à la PJ de Rennes, ainsi qu’à l’Office central de la lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC).

Pour les syndicats de policiers, il est urgent de fermer l’accès à ce site. Mais le syndicaliste Nicolas Comte n’est guère optimiste: «Le site est encore accessible, malgré la saisine des magistrats, et il y a fort à parier que les problèmes juridiques qui se poseront vont compliquer l’action des autorités françaises». Souvent, en effet, les blogs d’Indymedia sont hébergés à l’étranger, dans des pays réticents à toute coopération judiciaire. Les syndicats de policiers et des personnels pénitentiaires se disent ulcérés de voir des photos d’enfants d’agents, parfois de bambins, aujourd’hui menacés, toujours diffusées sur la Toile.

Source: Le Figaro

 

17 commentaires

  • Nanker

    Et ca n’a pas traîné, le blog ne répond déjà plus…
    https://vengeance.noblogs.org

    Merci Cazneuve! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

  • Maverick Maverick

    Faut quand même être un peu raisonnable(s); on est un peu dépendants des flics et des gardiens, vu qu’on n’a pas le droit d’avoir le matériel pour défourailler le premier terroriste qui passe … Le seul truc qui nous protèhr, , c’est Zorro #l’LHommeQuiMontreDuDoigt et son copain Bernardo Cazenova (et le cheval Tornado Dyson)
    Alors un site internet d’anarchistes, c’est trop pour Dame Taubira … Et Big Sister Pellerin.

  • Trollzilla Trollzilla

    Ach… z’était gomme einen kleinen problèmme, aber za a été kontrollé à la vitèze d’ein V2 en fol, ach…
    Nicht problèmmeuh, nous zomes les beilleurs car nous zavons le bras long und zher güt tendueuh dans l’anus de la (pouah!) « liberté de zexpression » qu’ils disent ces TERRORIZTES BARBARES à la liberté du grand reich nazionale zozialiste !!!
    Arbeit macht freï bande de moutons !

    http://leparisienliberal.blogspot.fr/2015/03/guy-delcourt-un-depute-socialiste-pas.html

    Dieudo est en PACA en mars, reste des places sur la chaise, le loupez pas ça va être chaud http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

  • boco

    c’est une chause électric ? trop peur ki ait zoral behind the vitre of pupitre ?

    • Trollzilla Trollzilla

      Bah si il y a Soral, il y a des chances que l’on y voit la femme de Guillon et donc la vitre du pupitre sera embuée…
      Tu peux venir sans risque, y aura des étincelles.

  • Tyr

    Comme d’habitude, le véritable problème n’est pas mentionné.

    Il y aurait eu des listes sur un site montrant les juges, ou un site montrant les top banquiers, ou même les commissaires européens, que ce serait-il passé?

    Le gouvernement aurait fait interdire le site dans l’heure ET il y aurait eu des sorties de tout le personnel politique aux ordres pour dénoncer ce qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire et blablabla.
    En même temps, quelques groupuscules d’extrême droite auraient été interdits et quelques sites de réinfo fermés sur le champ.

    Mais là, non.
    Parce que là, c’est l’extrême gauche, m’voyez.
    Là, ce sont les anti-fa et compagnie.
    Et là, on n’y touche pas.

    • punaisebleue

      @Tyr
      Bonsoir , ne pensez vous pas que le problème , viendrait justement de ces hommes et femmes exerçant des professions sensibles et qui s affichent , dévoilent leurs vies personnelles a tous un chacun sur des réseaux sociaux AUX RISQUENT de retours de bâtons aux conséquences fâcheuses.je ne comprend pas cette mode de s afficher en publique.Dernière chose , que font les hiérarchies respective de ces fonctionnaires , ne serait il pas préférable d interdire ou bien de limiter l utilisation de ces fameux site « réseaux sociaux » lorsqu on exercent dans certains cor de métiers

      • Tyr

        Vous avez raison, mais l’un n’empêche pas l’autre.

        Le système aime les réseaux sociaux parce que
        1. les données privées sont facilement accessibles (j’avais passé un lien dans les news où un site explique comment pirater fessebouc en moins d’un quart d’heure)

        2. cela permet de surveiller ceux qui y sont. Si un officier de police ou un gendarme traîne avec des gens « politiquement incorrect », sa carrière s’arrêtera bien vite.

        3. c’est un moyen extraordinaire de faire perdre son temps aux gens qui trainent dessus à longueur de journée.

        4. c’est un moyen de propagande efficace

        5. cela donne un sentiment de lien social à des gens qui sont de plus en plus isolés, et donc à la merci de ce média pour continuer à exister socialement.

        Voilà pourquoi le système veut qu’un maximum de moutons viennent de lui-même à la tonte dans les réseaux sociaux. Y compris et surtout les flics et assimilés.
        Si leur hiérarchie faisait son travail en leur déconseillant les réseaux sociaux, ce serait effectivement, comme vous le faisiez remarquer, une bonne chose.
        Mais les policiers ont des amis, et la nouvelle de la dangerosité des réseaux sociaux se répandrait rapidement dans la population.
        Big brother ne veut pas qu’on puisse voir les défauts et les dangers de ce qu’il vous donne.
        Consommez, et on s’en fout des conséquences.

  • Nanker

    Les gauchos radicaux se sont vachement ramollis avec leurs ennemis (flics matons) : il y a 40 ans ils leur tiraient dans les jambes (authentique!). Aujourd’hui ils postent des photos d’eux trouvées sur Fessebouc… Whoa la radicalité!!!
    Et ayons une pensée pour Clément Méric est mort en sortant d’un immeuble où il y avait des soldes privées.
    Le prochain antifaf à trouver la mort sortira de McDo d’EuroDisney ou d’un concert des « Enfoirés »!

    Décidément en 2015 l’extrême-gauche fait plus pitié qu’autre chose! Le Système doit être terrifié par ce genre de guignols qui se prennent pour les enfants d’Action Directe alors qu’ils sont les rejetons de la société de consommation! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif