DÉCLARATION DU COLONEL BASTIEN-THIRY 2 FÉVRIER 1963 – Le dernier fusillé de France

Pour comprendre le présent étudions le passé. En lisant ayez bien à l’esprit l’Irak la  Libye, la Syrie etc… mais surtout l’état de la France aujourd’hui au jean-au-mariage-de-son-frere-hubert-2_240regard du prisme algérien d’hier.

Note : Je ne pense pas trahir la mémoire de Bastien Thiry en vous demandant de bien vouloir lire « Internationaliste » là où il écrivait et prononçait en 1963 « Communiste » car nous savons depuis que :

 « Some even believe we are part of a secret cabal working against the best interests of the United States, characterizing my family and me as « internationalists » and of conspiring with others around the world to build a more integrated global political and economic structure – one world, if you will. If that’s the charge, I stand guilty, and I am proud of it. »

Quelques-uns croient même que nous (la famille Rockefeller) faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des USA, caractérisant ma famille et moi en tant qu’internationalistes et conspirant avec d’autres autour de la Terre pour construire une politique globale ainsi qu’une structure économique plus intégrée – un seul monde si vous voulez. Si cela est l’accusation, je suis coupable et fier de l’être.

Memoirs, David Rockefeller, éd. Random House; 1st Trade Ed edition, October 15, 2002 (ISBN 978-0679405887), p. 405

Ne doutons pas que Monsieur Asselineau trouvera dans l’intégralité de la déclaration de Bastien Thiry toutes les valeurs qu’il défend à la virgule prêt et qu’il ne manquera pas un jour de nous faire une conférence sur ce Colonel de l’Armée Française assassiné pour avoir dit la toute la vérité sur les véritables origines cachées encore aujourd’hui de la chute de la France.

Partie N° 1 :

« Devant l’Histoire, devant nos concitoyens et devant nos enfants, nous proclamons notre innocence, car nous n’avons fait que mettre en pratique la grande et éternelle loi de solidarité entre les hommes. »

Par cette phrase, le Colonel Jean Bastien-Thiry achève la déclaration qu’il a voulu prononcer devant ses juges le 2 février 1963, cinq jours après l’ouverture du procès de l’attentat du Petit-Clamart où le Général De Gaulle a faillit perdre la vie . Dans cette longue allocution, il ne cherche pas à se soustraire à la peine qu’il encourt. Son seul but est de faire comprendre à ses concitoyens les motifs de son action. Sans aucune complaisance, et avec une clairvoyance prophétique. il expose les raisons pour lesquelles il juge qu' »il n’est pas bon, il n’est pas moral, il n’est pas légal », que le personnage auquel il s’est attaqué « reste longtemps à la tête de la France ». Dès lors, l’accusé n’est plus Bastien-Thiry mais De Gaulle.

Cela ne lui sera pas pardonné: la Cour militaire de Justice le condamnera à mort et la grâce présidentielle lui sera refusée.

Jean Bastien-Thiry est allé librement jusqu’au bout de ce que sa conscience lui dictait. Il est parti en paix: comme en témoigne Maître Le Corroller, présent à son exécution: « Lorsqu’il fut mort, après que la salve eut déchiré l’aube naissante. son visage était celui d’un enfant, doux et généreux ».

DÉCLARATION DU COLONEL BASTIEN-THIRY – 2 FÉVRIER 1963

L’action dont nous répondons aujourd’hui devant vous, présente un caractère exceptionnel et nous vous demandons de croire que seuls des motifs d’un caractère également exceptionnel ont pu nous déterminer à l’entreprendre. Nous ne sommes ni des fascistes ni des factieux mais des Français nationaux, Français de souche ou Français de coeur, et ce sont les malheurs de la patrie qui nous ont conduits sur ces bancs. Je suis le chef de ceux qui sont ici, j’assume à ce titre toutes mes responsabilités et c’est pourquoi je parlerai au nom de mes camarades et plus longuement qu’ils ne l’ont fait avant moi.

Nos motifs d’action sont liés aux conséquences de l’effroyable drame humain et national qui, à la suite des événements qui se sont déroulés en Algérie depuis bientôt cinq ans, ont mis en jeu, et mettent encore journellement en jeu la liberté, les biens et la vie de très nombreux Français; après avoir mis en jeu l’existence même, en tant que telles, de collectivités nationales dans leur ensemble, et l’existence même du principe de l’unité nationale.

Nos motifs d’action sont liés aussi, et par voie de conséquence, au danger, mortel, à notre avis, que fait courir à notre pays l’actuel pouvoir de fait: par suite des conditions dans lesquelles a été obtenu ce qu’on a osé appeler le règlement du problème algérien, des principes et des lois qui sont, ou qui devraient être à la base de la vie nationale, ont été mis en question. Les nations sont mortelles et, dans un passé lointain ou proche, des nations ont cessé d’exister en tant que telles. Le danger que court actuellement ce pays ne vient pas d’un risque de destruction physique ou matérielle: il est plus subtil et plus profond car il peut aboutir à la destruction de valeurs humaines, morales et spirituelles qui constituent le patrimoine français.

La suite dans un prochain article et pour les impatients courageux :

http://www.bastien-thiry.fr/le-proces-du-colonel-bastien-thiry/declaration-du-2-fevrier-1963.htm

Stef2892 pour les moutons enragés

17 commentaires

  • tout est dit dans les citations ci-dessous dont voici quelques échantillons :

    « Si le Peuple avait la moindre idée de ce que nous avons fait, il nous traînerait dans la rue et nous lyncherait. » George H.W. Bush, 41e Président des Etats-Unis d’Amérique

    « Nous sommes à la veille d’une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est de la bonne crise majeure, et les nations vont accepter le Nouvel Ordre Mondial. » David Rockefeller

    « Le but des Rockefeller et de leurs alliés est de créer un gouvernement mondial unique combinant le Supercapitalisme et le Communisme sous la même bannière, et sous leur contrôle. […] Est-ce que j’entends par là une conspiration? Oui, en effet. Je suis convaincu qu’il y a un tel complot, d’envergure internationale, en planification depuis plusieurs générations, et de nature incroyablement maléfique. » Lawrence Patton McDonald (1935-1983), congressiste américain tué dans l’attaque d’un vol de la Korean Airlines, dans un message public diffusé en 1976

    LA SUITE ICI :

    https://archivesmillenairesmondiales.wordpress.com/citations/about/

  • Bonjour les moutons. Non seulement vous l’écrivez, mais en plus vous le prouvez. Que vont penser les journalistes de l’Express !
    Pour notre part, nous aussi, nous sommes dans les clous. Quelle horreur !
    Caillasse du jour : La Grèce et l’Europe comme jadis l’Amérique Latine ?

  • engel

    Oui Le Gl de Gaule a été fourbe sur le règlement de l’Algérie et sur bien d’autres sujets.
    Mais pouvait-il faire autrement???

    La France était trahie de toute part, exactement comme maintenant, les très puissants communistes en plus.

    – Faut-il rappeler le précédent du canal de Suez et son l’ultimatum américain à travers l’ONU!
    Les Amerlocs ne voulaient plus d’une Europe forte de ses colonies. Ils forcèrent à la décolonisation mondiale d’après 1945,…à une exception notable, Israël.
    – Faut-il rappeler les « passeurs de valises » de certains traîtres socialistes ou autres trotskistes au profit de l’ennemi d’état, le FLN.
    – Faut-il rappeler le comportements de certains colons exécrables et de leur lobby qui attisèrent les haines par un comportement odieux envers les autochtones algériens.
    – Faut-il rappeler que le parti communiste allait clandestinement jusqu’au sabotage dans les arsenaux d’états des munitions distribuées aux militaires.
    – Faut-il rappeler que toutes les droites étaient contre toute solution de partage et donc de négociation algérienne.

    La France allait exploser!

    Le Gl de Gaule n’a pas fait se qu’il aurait voulu. Mais bien plus, ce qu’il a pu.

    En tant que militaire se renier a du être terrible pour lui aussi.
    Céder un immense territoire à la partie adverse n’est pas dans « l’ADN militaire », surtout contre ses paires!

    Au final, de Gaule a soustrait TEMPORAIREMENT la France de la dislocation sociale. Mais les mêmes sont restés.

    …Et ils œuvrent plus que jamais!!!

    • PhildeFer

      Non Engel.
      De Gaulle était raciste. Il considérait le peuple algérien et les arabes en général comme inférieurs et inassimilables. Et c’est dans cette optique qu’il a décidé de se « débarrasser » de l’Algérie, qui constituait 3 départements français dans lesquels les Algériens étaient maintenus comme des sous-hommes, contrairement aux juifs locaux qui eux, avaient été automatiquement naturalisés français par le décret Crémieux…
      En se débarrassant de l’Algérie comme il l’a fait, de Gaulle a trahi la France et les Français qui l’avaient porté au pouvoir suite au putsch de 1958.
      Que de Gaulle ait pu conclure un deal avec les USA selon lequel il trahirait les Français sur la question algérienne en échange d’être autorisé à accéder à la présidence est à mon avis presque certain.
      Toute ressemblance avec un autre président ayant clamé que son ennemi c’était la finance et puis qui… étant sans doute là encore fortuite…

      Pour mémoire:

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_S%C3%A9tif,_Guelma_et_Kherrata#Recherches_r.C3.A9centes

      • engel

        ce n’est pas ma façon de voir.
        Tu juges ces événements avec les yeux d’un gars du 3° millénaire plein de nobles idéaux.
        De Gaule avait effectivement peur de la venue brutale, du jour au lendemain, de millions de musulmans dans la vie politique du pays. Mais cela ne fait pas pour autant de lui un raciste. Surtout si on replace ceci dans le contexte de l’époque avec comme souci premier la cohésion sociale de la France.
        Il a prefèré se départir de cette entité plutôt que de courir à la guerre civile.

        De toute façon, tous ceux qui étaient anti-colonialismes y étaient par intérets et sûrement pas par anti-racisme!

      • engel

        Et en ce qui concerne un hypothétique accord secret entre de Gaule et les amerlocs. C’est faire fi de la haine réciproque qu’ils se vouaient depuis sa disgrâce à Londres.

  • samlours94

    Comparaison du régime Gaulliste avec celui du troisième Reich, fallait oser quand même :)
    Bon, c’est le point de vue d’un ultra nationaliste nostalgique des colonies qui ne digère pas que la France ait eu à un moment la lucidité (et le calcul politique) de rendre au peuple Algérien son indépendance.
    Je suis allé lire tout le discours de cet homme qui est droit dans ses pompes, logique avec lui-même. Au milieu d’une dénonciation courageuse d’un certain régime dictatorial (De Gaulle), il place un nationalisme assez aveugle à mon sens, qui fait fi d’une réalité et d’une vérité toute simple inscrites dans nos plus belles pages: le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes !
    Car qu’on le veuille ou non, l’Algérie comme d’autres ex colonies Françaises, n’était QU’UNE colonie et il était inévitable que tôt ou tard, elle réclame son indépendance.
    Dès lors, pour appuyer son discours, Thiry affirme que les résultats des référendums Gaullistes étaient tronqués car issus de propagande d’état sans véritable contre propagande autorisée…. rien de nouveau sous le soleil depuis non ?
    Partant de l’unique constat de la question Algérienne, il en fait une lecture absolument généraliste et Nationale, élevant donc le Gaullisme sur cette seule question au rang de dictature, je trouve que sur ce coup, il eut été utile de développer un peu plus et de manière plus…Franco Française en quoi le régime Gaulliste était dictatorial.
    Car en creusant un peu , on pourra s’apercevoir que le Gaullisme, en effet dictature mais pas différente des régimes de Mitterrand, Chirac, Sarko ou Hollande, l’était sur bien d’autres points et que s’en réclamer exclusivement en fermant les yeux est absolument aussi débile que de voter sur la seule bonne bouille d’un quidam.
    En ceci d’ailleurs, le « Gaullisme » revendiqué à longueur de conférence par l’UPR et Asselineau est assez pathétique. De plus contre-productif envers ceux qui pourtant à l’UPR pour des raisons « d’urgence politique », n’en apprécient De Gaulle que très modérément, ayant eu à combattre par le passé justement sa dictature !
    Mais je continue sur le point de vue de Thiry …
    Affirmer donc la volonté Gaulliste comme étant celle de briser l’unité Nationale sur la seule raison d’Algérie me semble assez mensonger et manipulateur, en même temps que volontairement restrictif et limité. Il fait référence au droit d’insurrection des peuples en considérant par ailleurs que le peuple Algérien était en fait…Français et c’est là le nœud qui coince car Thiry ne peux pas considérer une Algérie Algérienne, il faut qu’elle soit Française. Dès lors, pour appuyer son propos il se réfère même à ce droit d’insurrection qui, voulu par Robespierre ne figura pas à ma connaissance dans la constitution ou durant un temps extrêmement bref !
    Enfin, se rendant compte que la seule question Algérienne ne pourrait justifier à elle seule son propos, il finit quand même par soulever les défauts du capitalisme, ses injustices et ses méfaits. Mais comme on dit, il y passe à la vitesse de la lumière pour vite revenir sur la question Algérienne.
    Mais là où à mon sens il se dévoile totalement, c’est en se déclarant soudainement Européiste, Otaniste et supporter des Etats Unis d’Amérique, au nom d’un anti communisme bien pratique à l’époque. Cet anticommunisme primaire, on le retrouve tout le long de son texte et notamment à la fin où il regrette qu’en place de ce qu’il nomme une réconciliation nationale, ce soient les communistes qui aient été représentés jusque dans les instances de l’Etat dans le régime de De Gaulle. Nous avons là l’éternelle rengaine de l’ultra nationalisme qui donnera naissance plus tard à ce qu’aujourd’hui, nous connaissons sous le nom de Front National. Avec au passage un petit clin d’œil qui sied aux révisionnistes d’extrême droite sur le véritable rôle du parti communiste dans la résistance. Une phrase comme « Je pense donc que l’Histoire fera justice de certains mythes. » N’est pas sans ambiguïté …
    Une dernière remarque qui appuiera sur ce que j’écrivais au début. Je pense que Thiry était un homme convaincu par sa quête, un peu comme un illuminé religieux (il se réfère souvent à dieu d’ailleurs). Il va même encore plus loin en comparant son acte (la tentative d’assassinat de De Gaulle) aux tentatives d’assassinat qu’avaient perpétré les généraux Allemands sur la personne d’Adolf Hitler. Il compare donc (et c’est logique au vu de son propos tout du long) le régime et la personne d’Hitler au régime et à la personne de De Gaulle. Son interprétation des motifs de ces mêmes généraux étant de mon point de vue absolument fantaisiste pour ne pas dire délirante (ils avaient peur que l’Allemagne devienne communiste).
    En conclusion, je dirais que cet homme s’est rendu malade de voir l’Algérie devenue indépendante comme d’autres aux 18 et 19 e siècles ont pu en faire de même en constatant que le « sens des choses « ne plaidait plus en faveur des colonies et autres pseudo acquisitions d’un pays en mal de richesse. Dès lors, ces colonies pouvaient retrouver leur indépendance et c’est ce qu’il advint avec en l’occurrence l’Algérie et c’est ce que ne supporta pas les Thiry en ces temps ou les Jean Marie Lepen un peu plus tard …Il voyait derrière cette souveraineté à venir de l’Algérie la main de Moscou …
    Thiry assurément était un homme de convictions , mais engoncé dans ses propres limites, limites qu’il voulait imposer aux autres car pour lui , la réconciliation nationale semble avoir quelques relents de vieux colonialisme en même temps que ses interdits.
    Dans un pays qui votait encore à plus de 20% pour le parti communiste, définir ce type de réconciliation en excluant ces communistes me semble un peu malhonnête quand même.
    Il n’aurait pas dû être exécuté cependant car en l’occurrence, c’était un combattant, certes de mon point de vue dans le mauvais camp mais un combattant quand même …

    • PhildeFer

      Tout à fait.
      On ne peut que conseiller à Asselineau de mieux surveiller ses références: de Gaulle! Se référer à ce type est soit vouloir défendre l’image d’Epinal que certains en ont fait soit méconnaître profondément le personnage auquel il se réfère., ce qui me semble d’ailleurs avoir aussi été le cas avec le sulfureux Pasqua….

  • Norbert

    Samlours94 et Phildefer,

    Vous etes tous les 2 de mauvaises fois.
    Vous cherchez vraiment la petite bete…….avec Asselineau.

    1)Concernant Pasqua il s’en explique longuement sur le site de l’UPR et ce n’est pas tel que tu sembles le penser,va mieux t’informer Phildefer..

    2)Dire qu »asselineau parle tout le temps de De Gaulle dans ses conferences .il ne faut pas non plus exagerer.

    ET VOUS???ETES VOUS IRREPROCHABLES DANS VOS VIES??

    Il est evident et normal qu’Asselineau ne prennne que les cotes positifs de De Gaulle, et seulement, et ce sont justement les sujets qui concernent la France et les Francais dans l’Europe(CNR) et son rapport avec les USA.(lorqu’il refusait la domination Americaine).
    On ne construit rien avec du negatif.

    Il ne va pas refaire l’autobiographie de De gaulle dans ses conferences ou sur le site de l’UPR ,ce n’est pas son role ni le sujet.

    D’ailleurs Asselineau souligne suffisamment dans ses conferences que De gaulle avait fait de nombreuses erreurs.

    Le plus sur pour ne pas faire d’erreur etant ,dit on, c’est de ne rien faire…ce qui est,sans nul doute, une plus grande erreur encore.
    Nul n’est parfait.

    L’Algerie n’ayant rien a voir avec les sujets principaux traites par l’UPR pourquoi en parlerait il?.

  • confucius

    Bonjour,

    Allez, je fais un « hors sujet » !

    « Ceux qui crient « c’est dégueulasse » en sourdine, n’interviennent pas contre la violence sociale révélée, mais filment, afin de dénoncer. C’est le résidu de révolte molle, la petite phrase lancée dans le dos d’un passant, prononcée juste assez fort pour les autres lâches, mais pas trop, sinon la police pourrait entendre. Signe que tout le monde est maté. Témérité minuscule psalmodiée pour soi, pour sa propre conscience. »

    J’ai trouvé ça quelques part, très actuel et ça me plait.
    Et vous, qu’en pensez-vous ?

  • alexei

    Bonjour,
    Voici trois phrases de Bastien-Thiry qui m’ont particulièrement marqué :

    « Les conditions sont donc réunies pour que le peuple français se retrouve un jour sous la férule d’un régime communiste ou cryptocommuniste, sans même s’être bien rendu compte des différentes étapes qui auront été franchies pour en arriver là. »
    Quelle lucidité !

    « Nous sommes pour l’Europe, car nous croyons que la France peut s’intégrer à l’Europe sans renoncer à rien de ce qui fut les gloires de son passé et de ce qui fait son patrimoine moral et spirituel. Nous sommes pour la communauté atlantique parce que nous croyons que, face à la menace permanente et écrasante de subversion communiste, le monde libre ne doit pas se laisser diviser et doit être entièrement solidaire de l’Amérique. »
    Quelle erreur !

    « Le CNR […] vise à faire du citoyen français un être humain, libre et responsable, et non pas un être purement économique, incivique et irresponsable »
    Voilà toute l’essence même de la démarche de l’UPR qui s’inspire directement du CNR.

    Que Asselineau se soit trompé en suivant Pasqua et qu’il souffre de cécité sur l’ambivalence de DeGaulle et « la question algérienne » n’est pas ce qui doit nous faire juger de l’action politique d’ Asselineau et surtout de son parti l’UPR.
    Ceux qui pensent que c’est un parti à sa gloire et afin de conquérir le pouvoir se trompent lourdement à deux points de vue :

    1/ la charte même de l’UPR le défini comme un parti provisoire qui n’a pas vocation à « diriger » le pays sur des décennies, comme tout autre parti, mais à le libérer puis de remettre les clefs de « la maison France » aux mains des français par le biais de referendums sur les grands sujets qui les concernent (constitutionnels, financiers, énergétiques et migratoires), l’inspiration du CNR dans cette charte est vitale comme garde fou.

    2/ Asselineau a eu l’intelligence de créer un outil suffisamment structuré pour qu’il puisse simplement se passer de son fondateur sans que cela ne pose de problème… Avec bientôt 7000 adhérents, beaucoup de membres pourront reprendre le bâton de pèlerin d’Asselineau, peut être pas avec le même talent, mais cela s’apprend.

    La force première de l’UPR c’est son programme et non la personne qui la représente comme « homme providentiel » qui va tous nous sauver des méchants lobbies internationaux…

    Si Asselineau est sous les projecteurs c’est bien pour une question de visibilité médiatique afin que ceux qui ne connaissent pas l’UPR puissent mettre un visage sur ce parti.
    Cela aurait pu être quelqu’un d’autre mais tant qu’Asselineau a l’énergie de porter la parole de l’UPR il est normal que son fondateur le fasse.

    Pour résumer je trouve dommage que tout le débat se cristallise sur la personne d’Asselineau et pas assez sur le programme même de l’UPR. Mais la nature humaine est ainsi faite qu’elle réagit plus aux stimulus émotionnels qu’à sa simple raison et sa recherche de la vérité.