La ville de Grenoble supprime 320 panneaux publicitaires : pour Jacques Séguéla « C’est le début de toute dictature »….

La ville de Grenoble a décidé de ne pas renouveler le contrat qui  la liait avec le groupe JC Decaux pour l’affichage publicitaire sur mobilier urbain. Ce sont plus de 320 panneaux publicitaires qui vont donc être démontés par la mairie et qui seront remplacés par des arbres ou des points « d’affichage libre » .

De nouveaux espaces permettront ainsi l’affichage d’opinions citoyennes, culturelles ou syndicales en concertation avec les acteurs concernés, selon la plaquette de communication de la mairie.

Cette initiative était une promesse de campagne du maire actuel Eric Piolle, affilié au groupe écologiste EELV mais aussi cofondateur du collectif « Roosevelt 2012 » avec des personnalités comme Edgar Morin, Stéphane Hessel, ou Pierre Larouturou…

L’autre contrat qui lie la municipalité à JC Decaux et qui concerne 2000 abris bus, court encore jusqu’en 2019, il ne s’agit donc que d’un premier pas vers la « libération de l’espace public de la publicité », comme l’indique le communiqué de la mairie :

La municipalité fait le choix de libérer l’espace public grenoblois de la publicité en développant les espaces d’expression publique et ne lance pas de nouvel appel d’offre pour de l’affichage publicitaire.

Le manque à gagner pour les finances publiques est estimé à 150 000 euros par ans qui seront compensés par une baisse du budget réception et protocole, une mesure qui semble de bon sens et qui vise à rendre l’espace public aux habitants et à l’expression citoyenne. Jusqu’alors, la seule grande ville à avoir adopté des mesures similaires était Sao-Paulo, au Brésil, qui avait interdit la publicité sur ses murs en 2007. 8000 panneaux publicitaires avaient été retirés dans le cadre d’un programme « ville propre » destiné à lutter contre la pollution visuelle, à la grande satisfaction des habitants. Comparées à l’initiative brésilienne, les mesures prises par la ville de Grenoble semblent donc modestes, cependant, le publicitaire Jacques Séguéla y voit déjà une atteinte insupportable à la liberté de « l’imaginaire » et un pas vers la « dictature »…

Dans une interview au site local placegrenet.fr, la figure du marketing publicitaire se livre à une véritable diatribe contre l’initiative de la municipalité qui dit beaucoup de la vision de la « démocratie » et de la « liberté » des milieux du business et des classes dirigeantes.

Ainsi, selon Séguéla, c’est la publicité « par la voie de l’affichage dans l’espace public, qui apporte à la ville l’info, la couleur, l’humour, la joie de vivre, le partage, le talent et qui favorise le vivre ensemble. »

La publicité est donc à la base de la citoyenneté, première leçon de Séguéla. Sans surprise pour un publicitaire, il avance également que cette dernière est indispensable au commerce, ce qu’on peut en effet difficilement nier au vu des budgets pubs pharaoniques des grands groupes commerciaux. Cependant, quel est le véritable objectif de l’objet publicitaire et du marketing ? Il ne s’agit plus, comme au début du siècle dernier, de vanter les qualités d’un produit et de le porter à la connaissance des acheteurs potentiels, mais plutôt de conditionner les consommateurs en opérant dans les champs de la psychologie et des neurosciences. Un des principaux ressorts de la publicité aujourd’hui est de jouer sur les pulsions ataviques, la peur et la sexualité, essentiellement, afin de conditionner l’acte d’achat, ce que ne dira pas Séguéla.

Selon lui, au contraire,  » la publicité est marchande de bonheur » et l’atteinte à la liberté publicitaire s’apparente donc à une « castration de l’imaginaire ». Il  n’en faut pas plus pour affirmer que c’est « le début de la dictature. » Car la vision ultime de Séguéla, dévoilée par cette interview, c’est que « la publicité est marchande de bonheur. » Point de salut donc, hors du consumérisme, point de bonheur hors de l’acte d’achat et la société de consommation. Voici la véritable nature d’une société marchande proprement totalitaire où le bonheur et la liberté ne sont accessibles qu’à travers la consommation et le conditionnement du consommateur par le marketing. Il s’agit d’un renversement des valeurs typiquement orwellien.

Et lorsque le journaliste lui demande justement si : « La publicité ne peut-elle pas s’apparenter à une méthode de persuasion des masses, à l’origine propagandiste ? » Séguéla répond qu’il s’agit d’un « discours soviétique » et il s’étonne : « Comment au XXIe siècle pourrait-on encore tenir des propos pareils ? » ce qui permet donc de boucler la boucle et de fermer le cercle orwellien de l’idéologie totalitaire marchande. Tout ce qui s’oppose au totalitarisme marchand est assimilé au totalitarisme alors que ce dernier est présenté comme le seul idéal de liberté et de bonheur possible, ce qui permet de condamner tout échappatoire et enferme les individus dans une double contrainte schizophrénique.

Tout le discours idéologique des sociétés modernes peut ainsi se résumer dans cette formule rarement explicitée, et c’est en cela qu’on peut remercier les Séguéla lorsqu’ils dévoilent à leur insu des pans de cette réalité : vous êtes libres, certes, mais uniquement libres de consommer…

Guillaume Borel pour les moutons enragés

32 commentaires

  • zeus

    « Début de la dictature », bientôt Hitler et on arrive au point Godwin.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

  • Philippe30

    Il est consternant d’entendre constamment des comparaisons extrêmes utilisant très souvent un vocabulaire militaire.

    Dans ce cas , en quoi la suppression de panneau publicitaire contribuerait une à dictature.

    C’est plutôt le contraire qui va se produire , on sort de la dictature de la publicité.

    A ma connaissance la France n’a pas toujours subi ces panneaux publicitaires est-ce pour autant que nous avons été sous un régime de dictature ?

    Philippe

  • jeuneetcon

    l’est beau l’écolo:
    Natif du Béarn, Éric Piolle a suivi ses études dans le même lycée que l’ancien maire Hubert Dubedout1, puis poursuit des études supérieures à l’École nationale supérieure de génie industriel.

  • engel

    Selon Ségéla,
    c’est la publicité « par la voie de l’affichage dans l’espace public, qui apporte à la ville l’info, la couleur, l’humour, la joie de vivre, le partage, le talent et qui favorise le vivre ensemble. »

    Depuis 40 ans cet arriviste, nous impose sa vue de la société.
    …Sérieux, on peut tous juger du résultat!

    Et à l’heure de notre mort(sociétale) n’oublions pas la petite Rolex du parvenu. :(

  • Electra

    Quand on a une rolex au poignet, on devrait éviter de se prendre pour un sans-dents.

  • mani mani

    Puisque le support visuel (panneaux) principal est retiré.., la question à ce poser est.. :

    « Quel support » va être utilisé en remplacement pour capté l’attention des con sommateur..cela peu être sujet à un test grandeur nature en condition réel pour un autre mode d’influence(s) (ondes etc..).

  • yannick511

    Séguéla est-il vraiment la personne la plus objective qui soit pour s’exprimer à ce sujet ?
    J’ai fait il y a 15 ans une formation dans la publicité, et d’ailleurs effectué 2 stages dans ses agences. Ca m’a permis de m’immuniser à vie contre ce qui n’est que de la pure propagande marchande, du mensonge à la sauce consommation, dont la préoccupation première est de ne surtout pas faire appel à la réflexion du pigeon ciblé.
    Comment croire que foutre tous les 10 mètres un panneau géant avec soit la dernière bagnole à payer à crédit, une post-ado excitée en soutif, ou une bouteille de whisky décorée peut apporter le bonheur à qui que ce soit ?
    Pour lui qu’on nous crache à la figure toutes ces publicités en pleine rue, sans distinction d’âge, sans qu’on ait rien demandé d’autre que de vivre dans notre ville, c’est ça le bonheur ?
    Putain ce mec est vraiment complètement à côté de la plaque, à un tel point que je pense qu’il va surement bientôt se lancer dans un grand parti politique.

  • mani mani

    ???.., bin oui car car aux vues des requins de la finance, il va obligatoirement falloir aux industriel qu’ils atteignent leur cibles financière…ils contournerons obligatoirment, du moins ils tenteront de le faire c’est indéniable, par quel support..? tel est la question.. hum hum.

  • yannick511

    En tout cas j’habite justement dans une ville attenante à Grenoble, dont la mairie est traditionnellement communiste depuis de très nombreuses années, et j’espère bien qu’elle aura le courage de suivre cette décision de Grenoble pour que cette abolition de la publicité sauvage s’étende à toute l’agglomération.
    En fait je pense que les chiens chiens du capitalisme comme Séguéla sont en train de faire dans leur culotte avec cette décision de Grenoble. Ils sont terrorisés car il y a désormais un précédent en France.
    Réflexe primaire de ces pauvres écervelés à ce fragile sursaut : « c’est la dictature ! ».
    Hé oui monsieur Séguéla, attention, c’est de l’exemple de Grenoble qu’est parti la révolution française, il pourrait encore en être de même.

  • zniavrou

    La « pub » ne serait elle pas le bras droit armée de la dictature de marché ?
    Toujours une question de point de vue tout ça…

  • gnafron

    ouais ben c’est quand même triste toussa :
    Grenoble va bientôt ressembler à Pyongyang…http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • Maverick Maverick

    Séguéla ne veut pas devenir un « sans-abribus » http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

  • Tyr

    A changer dans le titre: c’est séguéla et non ségéla

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    Tien donc, c’est aussi ce que je dis, à chaque fois qu’il y a de la PUB à la télé : « Putain de Dictature » tout en coupant le son http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

    « Ségéla ferme là, ta sale PUB on n’en veut pas ! » http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • robertespierre

    Plus aucune pub

    vint ainsi le temps
    ou
    Jacques Se Gela…..puis il mourut….comme tout le monde
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • Itsmie

    « le début de toute dictature… »

    Pffffff
    Mieux vaut lire ça qu’être aveugle …Mais qd même…

    Comment faisaient les dictateurs avant l’avènement de la pub?

    • Lapige

      Les dictateurs (et en fait TOUS ceux qui ont le pouvoir), faisaient -font- de la PROPAGANDE.
      C’est à dire exactement la même chose.
      Qu’on ne s’y trompe pas, la publicité n’est pas qu’une pollution visuelle (et/ou auditive), c’est un conditionnement permanent et insidieux destiné à contrôler et diriger nos façons de vivre.
      Le pire du pire étant la pub pour les enfants, qui les conditionne très jeunes à être des consommateurs compulsifs …. plus que des êtres humains.

      • Itsmie

        Ben oui, c’est exactement ce que je veux dire…

        Sauf que avant l’invention de l’imprimerie et de la télé, c’était vachement plus compliqué de faire de la propagande et de la pub/lavage de cerveau.

      • Lapige

        Erreur.
        C’était au contraire beaucoup plus facile, pour la bonne et simple raison qu’il y avait un « média » unique qui se chargeait de propager la bonne parole … et je devrais dire LES bonnes paroles et dire à tout un chacun ce qu’il devait penser et comment il devait vivre.
        Et ce média là, TOUT LE MONDE DEVAIT Y PASSER au moins une fois par semaine, et si l’on voulait être bien vu, valait mieux s’y montrer assidu.
        D’ailleurs il existe toujours, bien que moins influent et heureusement.
        Vous voyez de quoi je veux parler ?

    • Thierry92 Thierry92

      Mais ils faisaient de la réclame http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

  • Skizoboy

    Enfin une initiative qui justement nous sort d’une « dictature » contrairement à ce que peut nous dire Séguéla.

    Les panneaux d’affichages libres sont ce qu’il y a de mieux, parce que les citoyens afficherons les informations locales, des informations de proximité utiles à tous, loin du harcèlement mac Donald.

    Un exemple à suivre.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

  • Bardamu

    Qui n’a pas déboulonné une pub de Séguéla à 50 ans, à raté sa vie !

  • gasho

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif Super tout le monde est sur la m^eme longueur d’onde. Je suis entièrement d’accord avec tous vos propos, Grenoble est sorti de la dictature de la publicité.

  • Niakine Yapatchef Niakine Yapatchef

    Ecologiquement c’est aussi une bonne nouvelle…
    C’est danns l’air du temps: la décroissance est indispensable pour péréniser notre survie, supprimer ces infâmes publicités va dans ce sens…

  • Natacha Natacha

    Tant qu’on plante des arbres …