Nouvel incident à la centrale de Fukushima Daiichi

Tepco, le plus grand pollueur du monde depuis mars 2011, continue ses bêtises. Dans une bienveillance incompréhensible de la part de tous les pays du monde, cette entreprise qui aurait dû être mise sous tutelle dès le lendemain de la quadruple catastrophe nucléaire a continué d’exister et est restée entièrement responsable du site nucléaire sans garantir la moindre transparence (1).

Le 7 février 2013, Tepco a admis avoir perdu la veille une partie d’une machine, un grand cylindre permettant de charger et décharger le coeur du réacteur. Cette machine de chargement de combustible de 35 tonnes était tombée dans la piscine de désactivation lors de l’explosion du 14 mars 2011 ; une partie, de 1,5 tonnes, était encore visible et accessible. Suite à des travaux de déblaiement, le mât a donc sombré complètement, occasionnant probablement des dégâts supplémentaires.

Voici le rapport de Tepco en anglais, qui dit en gros qu’ils n’ont pas remarqué tout de suite que le mât était tombé et que ce n’est pas grave, puis une photo de l’intérieur de la piscine montrant une partie de cette machine. Le journal Asahi qui publie cette photo ne dit pas si elle date de 2013 ou si c’est une photo d’archive.

tepco1

tepco2

Part of the fallen fuel hoist, an electric motor, is seen i

Partie visible du treuil à combustible (source)

130208 01

130208 02

piscine peut etre reacteur 3 fukushima photo tepco

Voici une photo du mât, grand cylindre qui permet d’aller chercher les barres, qui est tombé dans la piscine… La machine entière était déjà au fond depuis le 14 mars 2011.

(1) Par exemple, en 2011, Tepco a empêché la commission d’enquête parlementaire de visiter l’unité 1 en prétextant l’obscurité qui y régnait à cause de sa couverture ; alors que l’on sait bien que cette couverture blanche laisse passer la lumière et que Tepco y a de toute manière installé un éclairage. (source The Mainichi)

11 28-gensiro-jobu-keisoku

Le soleil éclaire l’unité 1

______________________________

En savoir plus  : http://gen4.fr/2012/04/fukushima-le-chariot-de-la-machine-de-chargement-de-combustible-est-bien-tombe-dans-la-piscine-n-3.html

Trouvé sur fukushima.over-blog.fr

Autre article en rapport avec Fukushima, et pas des moindres:

 

Des vaches et des veaux contaminés errent autour de Fukushima

Des milliers de vaches ont été contaminées dans le périmètre de la centrale nucléaire de Fukushima. Les veaux conçus et nés après la tragédie ont un taux encore plus important de radionucléides dans leur organisme que les adultes.

Cela fait bientôt deux ans que la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon a eu lieu. Si les Japonais se relèvent peu à peu de cette tragédie, l’environnement est toujours aussi contaminé. Lorsque la fuite de la centrale a été annoncée, les villages voisins ont été évacués dans un périmètre de 20 km.

Cependant, des milliers d’animaux d’élevage ont été laissés pour compte dans la nature. On estime ainsi que 3.400 vaches, 31.500 cochons et 630.000 poulets ont été abandonnés dans la zone d’évacuation.

Des zones contaminées autour de la centrale de Fukushima sont interdites et servent de lieux de stockage des déchets.Des zones contaminées autour de la centrale de Fukushima sont interdites et servent de lieux de stockage des déchets. © Sulamith Sallmann, Flickr, cc by nc nd 2.0

Les veaux de Fukushima plus contaminés que les animaux adultes

Dans le but de déterminer le taux d’exposition aux radionucléides et d’en évaluer les conséquences, des chercheurs japonais ont recueilli 79 animaux provenant de la zone d’évacuation, c’est-à-dire entre 10 et 20 km autour de la centrale de Fukushima. Il s’agissait de vaches, dont certaines étaient pleines, et de veaux mâles et femelles. L’étude de ces animaux, publiée dans la revue Plos One, révèle que tous était contaminés. Des traces de radionucléides de césium, de tellure d’argent ont été retrouvées. En outre, les fœtus et les veaux affichaient des concentrations 1,5 fois plus élevées que les adultes.

Les chercheurs ont montré que le taux de radioactivité dépend de la zone géographique et de la nourriture de l’animal. Dans le bétail, 27 provenaient de Minamisoma, au nord du site de la catastrophe, et 52 de Kawauchi, au sud-ouest de la centrale nucléaire. Tous les animaux vivaient dans la zone d’évacuation, mais certains étaient gardés dans un enclos et étaient nourris avec de l’herbe non radioactive. Les autres se déplaçaient librement et se nourrissaient seuls dans la nature. Ce sont les plus affectés.

La viande de ces vaches n’est pas consommable : les radionucléides s’accumulent principalement dans les muscles squelettiques. Cette étude est la première à fournir des informations de base pour comprendre la biocinétique des radionucléides et évaluer les doses d’exposition.

Source: futura-sciences.com