Naoto Matsumura : victime de Fukushima, résistant à Tepco et témoin vivant de la catastrophe nucléaire…

58 réacteurs en France…et projet d’étendre la durée de vie des centrales au delà de 40 ans.. Le désastre japonais, sert de retour d’expérience, pas d’exemple pour investir dans des énergies renouvelables.

Qui aura la volonté de rencontrer Naoto Matsumura en France ? Déjà, des voix se sont fait entendre pour dénigrer son témoignage et essayer d’empêcher sa venue. A l’occasion du 3e anniversaire de la catastrophe de Fukushima, Naoto Matsumura, surnommé « Le dernier homme de Fukushima », arrivera à Paris le 4 mars 2014. Son périple en France durera 10 jours et le mènera de la capitale à la centrale nucléaire de Fessenheim. A chaque étape, il témoignera de ce qu’est véritablement une catastrophe nucléaire : la perte de son territoire, la disparition de sa communauté, l’abandon des animaux et du respect de la vie, la dégradation de la santé, l’exil sans retour ou la contamination forcée.

Qui aura la volonté de rencontrer Naoto Matsumura en France ? Déjà, des voix se sont fait entendre pour dénigrer son témoignage et essayer d’empêcher sa venue. Car il dérange nos petites habitudes de consommateurs tranquilles d’électricité nucléaire. Qui aura le courage de le regarder dans les yeux ? Car dans son regard rieur se trouve un miroir glaçant, celui de notre propre futur si nous ne changeons pas radicalement notre manière de produire de l’électricité. Il se peut en effet que nous ayons peur de rencontrer notre reflet de possible victime irradiée. Car Naoto Matsumura est contaminé. Est-ce pour autant qu’on doit le fuir, le cacher, le nier ? Doit-on avoir peur de serrer la main de Naoto Matsumura ? Y a-t-il de bonnes victimes (celles du tsunami) et de mauvaises victimes (celles contaminées) ? Doit-on le tenir éloigné de la société, l’enfermer dans sa zone ?

Pour moi, le choix est fait. C’est d’abord un homme. En tant que victime, il a droit à la reconnaissance et au respect. On lui reproche de ne pas avoir un passé de militant antinucléaire ; et alors ? Il a le droit de témoigner, et son témoignage de résistant ‒ parce qu’il a désobéi au gouvernement en refusant d’évacuer ‒ a autant de valeur que celui de ceux qui ont fui loin de Fukushima ou de ceux que les autorités obligent à rester vivre en territoire contaminé. 

S’il se trouve sous le feu des projecteurs, tant mieux ! Car les Français ne sont pas assez au courant de la réalité d’une catastrophe nucléaire. Ils vivent pour la plupart dans le déni du danger ou dans l’inconscience d’une catastrophe possible. « On ne peut pas faire de l’électricité autrement ! » disent-ils en cœur. Dans le même temps, on prend soin de ne pas faire référence au Japon qui a fermé la plupart de ses 51 réacteurs nucléaires depuis bientôt 3 ans…

Naoto vient en Europe pour dire qu’il est encore possible de choisir une autre voie que le nucléaire. Je suis heureux de pouvoir le rencontrer en France, terre fortement nucléarisée mais encore terre d’accueil, où il pourra s’exprimer librement et faire bouger, j’espère, des lignes qui semblent figées. Je remercie infiniment cet homme qui a le courage de venir parler de ces choses terrifiantes dont il est le témoin depuis 3 ans dans son pays. Je remercie aussi chaleureusement Antonio Pagnotta et Catherine Connan d’avoir osé imaginer puis réussi à concrétiser, grâce au soutien de l’ensemble des organisateurs et des associations parties prenantes, ce voyage qui s’annonce extraordinairement riche de rencontres et d’échanges.

Auteur Pierre Fetet

Source Fukushima-blog.com

– Pour soutenir financièrement ce voyage, vous pouvez soit participer en ligne, soit envoyer votre don par voie postale à l’ordre de l’association Le dernier homme de Fukushima à Fessenheim.

 

– Pour en savoir plus sur ce projet, visitez le site dédié, et en particulier sa FAQ.

– Pour connaître le programme du voyage de Naoto Matsumura, lisez le communiqué de presse ou le résumé des étapes ci-dessous.

Lire la suite

Un centre de recherche sur les couches profondes à Horonobe

Ce rapport relate dans sa première partie l’existence au Japon d’un « Centre de recherche sur les couches profondes », ce qui n’est pas sans rappeler le projet CIGEO à Bure, dans la Meuse.

 

1 À Hokkaido, on étudie une technique de conservation sécurisée des déchets nucléaire

2 Des travailleurs quittent Fukushima

 3 Dans trente ans, dix pour cent de la population seront atteints de démence**
**( NDE : suite à une question d’un lecteur, on doit préciser ici que Hori Yasuo ne fait pas de lien entre la pollution radioactive et l’augmentation des cas de démence. Les travaux de Kiyohara Yutaka portent sur les liens entre diabète et démence. )

Lire l’article

A visiter pour savoir et comprendre ..

Projet et coûts pour EDF de son « grand carénage » pour les centrales françaises à lire sur 20Minutes.

Le responsable a rappelé la volonté d’EDF d’étendre la durée de vie de ses centrales au-delà de 40 ans….

 

 

 

 

 

8 commentaires

  • Zugzwang

    Je me permet de corriger une phrase de l’article :

    « Pour moi, le choix est fait. C’est d’abord un homme. En tant que victime, il a droit à la reconnaissance et au respect »

    « Pour moi, le choix est fait. C’est d’abord un homme. En tant que tel, il a droit à la reconnaissance et au respect »

  • Natacha Natacha

    Respect Mr Naoto Matsumura. J’espère croiser votre chemin pour vous remercier de votre courage et vous souhaiter une belle route au delà de Fessenheim et de Fukushima.

  • ROY

    Que ce déplacement d’un japonais à Fessenheim ne soit pas une simple opération de communication mais bien une action dénuée de toute récupération politique avec pour seule orientation l’intérêt général.
    Les deux réacteurs de Fessenheim (1800 MW au total) devraient être arrêtés dans quelque années (selon Monsieur Hollande qui nous a promis le changement mais sans préciser lequel probablement, disons que fin 2016 tout serait clean à ce sujet ( http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/01/15/fessenheim-un-nouveau-delegue-a-la-fermeture-et-un-nouveau-calendrier_4348476_3244.html ), bon, mais en 2017 (2) la question est de savoir si politiquement le gouvernement actuel sera encore au pouvoir (Hollande avait remporté les Présidentielles avec 51,56 % des suffrages exprimés -seulement-, contre 48,44 % à Sarkozy)…
    De l’eau radioactive sera passée sous les ponts…

    De prévoir la fermeture de deux réacteurs nucléaires sur près de 60 réacteurs c’est bien peu, surtout quand l’on sait que certains réacteurs utilisent comme combustible du MOX (exemple : Dampierre-en-Burly qui possède 4 réacteurs utilisant du MOX)…bref, je préfère demeurer concis, faute de temps…
    Pour en revenir à Fessenheim sachons rendre un hommage à Gabriel Ferone de la Selva militant écologiste, visionnaire (décédé en août 2011) fondateur de l’association « Ecologie Energie et Survie » qui avait eu le courage de rendre public le plan Orsec-Rad de Fessenheim.

    Ceux qui ont repris la lutte aujourd’hui ont un devoir de mémoire concernant les militants qui ont dénoncés les dangers de l’énergie nucléaire, devoir quelque peu oublié ce qui déconsidère la crédibilité de certaines actions dites écologistes (1).

    Fukushima a démontré comme pour Tchernobyl que l’accident nucléaire hautement improbable pouvait dans la réalité être exemplaire…
    A quand le prochain?
    Nous avons eu l’Ukraine, puis le Japon …la France avec ses 58 réacteurs pourrait bien un de ces jours connaître l’irréparable.
    Ce seront les populations qui subiront encore les retombées de cette folle aventure du tout nucléaire.

    1) Dont certains prônent la voiture électrique – louable en plus – …qui est loin d’être louable (c’est un autre sujet certes…)…au fait:
    a) qui pourra m’expliquer comment seront retraitées les tonnes de lithium, connaissant les difficultés d’un recyclage des métaux lourds à ce jour ?
    b) La voiture électrique entraînera nécessairement de nouvelles centrales nucléaires, on est effectivement loin de s’attaquer aux véritables causes, notre société qui se teinte de vert est bien avancée…avancée ? le mot est lancé, la putréfaction de notre système est pratiquement bien avancée et l’odeur est très significative et de plus en plus désagréable…que de manipulations, que de manipulateurs…on veut nous faire avaler n’importe quoi.

    C’est la réduction de notre consommation électrique qui fera que nous pourrons envisager d’arrêter des centrales nucléaires dangereuses ou potentiellement dangereuses, et on est loin, très loin de voir fleurir des orientations allant vers des économies réelles de l’électricité, les mauvais exemples viennent déjà de l’Etat, des communes hyper éclairées la nuit (à quand un réverbère tous les deux mètres?) quant aux zones industrielles et commerciales l’abus des halogènes est à la limite indécent. En clair il n’y a pas de politique d’économie de l’énergie dans la pratique tout se résume par  » Faut consommer, faut consommer avant que le ciel nous tombe sur la tête » quel délire!
    2) C’est un peu comme le cumul honteux des mandats: tout est prévu pour 2017…que de privilèges ont ces politiques, et l’on continue royalement à prendre les citoyens et citoyennes pour des ignares!

  • Les Experts Fukushima – A. Gundersen 19.02.14

    http://www.youtube.com/watch?v=hAG7qa_g9y4

    ♥♥