Accueil » Écologie, environnement et animaux, Médical et alimentation, Réflexion » Documentaire sur la consommation de viande, l’impact climatique et la santé (vidéo impressionnante)

Documentaire sur la consommation de viande, l’impact climatique et la santé (vidéo impressionnante)

Tout est dit…

Image de prévisualisation YouTube

Note du Cèdre :
Ce reportage HD est particulièrement bien documenté, pas sectaire du tout (pas d’extrémisme de consommation végétarienne par exemple) et absolument PAS ENNUYEUX.
ATTENTION ! Il est IMPRESSIONNANT et peut choquer les âmes sensibles ! Pourtant, nous devons absolument savoir ce que nous faisons.
A diffuser tout autour de vous sans aucune modération sur les réseaux sociaux

Une vidéo de SANTECmedia (2013) avec PETA, dénichée par Jean-Frédéric, publiée par youtube.com et relayée par Mich pour SOS-planete

37 réponses à Documentaire sur la consommation de viande, l’impact climatique et la santé (vidéo impressionnante)

  1. Bonjour tlm,Important benji !

    Séisme en Chine: des centaines de morts ou de blessés .
    http://www.romandie.com/news/n/Sme_en_Chine_des_centaines_de_morts_ou_de_bless_RP_200420130643-28-349313.asp

    • J’ai vu passer l’info mais attendais plus de précisions. Des centaines de morts OU de blessés, c’est vague et ne fais pas tellement serieux je trouve…

  2. aucun souci, tu n’as pas a t’excuser, je me demandais juste si tu l’avais bien eu.

  3. Pour ma pars, cette lasagne aux chevals à eu l´effet bénéfique de finalement me dégouter de toute viande et enfin m´insiter a passer à la diette végetarienne… J´y suis à 100% depuis quelques semaines et je m´en porte trés bien! Aussi l´occasion de redécouvrir l´art de cuisiné et pour mes enfants le plaisir de vouloir gouté des nouveaux gouts. Je ne peux que recommendé, puis en regardant ce doc, se dire ouf! moi je ne participe plus à ses absurdité…

  4. Ce qui est dommage dans ce documentaire, c’est de faire croire que le réchauffement climatique est dû à l’activité humaine. Il s’agit là de propagande. D’abord, il n’y a pas de réchauffement, il y a des variations naturelles constantes et différentes au niveau régional, ensuite la vapeur d’eau est un gaz à effet de serre bien plus efficace que le gaz carbonique, qui est sous forme de traces infimes contrairement à l’atmosphère de Vénus, qu’il constitue majoritairement.

    Par contre, il est vrai que la viande dans l’alimentation est un luxe inutile, morbide et sadique. Pense à la somme de souffrance animale qui accompagne l’industrie alimentaire de la charogne. Tu devrais t’inquiéter des retombées de ce crime auquel tu participe en mangeant des cadavres d’êtres vivants. Tu n’est pas un tigre et ton rôle n’est pas de réguler la population de ruminants. D’ailleurs, ton organisme, dentition et intestins, n’étant pas adapté à la viande, tu t’empoisonne lentement.

    Il y a 23 ans, j’ai pris conscience de cela et suis végétarien. Et si tu me demandes « Comment vas-tu ? », je te répondrais « à pied », car ça fait 23 ans que la maladie n’est plus un sujet de conversation pour moi.

  5. Rien de nouveau sous le soleil….. sauf pour les jeunes qui ne savaient pas encore comment cela fonctionne…

    RAmener le changement climatique a la conso de viande c très réducteur… et c’est surtout très mal connaître les polluants et facteurs de GES de notre planète…Mais bon puisque c montrer sur un documantaire vidéo c que cela doit être vrai

    La viande est consommée en très grande quantité depuis des milliers d’années…

    C quand meme bizarre que nos premiers ancêtres se soient tourner naturellement vers la viande pour en faire une consommation hebdomadaire…pourtant a lepoque pour les végé yavait de quoi faire… L’instinct naturel a poussé a consommer AUSSI de la viande..etyavait pas dindustriel ni de pub a lépoque…juste l’instinc de survie, se nourrir…

    Ah mais non suis bête…ce sont les exta terrestres qui sont venus sur terre pour nous forcer à noous habituer à manger de la viande en prévision de leur futur invasion sur Terre destinée à nous consommer…

    • +1000! Mes dents et intestins ne sont pas fait pour la viande? Ou diable a t’il pêcher une ânerie pareille? Mais vous avez sans doute raison mon cher Neo. Les ET vont nous manger tous crue !Bon, Merci pour la rigolade Neo. J’ai un boulot d’enfer!
      kiss! :))

    • @ Neodarkside

      Nos premiers ancêtres n’étaient pas carnistes mais frugivores et vegetaliens. Ils ont commencé à chasser les animaux et à les manger en découvrant le feu. Cela ne fait donc pas si longtemps comparé à l’évolution de l’homme dans l’histoire de l’humanité.

      Ils ne se sont pas non plus tournés naturellement vers la viande, car pour cela il aurait fallu qu’ils en aient les capacités physiques. Hors il leur a fallu des subterfuges plus rudimentaires que ceux que nous avons aujourd’hui, mais qui n’ont rien de naturel non plus. Il n’est pas naturel de tuer un être vivant avec des outils rudimentaires ou sophistiqués.

      Un animal carnivore qui course sa proie et saute sur elle pour la déchiqueter et la dévorer est une attitude naturelle. Pas celle de l’homme qui a usé d’outils depuis qu’il a décidé de la manger.

  6. Bonjour

    Il est mentionné sous la vidéo cette phrase : « Ce reportage HD est particulièrement bien documenté, pas sectaire du tout (pas d’extrémisme de consommation végétarienne par exemple) ».

    L’extrémisme ne sera jamais du coté de celui qui épargne des vies mais de celui qui les ôte pour un vulgaire plaisir culinaire, vestimentaire, de loisir, et autres. Nous n’avons pas besoin de nourriture carnée pour être en parfaite santé, et il est aussi prouvé que sa consommation est néfaste à tout point de vue. L’impact négatif de l’industrie de la viande sur l’environnement, la santé, la faim dans les pays pauvres, etc, est largement vérifié et la défense de ce mode de consommation ne sert que des intérêts financiers, primaires, égoïstes, illégitimes, sur le reste de la création.

    @Neodarkside, tous les plus grands naturalistes anatomistes physiologistes geologues et autres scientifiques et philosophes de renoms tels Cuvier, Darwin, Einstein, Von Humboldt, Owen, Ray, Rousseau, Schweitzer, Tesla, De Vinci et combien d’autres ont démontrés que L’anatomie comparée nous enseigne qu’en toute chose, l’homme ressemble aux animaux frugivores et en rien aux carnivores. »

    « La cruauté à l’égard des animaux n’est conciliable ni avec une véritable humanité instruite, ni avec une véritable érudition. C’est un des vices les plus caractéristiques d’un peuple ignoble et brutal. Aujourd’hui, pratiquement tous les peuples sont plus ou moins barbares envers les animaux. Il est faux et grotesque de souligner à chaque occasion leur apparent haut degré de civilisation, alors que chaque jour ils tolèrent avec indifférence les cruautés les plus infâmes perpétrées contre des millions de victimes sans défense. »

    Voilà pourquoi ce qui pouvait donc paraitre normal à une autre époque, ne doit plus l’être aujourd’hui pour des raisosns évidentes de morale et d’éthique.

    Go vegan !

    • Je suis assez d’accord avec toi vegan1 mais j’ai un doute quant à la suffisance du tout végétarien.
      Je fais un boulot très physique et je manque de force quand je ne mange pas de viande. Es-ce un manque de protéines? parceque la salade et qlq fruits et céréales c’est pas le top tu vois.
      Mais c’est vrai que ça culpabilise de faire tuer ces animaux.

      • criminalita, il est certain que si tu te nourris de trois feuilles de salade et d’une pomme, tu n’iras pas loin. Google « nourriture vegetalienne » et regardes juste les images pour commencer à te mettre l’eau à la bouche et mesurer toute l’étendue, la diversité et la richesse de ce régime alimentaire. Puis google « athletes vegans » et mesure toute la robustesse de leur physique. Je fréquente une multitude de vegans et je peux t’assurer qu’aucun ne souffre de carence dès lors qu’il a une alimentation bien menée. Et elle n’est pas plus compliquée ou contraignante que celle des carnistes.

        Je ne parle pas de vegetarisme mais de vegetalisme, car il y a autant de sang et de souffrance dans un verre de lait que dans un morceau de corps, et nous sommes sevrés depuis bien longtemps. Mais si tout comme moi tu aimes les produits laitiers, il existe plus de 50 sortes de laits et autant de fromages vegetaux savoureux :)

        • Merci vegan1 pour ces infos très précises et précieuses. Demain je ferais mes recherches sur google, cela fait un moment que je tente de changer de régime alimentaire.
          Je connaissais pas le mot végétalien.
          ciao…

          • Chaque magasin bio a son rayon vegetalien. Les grandes surfaces s’y mettent aussi. Les épiceries orientales et asiatiques regorgent de vegetalisme, avec le marché aux fruits et légumes en bas de chez toi …
            Sans vouloir faire de pub, il y a « Un monde vegan » qui a ouvert il y a quelques temps à Paris et qui propose une vaste gamme de produits afin de faire découvrir toute la richesse des substitues carnés à ceux qui ont besoin d’avoir des aliments qui ressemblent à une saucisse ou un steack au bout de leur fourchette. La similitude est bluffante. Vegan Folie’s rue Mouffetard pour les patisseries, cup cake et autres gourmandises et chocolaterie. Pis les incontournables restos vegetaliens pour commencer à découvrir, c’est bien aussi : Tien Yang, Loving Hut et Green Garden (et leurs frigos dont on peut acheter les produits), Gentel gourmet, etc etceteri.

            Merci à toi pour ta prise de conscience et ton empathie pour la condition animale.

          • Salut Criminalita
            Comme toi je travaille dans le batiment et suis bien physique… il est sur qu´il en faut pour subir le coup. Pour completer les dires de vegan1, de mon experience j´ai découvert le quinoa, facile à préparer, bon et quelque-chose à croquez mais surtout une excellente proteine contenant les meilleurs acides aminés… préparez avec un peu de bouillon (de légumes), des noix et du curry… completer avec des légumes cuits, du pain de seigle et un bon fromage… C´est du tout bon, là tu carbures un bon moment…

  7. @Trinity, si tu peux rivaliser d’intelligence avec une sommité qui a étudié le sujet toute sa vie, apporte nous donc tes lumières. En attendant voici celles-ci :

    « L’humain apparaît organisé pour se nourrir de fruits, racines, et des parties succulentes des légumes. Ses mâchoires courtes, de force moyenne, ses canines de même longueur que ses autres dents, et ses molaires tubéreuses ne lui permettent pas de mâcher de l’herbe ou de dévorer de la viande sans préparer ces nourritures en les cuisant. Ses organes sont formés en accord avec la disposition de ses dents. Son estomac est simple et son conduit intestinal est de longueur moyenne et très bien ancré à son gros intestin. » Cuvier

    « La classification des formes, des fonctions organiques et des régimes a montré d’une façon évidente que la nourriture normale de l’humain est végétale comme celle des anthropoïdes et des singes, que nos canines sont moins développées que les leurs, et que nous ne sommes pas destinés à entrer en compétition avec les bêtes sauvages ou les animaux carnivores. »
    – « Nous avons vu que les sens et les intuitions, les différentes émotions et facultés, comme l’amour et la mémoire, l’attention et la curiosité, l’imitation, la raison, etc, dont l’humain se vante, peuvent être trouvées à l’état naissant ou même pleinement développées, chez les animaux inférieurs. Les animaux, dont nous avons fait nos esclaves et que nous ne voulons pas considérer comme nos égaux. » Charles Darwin

    Richard Owen – 1804-1892 :
    Naturaliste anglais. Etudia avec le Français Georges Cuvier l’Anatomie et la Physiologie comparée. Auteur de : « Cours d’Anatomie Comparée » et « Paléontologie et Physiologie des Vertébrés ».
    -« Les anthropoïdes et tous les quadrumanes dérivent leur alimentation des fruits, graines et autres succulentes substances végétales ; et la stricte analogie entre la structure de ces animaux et celle de l’humain démontre clairement leur frugivorisme naturel. ».
    -« Les singes dont la dentition est à peu près égale à celle de l’humain vivent principalement de fruits, de noix et d’autres variétés similaires de texture savoureuse et de valeur nutritive élaborée par le règne végétal.
    La profonde similitude entre la dentition des quadrumanes et celles des humains démontre que l’humain était à son origine adapté à manger les fruits des arbres. »

    John Ray – 1628-1704
    Botaniste anglais, l’un des plus éminents naturalistes de son temps :
    – « En aucune façon, l’homme n’a la constitution d’un carnivore. Chasse et voracité ne lui sont pas naturelles. L’homme n’a ni les dents acérées ni les griffes pour tuer et déchiqueter sa proie. Au contraire, ses mains sont faites pour cueillir des fruits, des baies et des légumes, et ses dents sont appropriées pour les mâcher.
    – « Tout ce dont nous avons besoin pour nous nourrir, nous restaurer et nous régaler est abondamment pourvu dans le magasin inépuisable de la Nature. Quelle vision agréable, plaisante et innocente qu’ une table frugalement servie, et quelle différence avec un repas composé de chair animale fumante et massacrée. En résumé, nos vergers offrent tous les délices imaginables, tandis que les abattoirs et les boucheries sont pleins de sang coagulé, et d’une abominable puanteur.

    John Robbins – 1947-…. :
    Ecrivain américain, auteur de « The Food Revolution » et du best-seller « Diet for a New America » (traduit en français sous le titre : « Se nourrir sans faire souffrir »)
    – « J’ai récolté des choux et cueilli des carottes et j’ai aussi visité des abattoirs : ces expériences ne peuvent pas se comparer ».
    – « Nul besoin de se priver : il s’agit seulement de mieux comprendre comment manger de la façon la plus saine, la plus agréable, la plus nourrissante d’une part, et la plus économique, la plus généreuse, la moins polluante d’autre part. [...] La vie dans son ensemble en bénéficierait : vous, le genre humain, les animaux, les forêts, les rivières, le sol, les océans, et l’atmosphère terrestre. »

    J’en ai pléthore si vous en voulez encore.

  8. Allons bon! Vous n’allez pas prendre mon poulet en grippe, tout de même! Sorry! Elle était trop belle celle là! :)))
    Protéines! construction et réparations des tissus et formation des anticorps. ( Luttes contre les infections! )

    Contient presque toutes les acides aminés connu pour un système immunitaire fort. Récupération et régénération.

    Next: Minéraux: fer, sélénium.

    Vitamines: A, B, D.

    2 a 3 fois par semaine c’est très bien. Pas plus.

    j’ai fait court. Cet que j’ai d’autres chats…Oh pardon! D’autres ratatouilles a fouetter moi!

    C’st curieux, vous avez le même préchi précha que certains gourous du NOM!
    Bonne nuit Monsieur  » la somitée « !

    • Les proteines n’existent pas que dans les produits carnés. Les vegetaux ont aussi des proteines. Une alimentation végétalienne bien menée (notamment supplémentée en vitamine B12) ne donne absolument aucune carence. Les dernières recherches scientifiques, faites par des médecins qui ne sont pas eux-mêmes végétaliens d’ailleurs, sont très claires là-dessus. Mais comme dans tous les domaines, les forces d’inertie sont énormes, et ces informations scientifiques ne sont pas encore passées dans l’esprit du corps médical français. De plus, les végétaliens étant très peu nombreux, rares sont les médecins à s’y intéresser, et donc à se documenter sur la question ; Les grandes revues médicales internationales, généralement en anglais, qui font un louable effort de rigueur scientifique, sont très favorables au végétalisme :

      – Moins de maladies cardio-vasculaires, notamment moins d’angine de poitrine et d’infarctus du myocarde.
      Ceci est expliqué en partie par la faible (pour les végétariens) ou l’absence de (chez les végétaliens) consommation en graisses animales saturées et en cholestérol, ce qui est nocif pour les artères.

      – Moins de cancers, probablement en partie par le biais des anti-oxydants qui sont contenus en grande quantité dans les fruits et légumes.
      L’effet protecteur des anti-oxydants sur le cancer a d’ailleurs été très clairement démontré par l’étude SU.VI.MAX qui vient de s’achever en France. Cette étude a duré 8 ans et a concerné environ 10000 personnes. Or, lorsqu’on sait que les cancers et les maladies cardio-vasculaires constituent la majeure partie des décès en Occident, ça donne envie de devenir végétarien, ou mieux, végétalien. Je vous invite à consulter la position officielle de l’Association Américaine de Diététique :
      http://www.eatright.org/Public/Files/veg.pdf qui fait la synthèse d’environ 250 articles et études dans le monde.
      Et en consultant l’un des moteurs de recherche médicaux le plus célèbre au monde : http://www.ncbi.nlm.nih.gov vous pourrez vérifier par vous même que la très grande majorité des scientifiques qui ont étudié la question sont favorables au végétalisme.

      Dans le cadre du Programme National Nutrition Santé, l’Institut National du Cancer (INCA) a publié plusieurs documents téléchargeables en PDF concernant l’incidence de notre mode d’alimentation sur les risques de cancer. Ces documents s’appuient sur l’ensemble des études internationales publiées en la matière, notamment sur un rapport publié en 2007 par le Fonds mondial de recherche sur le cancer (WCRF) et l’Institut américain de recherche sur le cancer (AICR) link.

      En janvier 2009, l’INCA a publié une brochure destinée au personnel médical, en partenariat avec le réseau National Alimentation Cancer Recherche (NACRe). Cette publication établit un lien avéré entre la consommation de viande rouge (bœuf, veau, mouton, agneau, porc et chèvre) ainsi que de charcuterie, et l’incidence du cancer colorectal. Cette maladie est également en relation avec l’obésité, et avec la consommation d’alcool chez l’homme. Inversement, l’exercice physique protège contre le cancer colorectal. Alors que la corpulence favorise nettement certaines formes de cancer (œsophage, pancréas, sein après la ménopause, endomètre, rein), la consommation de fruits et de légumes non féculents diminue sensiblement le risque de cancer des voies digestives supérieures (bouche, pharynx, larynx, œsophage, estomac).

      Quand je parlais de sommité, je faisais référence à n’importe laquelle de toutes celles que j’avais cité. Quand à notre préchi précha, il est moins violent, omniprésent et totalitaire que votre dictature qui inonde les écrans et votre censure quotidienne du vegetalisme.

      • nos lointains ancêtres se sustentaient-ils de vitamine B12 de synthèse ? sinon tu ne dis rien des oeufs…c’est vrai que le cri de l’oeuf qu’on étouffe…

        • Les animaux que vous mangez ne fabriquent pas leur B12. Ils l’assimilent avec les vegetaux qu’ils mangent eux meme et qui en sont plus ou moins dotés suivant les sols riches en cobalt ou pas. Donc les carnistes qui mangent des animaux qui auront été nourris avec un sol pauvre en cobalt seront carencés, alors que les vegetaliens qui se nourrissent avec des vegetaux sur un sol riche en cobalt ne le seront pas. Au lieu de filtrer votre B12 à travers les animaux, allez donc la chercher directement à sa source.

          Le cauchemar industriel des oeufs et des poules est bien réel. 150 000 poussins sont hachés vivants chaque jour dans la plus grande usine de poules pondeuses des Etats-Unis car ils sont inutiles au marché.
          http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2073_150000_poussins_haches_vivants.php

          Si nos poussins mâles en France ne semblent pas voués à ce destin cruel (et cela reste à prouver), rappelons que « la France est le premier producteur d’œufs en Europe avec 14 milliards d’oeufs produits par 43 millions de poules (dont 36 millions élevées en batterie), par an.
          75% des 300 millions de poules élevées dans l’Union Européenne sont maintenues en batteries de cages, et vivent sur une surface grillagée de 550 cm2, soit moins de la surface d’une feuille de papier. De nombreuses études scientifiques ont montré que ces cages contreviennent gravement au bien-être des oiseaux.

  9. j’aime le coté bisounours des vegetariens et autres .
    mais vus les cochonneries qu’il y as dans les legumes et fruits ( pesticides , insecticides etc … ) je prefere quand meme un lapin de mon clapier ou un bon poulet roti de mon poulailler . et je ne parle meme pas du cochon elevé sous le manguier de mon voisin et qu’ont se partage 2 fois par an .
    je vous laisse a vos « salades » et retourne a ma charcutaille .

    • Vous avez raison, mieux vaut se restreindre à bouffer des nerfs, des tendons, de la chair et du sang. Les thuriféraires de la viande n’ont guère de facilité dialectique et un vocabulaire tout juste à la hauteur de leurs pauvres arguments…

      • tu dis ça parce que tu es en colère!

        • Evitez de polluer le forum par ce genre de considération inutile et postez des commentaires qui amènent un débat constructif svp merci. Mais je sais aussi combien cette requête est vaine pour beaucoup qui n’ont jamais réfléchi au sujet et qui ne comptent pas le faire, préférant l’arrogance, le mépris et la moquerie à toutes formes de réflexions abouties.

          • mais c’est qu’il vous mordrait ce ****!

            • comme quoi c ‘est pas la consommation de viande qui rend agressif…

            • Félicitation, vous avez bien choisi bien votre blaze de guignol puisqu’il n’y a que dans ce registre que vous semblez exceller :) mdr

              Mon agressivité verbale ne sera jamais aussi grande et violente que votre manière de consommer ^

              • pourtant moi aussi j’essaie de me faire prendre au sérieux…

                • t’inquiete , ce doit etre les OGM de son maïs ou de son sojas qui le rendent agressif .
                  c’est dingue de s’enerver contre ceux qui ne sont pas en accord avec ça pensée .

                  • Je mange bio.

                    Il ne s’agit pas de s’énerver contre ceux qui ne sont pas d’accord avec le veganisme, mais de ne pas avoir d’indulgence pour ceux qui prônent la torture et le meurtre des êtres sentients après qu’on ait fait l’effort d’expliquer le pourquoi du comment. On est pas tenu d’accepter la domination des plus forts sur les plus faibles. Donc ce qui est dingue, c’est plutôt votre manière de légitimer votre position de dominant et le massacre sur le « reste » de la création. Il n’y a pas de tolérance à avoir avec l’intolérable. Avant d’en arriver à être cinglante, j’ai pris la peine d’argumenter dans mes commentaires précédents. Je pars du principe que vous les avez lu, et si donc vous pensez que j’ai tort, c’est que vous n’avez pas réfléchi sérieusement au sujet ou alors c’est votre morale qui est à revoir et non la mienne.

                    • avant de penser a la soufrance des animeaux , ce qui est louable , moi je pense surtout a tous ces enfants qui meurent de faim ou sous les bombes de l’otan ou les armes des israeliens .
                      exactement comme ça m’enerve quant je vois des memeres acheter des fringues pour les chiens .
                      il faut peut etre revoire le niveau des valeurs des humains .

                    • Tant de gens ont des vues si courtes de l’esprit qu’ils ne peuvent combattre sur plusieurs fronts à la fois. Et souvent d’ailleurs, même s’ils brandissent l’étalon moral de l’humanisme, ils n’en combattent aucun … Et quand on leur apprend que leur façon de consommer est une des cause majeures de la misère du monde, ça ne les empeche pas de poursuivre leur égoïste chemin. Antonin Schiswick l’explique très bien dans sa lettre à Isabelle Giordano dont voici un extrait :

                      « Enfin, vous avez opposé à plusieurs reprises à la cause des animaux le problème dramatique de la faim dans le monde. Pardonnez-moi si je me trompe à votre sujet, mais étiez-vous bien sérieuse?

                      Soupçonne-t-on les bénévoles qui aident les sans-papier de ne pas aimer les gens en situation régulière? Accuse-t-on les militants des droits de l’enfant de mépriser les adultes? Reproche-t-on à ceux qui luttent contre le racisme de préférer les Arabes aux Français? (ah oui, il y en a qui le disent…).

                      Faut-il donc vraiment hiérarchiser la misère ? Etablir un classement entre les souffrances et les injustices ? Selon cette échelle, faudra-t-il attendre que la souffrance n°1 soit totalement éradiquée pour pouvoir s’occuper de l’injustice n°8 ou de la barbarie n°40 sans recevoir un torrent de critiques et d’accusations d’inhumanité ou de misanthropie ? Qui aura le courage de dire à l’enfant qui ne part jamais en vacances, au renard polaire dépecé vivant ou à la femme battue qu’ils ne sont pas prioritaires tant que l’on mourra de faim en Afrique ? Qui nous demande de choisir entre la barbarie X et la tragédie Y ? Ne peut-on lutter contre les deux, et contre toutes les autres en un seul élan de générosité ? Malheureusement, manger du foie gras ne permet pas de sauver des enfants en Afrique … et ne fait qu’ajouter à la quantité de souffrance dans le monde (…)Pour finir ce (trop) long message, j’aimerais vous prendre à nouveau au mot et vous proposer d’oeuvrer à soulager deux souffrances en un seul geste, en cessant d’acheter du foie gras et en reversant l’argent économisé à l’UNICEF, par exemple. Si cela devait vous paraître hors de portée, je vous remercie au moins d’avoir une pensée – à chaque bouchée de foie gras – pour les enfants que vous n’aurez ainsi pas sauvés.
                      david.olivier.name/fr/lettre-a-isabelle-giordano

                      « L’homme a peu de chances de cesser d’être un tortionnaire pour l’homme, tant qu’il continuera à apprendre sur l’animal son métier de bourreau. » Marguerite Yourcenar  »

                      LA VRAIE BONTE DE L’HOMME NE PEUT SE MANISFESTER EN TOUTE PURETE ET EN TOUTE LIBERTE QU’A L’EGARD DE CEUX QUI NE REPRESENTENT AUCUNE FORCE. LE VERITABLE TEST MORAL DE L’HUMANITE (LE PLUS RADICAL, QUI SE SITUE A UN NIVEAU SI PROFOND QU’IL ECHAPPE A NOTRE REGARD), CE SONT SES RELATIONS AVEC CEUX QUI SONT A SA MERCI : LES ANIMAUX. ET C’EST ICI QUE S’EST PRODUITE LA PLUS GRANDE FAILLITE DE L’HOMME, DEBACLE FONDAMENTALE DONT TOUTES LES AUTRES DECOULENT. » (Milan Kundera – L’insoutenable légèreté de l’être)

                      « Le connard ne manque pas de brandir l’argument massue des chasseurs, des aficionados, des pêcheurs à la ligne ou ‘au gros’, des vivisecteurs et des arracheurs d’ailes de mouches : ‘Occupons-nous d’abord des misères humaines, hélas encore si nombreuses ! Quand il n’y aura plus un seul petit enfant affamé dans le Tiers-Monde, plus un seul opposant torturé, plus une seule injustice chez les hommes, plus une seule guerre … alors, peut-être pourrons-nous nous offrir le luxe de nous inquiéter de la souffrance animale.’ Ca, ça fait toujours sont petit effet, ça. L’assemblée se tait et hoche la tête … Demande-lui seulement, au tartuffe, ce qu’il fait pour les petits enfants affamés, lui, et pour les droits de l’homme, lui. N’aie pas peur, il restera comme un con … Dis-lui alors que, toi qui te bats pour les bêtes, tu te bats AUSSI pour les enfants affamés et pour les droits de l’homme. Car il n’est qu’un combat, un seul, contre un ennemi, un seul, et cet ennemi s’appelle souffrance, peur, mort. La pitié, l’amour, ne se divisent pas …  »
                      François CAVANNA