Conseils pour pouvoir manger en temps de crise

Il ne s’agit pas ici d’être pessimiste, mais d’être prévoyant et pragmatique. En effet, TOUT peut arriver à n’importe quel moment, sans pour autant aller jusqu’à l’effondrement financier, la guerre civile ou la catastrophe naturelle (même si de tels scénarios ne sont pas à écarter non plus), des événements bien moins cataclysmiques pouvant survenir: une baisse de revenus, le chômage, des grèves bloquant l’approvisionnement des commerces, un retour de la politique de Weimar, etc… Et de ce fait,on ne peut que vous conseiller d’avoir et de gérer des stocks de nourriture. food1-17d9kdk

Bien sûr, rien ne se fait au hasard, et tout se prépare, voilà pourquoi nous allons faire le rappel de quelques conseils de bases dans ce sujet. À savoir:

  • Quelques conseils pour préparer les stocks de nourriture
  • Les dates de conservation des aliments, histoire de réduire les erreurs possibles et les risques d’intoxications.
  • Des conseils pour bien préparer ses conserves
  • Comment stocker des graines (ce qui peut toujours être utile pour quelques plantations)
  • Et que faire de ces graines: quand les semer ou planter

Commençons par la base, à savoir quoi stocker et dans quelles quantités, car il serait vain de stocker 50 litres de pastis et seulement 2 d’eau (juste pour que le concept soit compris par tous)…

Nourriture et Eau :

Si une catastrophe survient, l’accès à la nourriture peut être momentanément entravé. Cela est également valable pour l’eau, l’électricité ou le gaz. Pensez à stocker suffisamment de nourriture et d’eau pour vous et votre famille.

* Les nourritures les plus adaptées sont celles qui ne nécessitent ni réfrigération ni cuisson et dont la teneur en sel est faible.

Ex : les conserves de fruits, de légumes, la confiture, les gâteaux secs, les céréales, les pâtes, le riz, les fruits secs, la viande en boîte (pâtés, jambon etc.) des jus de fruits, du lait déshydraté etc.…

* N’oubliez pas les besoins spécifiques des membres de votre famille :
Nourriture spécifique pour :

+ les enfants en bas âge,

+ les personnes ayant des allergies (éviter noix, cacahuètes etc.),

+ les personnes ayant des restrictions alimentaires (sel, sucre etc.),

+ les animaux domestiques.

De quoi tenir, c’est à la fois de l’eau (qui vous manquera bien plus vite que la nourriture), et de quoi manger.

L’eau est indispensable pour s’hydrater (compter deux litres par jour, en activité modérée), pour cuisiner (compter deux litres de plus), et utile pour se laver (cinq litres pour une toilette intégrale, avec de l’entraînement), ou pour laver son linge…

La qualité de l’eau à usage interne doit être absolue (boisson, cuisine, lavage des dents). Pour les autres usages, externes (toilette, lessive), sans être polluée, elle peut être non-potable.

L’emballage en verre, malgré sa fragilité, est le meilleur (neutralité chimique, réutilisation presque infinie…).

Ne pas stocker sous la forme de gros conditionnements unitaires, car en cas de défaut d’un emballage, la perte est trop grande. Le conditionnement unitaire au kilogramme est une bonne moyenne, il me semble.

Pour l’eau on peut envisager la bouteille de deux litres et la bonbonne de cinq litres. Plus gros, l’eau stagne trop longtemps, dans un emballage désormais ouvert, avant d’être consommée (surtout sans réfrigérateur). Ce qui précède (conditionnement de l’eau) étant dit pour une personne seule.

Les conserves déjà prêtes (ratatouille niçoise, flageolets, haricots blancs au jus…) font économiser de l’eau de préparation, et sont un apport hydrique complémentaire non-négligeable. De plus, elles évitent le temps et le combustibles nécessités par la cuisson. Par contre, leur poids est important.

Certaines conserves durent très longtemps (les sardines à l’huile), au point qu’il en existe de millésimées, vendues cher, car d’un goût supérieur aux plus récentes…

Pour stocker de la nourriture, les règles de base sont : à l’abri de la lumière, avec un taux d’humidité aussi bas que possible, et une température fraîche (pas froide), avec une bonne ventilation, et l’absence totale de vapeurs de produits chimiques (solvants des peintures, etc.).

Source de l’article

Maintenant, la durée de conservation des aliments, car sans cette base, que ferez-vous de votre récolte ou quels aliments surveiller en priorité dans votre stock? Mais bien sûr, les durées présentées à la suite sont fournies à titre indicatif, puisque la durée va également varier suivant le lieux de stockage. Par exemple, des pommes de terres ne vont pas se conserver aussi bien à la lumière dans un lieu humide que dans une cave au sec et à l’abri de la lumière.

Aliments divers Armoire Réfrigérateur Congélateur
Fines herbes séchées 1 an
Beurre d’arachide 2 mois
Confitures, sirop Quelques mois (entamés)
Mélasse 2 ans
Miel pasteurisé 18 mois
Sucre, cassonade 2 ans
Céréales sèches 6 à 8 mois
Craquelins 6 mois
Farine blanche 2 ans
Farine de blé entier 6 semaines 3 mois
Pâtes alimentaire et riz blanc 1 an
Riz brun 2 mois
Produits de boulangerie 1 semaine
Légumineuses sèches 1 an
Conserves 1 an
Poudre à pâte, soda à pâte 1 an
Mélanges secs 1 an
Ketchup, marinades 1 an (entamés)
Mayonnaise 2 mois (entamée)
Huile ordinaire 1 an
Huile pressée à froid 3 à 4 semaines (entamée)
Vinaigre 2 ans
Thé 1 an
Café moulu 1 semaine (entamé) 2 mois
Café instantané 1 an
Fruits séchés 8 mois
Noix 1 mois 4 mois
Produits laitiers, œufs Armoire Réfrigérateur Congélateur
Lait, crème, yogourt 3 à 5 jours (ouverts) 1 mois
Cheddar, mozzarella 5 semaines 1 mois
Cheddar, mozzarella 5 semaines 6 mois
Crème glacée 3 mois
Beurre 3 semaines (ouvert) 1 an (salé)
Œufs 3 semaines
Fruits mûrs Armoire Réfrigérateur Congélateur
Fraises, framboises, bleuets
Cerises 3 jours
Melons, rhubarbe 4 jours
Raisins, prunes 5 jours
Pêches, abricots 1 semaine
Jus 1 à 2 semaines (entamés)
Pommes 2 mois (août à janvier)
Pommes 2 semaines (février à juillet)
Légumes frais Armoire Réfrigérateur Congélateur
Germes, endives 3 jours
Haricots, champignons, brocoli 5 jours
Chou-fleur, choux de Bruxelles 6 jours
Poivrons, oignons verts, radis, navet,laitue, tomates, courgettes, concombre, poireau 1 semaine
Chou, céleri 2 semaines
Betteraves 3 semaines
Oignons 3 à 4 semaines (chambre froide)
Carottes 3 mois
Pommes de terre, navets 1 semaine Plusieurs mois (chambre froide)
Viandes, volailles, poissons Armoire Réfrigérateur Congélateur
Abats 1 à 2 jours 3 à 4 mois
Agneau (côtelettes, rôtis) 3 à 5 jours 6 à 9 mois
Bœuf (biftecks, rôtis) 3 à 5 jours 6 à 12 mois
Jambon cuit (en tranches) 3 à 4 jours 1 an
Jambon cuit (entier) 7 jours 1 an
Porc (côtelettes, rôtis) 3 à 4 jours 4 à 6 mois
Viande hachée, en cubes 1 à 2 jours 2 à 3 mois
Viande cuite (sans sauce) 3 à 4 jours 2 à 3 mois
Viande cuite (avec sauce) 3 à 4 jours 4 mois
Volaille (morceaux) 1 à 2 jours 6 mois
Volaille (entière) 1 à 3 jours 10 à 12 mois
Volaille cuite (sans sauce) 3 à 4 jours 4 mois
Volaille cuite (avec sauce) 1 à 2 jours 6 mois
Bacon 7 jours 1 an
Viande fumée, charcuterie 5 à 6 jours 1 à 2 mois
Saucisses fraîches 1 à 2 jours 1 à 2 mois
Plats cuisinés, pâtés à la viande 2 à 3 jours 3 mois
Homard, crabe, moules (vivants) 12 à 24 heures
Homard, crabes (cuits) 1 à 2 jours 2 mois
Pétoncles, crevettes 1 à 2 jours 3 mois
Poisson gras (saumon, truite) 1 à 2 jours 2 mois
Poisson maigre (aiglefin, goberge) 1 à 2 jours 6 mois
Source : Livre de recettes Sainplement bon! Recettes trucs pour manger bien et bon. Annexe 3 – Pages 232 et 233. Imprimé en 2002.

Source: lepoulet.qc.ca

Pour optimiser le stockage de certains aliments, le mieux étant la conserve. Bien sûr, comme chaque technique qui touche à l’alimentation, il y a des règles de base, une erreur est si vite arrivée, avec des conséquences qui peuvent être desastreuses pour le consommateur de la conserve…

Pour bien réussir toutes les étapes de préparation de vos conserves, choisissez des légumes ou des fruits qui ne sont pas trop matures, sans tache et non meurtris. Plus le fruit ou le légume est frais, plus il gardera de saveur ! Discutons ici des étapes à suivre pour bien réussir la préparation de vos conserves faites maison !

Étapes de réalisation

  1.  La première étape pour faire des conserves, c’est de blanchir. Il suffit de plonger les fruits ou les légumes dans l’eau bouillante pendant quelques secondes, ne pas dépasser une minute. Blanchir permet de réduire la présence de bactéries.
  2. Le gros sel (et non le sel de table) n’est à utiliser qu’avec les légumes.
  3. ll faut ensuite stériliser les pots et les couvercles que vous utiliserez pour qu’il n’y ait pas prolifération de bactéries et dégradation de la conserve.
  4. Lors du remplissage des pots, veillez à laisser un à deux centimètre d’espace vers le bord, car lors de la stérilisation, la préparation prend de l’expansion. Trop rempli, le pot débordera et s’il y a trop d’espace, il reste trop d’air et la durée de conservation sera réduite.
  5. Avant de refermer les pots, passer un bâton de bois ou de plastique pour enlever la présence de bulles d’air. Essuyer le bocal, placez le couvercle au centre et lorsque vous vissez la bague de métal, fermez bien sans trop serrer.
  6. Lorsque vos pots sont remplis et refermés, vous devez les plonger dans l’eau et porter à ébullition. Pour les légumes, c’est environ 20 minutes. Lorsque les pots sont chauffés, la pression atmosphérique ambiante est plus grande que la pression à l’intérieur du pot, ce qui crée le vide à l’intérieur.
  7. Le couvercle avec le caoutchouc colle au verre du bocal et le contenu est scellé hermétiquement, c’est la stérilisation. Il faut ensuite laisser refroidir les pots au moins 24 heures, sur une grille ou un linge, afin qu’ils ne soient pas en contact direct avec une surface froide comme le comptoir.
  8. Quand les pots sont refroidis c’est le moment de vérifier s’ils sont bien étanches. Si le couvercle d’un pot n’est pas bombé, c’est qu’il est mal scellé. Placez alors ce pot au frigo pour le consommer dans les jours qui suivent.
  9. Il ne vous reste plus ensuite qu’à étiqueter vos pots et les ranger. Identifiez bien le contenu et la date de préparation, cela vous évitera des doutes !
  10. Rangez vos conserves dans un endroit sombre et frais. Pour permettre aux arômes de bien se mélanger, attendre trois à six semaines avant de les manger.

Bonne préparation de conserves !

Mais voilà, l’alimentation ne se limite pas à quelques boites stockées dans un coin, les semences sont également très importantes et peuvent être salvatrices dans votre avenir, surtout si ce sont des semences traditionnelles qui, à l’instar des semences généralement vendues dans le commerce, ne finissent pas stériles une fois que la plante a poussé.

Pour faire des sachets de graines, même à l’improviste en un tour de main.

Un simple morceau de papier, ni colle, ni ciseaux.
Il sont économiques, on peut facilement adapter leur taille, pas besoin d’étiquette.

Choisissez la technique qui vous convient, et mémorisez le pliage.

Merci de vous référer à l’article source pour les vidéos

Pour une conservation des graines dans les meilleures conditions, utilisez un papier non blanchi au chlore, ou du papier recyclé.
Le chlore diminue le pouvoir germinatif des graines. Récupération

Pour des graines de grosse taille, en quantité importante, ou fragiles, on peut utiliser des récipients de récupération.Les tubes de médicaments, boites de pellicules photo, de confiseries, petits pots de bébé sont adaptés.On trouve aussi dans le commerce des sachets plastiques « zip », ils existent en différentes tailles.

Ils sont quelquefois percés au sommet d’un trou, ce qui permet de les enfiler sur des tiges de rangement, on peut aussi y glisser un bout de papier portant le nom des graines.On ne peut placer dans ces boites et sachets que des graines bien sèches, les traçes d’humidité pouvant donner naissance à de la moisissure.ConservationQuelques précautions pour à la fois retrouver ses graines, mais aussi préserver au mieux leur pouvoir germinatif (vitalité).

  • Ils les mangent:
    Les rongeurs (souris, mulots …), les oiseaux, les insectes (mites alimentaires, charançons …), ces derniers percent le papier ou les sachets plastifiés, profitent du moindre espace pour s’infiltrer.Les précautions sont des barrières physiques, il faut que les semenses soient hors d’atteinte.
    Mettre les sachets de graines dans des boites hermétiques et dont les paroies sont suffisamment épaisses: matières plastiques, métalliques, verres, ou bois, mais pas de contreplaqués ou d’agglomérés, les colles utilisés pour les assembler contiennent du formol, un produit qui détruit le germe.
    • Le pouvoir germinatif:
      C’est la capacité pour la graine à donner naissance à une plantule, ce pouvoir perdu, la graine est stérile.
      Parmis les plantes, certaines ont un pouvoir germinatif limité à un an, d’autres comme le lotus, peuvent germer après plus de 1000 ans, ou le dattier de Judée de Massada qui a germé après plus de 2000 ans.Le pouvoir germinatif diminue naturellement avec le temps, mais les conditions de conservation de température, humidité, lumière ont aussi leur importance.
      La température idéale de conservation des graines de pays tempérés doit être inférieure à 10°C, celle d’un réfrigérateur (4 à 5°C) est idéale, pour la conservation sur de longues périodes on peut congéler les semenses (méthode utilisée pour constituer les banques de graines).
      L’humidité ne doit pas être trop importante sinon les graines moisiront ou germeront avant terme.
      Les graines ne doivent pas être exposées à la lumière.Limites:
      Toutes les graines ne peuvent être conservées par séchage, certaines graines de plantes éxotiques, celles d’agrumes, les hélébores doivent être semées fraiches.

Source: 1jardin2plantes.info

Enfin, nous en terminerons avec une carte de la France rappelant ce qu’il faut planter/semer et en quelle saison, pour les jardiniers débutants ne sachant pas quand utiliser les semences conservées.

Il existe 11 zones climatiques. Celles-ci sont déterminées par les températures moyennes d’hiver et d’été.

Potager : quand semer et planter région par région, selon le climat

Carte de France des semis et de la plantation des légumes au potager en fonction de la zone climatique – Francès – Rustica

Ces zones ne permettent toutefois pas de prendre en compte les microclimats propres à votre localité et tous les paramètres de votre jardin (abrité ou non, murs, haies, etc.). Quand les Corses recommencent à semer, en février, les Alsaciens comme les Suisses doivent encore patienter quelques semaines pour ne pas risquer de tout perdre.

Climat océanique (bleu clair)

Hiver tempéré à doux et été frais à chaud.

 

Climat océanique à semi-océanique Nord (bleu foncé)

Hiver frais à très frais et été frais.

 

Climat océanique à semi-océanique Sud (rose)

Hiver frais à très frais et été chaud.

 

Climat semi-océanique (vert fluo)

Hiver très frais et été chaud à frais.

 

Climat semi-océanique à semi-continental (marron clair)

Hiver très frais et été chaud.

 

Climat semi-continental nord (vert foncé)

Hiver froid et été chaud.

 

Climat semi-continental sud (beige : montagnard)

Hiver froid et été chaud.

 

Climat de haute montagne (marron foncé)

Hiver très froid et été frais.
Difficile de cultiver un potager au-delà de 1500 m d’altitude.
Les gelées commencent en septembre et se terminent en juin.
Les végétaux n’ont pas assez de temps pour se développer.

Climat méditerranéen (orange et rouge)

Hiver doux et été chaud et sec.

http://www.rustica.fr/articles-jardin/legumes-et-potager/potager-quand-semer-et-planter-region-par-region-selon-climat,3756.html

Via Realinfos

Bien sur, nous n’avons ici que des bases, chaque sujet pouvant et devant être approfondi car toutes les réponses ne sont pas livrées dans ce sujet. Vous aurez beau prévoir des stocks d’eau, cela ne sera peut-être pas suffisant au final et vous devrez opter pour la purification d’eau pour subvenir à vos besoins. Et il sera toujours utile de maîtriser de multiples connaissances, même savoir faire du fromage ou du pain soi-même…

Fouillez, informez-vous, et préparez-vous, car tout est possible avec l’actualité que nous avons chaque jour sur la planète…

12 commentaires

  • En effet, nous vivons une époque ou nous pouvons nous retrouver en situation de perte de la normalité, a titre individuel ou collectif, du jour au lendemain.

    Il vaut mieux être un minimum prévoyant dans la mesure ou le domino France chancelle déjà.

    A mon sens, les conserves ne peuvent s’envisager qu’avec un pendant « frais » (un jardin en somme).

    Parce que sinon, vous allez vous retrouver avec un stock tournant, et beaucoup trop de conserves à manger (ce qui est mauvais pour la santé à terme, même quand c’est bien fait).
    Mais c’est mieux que de ne rien faire, ça c’est sûr.

  • Ellie

    De l’eau pure (à boire) à partir de n’importe quelle source :
    http://www.aqua-techniques.fr/Doulton-nomades.htm
    De plus vous l’emportez avec vous.
    Je le possède depuis plusieurs mois

      • xeos839

        Les gourdes filtrante ne procure aucune autonomie c’est bon pour le Bobo qui par se promener deux heure et qui veut faire le kk en sachant qu’un homme actif à besoins de trois litre d’eau pour boire sans parler de manger et l’hygiène un filtre à eau Manuel dans le genre msr et bien mieux au moins tu peux filtre plusieur litre et remplir plusieurs bouteille car ça m’arrive souvent de marcher toute la journée sans trouver de point d’eau surtout que ces gourde vous pouvez contaminer le goulot en la remplissant et que je vous voit mal mettre une eau boueuse dedans

  • xeos839

    Bonjour
    Bonne article mais quelque précisions sur la conservation étant du métier de bouche et pratiquant des rando de plus d’une semaine à savoir tout produit de base se conserve bien plus d’un ans farine sucre pâte huile graine et bocaux de confiture et légume ensuite vient les chair poissons ou viande salée tienne 1 ans sans souci quand je part en vadrouille je prend comme viande saucissons sec et jambon crue que je refait sécher en cave ou frigo si ventilateur mettre juste devant après quand vous partez mettez la viande dans sac zip et hop dans le sac à dos vous serez surpris de voir comme sa se conserve à titre indicatif je fait un test depuis quatre mois ma viande dans sac zip poser sur étagère temp. Ambiante a la lumière et bien j’en ais goûter il y a quatre jour tip top maintenant les produit hyophiliser c’est bien en dépannage je préfère manger une gamelle de lentille cuite parfumer avec des carotte et oignons sécher dans l’eau de cuissons avec un bon saus.qui va peser en sec 100gr qu’un paquet hyophilyser de hachi Parmentier

  • Ellie

    Pour les graines il faut choisir des variétés « non hybride ». En effet les variétés « pure » donc fixées génétiquement, permettent de récolter ses graines pour une récolte l’année suivante avec toutes les caractéristiques des « parents » d’origine.
    Ex : choisir ses graines chez Biau germe ou La ferme de ste Marthe

  • GROS

    Si t’as faim, mange ta main.

    (c’est pourtant connu)

  • article 35

    Rassurez vous : le jour où on « sera dedans » rien ne se passera comme prévu.