En France, un SDF sur quatre travaille

25% des SDF ont un emploi. Les obstacles à l’embauche restent très nombreux et les conditions de travail souvent difficiles.

Une étude publiée ce mardi par l’Insee explique qu’au début de l’année 2012, 25% des sans-domicile fixe adultes francophones occupaient un emploi. C’est trois points de moins qu’en 2001. Réalisée auprès de personnes fréquentant les services d’hébergement ou de distribution de repas, cette enquête permet de dégager certaines tendances claires sur leurs conditions de travail. 93% des SDF ayant un emploi sont ouvriers ou employés, en majorité au sein d’entreprises ou chez des particuliers. Leurs statuts sont souvent précaires (22% d’entre eux ont déclaré ne pas avoir de contrat) et leurs emplois décrochés récemment (deux-tiers travaillent pour leur employeur depuis moins d’un an). Ils touchent peu: trois SDF sur cinq perçoivent un salaire mensuel inférieur à 900 euros.

Aidés par des associations ou des antennes de Pôle Emploi (73% des personnes interrogées), les sans-domicile en recherche d’emploi sont principalement confrontés à des obstacles liés aux moyens de transport (trop chers ou inexistants) ou aux coûts des démarches de recherche.

Selon l’Insee, 141.500 personnes dont 111.000 adultes étaient sans-domicile en France métropolitaine début 2012, soit une progression de près de 50 % depuis 2001! Parmi les SDF de France, 39% étaient au chômage à la fin 2012, et 37% étaient inactifs (personnes élevant des enfants, retraités, invalides ou demandeurs d’asile).

Source: Le Figaro

3 commentaires

  • lolita

    et aucun commentaire ici?
    personne ne réagit?
    les patrons ont encore de beaux jours devant eux; ils peuvent nous rendre corvéables à merci, du moins certains d’entre eux, les politiques de même!
    quand on pense que ceux qui décident qu’on peut vivre avec 500 euros et qu’eux ne feraient même pas 5 minutes!!!

    il m’est arrivé d’héberger des personnes qui auraient du sinon dormir dehors, et je n’hésiterais pas à le faire encore maintenant; heureusement dans mon village, il n’y a pas ce genre de cas!
    travailler et devoir dormir dehors ou dans sa voiture est une honte pour notre pays!

    • Tyr

      Bien sûr les responsables ne sont que les patrons et pas du tout les politicards de ces 40 dernières années qui touchent eux aussi une misère.
      Détail technique à mettre en rapport avec les chiffres de l’info: notre ex premier ministre éblouissant par son charisme et son action touchera avec l’ensemble de ses retraites la misérable somme de 15 000 euros par MOIS, jusqu’à la fin de ses jours donc. Et non il n’y a pas d’erreur de zéro. Ne sont pas comptés en plus gardes du corps, secrétaires et tout le reste gracieusement mis à sa disposition avec vos impôts.

  • zeke24

    Un sans papier dans les rue et 10.000 assos viennent foutre la merde mais là…. ils travaillent donc ils sont « riches » (pas moi qui le dis….).

    D’ailleurs l’article précise bien « des sans-domicile fixe adultes francophones » car souvent on intègre les sans-papiers aux SDF ; surement plus vendeur.

    Malheureusement le mythe du travailleur pauvre est rentré dans le mœurs et leur sort ne dérange que très peu.

    La grande majorité des patrons paient une fortune en charges, taxes et impots (les artisans par exemple qui représentent le premier secteur d’emploi, pas rien) sans devenir « riche » pour autant et en bossant comme des dingues.
    J’ai le souvenir d’un patron proche de chez moi verbalisé par l’inspection du travail au motif qu’il n’avait pas à faire du social avec ses employés….

    A moins de vouloir parler de « la minorité de patrons de multinationales/grosses entreprise » qui eux vivent souvent sur le malheur/l’exploitation d’autrui et touchent des fortunes sans payer comme les autres.
    Souvent proches d’hommes politique voir politiciens eux mêmes, cela ne dérange visiblement pas.
    Pour preuve leurs affaires tournent bien et le commun des mortels consomment sans rechigner.
    Donc là pour les arranger, autant généraliser pour ne pas créer de « discrimination »…