Brievik: de nouvelles infos remettant en cause les versions officielles disponibles

Nous ne nions pas que cet homme est un assassin, le carnage dont il est responsable est abominable, mais on peut quand même se poser des questions quand à la véracité des faits. Les médias et les autorités nous proposent une version déjà bancale, mais il y a une accumulation de signes qui viendrait prouver que derrière tout cela, il y a des vérités peu catholiques (c’est le cas de le dire) qui ne sont pas très reluisantes… Voici deux captures d’écrans proposées par le site infowars, la première est une capture du profil facebook de Anders Behring Brievik juste avant sa suppression qui a eut lieu quelques minutes après que son identité ait été connue de la presse, rien d’anormal jusque là…

La seconde capture d’écran est son profil facebook qui est apparu (comme par magie?) après que le premier profil ait été effacé, et apparaît sur ce nouveau profil le fait qu’il soit chrétien conservateur entre autre, des détails qu’il n’y avait pas sur le profil originel, étrange?


Mais ce n’est pas tout, s’il n’y avait QUE cette histoire de profil facebook, mais il y a d’autres détails qui ne vont pas, nous en avons déjà eut un aperçu dans différents articles du blogs, en voici encore un!

Nous apprenons ce soir que la police norvégienne a dynamité en fin d’après-midi la totalité des explosifs qu’elle a retrouvé dans la ferme d’Anders Breivik Behring. Une bien étrange police, qui a également mis plus de 90 minutes à intervenir pour mettre fin au massacre sur l’île d’Utøya, dans des conditions pour le moins rocambolesques

 

Selon le site norvégien NRK, la police norvégienne a dynamité mardi en fin d’après-midi l’ensemble des charges explosives qu’elle a retrouvé dans la « ferme de culture biologique » nommée Geofarm, que dirigeait Anders Breivik Behring. Pourquoi, dans une affaire d’une telle ampleur, ne pas les avoir conservés comme pièces à conviction ?

La police norvégienne prétend que ces explosifs étaient issus d’engrais à base de nitrate d’ammonium. L’idée qu’ils auraient été détruits pour éviter un risque d’explosion ne tient pas la route un instant puisque que, d’une part, il faut le mélanger à un autre composant pour en faire un explosif, comme par exemple du fuel, et d’autre part parce qu’un des avantages du nitrate d’ammonium est qu’il est stable. Il faut un amorçage très puissant afin d’élever sa température à plus de 200°C et provoquer une explosion, comme du nitrométhane ou du TNT.

Par ailleurs, on ne commande pas de l’engrais composés de nitrate d’ammonium comme des petits pains. En France par exemple, c’est la DRIRE (Directions régionales de l’industrie, de la recherche et de l’environnement), sous l’autorité du préfet, qui est en charge de décider qui peut obtenir, et sous quelles conditions, ce type de produit. Comment se fait-il qu’une « ferme de culture biologique » puisse en commander 6 tonnes sans que cela ne semble contradictoire et ne puisse susciter, au minimum, un contrôle ?

L’île d’’d’Utøya

Vendredi 22 juillet, quand Anders Breivik Behring, vêtu d’un uniforme de policier commence à tirer sur l’île d’Utøya, où se trouvent 600 jeunes réunis pour le camp d’été du Parti travailliste, il est alors 17 heures.

Admettons que la moitié d’entre eux possèdent un téléphone portable, et que seulement un tiers de ceux-là pensent à appeler des secours – soit 100 personnes – comment se fait-il que le premier appel à la police n’ait été enregistré qu’à 17h26 ?

Les forces de sécurité arrivent en face de l’île vers 18h, en voiture, arguant qu’elles n’ont pu trouver un hélicoptère disponible. Pendant ce temps, la chaîne de télévision norvégienne NRK a, elle, réussi à louer un hélicoptère et filme le carnage qui se poursuit (voir notre vidéo ci-dessous). Nouveau contretemps pour la police : elle ne trouve pas de bateau. Et quand elle finit par en trouver un, il tombe en panne quelques mètres après avoir quitté le rivage…

Pendant ce temps, ce sont les vacanciers d’un camping voisin, qui ont entendu les coups de feu, qui effectuent des allers-retours pour repêcher les jeunes qui se sont jetés à l’eau alors que le tueur achève méthodiquement ceux qui tentent de fuir par tous les moyens. C’est finalement à 18h25 que les forces d’élite parviennent à débarquer sur Utoya. Deux minutes plus tard, Anders Behring Breivik se rend, sans opposer la moindre résistance.

Au final, il aura fallu plus de 90 minutes aux forces de l’ordre pour intervenir…

Comment le tueur est-il parvenu, seul, à tuer plus de quatre-vingt personnes ? De nombreuses questions demeurent sans réponse.

Anders Breivik Behring a utilisé des balles à fragmentation (qui se pulvérisent en dizaines de fragments au moment de l’impact), de sorte qu’il est impossible de savoir avec quelle arme elles ont été tirées.

Des témoins parlent de plusieurs tireurs sur l’île. Si c’était le cas ils auraient laissés des traces et il faudrait de nombreuses complicités au sein des forces de sécurité pour que l’information ne filtre pas. Eventuellement, quelques acolytes du tueur, embusqués sur un ou plusieurs bateaux, auraient pu participer au massacre, comme peuvent le laisser penser ces témoignages pour le moins troublants :

 

« Lorsque j’ai vu des bateaux arriver je n’étais pas sûre de pourvoir leur faire confiance. »

Propos de Lenita Jones, rapportés par NRK

« On nous tire dessus ici. Un homme qui est habillé en policier. Nous ne savons pas combien ils sont. Tous les membres de l’AUF sont dispersés pour se cacher. Love you. »

SMS envoyé par Emma Martinovic à ses parents à 17h53, rapporté par FVN

« Après avoir nagé pendant 10 minutes, nous étions à 500 mètres du rivage. Nous nous somme fait tirer dessus. Ce fut la panique complète. L’un de nous a été touché, j’ai vu du sang dans l’eau, mais je ne sais pas comment c’est arrivé. ».

Propos de Emma Martinovic rapportés par FVN

« Nous nous sommes cachés quand nous avons entendu des tirs provenant de différentes directions. »

Propos de Kaltenborn rapportés par NRK

Source: mecanopolis.org

11 commentaires

  • martinB

    pas d’avis réel sur la question, mais a charge et a décharge : des echos lors d’un tir peuvent faire penser à a differentes positions de tir – donc faire penser a plusieurs tireurs – mélangé au stress..

  • Critical Time

    Hier sur Al Jazeera il y avait une interview des policiers novégiens. Il s’avère que « comme par hasard » la police norvégienne a mis tous ses pilotes d’héicoptères en congé ce sinistre jour…
    Il est apparait clairement au vu des différents arguments que c’est évènement a été méticuleusement préparé de tout en haut de la pyramide de ce NOM, et laissons entendre ce qui peuvent entendre. Leur but inavoué, inavouable, est simplement d’amener les masses à la confrontation générale, afin de jeter les bases utlimes de leur NOM. Lorsque l’on rassemble les pièces de ce géant puzzle la vérité saute aux yeux à ceux qui savent raisonner…

    It’s time to wake up my brothers, let us show them our power…

  • Tout balle est identifiable fusse-t-elle à fragmentation.
    Ce type de projectile dissipe instantanement son énergie dans le corps de la victime, aucun éclat ne peut donc en sortir.
    A partir de là, il est facile de reconstituer le projectile et d’identifier le couple arme/munition.

  • mémé

    Effarant! Penser qu’on a pu programmer sciemment l’assassinat de ces jeunes… J’aimerais bien que vous vous trompiez..

  • Houlou

    Je sais pas si je suis passé à travers de cette info mais j’ai l’impression que le seul flic présent sur l’île était un faux parce que moi j’en entends pas parler des autres qui devaient forcément être présents vu le nombre de personnes présentes, ou d’une sécurité privée …

  • noonoo12

    D’accord avec martinB,
    + 6 tonnes d’engrais minéral c’est une commande agricole normale qui n’envoi aucune « alerte » nulle part, par contre c’est interdit en Bio et le dosage limité par hectare mais les contrôles n’ont lieu qu’une fois pas an et ces informations (surface des terres et Bio) ne sont pas marquées sous le siret de l’entreprise lors de l’achat…
    + Le nitrate d’ammonium est un carburant avec risque d’explosion : http://www.chambre-agriculture-28.com/fichiers/documents/saer/fiches_env/Stockage_Engrais_2%20prov.pdf

  • J’ai mis du temps à déterminer si cela valait la peine de reblogguer et je le trouve finalement léger. D’une part les screenshots sur le site infowars ne sont ni fiables ni valables, on peut faire dire ce qu’on veut a un screenshot, surtout lorsqu’il est déjà cropé et sans métadonnées fiables. Bref bullshit sur ce point.

    Le dynamitage on passe, je n’ai rien trouvé sur NRK par contre j’y trouvé que les libéraux vont obtenir une protection policière. Hé oui dans certains pays paisibles il n’y a pas besoin de protection policière. On connait au Canada  :mrgreen:

    26 minutes avant d’appeler alors que tu te fais tirer dessus je trouve ca relativement logique, ensuite les aberrations sur la location d’hélicoptères… c’est juste un détail rigolo sur la manière dont se déroule la privatisation de certains services… et passons sur les campeurs, ils sont assez héroiques, enfin 1h30 pour l’intervention de force spéciale d’intervention ne me semble pas disproportionné.

    Le tueur a été plutôt bon, il me semble tout a fait possible d’abattre un grand nombre de personnes de part sa préparation et sa détermination. Il est clair qu’il a déjà du bien occupé les secours avec sa bombe. En tout cas un seul homme pour ça, ca me parait largement plausible. Et puis les balles à fragmentation c’est assez pratique pour ne pas gâcher trop de munition et immobiliser ses victimes pour les « terminer » froidement.

    Je le trouve extrêmement malin, certainement fou de ses idées, mais loin d’être fou dans la tête.

  • xirtaki

    Toujours se demander:
    à qui profite le crime.
    Dans un premier temps, le massacre est absurde, fou, dément et individuel.

    Ensuite:
    en combien de temps les commentaires aboutissent à un impact psychologique désiré, unanime, mondial, aidé par les medias aux mains des pouvoirs les plus discrets et déterminés.

    Croyance:
    tout ce qui ne colle pas à la faisabilité des évènements décrits officiellement, se fait rectifier très vite par des pseudo-raisonnements rationnels, et nos esprits sont donc forcés à de fausses conclusions.
    Pendant ce temps, on oublie les évidences criantes, ou les bizarreries incohérentes.

    Pendant que tout le monde est focalisé sur un choc (et aussi son « mystère » bien entretenu pour faire marcher le feuilleton), il se passe en général des choses totalement illégales dans notre dos, mais qui vont être prises ensuite pour légitimes simplement parce qu’on ne les remet pas en question sur le moment et que plus tard il est trop tard, on est seulement là, devant un fait accompli. 

    Ces actes discrets ne peuvent être perpétrés autrement que lorsque l’attention retenue ailleurs est suffisamment nourrie par l’importance et l' »originalité » du choc.

    Beaucoup d’études sont menées sur la gestion de l’opinion publique, sur les foules et sur les impacts psychiques des chocs.

    Il ne faut pas être une lumière d’intelligence pour comprendre que les USA ruinés et kadhafi et le peuple libyen sont les sujets à éviter de laisser analyser par « la masse »… 

    Il est important de réaliser ou de se rappeler que tous les membres des cercles, loges, clans, sociétés secrets  prononcent un SERMENT qui relègue la Loi bien plus bas que la « loi » de la confrérie en question.
    On est d’accord sans discuter et si l’on dévie vers l’honnêteté et le courage, s’apprêtant à dénoncer, alors on est « liquidé ».

    Nous vivons dans un cirque situé dans la jungle. Rien n’est vrai, rien n’est objectif, rien n’est honnête, ni stable. 
    Indigné.

  • moonfleet

    qui peut répondre à ma question?
    si la thèse du complot est réelle, pourquoi avoir choisi un gas proche de l’extrême droite? c’est pas une bonne idée. Attaquer l’extrême gauche, comme avec tarnac, aurait été plus logique, non? quels sont leurs intérêts de mettre en scène l’extrême droite? devient t-elle plus menaçante pour les gouvernements que l’extrême gauche?