Des scientifiques guérissent le cancer mais personne ne prête attention

cellulesChez l’homme, le dichloroacétate de sodium (DCA) permet de lutter efficacement contre les cancers, sans léser les cellules saines.
Les chercheurs médicaux de l’Université de l’Alberta ont prouvé en 2010 que le dichloroacétate de sodium ((DCA) une molécule non brevetable) permet de traiter un des cancers des plus meurtriers de tous les cancers chez l’homme: une forme de cancer du cerveau appelée glioblastome. L’article a été publié à la revue Science translational medicine, une revue de l’Association américaine de l’avancement de la science (1).
En 2007, une équipe de l’Université d’Alberta, dirigée par le Dr ED Michelakis, publie des données qui démontrent que le DCA renverse la croissance des cellules cancéreuses aussi bien chez les animaux de laboratoire que in vitro dans des tubes à essais (2). L’équipe montre ensuite que les effets anti-cancer du DCA s’exercent en modifiant le métabolisme d’oxydation des sucres des cellules cancéreuses, ce qui active les mécanismes de suicide de celles-ci.

Lire la suite

Un choix pour mon cancer: Pour une liberté de choix en France

97754040_oCeux qui malheureusement sont touchés par le cancer connaissent bien le problème: le corps médical leur conseille un traitement à suivre sans véritablement leur laisser le choix, sans réelles garanties du résultat, puisque ce sont généralement des molécules expérimentales qui sont utilisées.

Mais si le patient refuse le traitement? S’il souhaite se diriger vers des alternatives dont certaines qui ont fait leurs preuves? Pas possible, dans ce pays la liberté de choix quant au traitement n’est pas possible, et cela se retourne généralement contre le patient. Comme l’a expliqué le Dr Martine Gardénal, les médecins sont censés dénoncer les patients si cela arrive…

Le cancer n’est qu’un vaste business qui profite à certains laboratoires pharmaceutiques, ce n’est même plus un secret, le cancer fait vivre beaucoup de monde. Alors pas vraiment étonnant que les patients soient plus dirigés vers la chimiothérapie aussi dangereuse soit-elle que vers certaines alternatives comme le cannabis par exemple

Les patients doivent avoir le choix de choisir leur traitement! Lire la suite

Cancer: Une facture de 133 milliards d’euros de dépenses prévue pour 2020…

Si l’on tient compte de l’incidence du prix des médicaments anti cancéreux, on peut penser que le cancer, est vraiment une maladie qui rapporte à big-pharma.. Que deviendront les malades, si ça revient trop cher de les soigner?

Guérison-du-cancer-2-1

Les dépenses liées au cancer devraient atteindre 133 milliards d’euros (193,6 milliards de dollars) d’ici 2020. Dans un rapport dévoilé, ce jeudi à Chicago, lors du Congrès annuel de l’association américaine d’oncologie clinique (Asco), la société américaine de données IMS Health Holdings assure que les dépenses mondiales de traitements oncologiques se sont élevées à 107 milliards de dollars (94,7 milliards d’euros) en 2015. Lire la suite

L’origine secrète de la chimiothérapie: le gaz moutarde…

La chimiothérapie, ni une véritable solution, ni même une alternative, du moins, pas utilisée en suivant les protocoles actuels, car ceux-ci profitent avant tout aux laboratoires pharmaceutiques, pas véritablement aux patients qui ne sont plus que des cobayes croisés avec des vaches à lait!

Nous avons déjà abordé à de nombreuses reprises ce sujet sur le blog, avec à la clé, des liens, des documents, des études, mais nous ne nous sommes jamais penché sur l’origine de la chimiothérapie, et celle-ci est plus qu’étonnante: le gaz moutarde.

Pour réellement comprendre l’actualité présente, il est toujours intéressante de se tourner vers celle du passé qui apporte des éléments de réponses que nous ignorons trop souvent…

781px-Bundesarchiv_Bild_183-F0313-0208-007,_Gaskrieg_(Luftbild)Attaque au gaz moutarde durant la première guerre mondiale

Le récit qui va suivre sur l’origine de la chimiothérapie n’est pas secret en soi. Vous pouvez le trouver dans tous les manuels d’histoire de la médecine.

Seulement, peu de patients en ont entendu parler.

En ce sens, c’est un secret jalousement gardé dans les milieux médicaux.

Pourtant, il est indispensable de connaître cette histoire pour comprendre comment fonctionne la chimiothérapie contre le cancer. Tout patient devrait avoir le droit de l’entendre avant de commencer son traitement.

Le début de l’histoire de la chimiothérapie remonte à l’automne 1917. Nous sommes dans les mois les plus sinistres de la Première Guerre mondiale, qui a déjà fait des millions de morts pour rien. La scène se déroule dans la ville d’Ypres, dans la campagne flamande autrefois riante, aujourd’hui ravagée par la guerre de tranchées.

Lire la suite

Cancer du sein : les double mastectomies préventives ont triplé

C’est un sujet extrêmement grave, le nombre de mastectomies a triplé en 10 ans aux Etats-Unis, mais pas après qu’un cancer ait été constaté, mais avant, pour réduire les risques d’être atteint d’un cancer. Stupidité? Possible, mais il serait plus censé de parler de manque d’information, car c’est avant tout là le problème, les foules ne sont pas assez informées, en pendant ce temps, la cash-machine du cancer tourne à plein régime.

entete_rubanrose

Dès que l’on touche au cancer du sein, c’est la grande hypocrisie, il faut soigner un maximum, dépister à tout va, sauf que tout ce cirque n’est en aucun cas la solution, cela en serait même le problème comme l’explique un article du site Psychomédia:

Les doutes portent sur un faible bénéfice et des risques de fausses alertes, de surdiagnostics et de surtraitements.
Selon des chiffres de l’Institut national de veille sanitaire (InVS) « « pour 1000 femmes dépistées tous les 2 ans pendant 24 ans, entre 50 et 74 ans :

  • « plus de la moitié auront une fausse alerte (donnant lieu à des examens supplémentaires parfois lourds et à des biopsies dont il faut parfois attendre les résultats pendant plusieurs semaines); » Lire la suite

Cette année, les labos pharmaceutiques vont gagner 1,8 milliards de dollars grâce à des médicaments contre le cancer qui ne seront jamais utilisés par le moindre patient

Cancer-business, le gros jackpot qui rapporte plus qu’il ne sauve! Car si le cancer tue du monde, combien de personnes en vivent? Cette maladie est une bénédiction pour les laboratoires pharmaceutiques, pour des cliniques spécialisées, pour la recherche, pour des golfeurs d’éminents médecins et leurs équipes, certains soignant au mieux, d’autres se contentant des protocoles officiels en place qui ne sont pas toujours les plus adaptés. C’est justement ce que Nicole Delépine, oncologue-pédiatre maintenant à la retraite a dénoncé à de maintes reprises dont dans un film magnifique passé inaperçu, pas intéressant pour nos chaines de télévisions… La liberté de soigner n’existe pas, le patient et ses besoins ne sont que très secondaires, et le tout est un business morbide, mortel, mafieux.

Il y a les informations qui vous sont données, le reste n’est censé qu’être fantaisie, même si cela vient de cancérologues comme c’est le cas avec le Docteur Jacques Lacaze

Mais l’information qui nous intéresse réellement aujourd’hui, c’est le pactole généré par les traitements contre le cancer, sachant que sur l’ensemble, 1,8 milliards de dollars de traitements ne seront tout simplement pas utilisés, un gaspillage colossal qui n’est pourtant pas perdu par les laboratoires pharmaceutiques.

Lire la suite

Atteint d’un cancer, Fernand dort dans sa voiture et passe ses nuits devant… l’hôpital d’Arlon

C’est bien la météo à la télé, ils nous parlent des vacances, de son impact sur l’économie, de la gastronomie avec les soupes pour bien se réchauffer, de la route…mais rarement des personnes qui vivent dans la rue, et qui tentent de survivre après avoir tout perdu! Car cette population est nombreuse. Rien qu’en France, en 2012, on comptait en France 111.500 adultes et 30.000 enfants sans domicile fixe, soit 50% en plus par rapport à 2002, pire, près de 10 millions de personnes sont en situation de fragilité par rapport au logement (voir article sur Europe1), et qu’est-ce qui est réellement fait pour tout ce petit monde? Pas grand chose au final, alors il faut rappeler qu’ils sont là, qu’ils existent, et qu’ils ont eux aussi besoin d’aide, d’un peu de chaleur, et qu’il faut aussi s’occuper d’eux.

Il y a également « Mike », dont j’ai trouvé la page pour lui rendre hommage un peu par hasard, jeune SDF décédé d’une simple rage de dent, ce que nous pouvons bien soigner à l’heure actuelle… Et il y a tous les autres, tous qui ne demandent qu’un minimum, et qui se retrouvent sans rien.

L’hiver approche, alors ne les oubliez pas, si vous avez ne serait-ce qu’une couverture à donner, un habit, quoi que ce soit, ne restez pas sans rien faire, merci.

Fernand Fiévet a 60 ans. Atteint d’un cancer, il tente de se faire soigner comme il peut. Sans le sou, il vit pieds-sdfdans sa voiture. Il y passe ses nuits, sur le parking de l’hôpital d’Arlon. Il veut faire connaître sa situation au grand public pour que l’on parle des gens qui sont dans la même situation que lui.

«  Je serai garé sur le parking pour handicapé, avec une petite Nissan Micra rouge  ». C’est ainsi que nous retrouvons Fernand Fiévet, d’Arlon. Atteint d’un cancer au cerveau, ce sexagénaire, qui a beaucoup de mal à se déplacer, vit actuellement dans sa voiture, une vieille carcasse de 1991. «  Dedans, il y a toute ma vie  », résume Fernand. «  C’est ma chaise roulante, quoi !  », lâche-t-il. Cette voiture, il la gare tous les soirs depuis plusieurs jours sur le parking de la clinique d’Arlon. «  C’est le seul endroit où je me sens en sécurité. Et puis les urgences ne sont pas loin, parce qu’on ne sait jamais…  »

Son état de santé est préoccupant. Et on préférerait le savoir dormir dans une des chambres de l’hôpital plutôt que dans cette vieille guimbarde. Car Fernand se dit très affaibli par la chimiothérapie. «  Du coup, je suis à peu près sûr que si je dors à l’abri de nuit, je vais attraper un microbe et que cela va être encore pire  », prédit-il.

Lire la suite

Un remède interne propre à l’organisme qui détruit le cancer… !

Nous en avons déjà parlé dans cet article et dans celui là, Merlin nous fait un compte rendu complet de ce que nous savons sur ces médecins décédés dans la fleur de l’âge. Souvenez vous quand nous disions que: « ceux qui contrôlent les semences, contrôlent la nourriture » et « ceux qui contrôlent les médicaments, contrôlent la santé », il en est de même avec les banques qui ont le contrôle de l’argent. Prenons ces informations, avec la prudence qui s’impose, puisque ces malheureux médecins ne sont plus là pour défendre leur découverte, faisons semblant de croire que ce sont d’affreux charlatans pour qui les vies humaines n’ont de prix, que d’après les zéros qu’ils pouvaient engranger sur leurs comptes en banque. Bien sûr, on ne parlera pas des bénéfices des vertueux Big-Pharma qui, comme nous le savons tous, n’ont qu’un seul intérêt, notre mauvaise santé garante de la leur…..

Qu’arriverait-il si un traitement simple pouvait inverser toutes les formes de cancer sans radiothérapie, sans chimiothérapies ou chirurgie ? Qu’en serait-il s’il s’agissait d’une substance naturelle non brevetable produite par le corps humain lui-même et qui pourrait être administrée pour stimuler le système immunitaire à un degré tel que cette substance pourrait éradiquer le cancer sans effets secondaires ?

Le GcMAF le remède interne propre à l’organisme qui détruit le cancer… ! TOUTES les personnes en bonne santé en ont.

142 éminents scientifiques ont publié des articles de recherche sur le GcMAF ne serait-ce qu’à la United States National Library of Medicine (NLM, bibliothèque américaine de médecine).

La mafia médicale américaine éliminerait-t-elle des médecins alternatifs qui utilisent de véritables traitements non approuvés par le FDA ? Lire la suite

Cancer du sein: ce mois d’Octobre rose qui n’apporte pas tant que cela…

Chaque année, c’est inévitable, une information est faite autour du cancer du sein et de son dépistage, une étape presque obligatoire pour bien montrer aux femmes quelles sont les voies à suivre pour se faire dépister, et comment se faire soigner. Mais cela ne reste qu’une grosse opération de communication, car derrière, il y a des vérités qui restent bien trop discrètes sur le dépistage en question, ce que certains médecins ont décidé de dénoncer dans un blog au nom évocateur: cancer-rose.fr. Le mois d’Octobre rose prend alors une autre couleur, vert pour celle du billet, noire pour le nombre de victimes…

slider-image-4

Les questions et polémiques sont très nombreuses sur le sujet, et parmi tout ce que l’on peut apprendre sur le sujet, nous pouvons découvrir que:

Les doutes portent sur un faible bénéfice et des risques de fausses alertes, de surdiagnostics et de surtraitements.

Selon des chiffres de l’Institut national de veille sanitaire (InVS) « pour 1000 femmes dépistées tous les 2 ans pendant 24 ans, entre 50 et 74 ans :

  • plus de la moitié auront une fausse alerte (donnant lieu à des examens supplémentaires parfois lourds et à des biopsies dont il faut parfois attendre les résultats pendant plusieurs semaines);
  • 8 à 16 auront un surdiagnostic et seront traitées inutilement;
  • 3 à 4 décès seront évités. »

Selon une analyse de la Collaboration Cochrane, sur 2000 femmes dépistées pendant 10 ans à partir de 40 ans, 1 décès est évité et 10 femmes sont traitées inutilement.

Les effets néfastes du surdiagnostic , soulignent les auteurs, sont nombreux:

  • « transformation de femmes bien portantes en femmes malades » (constituant à tort un « antécédent familial à risque » pour leur propre descendance);
  • vie altérée sur les plans physique, social, professionnel, économique, relation, affectif;
  • augmentation du niveau global d’angoisse pour toutes les femmes; Lire la suite

CANCER : Si cette découverte est avérée, c’est une bombe !…

question-mark-nothingComme toujours la prudence s’impose, quant à ce qui touche à cette terrible maladie. Mais est ce que des chercheurs indépendants, n’étant pas assujettis à Big-Pharma, pourraient secouer le cocotier? Le Dr Jeff Bradstreet était un médecin/praticien/homéopathe américain controversé en médecine alternative, et un ancien prédicateur chrétien, qui a dirigé le Centre international de développement des ressources enfant à Melbourne, (entre autres lieux) où il à fait des recherches sur l’autisme. Le corps de Bradstreet a été retrouvé mort d’une blessure par balle, apparemment auto-infligée dans la rivière Broad dans le comté de Rutherford, Caroline du Nord, en Juin 2015. Il avait un enfant autiste et attribuait sa maladie à une vaccination reçue à l’âge de 15 mois (voir sa fiche Wiki en anglais). Désolée pour la longue intro, mais le sujet est sensible, et les espoirs énormes pour les malades. S’il est indispensable de s’informer, restons prudents!  On aimerait que ce soit enfin, LA découverte du siècle…

Laissons la parole à Galadriel des Brinsd’herbe.

…Que certains se chargeront de désamorcer, n’en doutons pas. Là aussi la pression populaire doit s’exercer. Si cette expérience est scientifiquement avérée, tout doit être fait pour obliger le corps médical à expérimenter en France ce soin sur des patients  dont le nombre se développe de façon exponentielle (1)  et ce sans attendre 10 ans d’expertises et de contre-expertises pendant lesquels Big Pharma entasse des milliards de bénéfices.(2) Lire la suite

1 2 3 4 10