Les premières désillusions des Emplois d’avenir

Sans blague! Ces emplois d’avenir c’est plus de la comm’ qu’autre chose! Si l’emploi était réellement la priorité, nous aurions un gouvernement avec des « burnes » qui oserait s’attaquer au problème, mais le PS joue un double-jeu sans même réellement se cacher! Quand aux autres partis, on attend toujours les dénonciations de cette mascarade.

Quelques semaines après avoir signé leur premier Emploi d’avenir, plusieurs jeunes du Var ont été licenciés de la Caisse d’allocations familiales. « Un sentiment d’amertume et d’injustice » pour eux.

© Reuters

En ce début 2013, le gouvernement comme les parlementaires sont montés au front, l’emploi en ligne de mire. Alors que les séminaires s’enchaînent autour de François Hollande et Jean-Marc Ayrault, les premiers jeunes à profiter d’une des mesures phares du président, les Emplois d’avenir, en font le bilan. Et pour certains, c’est la désillusion.
Ces emplois aidés doivent permettre aux services publics et à certaines entreprises du privé de recruter 100 000 personnes en 2013, puis 150 000 à partir de 2014. Mais dans le Var, déjà, six jeunes âgés de 20 à 23 ans ont vu leur emploi d’avenir rompu par la Caisse d’allocations familiales (CAF) trois semaines après leur prise de fonction en tant que téléconseillers. Motif: pas suffisamment compétents.

« On nous a vendu du rêve »

C’est le cas de Waël, 23 ans. Il a passé plusieurs tests avant de signer son contrat d’avenir et pensait alors avoir fait le plus dur : « C’est vrai qu’on est tombé de haut. Dès la signature du contrat, ça a été médiatisé, avec le directeur de la CAF, les élus municipaux, mais on nous a vendu du rêve, on nous a promis pas mal de choses. Il y a un sentiment d’amertume et d’injustice ». Lire la suite

JPMorgan Chase accusée d’avoir enfreint les lois boursières

JP Morgan Chase bank

© Keystone
La banque parviendra-t-elle a un accord à l’amiable avec l’agence fédérale ?

Une agence fédérale américaine de supervision des banques coopératives, a engagé des poursuites contre la banque, l’accusant d’avoir vendu pour 2,2 milliards de dollars de titres adossés à des prêts immobiliers avant la crise.

La plainte porte sur des opérations réalisées par Washington Mutual, dont les activités bancaires ont été rachetées par la banque JPMorgan Chase en septembre 2008, au plus fort de la crise financière. L’agence fédérale américaine de supervision des banques coopératives NCUA, accuse Washington Mutual et sa maison mère actuelle JPMorgan Chase d’avoir trompé trois banques coopératives, U.S. Central, Western Corporate et Southwest Corporate, en leur vendant des produits dérivés complexes adossés à des prêts immobiliers très risqués.

Ces trois banques coopératives sont « devenues insolvables et ont donc dû être placées sous tutelle de la NCUA puis liquidées à la suite des pertes essuyées à cause de ces titres », précise le communiqué.

« Les dégâts causés par les actes de sociétés comme Washington Mutual ont coûté très cher à contenir et réparer, et ce travail n’est pas encore terminé », et « toutes les banques coopératives que nous supervisons et assurons ont dû partager ce fardeau », a commenté la présidente du conseil d’administration de la NCUA, Debbie Matz, citée dans le communiqué. Lire la suite

Le moral des Français en forte hausse, selon l’Ifop

Il faut bien rassurer les français! L’avenir se montre radieux, la météo est magnifique quand à l’économie, les JT ne sont pas alarmistes, on peut sourire donc! Allez, c’est cadeau, juste un peu de bonne humeur pour le week-end, le souci, s’il doit y avoir un réveil, il risque de faire mal celui-là…

smile-for-the-camera49% des Français se disent confiants quant à leur avenir et celui de leurs proches, contre 32% en août, selon un sondage Ifop…

Près de la moitié (49%) des Français se disent confiants quant à leur avenir et celui de leurs proches, selon un sondage Ifop réalisé pour Dimanche Ouest France, ce qui marque une forte progression. Dans la précédente enquête de ce type, réalisée par l’Ifop en août, seules 32% des personnes interrogées se disaient optimistes en pensant à l’avenir.

«Ce résultat, qui paraît surprenant dans un contexte de crise et d’augmentation continue du taux de chômage, peut s’expliquer par une démarche de rupture de la part des Français, une volonté de penser à autre chose en période morose, ceci étant sans doute accentué par un effet de saisonnalité -les fêtes de fin d’année», explique l’Ifop.

La progression plus importante chez les proches de l’UMP et du Front national

Les réponses optimistes ont le plus progressé chez les moins de 35 ans, avec 66%, contre 36% en août, alors que les plus de 35 ans ne sont que 43% (+13 points) à être confiants en l’avenir. Même si les sympathisants du Parti socialiste sont les plus optimistes, avec 55% (+13 points), la progression a été plus importante chez les proches de l’UMP, avec 50% contre 28% en août, et du Front national, avec 43% contre 17%. Lire la suite

Comment le New York Times efface les crimes d’Israël

Selon le New York Times, il n’y a pas de blocus de Gaza, pas d’ occu­pation de la Cis­jor­danie et la Nakba (le net­toyage eth­nique de la Palestine en 1948) n’a jamais existé.

Trois récents articles effacent de l’histoire les crimes majeurs commis par Israël.

Dans un article du 13 décembre 2012 intitulé « le Hamas gagne du Prestige à Gaza, mais l’Argent est un vrai Pro­blème , » Steven Erlanger explore les raisons de la pau­vreté de plus en plus écra­sante à Gaza. Pas une seule fois dans ce texte de 1300 mots Erlanger ne fait même mention du blocus israélien de Gaza, ni des bom­bar­de­ments de 2008 et 2012 comme fac­teurs de cette pau­vreté (et surtout pas comme sa cause principale).

Au contraire, Erlanger pré­sente une longue liste de déve­lop­pe­ments régionaux (l’affaiblissement du régime Assad en Syrie, les sanc­tions contre l’Iran) et il insiste sur des déci­sions prises par le Hamas (de nou­velles taxes et des frais nou­veaux), qui lais­se­raient les Pales­ti­niens de Gaza non seulement dans une pau­vreté accrue, mais aussi plus mécon­tents que jamais du Hamas. « Les Gazaouis recon­naissent qu’il y a davantage d’ordre ici, » explique Erlanger , « plus de construc­tions et moins de détritus. Mais beaucoup de gens en ont assez du fardeau que repré­sente le finan­cement du Hamas et, impli­ci­tement, de sa branche armée. » Lire la suite

Les sociétés écrans les plus opaques se trouvent aux Etats-Unis et au Royaume-Uni

Rien de bien étonnant puisque les plus grosses manipulations se trouvent également dans ces pays…

Les petits paradis fiscaux sont plus rigoureux dans l’application des règles que des pays de l’OCDE. 

Par Myret Zaki, le 12 décembre 2012

Une étude internationale menée par les universités de Texas, Brigham et Griffith, publiée en septembre dernier, aurait dû recevoir beaucoup plus d’attention de la part des médias. Elle est, comme l’a reconnu The Economist, de loin la plus approfondie jamais menée sur les pratiques réelles en matière d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent dans le monde.

On peine à croire que cette réalité, qu’on pourrait penser révolue depuis les années 1980, existe encore. Dans de nombreuses places financières et paradis fiscaux, l’utilisation de sociétés écrans anonymes reste un outil offert régulièrement, sans questions posées, à des clients internationaux pour cacher non seulement l’argent non déclaré, mais aussi l’argent du crime et du terrorisme.

Les chercheurs ont envoyé 7400 demandes par e-mail à 3700 fournisseurs d’incorporations de sociétés dans 182 pays. Ils se sont fait passer pour des blanchisseurs, des officiels corrompus, de potentiels terroristes. Le but du jeu: tester si les règles internationales prétendument appliquées le sont réellement et si les informations nécessaires sont bien récoltées lorsqu’un client douteux se présente. En effet, comme l’explique l’étude, «les sociétés offshore qui masquent l’identité de leurs véritables propriétaires sont le moyen le plus commun pour blanchir de l’argent, donner et recevoir des pots-de-vin, contourner des sanctions, évader le fisc et financer le terrorisme». Lire la suite

La Nuit Pierre Hillard – 6h00 au coeur de la Matrice mise en place par le Nouvel Ordre Mondial

Cette émission a tout juste 3 ans.

Des origines de l’idée même de mondialisation, en passant par la Révolution Française, jusqu’à De Gaulle et la question qui tue…

Mille et un points abordés avec une précision et une cohérence sans faille, le tout dans un Marathon jusque là inégalé sur la réalité de l’histoire du monde moderne.

Il y a autant à apprendre de ce qui va être dit, que ce qui ne le sera pas et que l’on peu facilement déduire.

http://youtu.be/wOV_aquNbWY

 

Ayrault appelle les Français à accepter la mondialisation

Le pire, il est sérieux! Nous devrions accepter donc ce qu’ils nous ont imposé, l’UMPS pro-Europe et pro-mondialisation ont participé activement à la ruine du pays, ils continuent, et ils souhaitent nous le faire accepter. Le tout est joué sur un petit air de pipeau, mais c’est l’air habituel joué par ceux qui nous méprisent de toute manière…

La France doit tirer parti de la mondialisation et encourager la prise de risque sans renier son modèle économique et social, qui doit être «renouvelé», estime le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, dans une tribune publiée jeudi par Le Monde. Ce long texte précise le cap du gouvernement, qui entame avec son premier conseil des ministres de l’année douze mois difficiles sur le plan économique avec une feuille de route pour les six mois à venir.

«La France est à la croisée des chemins», écrit Jean-Marc Ayrault, qui souligne que le modèle politique, social et économique fondé depuis deux siècles est aujourd’hui fragilisé par les inégalités, la dette publique et le chômage. La montée des extrêmes dans les urnes et la défiance qui «paralyse nos relations sociales et politiques» obligent également la France à réinventer son modèle, sans rupture mais en refusant un prétendu «âge d’or», ajoute-t-il. Lire la suite

Une ville du Connecticut rachète les jeux vidéo violents pour les brûler

Les responsables des actes violents aux USA? Les CD, films et jeux vidéos violents, les manipulations médias-politiques n’entrent pas en jeu, ni les programmes télés, encore moins la « connerie humaine » en général. Je parie sur le gros flop pour un tel programme…

feu ConnecticutFut une époque, certains organisaient des autodafés pour y brûler (entre autre) les livres jugés innoportuns pour la plèbe. C’est qu’il n’aurait pas fallu lui donner des idées. En 2012, une ville du Connecticut rachète les jeux vidéo violents pour les brûler. Et tout va bien.

L’homme ne semble jamais apprendre de ses erreurs. Et dans l’exemple qui suit, on se demande ce qui motive vraiment Southington, cette petite ville du Connecticut, située à environ 50 km de l’endroit où s’est déroulée la tragique fusillade de Newton il y a quelques semaines de cela, à lancer un programme basé sur la possibilité de racheter les Jeux vidéo violents… dans le but de les brûler ! Lancé par SouthingtonSOS, le The Violent Video Games Return Program va offrir des bons d’achat contre les jeux vidéo, mais aussi les CD et films violents.

Joe Erardi, le « superintendent » de l’école de Southington, pense qu’il est nécessaire pour les parents d’avoir une discussion avec leurs enfants sur la question des jeux vidéo violents :

« Il y a des jeunes qui semblent dépassés par les jeux vidéo violents. Je ne suis pas certain que ce soit une bonne chose. Si tout cela lance une conversation entre un parent et son enfant, alors c’est un succès. […] Nous suggérons aux parents ayant des enfants jouant à des jeux vidéo violents de jeter un oeil aux jeux. Nous demandons aux parents d’essayer de mieux comprendre ce qui intéresse leurs enfants. Avoir une conversation est l’étape suivante. Si les parents sont d’accord avec le fait que leurs enfants jouent à ces jeux, ça nous va. » Lire la suite

Campagne 2007 : la charge de Takieddine contre Sarkozy

Mais il n’y à qu’à foutre Sarkozy en taule, tout simplement, car il n’y a pas que la France qu’il a trahi…

Ziad Takieddine.
Ziad Takieddine. Crédits photo : MEHDI FEDOUACH/AFP

L’intermédiaire franco-libanais dit avoir des preuves du financement par le régime libyen de la campagne et du début de mandat de Nicolas Sarkozy en 2007, mais pose des conditions avant de les fournir à la justice.

Ziad Takieddine persiste et signe. Mis en examen à de nombreuses reprises dans l’affaire dite de Karachi, l’ancien intermédiaire franco-libanais assure que l’ex-régime libyen a financé la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy, puis le début de son mandat, révèle Le Parisien.

Entendu le 19 décembre par le juge Renaud Van Ruymbeke, Ziad Takieddine a assuré que le montant de la somme versée par le régime libyen dépasse les 50 millions d’euros, dont une majeure partie aurait été donnée entre «décembre 2006 et janvier 2007». «Je peux vous fournir les éléments existants sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy», affirme-t-il au juge. Au Parisien, il explique cependant que la livraison de ces documents ne se fera que si la justice ouvre une nouvelle enquête, «distincte de celle en cours sur Karachi». Lire la suite

Principal risque pour l’économie mondiale en 2013? L’Europe!

C’est juste se foutre du monde que d’oser faire une telle déclaration, et cela se fait appeler « économiste », titre bien pompeux pour nommer un imbécile manipulateur! Le pays qui a évité in extremis un mur budgétaire, mur qu’il se prendra joyeusement « dans la gueule » à un moment ou un autre de toute manière, c’est quand même les USA. Quand aux pays en difficulté en Europe, le travail de sape est quand même américain, ne l’oublions pas. Allez hop! Un petit article pour montrer à quel point ils nous prennent pour des crétins!

© reuters.

L’Europe constitue le principal risque pour l’économie mondiale en 2013, a estimé le prix Nobel d’économie américain Joseph Stiglitz dans une tribune publiée dans le quotidien Handelsblatt de mercredi.

« Le vrai risque pour l’économie mondiale se trouve en Europe », a estimé M. Stiglitz, pointant notamment du doigt les difficultés économiques en Espagne et en Grèce. Ces pays « se trouvent dans une dépression dont on ne voit aucun signe de sortie », a-t-il précisé.

Pour sortir de la crise qui agite la zone euro depuis plusieurs mois, l’économiste américain a rejeté l’idée du pacte budgétaire, qui « n’est pas une solution », tandis que les rachats d’obligations d’Etats par la Banque centrale européenne (BCE) ne peuvent être qu’un « palliatif temporaire », selon lui.

« Si la BCE fait de la poursuite des politiques d’austérité une condition à ses financements, cela aura pour seule conséquence d’aggraver l’état du malade », a-t-il dit. Lire la suite

1 634 635 636 637 638 671