La France perd son triple A auprès de Fitch

Les escrocs ont encore donné leur avis, puisque les notes distribuées suivant le sens du vent, des manipulations des marchés, des intentions des financiers américains vis-à-vis de l’Europe… Et pendant ce temps, l’Allemagne conserve les faveurs des américains puisque Standard&Poors confirme le triple A teuton. Le souci, c’est que l’Allemagne dépend aussi de sa principale banque, la Deutsche bank qui est également la banque la plus exposée aux produits dérivés sur la planète.

Le site internet de Fitch, le 17 janvier 2012 ( AFP/Archives / Joël Saget)

La France a perdu son dernier triple A après que l’agence de notation franco-américaine Fitch Ratings a décidé vendredi de lui retirer ce sésame accordé aux premiers de la classe comme l’Allemagne, mais ses actifs sont encore considérés comme sûrs.

Paris est désormais rétrogradée à « AA+ », soit la deuxième meilleure note dans l’échelle d’évaluation de l’agence de notation mondiale.

A cette note est assortie une perspective « stable », indiquant que Fitch n’envisage pas de la toucher dans « les deux années à venir », est-il précisé dans le texte.

« La production et les prévisions économiques sont nettement plus faibles (…) le taux de chômage a également bondi à son plus haut niveau depuis 15 ans, soit 10,9% en mai 2013 », a expliqué Fitch dans un communiqué vendredi.

La France sort définitivement des cercles prestigieux des pays notés triple A. C’est l’agence de notation américaine Standard & Poor’s qui l’avait déclassée la première en janvier 2012, suivie quelques mois plus tard, en novembre dernier, par sa rivale Moody’s Investors Service. Seule Fitch avait conservé sa confiance totale à Paris. Lire la suite

« Pour l’arrêt immédiat de la spéculation financière sur l’alimentation »

Il faut le souligner, le clip est choc et résume bien l’horreur de la situation! A faire connaître, à faire tourner, et au passage, merci au site Agoravox.tv pour son travail.

Cette vidéo est un petit clip réalisé par le CNCD (Centre National de Coopération au Développement), une association belge issue de quatre collectifs de solidarité dont la mission est de mobiliser des fonds auprès de la population belge pour financer des projets de développement dans le tiers-monde.

La spéculation sur les denrées alimentaires a fait des ravages ces dernières années, les banques et les fonds de pension ne voulant plus spéculer sur leur propres produits dérivés, très toxiques, ni dans les actions devenues trop incertaines en ces temps de crise, et dont les cours sont constamment montés au cric par les Quantitative Easings à répétition de Monsieur Bernanke.

Il faut quand même savoir qu’entre 2006 et 2008, l’indice des prix des produits alimentaires de la FAO (l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) des prix des produits les plus essentiels a augmenté de 71% . Cette augmentation a même atteint 126% pour le riz et les céréales. Puis, les prix sont redescendus, et sont ensuite repartis à la hausse pour atteindre, au début de 2011, leurs niveaux de 2008… Lire la suite

Du poulet périmé depuis 46 ans en vente en Chine

L’info vient de cet article du Telegraph, reste à savoir si une telle information est possible. même avec des produits chimiques, des formules secrètes ou un tour de passe-passe à la Harry potter, est-il réellement possible de garder une viande d’apparence comestible 46 ans?

20 tonnes de poulet avariés ont été découverts dans un entreprôt dans la province de Guangxi. (illustration) © reuters.

La police chinoise a fait une découverte légèrement dégoûtante dans un entreprôt.

Selon le Telegraph, 20 tonnes de poulet avarié ont été découverts dans un entrepôt dans la province de Guangxi.

Pire encore, pour une bonne partie du lot, la date de péremption remontait à … 1967!

Produit chimiques utilisés
Selon la police chinoise, des produits chimiques pour tuer les bactéries et rafraîchir la viande étaient utilisés.

La Chine est l’un des plus grands pays consommateurs de poulet au monde.

Source: 7sur7.be

Des pesticides interdits retrouvés dans des fraises françaises et espagnoles…

Des résidus de pesticides interdits ont été retrouvés dans des fraises cultivées en et en Espagne, selon une étude de l’ONG française Générations futures, qui appelle à «une action forte pour faire rapidement cesser cette situation».

Dans un communiqué publié mardi, l’ONG annonce avoir fait analyser 49 échantillons de fraises venues de France et d’Espagne et vendues dans des magasins de Picardie et de Haute-Normandie et a découvert que quatre de ces échantillons contenaient des pesticides interdits en Europe depuis plusieurs années et cinq autres échantillons comprenaient des pesticides interdits sur les fraises.   Lire la suite

Monsanto, Chevron… Et Evo !….

Faire rimer écologie, droit et démocratie: luttes et victoires juridiques contre les multinationales.

Les intérêts économiques mieux protégés que les citoyens

Lorsque j’ai commencé mes recherches pour préparer mon intervention au Forum sur la justice internationale du 8 juin dernier, j’ai été frappée par l’impression qu’en ce domaine, comme en tant d’autres hélas, on marche sur la tête. C’est le monde à l’envers.

Premier exemple : aujourd’hui faucher des organismes génétiquement modifiés (OGM) est considéré comme juridiquement répréhensible, mais empoisonner des millions de personnes, non. Lire la suite

Le gaz de schiste à l’origine d’un nouveau scandale en Pologne

Польша протест Польша

Photo : EPA

En Pologne, la confrontation entre la population et la société américaine d’extraction de gaz de schiste gagne en vigueur. Depuis quelques jours des tracteurs bloquent les abords du territoire où sont menés les travaux de forage. Selon les paysans polonais « les murs de leurs maisons se sont lézardés et l’eau de puits est devenue trouble ».

Au début les habitants de Zurawlow, une localité dans le sud-ouest de la Pologne, étaient en liesse à l’idée que le gaz apporterait un mieux-être. La société américaine Chevron a promis d’extraire des mille milliards de mètres cubes de gaz de schiste. De telles quantités étaient en mesure d’assurer les besoins de l’économie polonaise pour 200, voire 300 prochaines années. L’extraction devait être menée sur les champs et les prés entourant Zurawlow. Cependant, les espoirs de prospérité prochaine et les rêves de l’indépendance énergétique du gaz russe ne se sont pas réalisés. D’après les estimations de l’Institut géologique de Varsovie, les réserves du gaz de schiste sont beaucoup moins grandes qu’annoncé. Elles ne suffiront que pour 70 ans, peut-être même pour 26 seulement. Leur opinion est partagée par Andreï Frolov, expert russe et coprésident de l’Union des organisations écologiques sociales :

« Toute intervention dans la nature est déjà dangereuse. L’extraction du gaz de schiste conduit à la formation des vides sous la terre ce qui peut entraîner l’affaissement du terrain. L’extraction à ciel ouvert détruit la surface. Dans les deux cas, cela cause un préjudice à la nature ». Lire la suite

Apple, Ikea et Facebook refusent d’être auditionnés au Parlement (mise à jour)

Comment? Ils fraudent, refusent de payer des impôts dans le pays, s’enrichissent sans retour d’ascenseur, et en plus montrent du mépris face à nos politiques? Bienvenue dans notre réalité…

Un magasin Ikea à Montpellier ( AFP/Archives / Pascal Guyot)

Le groupe informatique américain Apple, le réseau social américain Facebook et le groupe suédois d’ameublement Ikea ont refusé d’être auditionnés par la mission d’information de l’Assemblée nationale sur l’optimisation fiscale des entreprises, ont annoncé mercredi leurs responsables.

Apple et Ikea ont refusé d’être entendus, selon le rapport de la mission, établi par Pierre-Alain Muet (PS), qui fustige « une attitude inacceptable ». Facebook a aussi opposé son refus, a précisé devant la presse le président de la mission, Eric Woerth (UMP).

Créée fin février et composée de huit députés de toutes tendances, la mission d’information « sur l’optimisation fiscale des entreprises dans un contexte international » a cherché à caractériser les principaux schémas permettant aux grandes entreprises d’échapper en tout ou partie à l’impôt en France, en toute légalité, notamment pour faire des propositions.

« Apple et Ikea ont opposé une fin de non-recevoir: sans autre forme de procès pour la première, la seconde affirmant dans un courrier au président de la mission (Eric Woerth, UMP, ndlr) qu’elle ne disposait +malheureusement pas de compétence dans ce domaine très technique+, ce qui apparaît soit improbable soit inquiétant pour une entreprise de cette taille. Lire la suite

La zone euro décidera en 2014 comment aider davantage Athènes

Comment aider d’avantage un pays qui s’est vu réduire la dette de 95% et qui malgré tout reste insolvable? Comment porter secours à un pays qui ne sait plus comment ponctionner plus sa population qui n’a déjà plus rien, et qui abandonne même de plus en plus ses enfants pour qu’ils puissent avoir un repas? Sans parler du fait que si ce pays est économiquement foutu et devrait sortir de l’euro, nous continuons à payer et à financer des sauvetages. La Grèce devrait être sortie de la zone euro, ce qui impliquerait un éclatement de la-dite zone et une remise en cause de tous les efforts des financiers et des politiques jusqu’à présent pour une centralisation complète des finances et du décisionnaire. Pire, la Grèce pourrait s’en sortir si elle décidait dès maintenant d’exploiter ses immenses ressources aurifères, cela en ferait un des pays les plus riches d’Europe, si ce n’est le plus riche, alors, pourquoi ne pas exploiter le filon dès maintenant? Pour ne pas affaiblir le dollar?

La police municipale manifeste à Athènes, le 8 juillet 2013 ( AFP / Angelos Tzortzinis)

La zone euro est prête à aider « davantage » la Grèce et décidera comment au printemps 2014, avant la fin officielle de l’assistance financière internationale à Athènes, a déclaré le président de l’Eurogroupe, Jeroen Djisselbloem, dans un entretien publié mercredi sur le site internet du Figaro.

« Le cas grec est très difficile, il prendra du temps », explique-t-il au quotidien français. « Le programme de redressement est peu à peu revenu sur les rails et l’Eurogroupe prévoit de débloquer une troisième tranche de prêts sous peu », ajoute le chef de file des ministres des Finances de la zone euro.

Le plan d’aide à Athènes s’achève normalement fin 2014. Après cette date, la Grèce ne devrait théoriquement plus être sous perfusion financière des Européens et du Fonds monétaire international (FMI), mais il est fort probable qu’elle ne soit pas encore en mesure d’emprunter de l’argent sur les marchés vu son niveau de dette publique encore colossal et des taux d’intérêt très élevés.

« Nous verrons en avril quelle suite lui donner. Nous sommes prêts à aider les Grecs davantage », assure le ministre néerlandais, promettant que la zone euro étudiera alors « les mesures nécessaires ». Lire la suite

Supervision du taux interbancaire Libor confiée à NYSE Euronext

La supervision du taux interbancaire Libor, au centre d’un scandale de manipulation, sera confiée à l’opérateur boursier transatlantique NYSE Euronext, a annoncé le Trésor britannique. Le but est de restaurer la « crédibilité » de ce taux central dans le monde de la finance.

La période de transition, avant que NYSE Euronext ne devienne responsable de la supervision du Libor, « devrait s’achever début 2014 », indique mardi un communiqué du Trésor britannique.

La commission indépendante chargée par les autorités de trouver une nouvelle organisation pour gérer la fixation du Libor « a annoncé que l’association des banquiers britanniques (BBA) avait accepté sa recommandation de faire de NYSE Euronext Rate Administration Limited (filiale de NYSE Euronext) le nouvel administrateur du Libor », selon ce document.

Les autorités britanniques avaient décidé l’an dernier de confier le Libor à une nouvelle organisation. La BBA, qui supervise actuellement la fixation de ce taux central dans le monde de la finance, ayant « clairement échoué », selon elles. Lire la suite

Comment les industriels utilisent la science comme un instrument de propagande

Études biaisées, pseudo-expertises, financements occultes : les industriels ont entrepris dès les années 50 de manipuler la science à leur profit. Inaugurées par les géants de la cigarette, les techniques de détournement de la science sont aujourd’hui utilisées par les producteurs de pesticides ou les climato-sceptiques. Le déclin des abeilles est ainsi devenu un « mystère » et le changement climatique « relatif ». Des stratégies décryptées par Stéphane Foucart, journaliste scientifique, dans son ouvrage La fabrique du mensonge, comment les industriels nous mentent et nous mettent en danger. Entretien.

Basta ! : Les industriels ont choisi de tordre la science, dites-vous, pour contrer ce qui pourrait entraver leurs activités. Par exemple les révélations sur les effets sanitaires désastreux de certains produits. Comment s’y prennent-ils ?

Stéphane Foucart : La technique « d’utilisation de la science » a été théorisée par John Hill, un grand communicant américain. Les industriels de la cigarette l’ont appelé au secours en 1953, au moment où sont publiés les premiers travaux scientifiques sur le lien entre cigarette et cancer. Suite à une réunion de crise [1], John Hill rédige un petit mémo, dans lequel il dit en substance : « La science est un outil très puissant, dans lequel les gens ont confiance. On ne peut pas l’attaquer frontalement. Il faut procéder autrement. En fait, il faut faire de la science, l’orienter, la mettre à notre main ». John Hill propose notamment la création d’un organe commun aux géants de la cigarette, pour financer la recherche académique, menée au sein de laboratoires universitaires par exemple. Des centaines de millions de dollars seront injectés dans la recherche via cet organe. Pour financer des études qui concluent à l’absence de danger du tabac, mais pas seulement. Ils ont par exemple beaucoup financé la recherche en génétique fonctionnelle, qui décortique les mécanismes moléculaires dans le déclenchement des maladies.

Ce type de recherche est bénéfique pour les industriels : les origines environnementales des maladies, et notamment du cancer, sont « oubliées » et occultées…

Robert Proctor, historien des sciences américain, a passé beaucoup de temps à éplucher les fameux « tobacco documents », ces millions de documents de l’industrie du tabac, rendus publics par la justice – messages internes, rapports confidentiels et comptes rendus de recherche [2]. Les cigarettiers américains avaient compris que chaque discipline scientifique produit une façon de voir le monde. Lire la suite

1 616 617 618 619 620 702