L’Accord sur le commerce des services (TISA) : l’autre traité que l’Union européenne négocie avec les Etats-Unis

notradeinpublicservicesL’opinion publique semble de plus en plus au fait des négociations actuelles entre les Etats-Unis et l’Union européenne pour la conclusion d’un vaste accord de libre échange.

Beaucoup moins nombreux sont ceux qui ont connaissance de l’Accord sur le commerce des services que la Commission européenne négocie avec nos partenaires américains ainsi que 21 autres Etats.

C’est à l’occasion de la reprise des négociations aujourd’hui à Genève, en marge de l’Organisation mondiale du commerce, que j’ai pris connaissance de ce projet d’accord, plus généralement nommé par son acronyme « TISA » pour Trades in Services Agreement.

Un article du journal en ligne suisse « Bilan » a relayé les inquiétudes des ONG exprimées à l’occasion de cette réunion.
L’Internationale des services publics (ISP) a également publié un rapport (traduit dans plusieurs langues, ce qui est à saluer) expliquant les principales interrogations, sinon inquiétudes, soulevées par ces négociations.
Je ne peux que vous conseiller vivement la lecture de ce rapport.

Contexte et objectifs poursuivis

Ce nouvel accord, qui vise à une libéralisation poussée du commerce des services, cherche à sortir de l’impasse des négociations de Doha. Depuis 2011, le cadre de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et son « Accord général sur le commerce des services » ne semblent plus être un cadre adéquate à la poursuite des négociations pour les grandes puissances occidentales. L’Union européenne et les Etats-Unis apparaissent réticents aux revendications des pays émergents relatives à l’agriculture et au développement.

Lire la suite

Cocktail de pesticides dans les cheveux de nos enfants

Ils sont sérieux lorsqu’ils disent que « la présence de traces ne signifie pas que la vie des enfants soit en danger »? Vraiment? Et nous, devons-nous réellement croire une telle déclaration? À votre avis… ;)

3803087_act4_545x341Santé.Des substances interdites depuis plusieurs années, des produits anti-puces pour animaux ou des anti-moustiques. C’est le cocktail retrouvé par un laboratoire indépendant. Une première.

Analyser les cheveux est une technique connue chez les légistes pour détecter des traces d’empoisonnement. Pour la première fois en France, une association a fait expertiser par un laboratoire indépendant des mèches de cheveux de trente écoliers âgés de 3 à 10 ans afin de mesurer le niveau d’imprégnation aux pesticides de ces enfants vivant ou allant à l’école dans des zones agricoles. Le résultat, dévoilé aujourd’hui par l’association Générations futures, fait froid dans le dos. Vingt et un résidus de pesticides ont été détectés en moyenne sur chaque mèche.

Sur les 53 pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens recherchés, 35 ont été retrouvés au moins une fois et treize détectés dans tous les échantillons. Notamment des insecticides interdits d’usage en France depuis des années ! Au cours des trois mois précédant le prélèvement, 80 % des enfants auraient été exposés à des pulvérisations d’insecticides agricoles. Lire la suite

Le programme de stabilité de Manuel Valls adopté!

Un espoir tout de même, que ce programme de « stabilité » soit déclencheur d’instabilité pour le gouvernement qui reste à l’écoute, non pas des français ni de leurs exigences (ou de leurs plaintes), mais de l’UE et de certains pays étrangers. Manuel Valls quand à lui, ose parler de courage, alors que le courage, c’est d’adopter de véritables solutions salvatrices pour le pays, pas un subterfuge consistant à taper toujours plus sur la population et ses économies!

Pourquoi ne pas proposer un référendum?(houuuu le vilain mot dans un pays démocratique!!!) Pourquoi ne pas rendre un semblant de souveraineté de la Banque de France par exemple plutôt que de faire appel à des marchés privés? Pourquoi continuer à payer de tels intérêts puisque cela revient à tenter de remplir une baignoire percée? Pourquoi ne pas faire payer ces banques qui n’ont jamais été condamnées (ni même poursuivies) pour les scandales du Libor et de l’Euribor? Ou encore, mieux, demander à Sarkozy avec le fond de pension de 1 milliard d’euros qu’il voulait monter à l’étranger (Non, cela n’est pas de la fuite de capitaux, ils l’auraient dit à TF1 sinon!!! Enfin…) ?

Vallsline

Les députés ont approuvé les 50 milliards d’économies proposés par le gouvernement. 41 socialistes se sont abstenus.

Jusqu’au bout, l’issue du vote est restée incertaine. Les députés ont finalement voté, mardi 29 avril, le programme de stabilité présenté par Manuel Valls, par 265 voix pour et 232 voix contre. Sur les 564 votants, 67 députés ont préféré s’abstenir. La droite a voté contre à une écrasante majorité, de même que les communistes. Le groupe socialiste a majoritairement voté pour, mais une quarantaine de députés PS se sont abstenus.

Suicides de banquiers à la JP Morgan : des morts très rentables…

Le site dedefensa reprend une information du Wall Street On Parade, qui a publié récemment une enquête sur les suicides en série au sein de la banque JP Morgan. De nombreuses hypothèses circulent sur les causes de cette « épidémie », qui fait exploser les statistiques. Certaines, comme l’agence RIA Novosti,  y voient simplement la conséquence d’une pression extraordinaire mise sur les managers de la part de la direction, résultante de la période de tension que traverse la banque. Ainsi la grande dépression de 1929 avait déjà connue des suicides massifs parmi les cadres de la finance. Cependant l’enquête de Wall Street On Parade éclaire d’un jour nouveau ces « burnout » en série qui touchent plus spécifiquement la JP Morgan, et laisse entrevoir des motivations particulièrement cyniques de la part de la direction (oui, je sais, c’est une tautologie…).

L’enquête relayée par le site dedefensa via Zerohedge fait ainsi clairement apparaître que la JP Morgan a souscrit pour plus de 10 milliards de dollars d’assurance-vie sur ces propres banquiers ! Ce qui représenterait plus de 100 milliards en primes d’assurance…

ZeroHedge.com accueille dans ses colonnes, le 28 avril 2014, un texte de Wall Street On Parade du même 28 avril 2014 sur un certain nombre de suicides (“suicides” ?) qui ont eu lieu depuis l’année dernière, particulièrement à la banque JP Morgan, qui connaît des difficultés de trésorerie. Ces suicides (“suicides” ?) ont donné lieu à nombre de spéculations, à des thèses diverses, liées bien entendu au climat du secteur financier et de Wall Street depuis 2008.

Les enquêteurs de Wall Street On Parade (Pam et Russ Martens) ont voulu en avoir le cœur net. Ils ont notamment demandé aux services fédéraux chargés de ces questions des détails sur une assurance très particulière, dite Bank-Owned Life Insurance, ou BOLI, «a controversial practice that pays the corporation when a current or former employee dies». Ils se sont entendus dire qu’il s’agissait d’un “trade secret” auquel ils ne pouvaient avoir accès. Ils ont tout de même mené leur enquête, qui fait l’objet de cette publication. Ainsi ont-ils appris que JP Morgan souscrivait un ensemble d’assurances BOLI pour $10,4 milliards, qui représentent au moins $100 milliards, et peut-être plusieurs centaines de $milliards en primes d’assurance… L’ensemble, fort bien documenté, suggère une explication de ces suicides (plus que jamais “suicides”) qu’on devine aisément, – évidemment extraordinaire, qu’on pourrait même juger, dans son caractère extraordinaire, comme au-delà de toutes les thèses énoncées jusqu’ici.

Lire la suite sur dedefensa.org

Europe : la liberté de cultiver entravée par les futurs traités de libre-échange

Systématiquement, lorsque nous parlons du traité transatlantique, connu également sous le nom d’accord de libre échange, nous nous enfonçons dans l’horreur complète que cela soit au niveau des décisions comme de la liberté de tout un chacun Leur « Nouvel Ordre Mondial » qu’ils sont en train de mettre ne place est une aberration complète pour la plus grande gloire des grosses puissances financières, et uniquement elles…

arton4014-4ac82Des centaines de tonnes de semences détruites au prétexte qu’elles n’ont pas été brevetées par des multinationales. C’est ce qui arrive aux paysans colombiens, et c’est bien ce qui pourrait se produire aussi en France et en Europe à cause du traité de libre-échange discuté entre l’Union européenne et le Canada. Cet accord commercial « brade les droits des agriculteurs au profit de l’industrie semencière », alertent de nombreuses organisations de la société civile. Alors que ce traité doit être ratifié par le Parlement européen, les candidats se positionneront-ils d’ici les élections ? Décryptage.

Les traités de libre-échange constituent-ils une menace pour la liberté de ressemer ses semences ? C’est l’alerte lancée par plusieurs organisations associatives et syndicales après avoir analysé une version confidentielle du projet d’accord commercial entre l’Union européenne et le Canada (AECG), datée du 20 décembre 2013 [1]. « Nous avons notamment eu connaissance du chapitre sur la propriété intellectuelle, raconte Birgit Muller du Réseau semences paysannes. A sa lecture, « il apparaît clairement que ce traité de libre échange, comme les précédents, brade les droits des agriculteurs au profit de l’industrie semencière ».

L’article 18.3 du traité mentionne ainsi qu’un agriculteur en possession de semences d’une variété contenant un caractère breveté pourrait voir ses « biens saisis » et ses « comptes bancaires gelés » ! « S’il n’est pas en mesure de fournir des preuves formelles de la provenance des semences utilisées, l’agriculteur peut être soupçonné de « recel de contrefaçon » », explique Birgit Muller.

Lire la suite

Ukraine: Nouvelles sanctions contre la Russie, nouveau foyer de crise à l’Est

Non seulement les gentils-gentils américains imposent des sanctions contre la méchante-méchante Russie, mais l’union européenne en rajoute une très grosse couche en rajoutant 15 noms à la liste américaine. Pour l’instant, la Russie a promis de répondre aux attaques  à la propagande aux sanctions des gentils-gentils, ce qui risque d’être intéressant… Bref, « l’empire » continue à chercher les embrouilles après avoir provoqué les émeutes et un coup d’état en Ukraine, au risque de déclencher un troisième conflit mondial…

La tension est toujours aussi forte…

Les Etats-Unis et l’Union européenne ont annoncé lundi un durcissement des sanctions contre la Russie, qui est accusée de souffler sur les braises séparatistes dans l’Est de l’Ukraine, où des observateurs de OSCE sont toujours détenus et où la rébellion pro-russe s’étend.

Washington a décidé d’imposer des sanctions à sept responsables russes et 17 sociétés proches du président russe Vladimir Poutine en représailles à ce qu’ils ont qualifié «d’actes de provocation» en Ukraine. L’administration américaine va également revoir les conditions d’autorisation à l’exportation en Russie de certains équipements high-tech qui pourraient avoir un usage militaire, a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué publié à Manille où le président Barack Obama est en visite officielle.

Une réponse de la Russie?

De son côté, l’UE a décidé d’ajouter quinze noms de responsables russes et ukrainiens pro-russes à la liste des personnes sanctionnées dans le cadre de la crise en Ukraine, a-t-on appris lundi de sources diplomatiques. Lire la suite

Top 9 des pays endettés en Europe

Tout va bien en Europe? Mais siiii, la courbe du chômage peut même encore s’inverser, elle s’est d’ailleurs stabilisée en France, mais pas grâce aux embauches, grâce aux radiations au pôle-emploi plutôt: moins d’inscrits, cela fait baisser les statistiques! Et donc dans cette Europe pleine d’avenir qui reste aux yeux de certains escrocs politiques une réussite, les pays doivent non seulement perdre toute souveraineté, mais également être financièrement les plus affaiblis possibles afin que les USA puissent devenir les grands sauveurs avec le traité transatlantique, et la planche à billet qui imprime 60 milliards d’euros/mois! Rappelons au passage que les USA sont financièrement foutus et que systématiquement, ils sont obligés de repousser le plafond de la dette pour pouvoir continuer à tricher au niveau planétaire.

Voici donc un petit palmarès des plus européens les plus endettés, cette liste issue de la dernière revue de presse de Pierre Jovanovic. Et après ils osent nous dire que tout va (presque) bien…

 

1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 318,703 milliards d’euros, soit 175,1% du PIB.
2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2069,216 milliards d’euros, soit 132,6 % du PIB.
3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 213,631 milliards d’euros, soit 129 % du PIB.
4- Irlande : dette publique de 202,920 milliards d’euros, soit 123,7 % du PIB.
5- Chypre : dette publique de 18,442 milliards d’euros, soit 111,7 % du PIB.
6- Belgique : dette publique de 387,159 milliards d’euros, soit 101,5 % du PIB.
7- Espagne : dette publique de 960,676 milliards d’euros, soit 93,9 % du PIB.
8- France : dette publique de 1925,292 milliards d’euros, soit 93,5 % du PIB.
9- Royaume-Uni : dette publique de 1460,975 milliards de livres sterling, soit 90,6 % du PIB.

Comment Bruxelles triche sur les comptes de la Grèce

A un mois des élections européennes, les citoyens de l’union, de plus en plus sceptiques face à la machine à détruire les peuples et les économies que représente maintenant l’UE, ont besoin de  nouvelles optimistes pour venir contre balancer la litanie des désastres sociaux et économiques causés par les politiques d’austérité, comme  par exemple le taux de chômage des jeunes Grecs ou Espagnols supérieur à 50%, ou la fameuse « inversion de la courbe du chômage » en France qui décidément, refuse de s’inverser, malgré l’avalanche de cadeaux fiscaux au patronat et les efforts de la presstitute et des éditorialistes pour parler de « stabilisation » comme ici ou …  Il semblerait d’ailleurs que le journal de Serge Dassault y mette de la mauvaise volonté depuis que son patron a été mis en examen… Et oui ma bonne dame, si on ne peut plus acheter les votes c’est à vous dégoûter de faire de la politique, et il n’y a donc plus de raison de demander aux journalistes de faire des efforts pour participer à leur manière à la réalisation des promesses de campagne

Face à la crise de foi eurosceptique montée du pessimisme, les autorités Bruxelloises ont donc décrété qu’il était temps que les choses s’arrangent, et ont décidé de faire un miracle exemple avec la Grèce, de loin le cas le plus désespéré. Et c’est ainsi que de par la sainte magie d’eurostat et de la comptabilité publique, les autorités ont sorti le chiffre magique qui montre que la Grèce est tirée d’affaire : 1.5 milliards d’excédent budgétaire !

Le seul problème, comme le souligne Charles Sannat dans son éditorial de ce matin, c’est que la magie n’existe pas, et que derrière chaque tour de passe-passe il y a un trucage. Les chiffres miraculeux de la Grèce sensés ramener dans le droit chemin les brebis électorales égarées sur la pente de l’extrémisme, ont en réalité été bidonnés par eurostat. La Grèce est ainsi passée de 15.8 milliards de déficit primaire à 1.5 milliards d’excédents, de par la sainte magie d’une nouvelle méthode de calcul budgétaire qui permet notamment « d’ôter du calcul plusieurs éléments. D’abord, les dépenses d’aide aux banques grecques ». Garcimore n’aurait pas fait mieux…

Depuis quelques semaines, sans doute parce que les élections européennes approchent à grands pas, il est de bon ton d’acclamer le retour du beau temps après la pluie dans des pays comme l’Espagne (qui va beaucoup mieux et qui n’est plus en récession), comme le Portugal (qui croule sous l’argent et la richesse) ou encore évidemment comme la Grèce qui n’a jamais été aussi en forme. La preuve d’ailleurs, la Grèce est même retournée se financer toute seule comme une grande sur les marchés financiers ! Elle a réussi à lever 3 fois plus de fonds que prévu, quel succès tout de même !! Mais ce n’est pas tout. Elle va tellement mieux que bien la Grèce qu’en plus, des « zinvestisseurs » suffisamment fadas ou crétins (à vous de choisir) ont même prêté massivement à un taux largement inférieur à 5 % à ce pays surendetté à plus de 178 % du PIB…

Lire la suite

Scoop : les « observateurs de l’OSCE » retenus à Slaviansk par les séparatistes sont des espions de l’OTAN

C’est le site OpeNews qui relaie cette information, alors que toute la presstitute aux ordres de l’OTAN matraque que des « observateurs » de l’OSCE sont retenus en otage par les séparatistes à Slaviansk, Claus Neukrich, le représentant de l’OSCE a confirmé à la chaine de TV Autrichienne ORF que les « otages » n’appartenaient pas à son organisation. Ce dernier les qualifie « d’observateurs militaires », traduire donc par « agents de l’OTAN » ou « espions », en langage courant. Cette nouvelle manipulation de la part des agences de presse et des médias occidentaux montre que Radio Londres se trouve bien aujourd’hui en Russie… Rappelez-vous, la semaine dernière c’étaient des images reprises par le New York Times sans aucune vérification et qui étaient sensées prouver l’implication des forces armées Russes dans l’est de l’Ukraine qui s’étaient avérées bidonnées.

Samedi 26 avril, les agences de presse ont relayé l’information selon laquelle des séparatistes pro-russes de Slaviansk détiendraient des membres d’une mission d’observation de l’OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe). Cependant, Claus Neukrich, représentant de la direction de l’OSCE, a confirmé en direct à la chaîne de télévision autrichienne ORF que les personnes retenues à Slaviansk n’agissaient pas dans le cadre de la mission de l’OSCE ni n’étaient ses observateurs. Les séparatistes ont accusé les prisonniers d’être des «espions de l’OTAN» et affirmé qu’ils ne seraient libérés qu’en échange de «leurs propres prisonniers».

Lire la suite

Ukraine: Le risque d’un second Tchernobyl est réel selon les experts…

Pas rassurant du tout cet article, en parallèle de Nucléaire! fléau de l’humanité.  ..

L’Ukraine risque d’être le théâtre d’une catastrophe comparable à celle de Tchernobyl si ses centrales nucléaires de conception soviétique utilisent du combustible américain, a déclaré vendredi l’Union internationale des vétérans du nucléaire civil.

Les experts du nucléaire civil ont qualifié d’« irresponsable et cynique » la décision de Kiev de proroger jusqu’à 2020 l’accord entre le groupe Energoatom, opérateur des quatre centrales nucléaires du pays, avec la société américaine Westinghouse sur la livraison de combustible pour trois réacteurs nucléaires ukrainiens.

« Cette décision est cynique parce qu’elle a été prise à la veille du 28e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, qui a été elle-aussi le résultat d’une expérience irresponsable sur un réacteur en service. On met en danger la vie et la santé de millions de gens en Ukraine et dans l’ensemble de l’Europe pour des raisons politiques » Lire la suite

1 616 617 618 619 620 762