Le PDG d’Axa plaide pour le gaz de schiste et l’allégement des impôts

Le gaz de schiste n’est ni une alternative, ni une solution! La plupart des producteurs américains du domaine, si ce n’est l’intégralité, sont en déficit. Au moins, avec une telle annonce, on sait pour qui il roule…

Le PDG d’Axa, Henri de Castries, a livré samedi 3 août dans Le Figaro un plaidoyer vigoureux en faveur de l’exploitation du gaz de schiste, estimant qu’on ne pouvait pas à la fois l’interdire et « se plaindre que nous n’ayons pas davantage de croissance » en France.

Pour M. de Castries, le « renouveau remarquable » de l’économie américaine s’appuie sur « l’avantage compétitif transitoire qu’offre le gaz de schiste, avant que les énergies nouvelles ne prennent le relais ». Par opposition, il dénonce la vision « frileuse » et « régressive » de l’avenir portée par « certains pays européens », dont la France. Vantant le « principe de responsabilité », il estime qu’avec le « dogme » du principe de précaution, mis en avant par François Hollande pour interdire l’exploitation du gaz de schiste, « nous n’aurions découvert ni les vaccins ni l’Amérique ». Lire la suite

Iran: Hassan Rohani a officiellement pris ses fonctions présidentielles

Alerte maximale des gouvernements quand aux risques d’attentats, des ambassades de fermées, la paranoïa au maximum, et Hassan Rohani qui prend ses fonctions en Iran aujourd’hui! Une coïncidence? Surtout que ce nouveau président veut s’éloigner de l’extrémisme, donc de ces terroristes armés ou financés par d’autres nations pour déstabiliser les pays qui ne sont pas « sous contrôle », et de plus, il ne reconnais pas l’état d’Israël, un pur sacrilège pour certains…

Hassan Rohani a officiellement été investi président de l’Iran après l’approbation de son élection par le guide suprême. Dans son discours, il a promis qu’il ferait le nécessaire pour que les sanctions occidentales contre le programme nucléaire iranien soient levées.

VIDEO. Iran: Hassan Rohani a officiellement pris ses fonctions présidentielles

Hassan Rohani succède à Mahmoud Ahmadinejad à la tête de l’Iran après son élection en juin. AFP/Behrouz Mehri

Coup d’envoi d’un mandat de quatre ans. Le religieux modéré Hassan Rohani a pris officiellement samedi ses fonctions de président de la République islamique d’Iran après l’approbation de son élection par le guide suprême Ali Khamenei, lors d’une cérémonie retransmise en directe par la télévision d’Etat.

« Le choix d’un homme compétent qui a servi pendant trois décennies l’establishment (islamique) et a résisté face aux ennemis en tant que religieux témoigne d’un message de fidélité au régime et de confiance au clergé », a écrit le guide suprême dans son décret d’investiture lu par son chef de cabinet.

Le nucléaire comme thème de mandat

Hassan Rohani a également déclaré lors de son investiture que son gouvernement allait oeuvrer pour « lever les sanctions injustes » adoptées par les pays occidentaux pour peser contre le programme nucléaire iranien.

« Le gouvernement va oeuvrer pour sauver l’économie, relancer l’entente constructive avec le monde, faire de nouveaux pas pour la grandeur de l’Iran, assurer les intérêts nationaux et lever les sanctions injustes » imposée au pays, a déclaré le nouveau-président.  Lire la suite

Le gouvernement américain vole au secours du groupe Apple

On ne s’attaque pas impunément à d’aussi serviles collaborateurs de big brother une entreprise qui sert de béquille à l’économie américaine, même si l’action n’est pas au plus haut. Une décision de justice a été rendue pour des violations de brevets de la part d’Apple, empêchant la marque à la pomme de vendre certains de ses produits sur le sol américain, le gouvernement est donc intervenu et à opposé son véto à la décision de justice. Notons au passage que ces histoires de brevets deviennent de plus débiles, Apple à même breveté « la page qui tourne » sur ses tablettes!

500x_stevedollar

Washington a volé samedi au secours du groupe américain Apple dans la guerre des brevets qui l’oppose au sud-coréen Samsung. L’administration Obama a annulé une décision qui l’aurait empêché de vendre certains produits aux Etats-Unis.

Le gouvernement américain a eu recours à un droit de veto qu’il n’avait plus employé depuis 1987. Il a « décidé de désapprouver » une décision juridique défavorable à Apple prise en juin par la Commission américaine du commerce international (USITC), selon une lettre adressée à cet organisme par le représentant américain au Commerce, Michael Froman.

Saisie d’une plainte déposée par Samsung en août 2011, l’USITC avait estimé que certains smartphones iPhone, tablettes iPad et baladeurs iPod d’Apple violaient des brevets du groupe sud-coréen et interdit en conséquence leur importation depuis l’Asie, où ils sont fabriqués, vers les Etats-Unis. Cela revenait à empêcher le groupe américain de les vendre sur son marché domestique. Lire la suite

Etats-Unis : le PIB gonflé par un nouveau calcul intégrant la production intellectuelle

Quand les chiffres sont mauvais, tout est bon pour sauver les apparences, même truquer les chiffres. Et là, ils font fort, ils vont compter la « production intellectuelle!

Cela pourrait se traduire par un ouf de soulagement outre-Atlantique : les Etats-Unis viennent en effet de trouver la recette miracle pour afficher au monde entier que tout va bien dans le meilleur des mondes, et que la croissance américaine reprend de la vigueur.
Comment cela ?
C’est avec une relative discrétion qu’à compter du 31 juillet prochain, la production intellectuelle rentrera dans le calcul du PIB des Etats-Unis. Les dépenses en recherche et développement ainsi que la création artistique seront donc désormais considérées comme des investissements.
Une mise à jour de formules mathématiques dirons-nous poliment … qui permettra au gouvernement américain d’afficher une croissance de près de 3%. Pas belle la vie ?
Bien sur, le pays de l’oncle Sam dispose de sérieux arguments pour justifier la nécessaire évolution de l’indicateur.
Selon Steve Landefeld, directeur du Bureau de l’analyse économique (BEA) du ministère du Commerce des Etats-Unis, chargé de mesurer le PIB, la créativité et la recherche a été sous-évaluée jusqu’à présent dans les calculs. « Alors que notre économie repose de plus en plus sur le savoir, les statistiques officielles ne reflètent pas correctement cette réalité » estime-t-il.
Ajoutant que le produit intérieur brut (PIB), qui, selon lui, « résume à lui seul la taille de l’économie » est un cas flagrant de manque de pertinence d’indicateur. Lire la suite

Le Congrès américain se penche sur le rôle de la SNCF

N’oubions pas une chose: la SNCF a été contrainte d’effectuer ces convois, les entreprises américaines se sont fait quand à elles des fortunes grâce au régime nazi et à Hitler lui-même! On peut citer dans le lot la banque Chase qui a fusionné avec la JP Morgan par la suite et qui appartenait à la famille Rockefeller, mais aussi la société Ford avec le créateur Henry Ford, antisémite reconnu qui fabriquât camions et voitures pour les nazis, Ford reçu même la plus haute distinction de l’époque des mains de Hitler, quand à General Motors, ils fournissait voitures et avions. Citons également la Standard Oil of New Jersey, Coca-Cola avec le Fanta, entre autres entreprises…

RAILS2

Des élus du Congrès américains souhaitent que les compagnies ferroviaires puissent être jugése aux Etats-Unis sur leur rôle pendant la deuxième guerre mondiale. Une vieille histoire pour la SNCF.
Sur le même sujet
Les regrets officiels de Guillaume Pépy , le président de la SNCF, n’auront pas suffi. Outre-Atlantique, la SNCF pourrait être reconnue responsable légalement pour son rôle dans la déportation de 76.000 juifs et d’autres victimes de la déportation pendant la deuxième guerre mondiale. Le sénateur Charles Schumer (New York) annonce avoir déposé une proposition de loi qui pourrait aboutir à une telle condamnation. « Bien qu’elle ait été forcée à collaborer, la SNCF a cherché des dédommagements de la part de l’Allemagne et de la France avant et après à libération, faisant payer des billets de troisième classe pour ceux qui étaient transporté dans des wagons à bestiaux « , écrit le sénateur dans un communiqué. 

Le but de sa proposition de loi? Lever l’immunité dont bénéficient les entreprises étrangères afin que des survivants et les descendants des victimes puissent porter plainte et réclamer des réparations. A la Chambre des représentants, une proposition similaire – qui ne cible officiellement aucune entreprise en particulier, déposée en avril et baptisée « Holocaust rail justice act », vise à autoriser la justice américaine à procéder à de tels jugements.  Elle est soutenue par 22 représentants républicains et démocrates. Lire la suite

Une récession qui ne dit pas son nom : les indicateurs économiques des Etats-Unis sont manipulés (et c’est un institut américain qui le dit)

La bourse de Paris est repartie à la hausse aujourd’hui, encouragée par les chiffres du chômage qui sont « positifs », mais tout cela n’est que du vent, tout est manipulé, trafiqué, de l’intox à grande échelle! Le pire de tout, c’est que nous sommes tous directement victimes plus ou moins directement de ces mensonges, et que chacun de nos dirigeants contribuent à l’entretenir plutôt que de protéger leur population, soit par peur des USA, soit par soumission pure et simple, soit par conviction que le marché transatlantique est la seule véritable issue viable à un éventuel krach économique global.

obama_lies

Si les chiffres officiels font état d’une croissance de 1% aux Etats-Unis, selon l’Economic Cycle Research Institute (ECRI) le pays serait en réalité en pleine récession. Explications.

A tort ou à raison

Vous connaissez notre position, nous ne cessons d’écrire que les indicateurs économiques américains sont mitigés. Tantôt, ils pointent dans le sens d’une croissance modérée ; tantôt, ils pointent dans le sens de la récession. Présentement, le rythme de croissance est faible puisque les derniers chiffres ressortent autour des 1%. Compte tenu des marges d’erreur et compte tenu des incertitudes sur la collecte des données, ces 1% de croissance annoncée peuvent très bien recouvrir une récession. Nous pensons que la meilleure caractérisation de la situation économique américaine consiste à dire que l’on flirte avec la récession.

L’ECRI, Economic Cycle Research Institute, fait autorité dans l’étude conjoncturelle et dans le diagnostic de retournement des cycles des affaires. Vous pouvez trouver ses méthodologies et ses références sur son site. Les références passées sont convaincantes, cet institut ne semble avoir aucun biais, pas plus idéologique que politique. Lire la suite

Le pétrole de Paris: rêve des industriels, cauchemar des écolos

Trois activistes du collectif Pays Fertrois posent devant la plateforme de forage de l’Américain Hell Oil à La Petite Brosse près de Jouarre, le 25 juillet 2013 ( AFP / François Becker)

Au milieu des champs de Jouarre, près de Paris, une foreuse s’apprête à fendre la croûte terrestre. Préambule à l’exploitation du pétrole de schiste, s’alarment les écologistes qui doivent manifester samedi, malgré les dénégations du pétrolier américain Hess Oil.

Hess plaide sa bonne foi : il n’est pas dans la Brie pour pratiquer la fracturation hydraulique, controversée et interdite, mais pour cartographier le sous-sol du Bassin parisien, qui va de l’Est de la capitale aux abords de l’Alsace, explique son président pour la France, Bertrand Demont.

« Contrairement aux idées reçues, ce sous-sol est assez peu connu », affirme M. Demont. « Le programme de Hess en France c’est (…) d’identifier une ressource potentielle à exploiter », précise-t-il. L’enjeu : tomber sur du pétrole et rentabiliser l’investissement initial de 45 millions d’euros puis 12 à 15 millions d’euros par forage exploratoire, dont deux ont été réalisés.

Les militants jugent eux qu’après 50 ans d’exploitation, dont témoignent les centaines de « têtes de cheval » en métal vert qui parsèment la campagne de Seine-et-Marne, les réserves sont connues. Lire la suite

Un ex-espion du Mossad affirme qu’Israël a participé au programme nucléaire iranien

Un ex-espion du Mossad affirme qu'Israël a participé au programme nucléaire iranien
Les débuts du site nucléaire de Bushehr en 1975
© Wikimedia Commons

Jeffrey « Shuki » Gould, ancien espion israélien, a entrepris d’écrire ses mémoires et vient d’en livrer un avant-goût : le Mossad aurait participé, en 1974, à la fondation du futur site nucléaire iranien de Bouchehr.

“J’ai 82 ans, qu’est-ce que vous voulez qu’ils me fassent”. Jeffrey “Shuki” Gould sait que les mémoires qu’il est en train d’écrire depuis sa retraite en Australie risquent de ne pas plaire à tout le monde. Cet ancien agent du Mossad, le service du renseignement extérieur israélien, a participé à trois guerres et doit avoir son lot d’histoires à raconter sur les secrets de l’État hébreu, rapporte le quotidien israélien Haaretz.

Il en a d’ailleurs fourni un avant-goût explosif, le 29 juillet, à Ausraelim, un site pour Israéliens vivant en Australie. Jeffrey Gould affirme, en effet, que le Mossad a participé à la fondation du site nucléaire de Bouchehr en Iran. Il raconte avoir lui-même supervisé le travail des 800 ouvriers, essentiellement des Afghans et des Indiens, sur ce site. “Paradoxalement, Jeffrey Gould et d’autres Israéliens ont contribué à la construction du réacteur nucléaire qui est aujourd’hui considéré comme une telle menace par Israël. Ce réacteur est devenu le fondement du programme nucléaire avancé iranien tel que nous le connaissons aujourd’hui”, souligne Ron Porat, qui anime le site Ausraelim. Lire la suite

Crise des subprimes : « Fabulous Fab » jugé coupable de fraude boursière

Juste une grosse fumisterie, ils ont trouvé quelqu’un pour endosser les responsabilités, un simple trader, alors que c’est la banque elle-même aurait dû être condamnée. Logique américaine qui s’est vérifiée systématiquement, la seule condamnation à laquelle la banque a été confrontée, c’est de « verser une amende » pour échapper à la justice.

Le Français, ancien courtier de la banque américaine Goldman Sachs, a été condamné jeudi à New York de six chefs d’inculpation sur sept lors de son procès face au gouvernement américain.

A-t-il trompé des investisseurs? Après deux semaines de débats à New York, la justice américaine a répondu « oui ». Le Français Fabrice Tourre, ancien courtier de la banque américaine Goldman Sachs a été reconnu coupable de six chefs d’inculpation sur sept lors de son procès face au gouvernement américain. Il s’agit du procès le plus important issu de l’enquête de la SEC sur les évènements ayant conduit à la crise de 2008.

La Securities and Exchance Commission (SEC), l’autorité financière américaine, avait porté plainte contre ce Français de 34 ans et son ancien employeur en mai 2010, les accusant d’avoir trompé les investisseurs en leur proposant un produit complexe, appelé Abacus 2007-AC1, qui comprenait des titres adossés à des créances hypothécaires. Lire la suite

Quand le gouvernement en est réduit à faire passer des hausses d’impôts pour des baisses de dépenses publiques pour ne pas décourager ses derniers soutiens bobos

Sur les prétendus 3 milliards d’euros de réduction des dépenses publiques, une moitié correspond au plafonnement du quotient familial. Ainsi une hausse des impôts est assimilée à une baisse des dépenses : une vraie leçon de logique socialiste !

Magnifique exemple de mystification cette semaine : les prétendus 3 milliards d’euros de réduction des dépenses publiques.

Magnifique exemple de mystification cette semaine : les prétendus 3 milliards d’euros de réduction des dépenses publiques. Crédit Flickr commons

1 – Les réunions avec Hollande, Ayrault et Moscovici n’ont laissé aucune trace dans la mémoire de Cahuzac …

Les passages télévisés du président ne marquent pas davantage les spectateurs. Taubira ne parle jamais des affaires du ministère de la Justice à ses collègues, lesquels le lui rendent bien. Les baisses de dépenses publiques prennent la forme d’une augmentation des impôts. La reprise économique est une décélération de la récession. Le recul du chômage est une inflexion de la courbe de sa hausse.

Ce gouvernement est-il une fiction ?

2 – Pépère contre l’Enfumeur

L’essentiel, dans cet environnement délétère, pensent les prudents qui nous gouvernent, est d’éviter les coups. Aussi a-t-on eu droit à un vague marmonnement d’Ayrault au sujet des « échauffourées » – comme on dit dans les médias de gauche – de Trappes. L’importance de ces troubles était forcément exagérée par les fascistes. La preuve : un seul incarcéré pour quatre cents participants aux festivités de Trappes-Plage. Lire la suite

1 612 613 614 615 616 702