Ventes privées, un marché de dupe, France 5 retire prématurément une vidéo

Vous êtes amateurs de ventes privées, ces offres commerciales très avantageuses pour bénéficier de produits exceptionnels à des prix plus qu’intéressants? Et pourtant, pouvez-vous imaginer que derrière ce système se cache quelque chose de bien moins reluisant, voire très sombre… Encore une découverte (pour moi) qui finalement ne me surprend pas.

Trois petits jours, et pas un de plus. France 5 a décidé de retirer de son site internet le documentaire dénonçant le business des ventes privées, diffusé sur la chaîne dimanche 29 mai. La chaîne indique avoir procédé à cette « dépublication » à la suite d’une demande de leur service juridique.

http://www.dailymotion.com/video/xizo3x

Ce documentaire démontre comment certaines grandes marques d’habillement qui vendent leurs produits en « promotion » sur les sites internet de ventes privées ou dans des centres commerciaux spécialisés en « magasin d’usine » écoulent en fait des stocks de mauvaise qualité. Voire fabriquent spécialement des articles plus bas de gamme, pour les vendre moins cher en faisant miroiter de bonnes affaires.

Lire la suite

La banque postale abaisse le plafond des prélèvements au distributeur automatique

Je remercie chaque jour Pierre Jovanovic pour nous faire partager ses infos qui résument mieux la situation que ne le font tous les médias réunis. Mauvaise nouvelle, la banque postale abaisse le plafond des retraits au distributeur automatique, ce qui confirme bien les prévisions, y’a plus de sous, ils sont en train de racler les fonds de tiroirs pour masquer les apparences…

http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/media/01/01/402083876.jpg

Ma boîte mail remplie d’alertes des clients de la Banque Postale qui me disent tous d’une seule voix: « ca y est, même les retraits avec la carte Visa seront limités ». Et ils m’ont tous envoyé le texte de la banque, et qui entre en vigueur cet été, confirmant ce que je dis maintenant depuis plus de deux ans sur la Banque Postale: elle est à court de liquidités et c’est pour cela que ses cadres ont commencé par limiter les retraits aux guichets. Maintenant les cartes aussi sont cuites!!! Voici le texte. Précision: j’ai mis (entre parenthèses) ce que la banque a mis en note de bas de page, à savoir les anciennes limites… Lisez bien:

« A compter du 1er août 2011, de nouveaux plafonds de retrait sont mis en place sur les distributeurs automatiques de billets (DAB) de La Banque Postale afin de sécuriser davantage vos retraits (note: ha ha ha).

Cette modification porte pour l’ensemble de la gamme de cartes de paiement * de La Banque Postale:

– Si vous êtes titulaire de la Carte Visa Premier, vous pourrez retirer jusqu’à 1500€ maximum (au lieu de 3000€ jusqu’au 31/07/2011) sur 7 jours glissants

Lire la suite

Des milliers de grecs manifestent pacifiquement à Athènes contre l'austérité

Avec ce nouveau prêt de 60 milliards d’euros, c’est le peuple grec qui va se retrouver encore plus étouffé, les banques seront sauvées, mais la population sera ignorée. Le raz le bol est général, et les murs tremblent une nouvelle fois…

http://lysianealezard.elunet.fr/public/lysianealezard.elunet.fr/manifestation-grece_442.jpgSelon la police, plus de 50.000 personnes se sont rendues dans la soirée sur la place Syntagma (de la Constitution), juste en face du Parlement, en chantant « Voleurs, voleurs » à l’adresse des députés et du gouvernement.

Des dizaines de milliers de Grecs ont participé dimanche à un gigantesque rassemblement pacifique contre l’austérité dans le centre d’Athènes à l’appel des « Indignés », un mouvement alternatif de résistance fédéré sur internet et calqué sur une campagne du même type en Espagne.

Selon la police, plus de 50.000 personnes se sont rendues dans la soirée sur la place Syntagma (de la Constitution), juste en face du Parlement, en chantant « Voleurs, voleurs » à l’adresse des députés et du gouvernement.

Lire la suite

Des milliers de grecs manifestent pacifiquement à Athènes contre l’austérité

Avec ce nouveau prêt de 60 milliards d’euros, c’est le peuple grec qui va se retrouver encore plus étouffé, les banques seront sauvées, mais la population sera ignorée. Le raz le bol est général, et les murs tremblent une nouvelle fois…

http://lysianealezard.elunet.fr/public/lysianealezard.elunet.fr/manifestation-grece_442.jpgSelon la police, plus de 50.000 personnes se sont rendues dans la soirée sur la place Syntagma (de la Constitution), juste en face du Parlement, en chantant « Voleurs, voleurs » à l’adresse des députés et du gouvernement.

Des dizaines de milliers de Grecs ont participé dimanche à un gigantesque rassemblement pacifique contre l’austérité dans le centre d’Athènes à l’appel des « Indignés », un mouvement alternatif de résistance fédéré sur internet et calqué sur une campagne du même type en Espagne.

Selon la police, plus de 50.000 personnes se sont rendues dans la soirée sur la place Syntagma (de la Constitution), juste en face du Parlement, en chantant « Voleurs, voleurs » à l’adresse des députés et du gouvernement.

Lire la suite

La Grèce bénéficie d'une nouvelle aide de 60 milliards

Pour éviter l’effondrement du système économique, pour repousser l’inéluctable, il faut maintenir un équilibre même complètement précaire au niveau des banques, maintenir « l’illusion », chose qui est faite avec la Grèce qui est au bord de la faillite la plus totale. A chaque approche du gouffre, un petit pas en arrière est réalisé avec un sauvetage de ces même banques, cette fois-ci l’Europe (donc nous avec notre argent) va donner 60 milliards aux banques grecques. Cela va-t-il sauver la situation? Non, cela va sauver LES BANQUES, pas la population, cela ne va pas réduire le taux de chômage, faire baisser le prix de l’alimentation, juste sauver le cul des banquiers!!!

Le premier ministre grec, Georges Papandréou (à gauche), et le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, vendredi à l'issue d'une conférence de presse commune au Luxembourg.
Le premier ministre grec, Georges Papandréou (à gauche), et le président de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, vendredi à l’issue d’une conférence de presse commune au Luxembourg. Crédits photo : GEORGES GOBET/AFP

Les banques privées apporteront leur contribution sur une base volontaire au second plan de sauvetage évalué entre 60 et 65 milliards d’euros. La part de la zone euro sera de 20 milliards, celle du FMI de 10 milliards.

L’horizon financier de la Grèce s’éclaircit, avec la finalisation d’un nouveau plan de sauvetage, évalué entre 60 et 65 milliards d’euros d’ici à 2014, mettant à contribution la zone euro, le FMI, la Grèce et les banques. À l’issue d’une rencontre avec le premier ministre grec, à Luxembourg, le patron de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, a annoncé, vendredi, «un financement supplémentaire de la Grèce, en échange de conditions strictes».

Lire la suite

La Grèce bénéficie d’une nouvelle aide de 60 milliards

Pour éviter l’effondrement du système économique, pour repousser l’inéluctable, il faut maintenir un équilibre même complètement précaire au niveau des banques, maintenir « l’illusion », chose qui est faite avec la Grèce qui est au bord de la faillite la plus totale. A chaque approche du gouffre, un petit pas en arrière est réalisé avec un sauvetage de ces même banques, cette fois-ci l’Europe (donc nous avec notre argent) va donner 60 milliards aux banques grecques. Cela va-t-il sauver la situation? Non, cela va sauver LES BANQUES, pas la population, cela ne va pas réduire le taux de chômage, faire baisser le prix de l’alimentation, juste sauver le cul des banquiers!!!

Le premier ministre grec, Georges Papandréou (à gauche), et le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, vendredi à l'issue d'une conférence de presse commune au Luxembourg.
Le premier ministre grec, Georges Papandréou (à gauche), et le président de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, vendredi à l’issue d’une conférence de presse commune au Luxembourg. Crédits photo : GEORGES GOBET/AFP

Les banques privées apporteront leur contribution sur une base volontaire au second plan de sauvetage évalué entre 60 et 65 milliards d’euros. La part de la zone euro sera de 20 milliards, celle du FMI de 10 milliards.

L’horizon financier de la Grèce s’éclaircit, avec la finalisation d’un nouveau plan de sauvetage, évalué entre 60 et 65 milliards d’euros d’ici à 2014, mettant à contribution la zone euro, le FMI, la Grèce et les banques. À l’issue d’une rencontre avec le premier ministre grec, à Luxembourg, le patron de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, a annoncé, vendredi, «un financement supplémentaire de la Grèce, en échange de conditions strictes».

Lire la suite

Europe : l’incroyable gabegie

La devise de la France a été foulée au pied par l’Europe, l’égalité n’est plus, les différences se sont creusées de manière incommensurables et ces parvenus continuent inlassablement a se gaver avec nos sous!

Ce sont 60 pages au vitriol que publie, la semaine prochaine, l’association Contribuables associés. Titre de ces “Dossiers du contribuable” n° 2, dirigés par Laurent Artur du Plessis : « L’Europe dilapide notre argent ! »

Excessif ? Pas tant que ça, tout au contraire, à lire le dossier, qui comprend sept parties : « Le Parlement européen, royaume du gaspillage et des fraudes », « La vie dorée des députés européens », « La ruineuse présidence française de l’Union européenne », « Le paradis des bureaucrates », « Les subventions délirantes de l’UE », « Europe agricole : la pompe à fric » et « Des milliards gaspillés dans l’aide au développement ». Tous les chiffres cités sont des chiffres officiels, traqués dans le moindre rapport, tout aussi officiel. Ils témoignent, plus que de longs discours, de la dérive technocratique de l’Europe. Florilège.

PARLEMENT BUDGÉTIVORE
Le budget du Parlement européen représente près de 1 % du budget de l’Union européenne, mais 20 % des dépenses administratives des institutions européennes. Budget 2011 : 1,686 milliard d’euros, dont 37 % sont affectés aux frais de personnel (essentiellement les salaires des 6 000 employés). […] Les dépenses des parlementaires européens (salaires, frais de voyage, bureaux et rémunération des assistants) représentent environ 24 % du budget. Outre ses trois lieux de décision, Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg, le Parlement européen dispose de bureaux d’information dans chacune des capitales des vingt-sept États membres et dans plusieurs grandes villes.

Lire la suite

Europe : l'incroyable gabegie

La devise de la France a été foulée au pied par l’Europe, l’égalité n’est plus, les différences se sont creusées de manière incommensurables et ces parvenus continuent inlassablement a se gaver avec nos sous!

Ce sont 60 pages au vitriol que publie, la semaine prochaine, l’association Contribuables associés. Titre de ces “Dossiers du contribuable” n° 2, dirigés par Laurent Artur du Plessis : « L’Europe dilapide notre argent ! »

Excessif ? Pas tant que ça, tout au contraire, à lire le dossier, qui comprend sept parties : « Le Parlement européen, royaume du gaspillage et des fraudes », « La vie dorée des députés européens », « La ruineuse présidence française de l’Union européenne », « Le paradis des bureaucrates », « Les subventions délirantes de l’UE », « Europe agricole : la pompe à fric » et « Des milliards gaspillés dans l’aide au développement ». Tous les chiffres cités sont des chiffres officiels, traqués dans le moindre rapport, tout aussi officiel. Ils témoignent, plus que de longs discours, de la dérive technocratique de l’Europe. Florilège.

PARLEMENT BUDGÉTIVORE
Le budget du Parlement européen représente près de 1 % du budget de l’Union européenne, mais 20 % des dépenses administratives des institutions européennes. Budget 2011 : 1,686 milliard d’euros, dont 37 % sont affectés aux frais de personnel (essentiellement les salaires des 6 000 employés). […] Les dépenses des parlementaires européens (salaires, frais de voyage, bureaux et rémunération des assistants) représentent environ 24 % du budget. Outre ses trois lieux de décision, Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg, le Parlement européen dispose de bureaux d’information dans chacune des capitales des vingt-sept États membres et dans plusieurs grandes villes.

Lire la suite

Les Grecs ont retiré 1.5 milliards d’euros aux guichets des banques depuis jeudi

Ca n’est pas pour arranger les affaires de la Grèce, il faut se mettre à leur place, travailler et faire des économies pour les voir disparaitre dans les méandres d’une économie à l’agonie……….encore un plan d’austérité qui se profile à l’horizon, en espérant que cet argent ait encore de la valeur dans quelques temps.

Les clients grecs se pressent aux caisses des banques pour retirer leurs économies, rapporte Protothema, et entre jeudi et vendredi derniers des particuliers auraient ainsi procédé au retrait de pas moins de 1.5 milliards d’euros. Au total, les retraits sur mai se sont élevés à 4 milliards d’euros, alors qu’ils avaient été de 2 milliards en avril.

La plupart des clients qui effectuent ces retraits sont des petits épargnants qui viennent retirer des sommes comprises entre 2.000 euros et 15.000 euros. Dans la plupart des cas, ils sont motivés par la crainte que leurs économies ne disparaissent dans l’éventualité de la faillite de la Grèce. Lire la suite

Les Grecs ont retiré 1.5 milliards d'euros aux guichets des banques depuis jeudi

Ca n’est pas pour arranger les affaires de la Grèce, il faut se mettre à leur place, travailler et faire des économies pour les voir disparaitre dans les méandres d’une économie à l’agonie……….encore un plan d’austérité qui se profile à l’horizon, en espérant que cet argent ait encore de la valeur dans quelques temps.

Les clients grecs se pressent aux caisses des banques pour retirer leurs économies, rapporte Protothema, et entre jeudi et vendredi derniers des particuliers auraient ainsi procédé au retrait de pas moins de 1.5 milliards d’euros. Au total, les retraits sur mai se sont élevés à 4 milliards d’euros, alors qu’ils avaient été de 2 milliards en avril.

La plupart des clients qui effectuent ces retraits sont des petits épargnants qui viennent retirer des sommes comprises entre 2.000 euros et 15.000 euros. Dans la plupart des cas, ils sont motivés par la crainte que leurs économies ne disparaissent dans l’éventualité de la faillite de la Grèce. Lire la suite

1 937 938 939 940 941 979