Face aux faiseurs de guerre : l’armée des ombres

« La violence trouve son seul refuge dans le mensonge, et le mensonge son seul soutien dans la violence.
Tout homme qui a choisi la violence comme moyen doit inexorablement choisir le mensonge comme règle. »

Alexandre Soljenytzine, Le Cri. Le discours du prix Nobel – L’Express, septembre 1972.

images

Voici un article très intéressant trouvé sur la version Française du Saker.

Article signé par Caroline PORTEU en date du 28 juillet 2014

 

Face aux faiseurs de guerre : l’armée des ombres

Ce titre fait bien évidemment référence à ce merveilleux film de Melville, d’après un roman de Kessel, décrivant ces « soldats inconnus » de la résistance, qui ont donné leur vie pour la liberté et qui ont combattu l’occupation.

Aujourd’hui, la France et l’Europe ne sont pas officiellement en guerre. La Guerre, au sens conventionnel du terme, se trouve ailleurs : guerres civiles en Irak, en Lybie, en Syrie, en Ukraine, guerre d’Israël contre les Palestiniens.

Mais il y a d’autres formes de guerre : monétaires, économiques, énergétiques, et bien souvent les motifs des secondes sont transformés en guerres conventionnelles par ceux qui veulent conquérir, coloniser, contrôler, garder le pouvoir : ceux que l’on peut appeler « les faiseurs de guerre ».

Pour pouvoir passer d’une guerre non conventionnelle à une guerre conventionnelle, il faut un prétexte, et il faut que ce prétexte soit crédible auprès des opinions publiques ; et là nous entrons dans la Guerre de l’information. Il faut un mensonge, et plus le mensonge est gros, plus l’exploitation de ce mensonge est rapide, plus il a de chances d’être cru. Nos démocraties, essayant encore de passer pour des démocraties, tiennent compte de leur opinion publique. Il est donc essentiel que ces opinions publiques soient convaincues de la nécessité de la guerre et c’est le prétexte, bien souvent mensonger, qui doit servir de déclencheur.

C’est ce qui s’est passé avec l’Irak en particulier, où l’invasion du pays s’est faite sur un mensonge, avoué par la suite, mensonge dont on attend toujours la sanction, car question violation du droit international, celui-là était quand même énorme… (armes de destruction massives qui n’existaient pas) avec le film malheureusement réel et devenu célèbre d’une fiole agitée à l’ONU pour prouver la nécessité absolue d’envahir l’Irak de toute urgence, ce qui fut fait) (1) .

Depuis, il y a eu des prétextes, comme celui du massacre de la Ghouta (Syrie), sur lesquels curieusement, les médias occidentaux se sont tus soudainement, lorsqu’il est apparu que les soi-disant preuves de culpabilité n’étaient pas aussi évidentes que le prétendaient les « faiseurs de guerre ». Le prétexte a été oublié, l’invasion de la Syrie aussi.

Article complet sur The French Saker

MH 17 : une enquête

Dans une initiative de traduction collective via Framapad, Olivier Berruyer à fait traduire un article en forme d’enquête réalisé par 21st Century Wire, qu’il introduit ainsi auprès des lecteurs de son blog « Les-Crises.fr » :

 

J’ai trouvé intéressant de vous faire traduire cette longue enquête du site d’investigation 21st Century Wire. (MERCI à tous les traducteurs qui ont participé à ce gros travail, et désolé pour les coquilles qui doivent rester…)

Non pas que je considère que c’est la vérité (je ne partage d’ailleurs pas la conclusion ultime), ou même que tout est prouvé (restez toujours méfiants ! Et attendons d’en savoir plus de l’enquête officielle), mais il y a bon nombre d’informations intéressantes, ils posent de très justes questions, et appuient là où cela fait mal.

J’ai surtout trouvé qu’une telle enquête sur Internet était sidérante par rapport à ce qu’on a pu lire sur des sites de journaux mainstream, sans même parler du ridicule du dossier américain (RIP Empire américain). Quel que soit les conclusions, je trouve que c’est un modèle minimal de questionnement de ce que nous en sommes en droit d’avoir de nos médias, de façon à confronter les enquêtes, et approcher la Vérité.

Pour ma part, à ce stade, et après de nombreuses recherches, je n’ai toujours strictement aucune idée de ce qui s’est passé : bombe, missile air-air, missile sol-air venant d’ukrainiens pro-Kiev ou pro-Donetsk. C’est d’ailleurs pour cela qu’on a inventé les enquêtes modernes – il n’y a que dans les régimes totalitaires qu’on a les coupables et qu’on les sanctionne AVANT que l’enquête ait commencé…

Nous verrons… En attendant, restez très vigilants (“Radio Paris, ment…“), et exigez toujours des preuves solides avant de croire quoi que ce soit…

Olivier Berruyer

Lire la suite

Trafics d’organes en Ukraine

On a vu apparaître sur les réseaux sociaux la correspondance de l’avocat de Ioulia Timochenko Sergueï Vlassenko avec le « chirurgien allemand » Olga Wieber et le commandant du bataillon « Donbass » Semione Sementchenko.

1404570889_1newslava

Il y est question de trafic d’organes des combattants de l’armée ukrainienne blessés ou tués. L’utilisateur de Facebook Ivan Protsenko a publié un matériel scandaleux, avec un lien vers la ressource d’information ukrainienne officiellement enregistrée « Molot Pravdi » (Voir ici et ici). La correspondance des deux adresses appelées Sergui Vlassenko et Olga Wieber s’est déroulée de février à juin 2014. Le moment clé de la correspondance, ce sont les abréviations. Cor –cœur, per- rein, hep – foie, pan – pancréas, pul – poumons.

– «Bonsoir, Olga. La question dont nous avons discuté à Valdkirche doit se décider bientôt, de mon côté la situation est en ordre. Qu’en est-il de tes clients ? » écrit Vlassenko le 22 février. Il ressort plus loin du dialogue que Wieber joue le rôle d’intermédiaire, et Vlassenko organise la livraison du « matériel ». Le « matériel » est caractérisé comme rapidement périssable. En outre, le fournisseur souligne qu’il vaut mieux faire passer la marchandise par lots. «Voilà ce qu’il faut, écrit Wieber – 5 cor, 12 per, 3 hep, 3 pan, 1 pul ». Vlassenko répond : « C’est clair. Nous pouvons faire plus, tu suis les nouvelles, au moins ? Réfléchis, trouve quelqu’un, nous augmenterons les lots !!! »

 

Le 15 avril, le jour où les autorités de Kiev ont commencé l’opération militaire dans le sud-est de l’Ukraine, Olga Wieber s’intéresse : « à en juger par les nouvelles, les évènements nous sont favorables)). Qu’est-ce que tu en penses, ils ne vont pas changer le cours ? » Vlassenko répond : « Ce n’est pas prévu, avec qui travaillerait-on ! » « Nos partenaires occidentaux » nous créent de bonnes conditions et le plus important, c’est la quantité ! » Sergueï Vlassenko, homme politique ukrainien, député du parlement ukrainien de la sixième convocation du bloc de Ioulia Timochenko, avocat émérite de l’Ukraine. Par la suite, au cours de quelques mois, les partenaires parlent des délais et de la quantité d’organes indispensables, qui se comptent par dizaines. Lire la suite

1 10 11 12