Alerte : La hausse du Libor vient de déclencher la nouvelle austérité..

Rappelez vous le scandale de la manipulation des taux interbancaires européens Libor et Euribor, nous en parlons depuis 2012.. Merci Françoise G.

Par Pierre Jovanovic.

Chers lecteurs, je vous parle du taux Libor depuis 10 ans, eh bien sachez qu’il est reparti brutalement à la hausse et a déjà déclenché une toute nouvelle politique austérité. Et ce Libor est une très très mauvaise nouvelle pour Emmanuel Macron et son gouvernement composé de 50% d’amateurs. Lire la suite

Libor: Les Etats-Unis en justice contre de grandes banques

Les banques américaines, grandes professionnelles de la magouille, sont aujourd’hui épinglées par la justice du même pays, mais pas uniquement elles, d’autres grandes banques le sont aussi, dont des banques françaises, faut dire qu’il y a de l’argent à se faire, et vu l’état financier des USA, ils auraient tort de se priver! Ce qui est important ici, c’est que « l’ennemi de la finance » tel qu’il s’est présenté n’a pas bougé le petit doigt quand à lui pour dénoncer ce vol qualifier de la population française, au moins, on voit de quel côté est François Hollande, de celui des banques. D’ailleurs, pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur le sujet, le blog en a parlé à de nombreuses reprises, dont dans cet article toujours utile à lire ou relire.

scandale-banques-libor

L’agence américaine de garantie des dépôts bancaires a lancé une action judiciaire contre une série de grandes banques, telles la Société Générale et JP Morgan, pour manipulation du taux interbancaire Libor, selon un document judiciaire consulté vendredi.

Cette action concerne nombre de banques sur différents continents dont les américaines JPMorgan, Citigroup et Bank of America, les suisses UBS et Credit Suisse, les britanniques HSBC, Royal Bank of Scotland, Lloyds et Barclays, la française Société Générale, l’allemande Deutsche Bank, la canadienne Royal Bank of Canada, ou encore la japonaise Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ.

Le scandale du Libor avait éclaté en juin 2012 avec une amende infligée par les autorités américaine et britannique à Barclays. Lire la suite

Libor : La manipulation des taux interbancaires était connue 3 ans avant que n’éclate le scandale

Pour ceux qui ne connaissent pas encore, le LIBOR, c’est un indice sur les marchés boursiers qui servent de référence pour les crédits à la consommation, immobiliers, l’épargne, pour ne citer que ces exemples là. Le souci est que les cours ont été manipulés par les banques qui du coup se sont fait des milliards grâce à cela. Les taux ont baissé sur les marchés boursiers, cela aurait dû se répercuter sur les taux d’intérêts de vos emprunts, ce qui n’a pas été fait, et donc vous avez trop payé par rapports à ce que vous auriez dû verser réellement, vous suivez jusque là?

Au total, la valeur des produits indexés sur le Libor se chiffrerait à plus de 350 000 milliards d’euros, une très grosse arnaque donc avec les banquiers impliqués (voir ici pour plus d’explications). Les banquiers auraient déjà dû être condamnée comme cela a été fait dans d’autres pays dont aux USA, et bizarrement, rien pour la France, pas même une poursuite, les banques ont été protégées et l’affaire étouffée, l’ennemi intime de Hollande qu’est la finance s’en est très bien sorti! Vous retrouverez quelques liens sur le libor à l’alinéa 50 de cet article, histoire de relancer un peu ce sujet…

L’affaire de la modification, par des responsables de banques, des taux de référence sur lesquels se fondent de nombreux prêts comme de nombreux autres produits financiers ou hypothèques, a éclaté au grand jour en 2012. Mais trois économistes l’avaient établie dans une étude datant de 2009. En voici la preuve.
Lorsqu’éclate au grand jour la nouvelle de la manipulation, à l’été 2012, nombreux sont les chefs de grandes institutions financières et les dirigeants politiques du monde entier, à crier au scandale.

Pourtant, des doutes avaient bel et bien circulé dans les hautes sphères de la finance quant à la manipulation du taux Libor. Ces doutes avaient été mis noir sur blanc [en 2009] par trois économistes, dont l’un travaillant au FMI.

Officiellement, cependant, tout éclate trois ans plus tard, en juin, lorsque la deuxième banque britannique, Barclays, reconnaît la faute de ses dirigeants et accepte de payer 453 millions de dollars aux autorités britanniques et américaines pour clore une affaire civile dans laquelle la Barclays était accusée d’avoir manipulé le Libor (London Interbank Offered Rate), qui est le taux de référence régissant les prêts interbancaires, mais qui gouverne aussi les taux d’intérêt sur de nombreux produits financiers, y compris les hypothèques, essentiellement dans des monnaies autres que l’euro.

Évidemment, ce règlement lui semble à son avantage. Rapidement, cependant, s’ensuit l’une des plus grandes enquêtes ayant jamais eu lieu dans le domaine financier. Non seulement parce que les anomalies touchent même d’autres taux de référence tels que l’Euribor ou le Tibor (Tokyo), mais aussi parce qu’on touche là à la mesure de paramètres jouant un rôle fondamental. Lire la suite

Supervision du taux interbancaire Libor confiée à NYSE Euronext

La supervision du taux interbancaire Libor, au centre d’un scandale de manipulation, sera confiée à l’opérateur boursier transatlantique NYSE Euronext, a annoncé le Trésor britannique. Le but est de restaurer la « crédibilité » de ce taux central dans le monde de la finance.

La période de transition, avant que NYSE Euronext ne devienne responsable de la supervision du Libor, « devrait s’achever début 2014 », indique mardi un communiqué du Trésor britannique.

La commission indépendante chargée par les autorités de trouver une nouvelle organisation pour gérer la fixation du Libor « a annoncé que l’association des banquiers britanniques (BBA) avait accepté sa recommandation de faire de NYSE Euronext Rate Administration Limited (filiale de NYSE Euronext) le nouvel administrateur du Libor », selon ce document.

Les autorités britanniques avaient décidé l’an dernier de confier le Libor à une nouvelle organisation. La BBA, qui supervise actuellement la fixation de ce taux central dans le monde de la finance, ayant « clairement échoué », selon elles. Lire la suite

Après le scandale sur le Libor, une entente illégale des banques sur le marché des changes

Cela me faire doucement rire leurs « scandales » car pour l’instant, on attend toujours les peines de prison pour les banquiers impliqués dans les pires magouilles! Même en France, il n’y a eut aucun scandale, tout a été étouffé notamment par « l’ennemi de la finance » qui brille par son inaction.

Le site Bloomberg révèle cette information qui devrait faire du bruit…

Il semblerait que les devises soient la nouvelle cible des spéculateurs. Il semblerait que les devises soient la nouvelle cible des spéculateurs.  Crédit Reuters

Après le scandale du Libor, le site d’information Bloomberg révèle que le marché des changes aurait constitué la cible des spéculations bancaires. Depuis maintenant près de douze mois, des gestionnaires de porte-feuille européens n’ont cessé d’alerter l’Autorité régulatrice des marchés britannique, la FCA, sur la possible manipulation de l’indicateur de référence de la valeur des devises, le taux WM/Reuters.

Calculée de façon automatique en fonction du volume moyen des échanges impliquant chacune des monnaies, cette valeur de référence est renouvelée toutes les soixante secondes. Lorsque les échanges sont insuffisants, le taux WM/Reuters est déterminé à partir de la moyenne des offres de ventes et d’achats de devises. Ce court intervalle de temps serait alors consacré à un intense jeu de spéculation auquel se livrent les traders. Objectif : augmenter ou de baisser le taux en fonction des ordres qu’ils reçoivent, tout en tenant compte de leurs propres intérêts lorsqu’ils agissent en tant que dealer.

« Ce marché est un véritable Far West », avoue James McGeehan, cofondateur de FX Transparency LLC. Considéré comme le moins régulé, il constitue également le plus important où près de 4,7 trillions de dollars sont brassés chaque jour. Quatre banques dominent le marché des changes : DBK, Citigroup Fnc, Barclays Plc et UBS AG. Ayant refusé tout commentaire, leur implication n’est pas encore totalement prouvée. Pourtant certains traders, sous couvert de l’anonymat, ont commencé à confirmer l’existence de ces pratiques qui seraient en place depuis une dizaine d’années et qui « sont préjudiciables pour la société » selon Tom Kirchmaier de la London School of Economics.

La FCA envisage d’ouvrir une enquête pour manipulation potentielle du taux directeur sur le marché des changes. Les suspicions sont telles que les autorités britanniques ont également décidé de passer au crible d’autres indicateurs de valeur, notamment ceux relatifs aux produits financiers dérivés, mais également ceux des marchés du pétrole brut et des marchandises. Il semblerait qu’une fois de plus, les traders aient décidé de ne pas faire les choses à moitié.

Source: Atlantico.fr

RBS paiera 615 millions de dollars pour le scandale du Libor

Les banques américaines ont payé, la RBD paye, ET LES BANQUES FRANÇAISES??? Que font nos politiques qui ne se sont pas insurgés contre ces banquiers pourris qui ont volé des millions de foyers français? Que fait cette ligue de défense des consommateurs qui elle aussi aurait dû agir? Quand est-ce que le scandale éclatera en France?

Royal Bank of Scotland (RBS) paiera un total de 615 millions de dollars (455 millions d'euros) d'amendes liées au scandale de manipulation du Libor. /Photo d'archives/REUTERS/Stefan Wermuth LONDRES (Reuters) – Royal Bank of Scotland (RBS) a annoncé mercredi qu’elle paierait un total de 615 millions de dollars (455 millions d’euros) d’amendes liées au scandale de manipulation du Libor.

Dans un communiqué, la banque britannique précise que John Hourican, directeur général de sa division marchés, quittera le groupe.

Deux traders de Londres se sont rendus coupables de collusion avec d’autres banques et brokers mais RBS en tant que personne morale n’est pas accusée de malversation, ajoute-t-elle.

Une source proche du dossier avait dit auparavant s’attendre à ce RBS écope de pénalités de l’ordre de 400 millions de livres (463 millions d’euros) pour son rôle dans le scandale de manipulation du taux interbancaire de référence.

RBS est la troisième banque à conclure un accord avec les autorités dans le dossier de la manipulation des taux Libor, après Barclays et UBS.

Source: Reuters

Après le Libor, le scandale de l’Euribor va éclater

Juste une chose, cela fait combien de temps que ce scandale existe et qu’il est dénoncé sur internet? Plusieurs mois! Mais quelle rapidité dans l’information ces médias français!!! De vraies foudres de guerre!

Siège social de Barclays, à Londres. En juin dernier, la banque avait acquitté une amende de 450 millions de dollars en échange de l'abandon des poursuites et de sa pleine collaboration.
Siège social de Barclays, à Londres. En juin dernier, la banque avait acquitté une amende de 450 millions de dollars en échange de l’abandon des poursuites et de sa pleine collaboration. Crédits photo : Simon Dawson/Bloomberg

Selon le Wall Street Journal, la Commission européenne s’apprête à accuser plusieurs banques de s’être entendues pour manipuler les taux interbancaires européens.

Un taux peut en cacher un autre. Idem pour les scandales. Après la mise en cause de banques, Barclays en tête, pour avoir manipulé le Libor, le taux de référence du marché interbancaire établi à Londres, l’enquête semble en passe de déboucher sur l’Euribor, son équivalent en Europe continentale. Selon le Wall Street Journal, la Commission européenne, qui a lancé ses investigations en octobre 2011, s’apprête, en effet, à «accuser plusieurs banques de tentative de connivence dans la fixation de l’Euribor». Lire la suite

Trois arrestations liées au scandale du Libor

ET EN FRANCE, ELLES SONT OÙ LES ARRESTATIONS ??? Soit disant pour le candidat Hollande, son ennemi, c’était la finance, ben il s’est sacrément bien couché devant!!! Lamentable!

Trois Britanniques ont été arrêtés mardi en Angleterre, dans les environs de Londres, en lien avec le scandale de manipulation du taux interbancaire Libor.

En toile de fond, la City.

En toile de fond, la City. Image: FLICKR CC

Un porte-parole de l’Office britannique de lutte contre la délinquance financière (SFO) a précisé que c’était «la première fois» que des personnes étaient arrêtées dans le cadre de cette affaire. Plusieurs grandes banques, dont UBS et Credit Suisse, sont suspectées d’avoir manipulé le taux de référence Libor à leur profit.

Négocié quotidiennement à Londres, ce taux indique à quelles conditions les banques se prêtent de l’argent entre elles. En juin, la banque britannique Barclays avait été le premier établissement à admettre avoir fauté. Elle a payé 453 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites à son encontre.

Source: tdg.ch

Scandale du Libor: neuf nouvelles banques assignées en justice (WSJ)

Les médias sont quand même un gros ramassis de pourris et de vendus! L’éthique journalistique? Elle n’existe plus depuis que les financiers se sont emparé de l’information. Déjà ce scandale n’a pas été médiatisé alors que des dizaines de millions de foyers sont concernés en France, mais en plus, chaque nouvelle information est occultée, du classique quoi!

Scandale du Libor: neuf nouvelles banques assignées en justice (WSJ)

Neuf banques supplémentaires ont été assignées en justice dans le cadre de l’enquête sur les manipulations du Libor, le taux de crédit interbancaire de référence, annonce vendredi le Wall Street journal citant des sources proches du dossier.
Des citations à comparaître ont été signifiées en août et septembre par les Etats de New York et du Connecticut à Bank of America, aux banques japonaises Norinchukin et Bank of Tokyo Mitsubishi, au Crédit Suisse, à la Lloyds (Grande-Bretagne), à la Rabobank (Pays-Bas), à la Royal Bank of Canada, à la Société Générale et à l’allemande West LB, a indiqué le quotidien d’affaires américain.
Au total, 16 banques sont désormais dans le collimateur de la justice (notamment JPMorgan, Citigroup, Barclays, HSBC, RBS, UBS et Deutsche Bank).
Lire la suite

1 2 3 16