Auxerre: Des patients sous chimiothérapie victimes d’une pénurie de traitement….

A vouloir toujours moins cher.. Sans compter les labos qui décident de cesser la production d’un médicament pas rentable. Le profit avant tout..

L’hôpital d’Auxerre ne peut temporairement plus dispenser de traitement de chimiothérapie à des patients souffrant d’un cancer en raison d’une rupture de stock d’un produit…

Inconcevable. L’hôpital d’Auxerre doit faire face depuis plusieurs jours à une pénurie de « carboplatine », rapporte France Bleue Auxerre. Lire la suite

L’origine secrète de la chimiothérapie: le gaz moutarde…

La chimiothérapie, ni une véritable solution, ni même une alternative, du moins, pas utilisée en suivant les protocoles actuels, car ceux-ci profitent avant tout aux laboratoires pharmaceutiques, pas véritablement aux patients qui ne sont plus que des cobayes croisés avec des vaches à lait!

Nous avons déjà abordé à de nombreuses reprises ce sujet sur le blog, avec à la clé, des liens, des documents, des études, mais nous ne nous sommes jamais penché sur l’origine de la chimiothérapie, et celle-ci est plus qu’étonnante: le gaz moutarde.

Pour réellement comprendre l’actualité présente, il est toujours intéressante de se tourner vers celle du passé qui apporte des éléments de réponses que nous ignorons trop souvent…

781px-Bundesarchiv_Bild_183-F0313-0208-007,_Gaskrieg_(Luftbild)Attaque au gaz moutarde durant la première guerre mondiale

Le récit qui va suivre sur l’origine de la chimiothérapie n’est pas secret en soi. Vous pouvez le trouver dans tous les manuels d’histoire de la médecine.

Seulement, peu de patients en ont entendu parler.

En ce sens, c’est un secret jalousement gardé dans les milieux médicaux.

Pourtant, il est indispensable de connaître cette histoire pour comprendre comment fonctionne la chimiothérapie contre le cancer. Tout patient devrait avoir le droit de l’entendre avant de commencer son traitement.

Le début de l’histoire de la chimiothérapie remonte à l’automne 1917. Nous sommes dans les mois les plus sinistres de la Première Guerre mondiale, qui a déjà fait des millions de morts pour rien. La scène se déroule dans la ville d’Ypres, dans la campagne flamande autrefois riante, aujourd’hui ravagée par la guerre de tranchées.

Lire la suite

Cancer : la chimiothérapie en fin de vie ferait plus de tort que de bien

Le cancer est avant tout une histoire de gros business, ce n’est même plus à démontrer, une référence en cancérologie l’a d’ailleurs expliqué durant une conférence, le Docteur Nicoles Delépine (à voir absolument). C’est donc sans véritable surprise que nous pouvons apprendre que les traitements à bas prix sont plus efficaces qu’un médicament réputé contre les récidives, le Tamoxifène. Mais cela ne se limite pas à cela, cela va même plus loin: une étude a mis en avant le fait que la chimiothérapie en fin de vie ferait plus de tort que de bien. À quand une étude démontrant que l’on peut se soigner naturellement simplement en modifiant son régime alimentaire? Car pour l’instant, le business n’est pas vraiment en danger, même si les nombreux abus sont reconnus…

Cyclophosphamide_ivLa chimiothérapie chez les personnes atteintes d’un cancer en phase terminale n’améliore pas la qualité de vie et peut faire plus de tort que de bien, conclut une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Oncology. Ces résultats remettent en question la pratique et les directives courantes, soulignent les auteurs.

Holly G. Prigerson du Weill Cornell Medical College et ses collègues ont mené cette étude avec 661 personnes en phase terminale (ayant un cancer métastatique avancé ou une progression du cancer après des chimiothérapies antérieures).

Au début de l’étude, soit environ quatre mois avant le décès, la qualité de vie a été évaluée au moyen d’une échelle standardisée. Quelques semaines après le décès, les proches les plus impliqués dans les soins ont évalué leur niveau de détresse psychologique et physique ainsi que la qualité de vie globale dans la semaine avant leur décès.

Un peu plus de la moitié des participants recevaient une chimiothérapie dite palliative dont le but est de soulager les symptômes et de prolonger la vie.
L’étude conclut qu’elle n’a eu aucun de ces deux effets.

Chez les patients qui, au début de l’étude, étaient en meilleure santé et plus actifs, la chimiothérapie a été associée à une moins bonne qualité de vie et n’a pas prolongé la vie.

Lire la suite

La vérité très indésirable sur la chimiothérapie

Autre petit retour sur une actu avec un article de 2013, mais un rappel n’est jamais de trop quand il s’agit de s’attaquer aux mensonges quels qu’ils soient, cela en plus de l’hommage qui est fait ici à Sylvie Simon qui nous a quitté dans un grand silence en Novembre 2013. La chimiothérapie est plus une arnaque qui génère des sommes colossales qu’autre chose, car oui, ce traitement fait vivre beaucoup de monde, coute relativement cher et son efficacité peut aisément être remise en doute!

Cela fait des années que la chimiothérapie est dénigrée par de très nombreux cancérologues, français et américains et non des moindres, ont osé exprimer leur doute quant aux guérisons obtenues par les voies classiques.

La vérité très indésirable sur la chimiothérapie Hardin B Jones, alors professeur de Physique médicale et de Physiologie à Berkeley, avait déjà communiqué en 1956 à la presse les résultats alarmants d’une étude sur le cancer qu’il venait de mener durant vingt-trois ans auprès de cancéreux et qui l’avait conduit à conclure que les patients non traités ne mourraient guère plus vite que ceux qui recevaient la chimiothérapie, bien au contraire. « Les patients qui ont refusé tout traitement ont vécu en moyenne douze ans et demi. Ceux qui se sont soumis à l’intervention chirurgicale et aux autres traitements traditionnels ont vécu en moyenne trois ans seulement[1]. » Et le Dr Jones soulevait aussi la question des sommes fabuleuses engendrées par le « Cancer business ». Les conclusions déstabilisantes du Dr Jones n’ont jamais été réfutées. (Walter Last, The Ecologist, vol. 28, n°2, Mars-avril 1998.)

Le 4 octobre 1985, le Pr. G.eorges Mathé confirmait à L’Express : « Il y a de plus en plus de cancers parce que le dépistage est beaucoup plus précoce, mais on ne les maîtrise pas aussi bien qu’on le dit, malgré la chimiothérapie qui est surtout prônée par les chimiothérapeutes et par les laboratoires [ce qu’il appelait la « cancer-connection], et pour cause : ils en vivent. Si j’avais une tumeur, je n’irais pas dans un centre anticancéreux » (cf. Le Monde, 4 mai 1988). Lire la suite

Ce que l’industrie du cancer ne veut pas que vous sachiez sur la chimiothérapie et les rayons

Traduit par le BBB

Ils nous disent que la chimiothérapie sauve des vies, augmente le taux de survie à long terme et n’endommage pas les cellules saines. Toutes ces affirmations de l’industrie du cancer sont fausses. Un poison tue sans discrimination – il l’a toujours fait et le fera toujours. Tout en endommageant les cellules saines, la chimiothérapie y déclenche la sécrétion d’une protéine qui entretient la croissance de la tumeur et sa résistance à un traitement ultérieur. C’est exact… la chimiothérapie va en fait stimuler la croissance cancéreuse et le traitement des cancers est la cause majeure des cancers secondaires.

Derrière les vaccins, médicaments, diagnostics et thérapies, soins dentaires, psychiatrie et pratiquement toute la recherche médicale, existe une industrie et une source de profit pour les sociétés. L’industrie du cancer fait preuve d’une ironie particulière car les produits cancérigènes sont fabriqués par des divisions des mêmes corporations multinationales dont les filiales construisent les scanners et l’équipement utilisé pour diagnostiquer les cancers, mettent au point les médicaments dont on se sert en chimiothérapie et ceux qu’on donne pour prévenir les récidives. Dans quelle réalité vivons-nous où les seuls moyens acceptables de traiter le cancer sont de trancher, empoisonner et irradier ?

L’industrie du cancer détruit ou marginalise les remèdes sans danger et efficaces tout en encourageant ses propres remèdes brevetés, coûteux et toxiques qui font plus de mal que de bien.

Aucun produit de chimiothérapie n’a jamais réellement guéri ou résolu les causes sous-jacentes du cancer. Lire la suite

Une étude révèle l’imposture de la chimiothérapie

Tout n’est qu’arnaque, tant qu’il y a de l’argent à prendre… Le nombre de cas de médecins qui ont rencontré des soucis après avoir trop bien soigné voire guérit ses patients ne se compte plus, pressions, coupure des subventions, tous les moyens sont bons de ce côté là pour que les traitements continuent à être vendus avec de gros bénéfices à la clé.

Faire une chimio pourrait aggraver votre cancer

(NaturalNews) Une équipe de chercheurs de l’état de Washington a récemment ont poussé un mémorable  »oups ! » quand elle a découvert par hasard la vérité mortelle sur la chimiothérapie en cherchant pourquoi les cellules cancéreuses de la prostate sont difficiles à éradiquer par les méthodes conventionnelles de traitement. Comme on le constate, en réalité la chimiothérapie ne traite ni ne guérit le cancer, selon les découvertes de l’étude, mais active plutôt la croissance et l’étendue des cellules cancéreuses, les rendant beaucoup plus difficiles à les éliminer une fois que la chimiothérapie a déjà été démarrée.
On pourrait en parler comme preuve irréfutable, une fois pour toutes, de la tromperie de l’industrie conventionnelle du cancer. Non seulement la chimiothérapie, qui est la méthode standard de traitement du cancer aujourd’hui, est, selon l’étude un fiasco total, mais elle est au complet détriment du malade cancéreux. Publiées dans le journal Nature Medicine, les choquantes découvertes qui, sans surprise, ont été ignorées de la communauté scientifique dominante, éclairent en détails la manière dont la chimiothérapie obligent les cellules saines à libérer une protéine qui en réalité alimente les cellules cancéreuses et les fait prospérer et proliférer.

Selon l’étude, la chimiothérapie induit la libération dans les cellules saines une protéine, WNT16B, qui aide à promouvoir la survie et la croissance des cellules cancéreuses. La chimiothérapie endommage aussi définitivement l’ADN des cellules saines, préjudice à long terme qui persiste longtemps après la fin du traitement par chimio. Lire la suite

« En bonne santé, pas touche! » ou comment se soigner le cancer sans chimiothérapie

C’est suite à un témoignage laissé sur le blog que cet article a été décidé. Se soigner du cancer serait donc possible sans faire appel à une équipe médicale performante, sans avoir systématiquement recours à un traitement chimiothérapique,; mieux, il existerait des alternatives qui ne seraient pas médiatiser car ne rapportant rien financièrement à ceux qui vivent du cancer, et ils sont très nombreux! Hôpitaux et cliniques spécialisées, professeurs et médecins de tout poil, équipes soignantes, laboratoires pharmaceutiques, pharmaciens, et même pompes funèbres, excusez-moi cette tragique réalité…

Un petit rappel donc quand à la situation de Patrick, il l’explique très clairement sur son blog:

Juillet 2009 à décembre 2009

  • douleurs sporadiques dans l’épaule droite
  • paresthésies sporadiques dans la poitrine
  • perte de 5kg en quelques jours
  • toux incessante

Janvier 2010

  • mon cou grossit et je suis essouflé au moindre effort + tachycardie (mon coeur bat à 110-120 pulsations/min au repos!)
  • mon médecin se décide enfin à me faire faire une radio des poumons

Février 2010

  • on diagnostique un lymphome, cancer du système lymphatique, une tumeur de 9cm dans le médiastin* antéro-supérieur et une autre de 2cm près des surrénales;
  • on me fait faire une première chimio à la suite de laquelle mon organisme est dévasté, couché 24h sur 24 pendant 2 semaines, incapable de faire quoi que ce soit la 3ème. Lire la suite

La chimiothérapie favorise-t-elle la relance du cancer ?

Suivant une étude qui date un peu maintenant, la grande majorité pour ne pas dire pratiquement la totalité des cancérologues refuseraient de subir une chimiothérapie si jamais un cancer était détecté chez eux (au passage, à lire ou relire absolument). Maintenant, le nombre de molécules utilisées dans ces traitement ne se compte plus, entre les expérimentales et les autres, celles réellement efficaces et celles en test, la meilleure solution reste peut-être les solutions alternatives qui ne sont pas mises en avant puisqu’elles ne rapportent rien aux laboratoires pharmaceutiques, par exemple: l’homéopathie, le dicholoroacétate, ou encore la méthode du Docteur Gerson Et à lire un tel article, on peut penser que le traitement en question fait plus de ravage qu’il ne soigne vraiment…

La chimiothérapie anti-cancer peut endommager des cellules saines et les pousser à produire une protéine qui alimente la tumeur et entraîne une résistance au traitement, selon une étude qui vient d’être publiée.

Il s’agit d’un nouveau mécanisme découvert « de manière complètement inattendue » par des chercheurs américains, travaillant sur la résistance à la chimiothérapie observée dans des cancers métastasés du sein, de la prostate, du poumon et du colon.

Les chercheurs ont ainsi mis en évidence le rôle important des fibroblastes, des cellules non cancéreuses, dans la cicatrisation des plaies et la production de collagène.

Mais situées à proximité d’un cancer et exposées à la chimiothérapie, ces cellules subissent des altérations de leur ADN et produisent une protéine dénommée WNT16B qui permet aux cellules cancéreuses de se développer et envahir les tissus environnants en résistant aux traitements. Lire la suite

Hugo Chavez : retour à Cuba pour une chimiothérapie

Un des pilliers de l’anti-américanisme (certains ne vont pas vraiment apprécier…) n’est actuellement pas au mieux de sa forme et de ce fait ne va plus diriger le pays tel qu’il le faisait, il passe une partie des pouvoirs à son vice-président, à suivre donc…


e président du Vénézuela, Hugo Chavez, est retourné ce weekend à Cuba pour y subir une chimiothérapie. Accompagnée de sa fille aînée Rosa, Hugo Chavez s’est exprimé sur le Tarmac de l’aéroport de Caracas juste avant son départ : « Je rentrerai en meilleure forme que celle dans laquelle vous me voyez actuellement ». […] « Je dois accomplir cette nouvelle démarche. Je m’en vais pour quelques jours, mais je ne vous dis pas au revoir. Ce n’est pas le moment de mourir, mais celui de vivre« . (France24-AFP)Le président vénézuelien, opéré d’une tumeur cancéreuse le mois dernier à La Havane, a obtenu l’autorisation du Parlement afin de se rendre de nouveau à Cuba pour une durée indéterminée.

Lire la suite

Vos infos, liens, news ( et autres ) du 21 mars 2019..

Bonjour à tout le monde. L’ancien boxeur Christophe Dettinger réclame 3 millions d’euros à Leetchi. Une cagnotte Leetchi avait été lancée par un de ses proches avant d’être stoppée par la plate-forme deux jours plus tard suite à la polémique qu’elle suscitait. En 48 h, cette cagnotte s’élevait à 145 152, 46 euros.

Après les Champs-Elysées, des gendarmes accusent. Décisions préparatoires surprenantes, choix tactiques erronés : aux ordres de la Préfecture de police de Paris, les spécialistes du maintien de l’ordre refusent d’être les boucs émissaires du fiasco face aux Gilets jaunes.

La France de Macron va mieux qu’elle ne le pense. Les ménages consomment et les entreprises créent des emplois, constate l’Insee. Il est urgent de ne pas changer de politique économique. (**??**)

Lire la suite
1 2 3 12