Cruauté animale : les fermes à sang

Trouvé sur le site de Survivre au système.

 

 

Et hop, un pas de plus dans l’abominable concernant la condition animale !

Le laboratoire Merck Sharp & Dohme est au centre d’une affaire sordide.

Des juments en gestation sont cruellement vidées de leur sang pour produire des hormones en Uruguay et en Argentine.

Ces véritables fermes à sang ont récemment été mises en lumière dans un documentaire choc.

Les juments ne sécrètent l’hormone que lorsqu’elles sont en gestation et sont donc inséminées artificiellement dans ces fermes à sang cauchemardesques. S’en suit un drainage de leur sang et l’avortement de leur poulain.

Il faut avoir le cœur bien accroché pour regarder ces images.

 

Ces hormones sont vendues par les laboratoires Merck Sharp & Dohme à l’industrie agro-alimentaire afin de réguler les cycles d’ovulation des élevages animaux ici même en Europe.

Des juments sont donc mises enceintes, vidées de leur sang, avortées, affaiblies et maltraitées pour une simple histoire de profits. Une honte.

 

Lire la suite >>>

Lire la suite >>>

 

BREAKING : Assange vas être arrêté dans les heures ou les jours qui viennent selon WikiLeaks .. Par Crashdebug.

Liberté pour Julian Assange ! Partagez ! Volti

******

Source Consortiumnews.com via Crashdebug

Scène devant l’ambassade de Londres à 4h30 vendredi matin. (Ruptly/YouTube capture d’écran)

WikiLeaks a cité une source gouvernementale équatorienne « de haut niveau » affirmant que Julian Assange pourrait être expulsé prochainement de l’ambassade de l’Equateur à Londres et que Quito a un accord avec le Royaume-Uni pour l’arrêter.

Par Joe Lauria

Spécial aux Nouvelles du Consortium

WikiLeaks a averti jeudi que son fondateur « sera expulsé de l’ambassade de l’Equateur à Londres dans un délai de quelques heures à quelques jours » et que l’Equateur a un accord avec la Grande-Bretagne pour le faire arrêter.

Le président Lénine Moreno utilisera le prétexte d’un scandale engloutissant sa présidence pour évincer Assange, a déclaré à WikiLeaks une  » source de haut niveau  » du gouvernement équatorien.

Lire la suite

«Nous voulons obtenir le droit d’abattre nos animaux dans nos fermes»…

Après le scandale dévoilé sur les conditions d’abattage, par des individus plus proches de tortionnaires psychopathes, que d’humains reconnaîssants envers les animaux et leurs sacrifices, pour nourrir une population de plus en plus boulimique. Un collectif d’éleveurs conscients, a décidé de se battre pour que leurs animaux soient abattus sans souffrances, ni tortures. Nous devrions soutenir ce collectif et approuver totalement la démarche, pour faire accepter par les zélus, la mise en place d’une structure dans ce sens. A l’heure du tout industriel où, l’on ignore ce que l’on nous fait ingurgiter, il faudrait prendre conscience qu’il faut manger pour vivre et non vivre pour manger. Quel conseil général osera se lever et se battre, face aux puissants industriels de la viande? Et vous, allez vous demander à vos élus de prendre position? Il s’agit aussi de santé publique, une viande bourrée de médicaments, stressée et meurtrie ne peut être considérée, comme un aliment sain.

mouton casquéVoir mourir ses animaux, elle s’y est habituée. Bien sûr, ça n’a pas été facile : « J’ai grandi en ville, où la mort n’existe pas. Mais à la campagne, les animaux tombent malades, ils ont des accidents, ils meurent lorsqu’ils mettent bas », explique Murielle Dupouhon. Cette éleveuse bio de brebis et de chèvres à La Colle-Saint-Michel (Alpes-de-Haute-Provence) a fini par admettre que « la mort fait partie de la vie ». Mais elle n’admet pas de voir ses animaux mourir à l’abattoir.

« Mes agneaux ont une chouette vie. Ils sont nourris par leur mère, ils passent leurs journées dehors et leurs nuits dans une vaste bergerie. Et puis, tout d’un coup, ils se retrouvent parqués dans une remorque, conduits dans un abattoir situé à plus de 60 km où ils ne seront tués que le lendemain, dans des conditions que je ne connais pas puisque les éleveurs n’accèdent pas à ces lieux », explique Murielle. Elle en est malade. Ce qu’elle voudrait, c’est pouvoir abattre ses animaux à la ferme, mais le droit français l’interdit(1). Lire la suite

(Rappel Historique) La Révolution couleur sang de 1917

L’histoire nous parle de la révolution « Russe » de 1917. Mais qui était derrière cette « révolution de couleur » avant l’heure ? On ferait bien de tirer les leçons de l’histoire… quand un pays vend son âme au « Dieu argent » et à ses serviteurs, les peuples en payent le prix du sang !

Pourquoi les victimes du Communisme sont-elles forcées de s’assoir au fond du bus de l’holocauste ?

Évoquant les Juifs Illuminati, Winston Churchill écrivit en 1920 : « cette conspiration mondiale pour le renversement de la civilisation et pour la reconstruction de la société sur la base du développement arrêté, de l’envie malveillante et de l’égalité impossible, n’a fait que croitre régulièrement… à présent cette racaille… ont saisi le peuple Russe par les cheveux et sont devenus les maitres indiscutés de cet énorme empire. » (Illustrated Sunday Herald, 8 février 1920.)

En 1992, le journal Literaturnaya Rossiya a estimé que par la famine et la guerre civile y compris, le Communisme Soviétique avait fait 147 millions de morts. Même en acceptant le chiffre plus modéré de l’ouvrage publié par l’Harvard University Press, Le Livre Noir du Communisme, selon lequel le Communisme n’aurait entrainé le massacre que de « seulement » 100 millions d’âmes à travers le monde – ce que ces meurtres représentent est au-delà du soutenable. Staline est connu pour avoir déclaré : « un mort est une tragédie ; un million une statistique ».

En décembre 1917, les Bolchéviques mirent en place leur instrument de terreur, la Tcheka (le précurseur du KGB). Lina écrit : « Les listes de ceux qui étaient fusillés et exécutés furent publiées dans l’hebdomadaire de la Tcheka. De cette manière, il peut être prouvé que 1.7 million de gens furent exécutés pendant la période 1918-1919. Une rivière de sang coula à travers la Russie. La Tcheka dût même recruter des compteurs de cadavre. » Par contraste, sous les Tsar, 467 personnes furent exécutées entre 1826 et 1904. Lire la suite

En Grèce, les fraises se paient le prix du sang

Dans la région de Manolada, en Grèce, des exploitants agricoles ont ouvert le feu, le 17 avril, sur les travailleurs migrants venus réclamer leur paie. Trente d’entre eux ont été blessés. Corvéables à merci dans ces zones de non droit, ils n’avaient pas été payés depuis six mois. Ou comment, en 2013, des esclavagistes modernes sévissent en toute impunité en Europe. Récit.

Pour qui se promène à Athènes ces jours-ci, le printemps ensoleillé offre de débordants étalages de fruits. Et, en premier lieu, de belles fraises rouges et juteuses à quelques euros le kilo. Elles viennent toutes d’une même région du Péloponnèse, Nea Manolada, où elles sont cultivées sous serre. Ces fraises sont désormais tachées de sang.

Plus d’une trentaine d’ouvriers agricoles, tous immigrés, ont été blessés lors d’incidents survenus le 17 avril au soir. N’en pouvant plus, après plus de 6 mois sans être payés, 200 Bangladais sont venus réclamer leur argent au propriétaire des champs de fraises qui les emploie au noir.

Reçus par trois contremaîtres, ceux-ci les ont d’abord rembarrés, les menaçant de prendre d’autres travailleurs à leur place. Puis, devant le refus des travailleurs migrants de battre en retraite, les contremaitres ont ouvert le feu : à la carabine, ils ont tiré, poursuivant leurs cibles à travers champs. Bilan de la fusillade : une trentaine de blessés admis en urgence dans les hôpitaux de la région, certains dans un état critique. Un des trois hommes, ainsi que le propriétaire, ont depuis été arrêtés.

Logés dans des serres rapiécées, battues par le vent et aspergées de pesticides

La fusillade de Nea Manolada vient violemment rappeler ce qui se joue dans cette région de Grèce. Plus de 2000 personnes, pour la plupart sans-papiers, travaillent dans les propriétés agricoles toute l’année, en dehors de toute légalité : quatre mois pour la saison des fraises, puis les patates, ensuite les vendanges… Plus de 10 heures par jour, 7 jours sur 7, pour une promesse de 20 euros par jour. Lire la suite

Vos infos, liens, news ( et autres ) du 19 juillet 2018…

Bonjour à tous. VIDEO. Un collaborateur de Macron filmé en train de frapper un manifestant à Paris. Le quotidien « Le Monde » l’a identifié, équipé d’un casque à visière des forces de l’ordre, alors qu’il n’est pas policier, Alexandre Benalla s’en est pris à un jeune homme à terre, place de la Contrescarpe, le 1er mai dernier, à Paris.

Le numérique va-t-il-tuer Carrefour, Leclerc et tous les autres? La grande distribution française a-t-elle raté le coche du e-commerce? Va-t-elle survivre aux coups de boutoir des Amazon et autres Alibaba?

Paris : les prix des locations s’envolent depuis la fin de l’encadrement des loyers. L’association de consommateurs CLCV a étudié à la loupe plus d’un millier d’annonces immobilières à Paris et le constat est clair : les loyers ont fortement augmenté depuis l’annulation par la justice de l’encadrement, fin 2017. Lire la suite

Vos infos, news, liens (et autres…) du 24 Octobre 2015

Les nuits précédentes ayant été en garde de nuit, je profite de celle-ci pour un minimum de repos, donc pas de revue de presse, juste quelques liens qui ont leur importance, sans fioritures, sans excès, juste pour l’info….

Le nouveau billet de banque 2015Merci à Carole pour ce montage sur la future monnaie du pays.

  • Médicaments: des laboratoires remportent une victoire contre la Haute Autorité de santé: « C’est une première: la justice administrative, saisie par deux laboratoires pharmaceutiques, a ordonné vendredi à la Haute Autorité de santé (HAS) de leur communiquer les noms de ses agents ayant instruit les dossiers de réévaluation de deux de leurs médicaments, déremboursés ultérieurement. sic… Entre 2012 et 2014, la commission de la transparence de la HAS avait rendu des avis de déremboursement par la sécurité sociale de deux médicaments anti-arthrosiques, l’un du laboratoire français Genevrier et l’autre du laboratoire italien Rottapharm, concluant à un service médical rendu insuffisant. Ces avis avaient été suivis par le ministère de la Santé. Les deux fabricants avaient alors réclamé à la HAS non seulement la retranscription des débats de la commission mais aussi le relevé nominatif des votes de ses membres et l’identité des chefs de projet ayant instruit au préalable ces dossiers ».
  • Travail illégal : les noms des entreprises condamnées publiées sur le net: « La loi dite « Savary » adoptée en 2014 autorise ces publications afin de lutter contre « la concurrence sociale déloyale ». sic… La liste noire sera « consultable librement et gratuitement par toute personne » dans une rubrique dédiée sur le site du ministère du Travail, précise le décret signé par le Premier ministre Manuel Valls, la ministre du Travail Myriam El Khomri et la ministre de la Justice Christiane Taubira. Lire la suite

Depuis l’ouverture du parc éolien de Nozay, les vaches meurent et les humains sont malades. Reporterre..

Triste histoire que celle de ces éleveurs et habitants où, l’installation d’un parc éolien semble poser de nombreux problèmes aux hommes et aux animaux. Se pourrait-il qu’ils soient victimes des OEM (ondes électromagnétiques) ? À l’heure où on nous parle de 5G, de Linky et du tout connecté, l’accumulation de ces ondes, ne doit pas être exclue. Pour l’instant, les « études » se poursuivent, sans qu’une implication formelle des éoliennes ne soit évoquée, mais le doute subsiste. Bizarre tout de même que ce soit depuis l’installation que les soucis sanitaires soient apparu. Partagez ! Volti

******

Auteur Thibault Dumas (Mediacités) pour Reporterre


Pixabay

Des animaux qui meurent, des hommes malades, deux agriculteurs au bord de l’asphyxie financière… Depuis l’implantation d’un parc éolien en 2012 à Nozay, entre Nantes et Rennes, les services de l’État sont désemparés face à des effets secondaires aussi alarmants qu’inexpliqués. Une situation qui préoccupe jusqu’au ministère de la Transition écologique.

Lire la suite

Vos infos, liens, news ( et autres ) du 8 septembre 2018 ….

Bonjour à tous. Hervé Morin : « Macron dirige le pays du haut de sa tour d’ivoire ». Écologie, économie, jacobinisme, réforme… Le président de la région Normandie critique sévèrement les débuts de l’an II du quinquennat.

Le ministère des Sports va devoir supprimer 1600 postes d’ici 2022. Le premier dossier sur la table de la nouvelle ministre s’annonce compliqué.

Carrefour Proximité: quelque 1300 licenciements déjà notifiés. Carrefour a notifié à ses salariés cette semaine quelque 1300 licenciements dans le cadre du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) concernant ses magasins de proximité (ex-Dia), fermés en juillet 2018.

Plus d’un Français sur cinq vivrait sous le seuil de pauvreté sans les aides sociales. Les prestations sociales réduisent le taux de pauvreté de 8,1 points. Elles permettent de contenir le taux de pauvreté à 14,3% alors que, sans cela, il serait de 22,4% selon une étude du ministère de la Santé. Lire la suite

Le saumon d’élevage – l’un des aliments les plus toxiques au monde …

Un petit tour du côté du saumon d’élevage. Très apprécié, ce poisson est loin d’être un aliment sain. Les conditions d’élevage sont en cause. Les adjonctions de produits phyto- sanitaires, de médicaments liés à la concentration énorme dans les bassins, ont rendu ce poisson hyper toxique. De même que les gros poissons péchés dans les océans pollués, sont des accumulateurs de métaux lourds entre autres. Il faut choisir les petits poissons qui n’ont pas le temps de s’intoxiquer. Il est utile de le rappeler. Reste t-il un endroit dans le monde qui ne soit pas pollué ? Les humains sont responsables de leur propre destruction et ils ne voient rien. Au XXIème siècle, être de plus en plus malade, malgré les avancées de la science, à cause de nos choix est un paradoxe qui devrait faire réfléchir tout le monde, car nous sommes tous concernés. L’article est d’octobre 2017, mais toujours d’actualité.  Volti

****************

Un article de Santé-Nutrition.org

Pixabay

Plusieurs études et documentaires portent un regard critique sur l’industrie du poisson, avec des photos incroyables de fermes piscicoles à travers le monde. Beaucoup ont encore une vision plutôt romantique de la pêche, mais en matière de production alimentaire à grande échelle, l’image est en fait plutôt sombre.

La pêche aujourd’hui est confrontée à une série de problèmes graves, de la surpêche, de la pollution chimique à la mutation génétique suite aux expositions toxiques. Certains considèrent que par le biais de l’agriculture intensive et la pollution mondiale, la chair des poissons que nous mangeons est transformée en un cocktail chimique mortel. Lire la suite

1 2 3 8