Soixante-dix ans de déstabilisation américaine en Chine. Insurrection ouïghoure parrainée par les États-Unis au Xinjiang

Par Shane Quinn pour Global Research

La sortie de la Chine en octobre 1949, de la sphère du contrôle américain, a peut-être été le coup le plus dur porté à l’hégémonie mondiale américaine après la Seconde Guerre mondiale. Le succès de la campagne d’indépendance de la Chine était attendu à Washington depuis de nombreux mois.

En septembre 1948, le diplomate américain prévoyant George Kennan notait qu ‘« il y a des limites considérables à ce que nous pouvons faire pour influer sur le cours des événements en Chine ». Au cours des sept décennies qui se sont écoulées depuis, l’ampleur de l’influence américaine dans les affaires intérieures de la Chine a été au mieux restreinte, mais se poursuit néanmoins à un rythme soutenu. Washington a mis en œuvre une série de politiques dans l’espoir de déstabiliser et de diviser la Chine.

Les stratégies du Pentagone envers la Chine ont quelque peu reflété celles qu’ils ont dirigées contre l’URSS : l’utilisation de groupes mandataires, d’extrémistes et de minorités ethniques, ainsi que d’États clients.

Le Parti islamique du Turkestan (TIC), une organisation terroriste, a été fondé par des jihadistes ouïghours en 1988, au moment même où des soulèvements séparatistes éclataient dans la province du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine. Le Parti islamique du Turkestan, anciennement connu sous le nom de Mouvement islamique du Turkestan oriental, a reçu le parrainage de la CIA dès ses débuts.

De manière contradictoire, le Parti islamique du Turkestan, basé en grande partie dans le nord-ouest du Pakistan, est considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis, au même titre que d’autres grands pays comme la Russie, et bien sûr la Chine et son voisin le Pakistan.

En 2001, les militants ouïghours se préparaient à la guérilla dans les mêmes camps situés en Afghanistan où la CIA et l’ISI, le service de renseignement pakistanais, avaient autrefois formé des extrémistes moudjahidines – afin d’entraver les troupes soviétiques implantées en Afghanistan il y a 40 ans. Entre 1990 et 2001, le Parti islamique du Turkestan a perpétré plus de 200 actes terroristes, notamment en faisant exploser des véhicules, des places de marché et en assassinant des représentants du gouvernement chinois.

Après les attentats du 11 septembre contre l’Amérique, des extrémistes ouïghours ont été vus se battre contre des soldats américains pendant la « guerre contre le terrorisme » de Washington en Afghanistan. Près de deux douzaines d’Ouïghours ont été envoyés dans le tristement célèbre camp de détention de Guantanamo, géré par les États-Unis, dans le sud-est de Cuba, certains Ouïghours y étant détenus pendant 12 ans.

Des séparatistes ouïghours de haut niveau, comme Anwar Yusuf Turani , né au Xinjiang, fondateur du gouvernement du Turkestan oriental en exil, vivent lui-même dans l’État de Virginie, sur la côte est de l’Amérique. Turani a été un outil volontaire dans le jeu de pouvoir de Washington avec la Chine ; en juin 1999, il rencontre le président Bill Clinton et lui demande de soutenir les mouvements politiques en quête d’indépendance du Xinjiang ; et Turani a ensuite entretenu un dialogue avec le successeur de Clinton, George W. Bush , qui a promis de soutenir les « droits humains fondamentaux » des « Ouïghours et autres vivant en Chine ».

D’autres éminents exilés ouïghours vivant en Amérique ont appelé à l’indépendance du Xinjiang vis-à-vis de la Chine, comme Rebiya Kadeer, cinq fois nominée pour le prix Nobel de la paix, née au Xinjiang et qui réside également dans l’État américain de Virginie.

Pendant 11 ans jusqu’en novembre 2017, elle a été à la tête du Congrès mondial ouïghour (WUC), dont le siège est à Munich, et qui est en partie financé par le National Endowment For Democracy (NED). La NED, partiellement subventionnée par le Congrès des États-Unis, a une longue histoire d’ingérence du « soft power » dans les États souverains du monde entier : la Chine, le Nicaragua, l’Ukraine, etc.

Le Congrès mondial ouïghour a été créé en avril 2004 par Erkin Alptekin, un ancien conseiller de la CIA.

Le mari de Kadeer a auparavant travaillé comme commentateur pour le radiodiffuseur géré par le gouvernement américain, Radio Free Asia. Comme Turani, Kadeer est en quelque sorte un pion pour Washington dans la rivalité géopolitique croissante entre les États-Unis et la Chine. Dans le passé, elle a accepté des invitations à rencontrer le président George W. Bush et la secrétaire d’État Condoleezza Rice, afin d’obtenir un soutien pour l’indépendance des Ouïghours vis-à-vis de la Chine. Lors d’une visite en juin 2019 au Japon, allié des États-Unis, elle a appelé Tokyo à fournir davantage de soutien politique au Xinjiang.

Plans américains de démantèlement de la Chine : financement de la CIA pour les terroristes, le trafic de stupéfiants et les mandataires

L’une des principales raisons de la forte concentration de Pékin sur le Xinjiang est que cette région est riche en gisements de pétrole (21 milliards de tonnes) et de charbon (40 % des réserves totales de la Chine). Certains natifs ouïghours se sont plaints que Pékin expédie simplement les matières premières du Xinjiang directement vers la capitale chinoise et vers d’autres villes relativement riches comme Shanghai, sans fournir une compensation adéquate en réponse. Même une petite surtaxe pourrait suffire à améliorer considérablement les conditions de vie des Ouïghours.

L’historien brésilien expérimenté, Luiz Alberto Moniz Bandeira , a écrit que les préoccupations de Pékin concernant le Xinjiang sont également dues en partie à sa position en tant que plaque tournante du pipeline ; un territoire à travers lequel les ressources naturelles se déversent en Chine depuis l’Asie centrale, et qui, selon Bandeira, « a été l’un des facteurs à l’origine des tensions ethniques qui ont éclaté au cours des années 1990 et au début du 21e siècle, la Chine investissant 15 milliards de dollars dans l’infrastructure et le développement de la région jusqu’en 2001, y compris les usines pétrochimiques et les transports de gaz vers Shanghai ».

La China National Petroleum Corporation (CNPC), une entreprise publique basée à Pékin, « a cherché à transformer le Xinjiang en la plus grande base de production de pétrole et de gaz du pays jusqu’en 2020 ». Sans surprise, l’exploitation par Pékin des ressources du Xinjiang a augmenté, tandis que la province est également un point focal pour le vaste projet industriel de la Ceinture et de la Route (BRI) de la Chine.

Par ailleurs, le gouvernement de Xi Jinping garde de fortes ambitions pour relier le Xinjiang à Gwadar, un port stratégique situé au sud du Pakistan et qui repose sur la mer d’Oman. Depuis plusieurs années, Pékin investit massivement au Pakistan, atteignant également le sud jusqu’à Gwadar, ce qui pourrait fournir à l’administration chinoise un champ d’action dans certaines des voies de navigation pétrolière les plus vitales de la planète ; avec les eaux du golfe d’Oman et du golfe Persique positionnées à proximité de Gwadar.

La Chine est le plus grand partenaire commercial du Pakistan, et Pékin considère son voisin comme un allié important, comme en témoigne le corridor économique Chine-Pakistan – un programme d’infrastructure entre ces deux nations évalué à des dizaines de milliards de dollars.

En nous concentrant à nouveau sur les efforts du Pentagone pour déstabiliser la Chine, nous tournons notre attention vers le Tibet : une région glorieuse du sud-ouest de la Chine dont les paysages sont dominés par des sommets imposants et enneigés de l’Himalaya, de vastes plaines inhabitées, alors que la taille du Tibet est presque deux fois supérieure aussi grand que la France.

Suite à la révolution chinoise de 1949, le Congrès américain a estimé que le Tibet avait droit à « l’autodétermination » ; et Washington a apporté son plein soutien au gouvernement tibétain en exil, qui a été établi en 1960 par l’actuel Dalaï Lama (Tenzin Gyatso). Le dalaï-lama – qui a des liens avec la CIA depuis les années 1950 – s’est enfui en Inde depuis la capitale du Tibet, Lhassa, à la suite de l’échec et sanglant du soulèvement tibétain de 1959 soutenu par Washington contre le contrôle chinois.

Cette révolte a été partiellement déclenchée aux États-Unis eux-mêmes, sous les auspices de l’officier de la CIA Bruce Walker au Camp Hale, le centre d’entraînement de l’armée américaine dans le Colorado. Au Camp Hale des années 1956 à 1957, la CIA a entraîné de manière intensive 250 à 300 «combattants tibétains de la liberté», tout cela étant tenu secret du public. La formation des Tibétains par la CIA s’est poursuivie au Camp Hale jusqu’à sa fermeture en 1964.

Une autre base secrète pour les opérations américaines contre la Chine a été établie dans la station de ski d’Aspen, dans le Colorado, où les forces par procuration du Tibet ont été survolées par des avions américains avant d’être larguées par des parachutes.

D’autres camps d’entraînement de la CIA ont été établis dans des endroits séparés du Népal, pays d’Asie du Sud, qui borde le Tibet au nord. Entre 1949 et 1951, le nombre d’agents de la CIA engagés dans des actions secrètes a décuplé. Le budget de la CIA, pour encourager les révoltes et les troubles sociaux en Chine, a atteint 20 fois la somme d’argent allouée pour le renversement de Mohammed Mossadegh en Iran en 1953. La CIA a reçu de l’aide pour cibler la Chine des services spéciaux du Népal et de l’Inde.

Le frère aîné du Dalaï Lama, Gyalo Thondup , a été impliqué dans diverses opérations parrainées par la CIA contre la Chine, qui ont finalement été écrasées par Pékin, faisant plusieurs milliers de morts. Jouant souvent le rôle « d’envoyé officieux » du Dalaï Lama, Thondup, vivant aujourd’hui en Inde et âgé d’environ 90 ans, s’est rendu pour la première fois aux États-Unis en 1951. Il a fourni de nombreuses informations au Département d’État américain sur toutes les questions concernant le Tibet.

Une armée tibétaine financée et armée par la CIA, le Dokham Chushi Gangdruk, a poursuivi une campagne de guérilla pendant des années à l’intérieur des frontières de la Chine. Au milieu des années 1960, il y avait près de 2 000 combattants d’origine tibétaine soutenus par les États-Unis en opération. Le Dalaï Lama a bénéficié de généreuses quantités de fonds de la CIA et, rien qu’en 1964, il a été subventionné de 180 000 dollars.

Jusqu’en 1975, le Dalaï Lama a occulté le rôle de la CIA dans la révolte tibétaine de 1959 et d’autres activités, à une époque où il était en contact avec des agents américains au Tibet. Le Dalaï Lama, qui a remporté le prix Nobel de la paix en 1989, a reçu une allocation de la CIA datant du début des années 1950, mais peut-être même avant cela.

Lors d’une interview avec le New York Times à la mi-septembre 1993, le Dalaï Lama a déclaré : « Aujourd’hui, l’aide et le soutien que nous recevons des États-Unis sont vraiment par sympathie et compassion humaine ». Bien au 21e siècle, les gouvernements américains ont continué à acheminer des fonds vers des causes indépendantes tibétaines, par le biais de branches du Département d’État américain comme le Bureau de la population, des réfugiés et des migrations (PRM).

Ailleurs en Chine, et plus récemment, Washington s’est limité à utiliser ses organisations de « soft power » comme la NED fondée à l’époque de Reagan, qui soutient financièrement les manifestations anti-Pékin à Hong Kong. Depuis 2014, la NED a fourni environ 30 millions de dollars aux marcheurs pro-occidentaux ou indépendantistes de Hong Kong. Les manifestations ont bénéficié d’une large couverture et de la sympathie de la presse grand public.

Il convient peut-être de souligner la phrase utilisée par les universitaires américains, Noam Chomsky et Edward Herman , dans leur livre Manufacturing Consent – ​​concernant le cas des  « victimes dignes et indignes ».

Dans l’analyse des médias libéraux, il y a assez souvent des exemples de victimes reconnues et non reconnues de notre monde. Le récit typique des médias de masse applique les principes suivants : musulmans rohingyas, « dignes victimes ». Les Palestiniens, « victimes indignes ». Manifestants de Hong Kong, « victimes dignes », manifestants gilets jaunes, « victimes indignes », etc.

Shane Quinn a  obtenu un diplôme spécialisé en journalisme. Il s’intéresse principalement à l’écriture sur les affaires étrangères, ayant été inspiré par des auteurs comme Noam Chomsky. Il contribue fréquemment à Global Research.

La source originale de cet article est Global Research

Copyright © Shane Quinn , Recherche mondiale, 2023

Publié pour la première fois par Global Research le 23 décembre 2019

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

Un Commentaire

  1. C’est dingue ça. Tout le monde espionne tout le monde ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

Laisser un commentaire