De la Manifestation parodique

Pour illustration/Image par ooceey de Pixabay 

Pour paraître dans le vent et suivre le mouvement,

Ils répètent les consignes du grand leader suprême :

De ne plus se laver,

D’éteindre le chauffage,

De porter des cols roulés,

De regarder la télé,

De faire ce que la gouvernance dit…

Et les moutons de supplier, de prier

Pour plus de répression,

Plus de décisions unilatérales,

Et plus encore d’outrecuidance du foutriquet.

 

Enfin, tous chantent en cœur

Des louanges à l’oligarchie,

A sa corruption

Et à sa mouvance pédocriminelle.

 

Il ne leur reste qu’à fustiger le peuple de l’ours,

Les pauvres et les mal-vaccinés,

Ce dans une apothéose de l’absurde.

 

Puis tous s’embrassent et s’en vont en riant,

Car tout ceci n’est qu’une comédie de la vie.

Oui, les gilets jaunes ont encore frappé.

Mais ces jaunes là, eux n’ont rien cassé.

Ils ont choisi leur arme :

La farce !

Pierre La Classe

10/12/2022

Source:

 

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

3 Commentaires

  1. La parodie est souvent ce qu’il y a de plus efficace.
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

    • C’est sûr qu’on ne risque pas grand-chose.
      Mais efficace ?
      Non, je crois que la parodie est une soupape pour calmer le peuple et l’empêcher de se révolter.

      Or c’est bien d’une révolte que nous avons besoin. Mais grâce à la parodie, l’Etat macronien a encore de beaux jours devant lui.

    • allez tous vous faire inoculer par les gentils ukronazis à sec avec du sable, la bête de l’évènement est là.
      dès que l’Orient sera à genoux et à nos ordres, notre sauveur saint zelinsky établira avec notre saigneur Macron notre nouvel ordre mondial. Notre capitale à Jérusalem, vas enfin permettre d’éliminer ; toute ces bouches puantes et culs de gueux polluants inutile de cette planète, comme le dit notre bon maitre Claus Schwab.

      Nos braves esclaves policiers soumis et gentils millitaires obéissants, vous conduiront de grés ou de force, mais heureux ; à l’abattoir , car maintenant désarmés vous n’êtes rien.

      Nous avons maintenant assez de machines et de technologie pour notre œuvre, nous n’avons plus besoins de vous.

      Sept milliards de cette plèbe abjecte inutile , que vous êtes, cette d’échéance doit maintenant définitivement disparaitre car vous indisposez par votre puanteur l’univers entier.

      C’est une guerre à mort , une guerre de classe et nous les riches , nous l’avons gagner.

Laisser un commentaire