Le modèle économique brisé de la pharmacie : une industrie au bord du déclin terminal en 2017 qui explique pourquoi le covid est déclenché en 2020

Le modèle économique brisé de la pharmacie : une industrie au bord du déclin terminal en 2017 qui explique pourquoi le covid est déclenché en 2020

Comme de nombreuses industries, le modèle commercial de l’industrie pharmaceutique dépend fondamentalement d’une innovation productive pour créer de la valeur en offrant de plus grands avantages aux clients. De plus, une croissance durable et la création de valeur dépendent d’une productivité de R&D stable avec un retour sur investissement positif afin de générer des revenus futurs qui peuvent être réinvestis dans la R&D. Ces dernières années, cependant, il est devenu clair que la pharma a un sérieux problème avec la baisse de la productivité de la R&D.

Divers analystes (notamment Deloitte et BCG) ont tenté de mesurer la productivité de la R&D de Big Pharma en termes de taux de retour interne (TRI) sur investissement, mais dans chaque cas l’analyse est très complexe et alambiquée (et donc sujette au doute), car cela dépend de nombreuses hypothèses détaillées et prévisions prospectives au niveau de chaque produit. Ici, pour la première fois, j’introduis une méthodologie beaucoup plus simple et beaucoup plus robuste pour calculer le retour sur investissement de la pharma en R&D, qui est basée uniquement sur des données de haut niveau fiables et largement disponibles sur les performances historiques réelles du P&L de l’industrie. Cette nouvelle analyse confirme la baisse constante signalée par d’autres, mais ici j’explore également les moteurs sous-jacents et fais des projections concrètes,

Une nouvelle méthode simple pour mesurer la productivité R&D / TRI

Le modèle économique de la Pharma consiste essentiellement à réaliser une série d’investissements en R&D, puis à percevoir le retour sur ces investissements sous forme de bénéfices quelques années plus tard, une fois que les produits résultants ont atteint le marché. Cependant, la situation est compliquée par le fait que les investissements et les rendements sont échelonnés sur de nombreuses années pour chaque produit, et que tous les produits ne parviennent pas sur le marché ; en fait, la  plupart des  produits n’arrivent pas du tout sur le marché et ils échouent à des moments et des coûts différents au cours de leur développement.

Maintenant, nous pouvons grandement simplifier cette image en ne considérant que la  moyenne retour sur investissement dans l’ensemble de l’industrie, ce qui nous intéresse en tout cas. Nous supposons simplement que tous les bénéfices d’une année donnée proviennent d’investissements réalisés au cours d’une seule année précédente, où l’écart entre ces deux années représente la période d’investissement moyenne, du point médian de l’investissement en R&D au point médian des retours au pic des ventes. En l’occurrence, cette durée moyenne d’investissement est relativement stable et bien définie, car elle est largement motivée par une durée de brevet standard fixe de 20 ans, ainsi qu’une phase de R&D historiquement stable d’une durée d’environ 14 ans du début à la fin. Ainsi, la durée moyenne d’investissement est d’environ 13 ans, à partir du milieu de la phase de R&D après 7 ans, plus 6 ans supplémentaires pour atteindre le pic des ventes avant la perte de l’exclusivité.

Il existe un argument potentiel contre cette méthode, à savoir que les phases ultérieures de la R&D ont tendance à coûter plusieurs fois plus que les phases précédentes. Cependant, nous devons également nous rappeler que nous devons investir dans beaucoup plus de projets aux premières phases que dans les phases ultérieures, en raison de l’attrition naturelle au sein du pipeline de R&D. Ainsi, l’investissement total en R&D est en fait réparti assez uniformément tout au long de la chronologie de développement. Et, comme je le montre ci-dessous, le rendement calculé n’est de toute façon pas très sensible à cette seule hypothèse.

Avant d’utiliser cette méthode simple pour calculer le retour sur investissement, il y a un autre détail petit mais important à retenir : le retour net sur investissement en R&D comprend non seulement les bénéfices résultants (EBIT), mais aussi les  futurs  coûts de R&D. En effet, les dépenses futures de R&D sont une  utilisation facultative  des bénéfices résultant d’investissements antérieurs.

Nous pouvons donc maintenant calculer le retour sur investissement moyen (TRI) comme la croissance annuelle composée de la valeur des investissements passés en R&D par rapport à la valeur des bénéfices résultants (EBIT)  plus  les coûts futurs de R&D, comme illustré ici avec les données P&L de l’industrie d’EvaluatePharma :

Nous obtenons maintenant la formule simple suivante pour calculer le taux de rendement interne (TRI) de la R&D pharmaceutique au cours d’une année donnée  x :

IRR(x) = [ (EBIT(x+c) + R&D(x+c)) / R&D(x) ]^(1/c) – 1

Où  c  est la durée moyenne d’investissement de 13 ans.

Le retour sur investissement dans la R&D pharmaceutique diminue rapidement

En appliquant cette formule simple sur plusieurs années de données P&L d’EvaluatePharma, nous constatons la tendance à la baisse suivante, qui est tout à fait cohérente avec les rapports publiés par Deloitte et le BCG :

Maintenant, la chose la plus effrayante à propos de cette analyse, c’est à quel point la tendance à la baisse du retour sur investissement est robuste, cohérente et rapide sur une période de plus de 20 ans. Mais de plus, ces résultats confirment que le retour sur investissement dans la R&D pharmaceutique est déjà inférieur au coût du capital et devrait atteindre  zéro d’  ici 2 ou 3 ans. Et ce malgré tous les efforts de l’industrie pour réparer la R&D et inverser la tendance.

J’ai mentionné plus haut que cette analyse repose sur une hypothèse, la durée moyenne d’investissement qui est assez stable et bien définie, mais on voit ci-dessous que les résultats ne sont en aucun cas sensibles à cette seule hypothèse. La tendance à la baisse est tout aussi claire, tout comme le TRI projeté de 0 % d’ici 2020 :

Alors, qu’est-ce qui motive cette tendance et pourquoi n’avons-nous rien pu faire à ce sujet ?

Loi des rendements décroissants

De nombreuses causes et facteurs différents ont été suggérés pour expliquer la baisse constante de la productivité de la R&D pharmaceutique, notamment l’augmentation des coûts et des délais des essais cliniques, la baisse des taux de réussite du développement, un environnement réglementaire plus strict, ainsi que la pression croissante des payeurs, des fournisseurs et l’augmentation des génériques. Concurrence, cependant il y a une question fondamentale en jeu qui conduit tous ces facteurs ensemble :  la loi des rendements décroissants.

Comme chaque nouveau médicament améliore la norme de soins actuelle, cela ne fait que relever la barre pour le médicament suivant, ce qui le rend plus coûteux, difficile et peu susceptible d’obtenir une amélioration progressive, tout en réduisant également les possibilités d’amélioration potentielles. Ainsi, plus nous améliorons la qualité des soins, plus il devient difficile et coûteux de s’améliorer davantage, de sorte que nous dépensons de plus en plus pour obtenir des avantages supplémentaires et une valeur ajoutée décroissants pour les patients, ce qui entraîne une diminution du retour sur investissement, comme illustré ici :

Mais pourquoi l’analyse ci-dessus suggère-t-elle une baisse linéaire qui atteindra 0 % de TRI d’ici 2020 ? La baisse ne devrait-elle pas ralentir et s’infléchir pour ne jamais atteindre 0 % de TRI ?

Non. 0% IRR correspond au seuil de rentabilité et au retour exact de votre investissement initial, mais comme tous ceux qui ont travaillé dans le secteur pharmaceutique le savent très bien, vous pouvez facilement perdre  tout  votre investissement initial en R&D car la plupart des médicaments échouent sans aucun retour. , donc le TRI théorique minimum est en fait  négatif de  100 %. Il n’y a aucune raison pour que le TRI arrête de baisser avant d’atteindre 0%, voire -100%, mis à part la patience limitée des investisseurs.

Pour illustrer la façon dont la  loi ATTENUER Re-tours  applique à la R & D pharma, nous considérons un ensemble limité de 200 possibilités de développement de médicaments défini par une distribution exponentielle aléatoire des coûts attendus (investissements) produisant une distribution exponentielle aléatoire indépendante des valeurs attendues (retours) après une durée moyenne d’investissement de 13 ans. Le TRI attendu de chaque opportunité est donné par la formule :

IRR = [ eReturn / eCost ] ^(1/13) – 1

Maintenant, nous classons et hiérarchisons toutes ces opportunités potentielles en fonction de leur TRI attendu au fil du temps, tout comme nous sélectionnons et hiérarchisons les projets de développement de médicaments en fonction de leur retour sur investissement attendu dans l’industrie pharmaceutique, et voici ce que nous obtenons :

Remarquez comment la section médiane du graphique IRR des opportunités prioritaires suit une tendance à la baisse parfaitement linéaire qui passe par 0% IRR, ce qui est  exactement ce que nous avons vu avec notre analyse de la productivité de la R&D pharmaceutique ci-dessus ! Les implications de ceci sont assez frappantes :

Le retour sur investissement dans la R&D pharmaceutique est en baisse car c’est précisément ainsi que nous hiérarchisons les opportunités d’investissement au fil du temps.

Essentiellement, la découverte de médicaments est un peu comme le forage pétrolier, où nous priorisons et exploitons progressivement les opportunités les plus grandes, les meilleures, les moins chères et les plus faciles avec les rendements attendus les plus élevés en premier, laissant les opportunités moins attrayantes avec des rendements inférieurs pour plus tard. Finalement, nous nous retrouvons à dépenser plus de valeur que ce que nous pouvons éventuellement extraire :

Implications et projections pour l’industrie pharmaceutique

Maintenant que la baisse constante du retour sur investissement dans la R&D pharmaceutique suit la loi des rendements décroissants en  tant que  conséquence naturelle et inévitable de la façon dont nous hiérarchisons les opportunités d’investissement en R&D, où cela laisse-t-il l’industrie ?

Nous pouvons simplement extrapoler la tendance à la baisse linéaire robuste du TRI, puis appliquer la même formule que nous avons utilisée ci-dessus pour calculer le TRI en fonction des performances passées à l’envers, afin de prédire comment l’industrie évoluera à l’avenir. Voici ce que nous obtenons :

Wow! Ce que nous voyons, c’est que l’ensemble de l’industrie pharmaceutique est au bord du déclin terminal et commencera déjà à se contracter dans les 2 ou 3 prochaines années !

Cela semble incroyable, mais n’oubliez pas qu’il ne s’agit pas d’une prévision arbitraire et sombre. Il est le  résultat mathématique directe de la loi ATTENUER Re-tours  que nous avons déjà vu dans notre analyse ci – dessus, et que nous avons été en mesure de reproduire exactement en donnant la priorité d’ un ensemble limité d’opportunités d’investissement au hasard.

Que se passe-t-il? Cela peut-il vraiment arriver ?

Le modèle économique brisé de la pharmacie

La situation est bien illustrée par ce schéma ci-dessous :

Ce que nous avons ici, c’est une industrie qui entre dans un  cercle vicieux de croissance négative et de déclin final alors  que son modèle commercial fondamental s’est essoufflé par la  loi des rendements décroissants : la diminution de la productivité de la R&D et du retour sur investissement entraîne une diminution de la croissance des ventes. Finalement, la croissance devient négative et les ventes commencent à se contracter. La réduction des ventes réduit alors le montant d’argent disponible pour réinvestir dans la R&D, ce qui entraîne une baisse encore plus importante de la croissance des ventes. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que l’industrie disparaisse complètement.

Ce principe est encore illustré ici, montrant comment la création de valeur devient négative :

Cycles de vie et régénération de l’industrie

Alors, cela peut-il arriver ? La pharma va-t-elle  vraiment  disparaître et y a-t-il  quelque chose que  nous puissions faire pour l’arrêter ?

Bref, oui, ça peut arriver et ça arrivera. La pharmacie telle que nous la connaissons  va  disparaître, et non, nous ne pouvons rien faire pour l’arrêter. Nous le savons parce que la baisse constante du TRI est une conséquence inévitable de la priorisation et s’est poursuivie malgré tous nos efforts pour ralentir, arrêter et inverser la baisse à ce jour.

Nous ne devrions pas être surpris par cela. Toutes les industries et tous les modèles commerciaux suivent la  loi des rendements décroissants , et de nombreuses industries ont traversé l’histoire. En fait, l’industrie pharmaceutique elle-même est née du déclin terminal de l’industrie des produits chimiques et des colorants alors qu’elle s’est lentement banalisée. Des cendres pousse le nouveau.

Et c’est là que réside le seul véritable espoir pour l’industrie pharmaceutique – ou du moins les entreprises et les centaines de milliers de personnes qui y travaillent.

Tout comme l’industrie pharmaceutique a évolué à partir de l’industrie chimique, et l’industrie biopharmaceutique a évolué à partir de l’industrie pharmaceutique, les industries pharmaceutiques et biopharmaceutiques évolueront ensemble vers quelque chose de très différent, poursuivant très probablement la tendance historique d’une complexité croissante vers des solutions biologiques plus complexes pour problèmes de santé urgents, tels que la thérapie cellulaire et génique, l’ingénierie tissulaire et la médecine régénérative :

Mais qui sait vraiment ?

Ce qui est clair, c’est que la pharma (et la biopharma) ne seront pas là pour toujours, et la théorie de l’évolution de Darwin s’applique aux entreprises et aux industries tout autant qu’elle s’applique aux espèces de la vie :

Ce n’est pas la plus forte de l’espèce qui survit, ni la plus intelligente, mais celle qui s’adapte le mieux au changement.

En effet. S’adapter ou mourir !

AUTEUR
Kelvin Stott en 2017
kelvin.stott@gmail.com

traduction FR google translate

 

Et pour bien enfoncer le clou :

Pfizer Historical Annual Stock Price Data
Year Average Stock Price Year Open Year High Year Low Year Close Annual % Change
2021 41.6086 36.8100 61.2500 33.4900 61.0200 65.77%
2020 36.5741 39.1400 42.5600 28.4900 36.8100 -6.05%
2019 39.9501 43.2500 44.4000 34.2400 39.1800 -10.24%
2018 39.1565 36.4400 46.2300 33.6300 43.6500 20.51%
2017 34.0745 33.0000 37.2000 31.1500 36.2200 11.51%
2016 32.8259 31.9500 37.3100 28.5600 32.4800 0.62%
2015 33.7029 31.3300 36.1500 30.8200 32.2800 3.63%
2014 30.3074 30.4600 32.7500 27.7000 31.1500 1.70%
2013 28.9784 25.9100 32.2000 25.8500 30.6300 22.13%
2012 23.1972 21.9700 26.0350 20.9500 25.0793 15.89%
2011 19.5250 17.6800 21.8300 16.6600 21.6400 23.59%
2010 16.7635 18.9300 20.0000 14.1400 17.5100 -3.74%
2009 15.7289 18.2700 18.8500 11.6600 18.1900 2.71%
2008 19.3092 22.9100 24.0800 14.4500 17.7100 -22.09%
2007 25.2537 26.2900 27.6800 22.3000 22.7300 -12.24%
2006 25.6807 23.7800 28.4700 22.4100 25.9000 11.06%
2005 25.5458 26.4500 28.9000 20.6000 23.3200 -13.28%
2004 32.9606 35.5500 38.8500 24.2900 26.8900 -23.89%
2003 31.8957 31.5300 36.1800 28.5600 35.3300 15.57%
2002 34.8486 39.9000 42.1500 25.9200 30.5700 -23.29%
2001 41.6901 46.1300 46.1300 35.6700 39.8500 -13.37%
2000 41.5348 31.8800 49.0000 30.0000 46.0000 41.80%
1999 38.5371 41.1667 50.0333 31.7100 32.4400 -22.14%
1998 34.0287 25.2300 42.0333 24.6467 41.6667 67.65%
1997 18.7476 13.6467 25.9367 13.6467 24.8533 79.66%
1996 12.1970 10.3750 15.0833 10.1250 13.8333 31.75%
1995 8.0450 6.3333 11.0417 6.2183 10.5000 63.11%
1994 5.4321 5.6667 6.5517 4.4683 6.4375 11.96%
1993 5.3479 6.0317 6.2292 4.5000 5.7500 -4.83%
1992 6.2440 7.0000 7.1458 5.5417 6.0417 -13.69%
1991 4.9433 3.3383 7.1458 3.1096 7.0000 108.05%
1990 2.8506 2.9583 3.3958 2.3333 3.3646 16.19%
1989 2.6167 2.4063 3.1146 2.2554 2.8958 19.82%
1988 2.2403 2.0258 2.5054 2.0258 2.4167 24.39%
1987 2.7350 2.5833 3.1875 1.7346 1.9429 -23.56%
1986 2.5109 2.0833 3.0313 1.9583 2.5417 20.48%
1985 1.9264 1.6821 2.3229 1.5883 2.1096 19.84%
1984 1.4867 1.5054 1.7604 1.2500 1.7604 18.18%
1983 1.6057 1.4115 1.8646 1.4115 1.4896 3.80%
1982 1.2589 1.0938 1.6615 1.0469 1.4350 29.35%
1981 1.0252 1.1094 1.1406 0.8490 1.1094 0.00%
1980 0.8654 0.7813 1.1094 0.6798 1.1094 35.26%
1979 0.6948 0.6900 0.8490 0.6094 0.8202 18.87%
1978 0.6617 0.5702 0.7996 0.5313 0.6900 21.01%
1977 0.5568 0.5990 0.5990 0.4896 0.5702 -6.43%
1976 0.5883 0.5913 0.6510 0.5313 0.6094 4.92%
1975 0.6224 0.6692 0.7604 0.5000 0.5808 -14.56%
1974 0.6908 0.9010 0.9192 0.4504 0.6798 -24.55%
1973 0.9142 0.9088 1.0913 0.8100 0.9010 0.86%

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

32 commentaires


  • Signez la pétition
    NON AU PASS VACCINAL !


    • Wolf-Spirit

      ça va tu vas pas nous les collez partout tes pétitions !

      • Volti

        Bonjour Wolf, Des milliers de personnes dans la rue tous les samedis, l’épisode des gilets jaunes, des pétitions qui circulent depuis des mois et, ÇA N’A SERVI ET ÇA NE SERT À RIEN ! Ils iront jusqu’au bout de leur plan. Quant à démissionner le conseil constitutionnel, c’est risible ! le président de ce fichu conseil Fabius a une batterie de cuisine aux fesses, (sang contaminé entre autres) et il est à la tête de ceux qui décident de la validité des lois.. On pourrait en rire, si ce n’était pas si tragique :(

        • Wolf-Spirit

          libre à chacun de croire eau père noël mais le gars balance 2X le même message formaté ….

        • Demeter

          Si le combat des GJ et ceux qui combattent aujourd hui le vaxxin est juste, la methodologie du combat s’apparente a l’existence meme du RN, un ecran de fumee pour faire croire aux gens qu’on les comprend… Une soupape de sureté empechant ispo facto une revolution en ecretant la colere des gens… Pour le vaxxin, et pour tout le reste, une seule chose a faire, 1000 hommes determinés et armés, une cible affectée a chacun d’entre eux, et lachés dans la nature, ils font en meme temps leur job… Effacement complet et definitif des grandes plaies de notre pays!!! Les manifs c’est comme voter pour zemmour le guignol et la famille lepen, c’est non construtif, non efficace juste des competences et de l’energie utilisées en pure perte!!!!…

          Et pour les petitions a signer, autant la signer sur papier, rajouer en dessous je suis complotiste et l’envoyer directement au ministre de l’interieur, l’effet sera le meme!!! Les gens ont bcp perdu depuis les raffles de la gestapo en 40… Des resistants de salon feutré…

    • Leveilleur

      Je suis d’accord avec toi Volti, pour ma part je ne signerais pas ces pétitions, les gens ont voulu leur servitude, ils ont marché aux chantages, aux ordres par peur ou ignorance, ils ont accepté l’inadmissible plutôt que de se lever quand c’était le moment et plutôt que de s’unir et de boycotter les endroits qui demandaient le pass et le masque, ils s’en sont fait les complices, ils ont accepter de mettre des produits douteux dans leur corps pour une fausse liberté et pandémie, ils n’ont pas pris conscience que leur pouvoir de guérison est en eux, ils ont choisi de ne plus être souverain d’eux, qu’ils assument maintenant le choix qu’ils ont fait.

      Il n’est plus temps de râler pour avoir voulu continuer à profiter d’un système immoral, fallait agir avant, plutôt que de se soumettre et rejeter leur raison qui leur disait pourtant, non !

      Quand un peuple se conduit si mal face à sa dignité, à sa souveraineté, ont ne peut pas l’aider si il ne s’aide pas lui même, en commençant par boycotter et trouver d’autres choses à faire, on a toujours le choix, mais le choix ils l’ont fait, qu’ils ne viennent pas nous raconter des cracks. Maintenant il faut prendre le taureaux par les cornes et commencer à trouver d’autres moyens de subsistances en dehors de ce système, créer d’autres chaines de solidarités sans discrimination de quelque nature que se soit, il n’y a que comme ça qu’on en sortira et laisser l’ancien monde continuer sa course folle vers son annihilation.

      • engel

        Ne le faites pas, …surtout si vous avez peur d’être fiché.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

      • Bonjour Engel,

        Merci pour votre soutien actif

        Je trouve dommage qu’il y a beaucoup de gens qui ont abandonné la résistance et laissent ainsi le champ libre à l’oligarchie.

        En un jour et demi nous sommes déjà à 309 339 signatures et peut-être ce soir à un demi million!!!!

        En ce que me concerne je ne lâche rien.

        Entant GJ j’ai vue les gens ne plus venir aux manifestations car peur des violences policières, du gaz lacrymogène, pas moi.

        Puis quand les Parents qui ont rejoint la manifestation, ici à Bordeaux, il y environ deux mois, contre la vaccination des enfants ont été gaze … plus aucun n’est revenue!

        Les français sont dans la plupart des moutons et des trouillards! Il faut y avoir de l’endurance dans ce combat à longue alène et être déterminé.

        Et que risquez vous en signent une pétions ou deux? RIEN!

        Durant les manifestations à Bordeaux j’étais gazé 6 fois , deux fois sévèrement …. ce n’est pas ça qui m’arrête. Je suis prêt à sacrifier ma vie pour la liberté et la justice sociale!

        Jérôme Rodriguez été éborgné, et c’est pas ça qui l’arrête à continuer decombattre!

        Alors les trouillards restez à la maison, ne signez plus des pétitions, et restez dans l’attente des 10 injections expérimentales qui vous attendent!

        Cela me fait rappeler ce que j’ai vécu en Allemagne dans les années 80 ….

        Un accident de route c’est produite d’avant ma maison ou j’ai habitait.
        7 spectateurs adultes au bord de la route et aucun à eu l’idée de porter secours au cycliste gisant sur la route!

        Je suis descendu de notre logement (locataire) du 5ème étage… j’ai sécurisé le lieu et j’ai apporté les premiers secours…. et les autres restant sur place en gardent le « spectacle »….

        Nous sommes actuellement dans la même situation….. La plus part des gens regardent, restant passif…. Cela c’est de la non assistance à personne en danger! La vrai solidarité, pour protéger les autres, ce n’est pas d’accepter l’injection d’une substance expérimentale toxico-génique mais de s’opposer à cette folie organisé par des intégristes de la « vaccination ».

        Ses injection toxico-génétiques expérimentales à ARN ne sont pas des vaccins dans l’esprit de Pasteur ! Et c’est ça qui est l’énorme escroquerie, d’appeler ses produits des vaccins ! Vaccin rime avec protection et confiance ! On a trompé les gens en appellent ses produits « vaccins » ! Des vrais vaccins protègent, hors ses injections toxiques ARNm ne protègent contre rien et pire encore ils tuent voire rendent les gens malades !

        RÉSISTANCE !

        • kalon

          Ton combat est juste et appréciable ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
          Outre que défendre ceux qui ne le veulent pas ou ne le peuvent pas est une preuve d’empathie vers eux ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif
          Perso, je ne vais pas aux manifs mais je passe mon temps à écrire des courriels circonstanciés au plus de gens possibles, politiciens comme scientifiques !
          Qu’ils n’agissent pas est une chose, mais ils doivent savoir qu’on les juge ! ;-)

          • Bonjour Talon,

            Merci pour ton commentaire.

            Il existe, comme ton témoignage prouve, divers manières de rejoindre la résistance.

            Jean-Jacques Crèvecoeur l’avait dit dans une vidéo récente:

            « La peur doit changer le camps » et je m’apprête à mettre en pratique cette stratégie!

            C’est flagrant de constater que les médias mainstream qui nous ont, durant des dizaines d’années, fait des rappels journaliers de l’histoire, une histoire sombre que personne souhaite revivre, ont soudainement un énorme trou de mémoire, à un moment ou certains événements du passé se reproduisent de nouveau!

            Voici un de mes derniers articles pour dénoncer ce nouveau crime contre l’humanité que nous vivons actuellement:

            Le code de Nuremberg prise de conscience bioéthique

            Malheureusement ses médias qui nous ont fait le moral durant 70 années ne semblent pas avoir eux même retenue l’histoire, qui se répète, en partie! Ceux qui nous ont fait le moral sont les complices de ce crime contre l’humanité! Tous les résistants du passé sont ils mort pour rien?

            J’ai participe également à deux procès contre les dirigeants du gouvernement Macron, un avec mon avocate Maître Virginie DE ARAUJO RECHIA … et l’autre devant la CPI avec le CSAPE

            Information complémentaire : Nombre des sportifs morts ou invalide après vaccination


  • Signez la pétition
    Passe Sanitaire : Appel à la démission des membres du Conseil Constitutionnel !


  • La vérité vous rendra libre, mais d’abord, elle va vous déranger! (Gloria Steinem – Journaliste américaine)


    Débat sur la vaccination en général interdit à la télévision, accrochez vous !

  • CryptoKrom

    Que les GROS salaires se mettent au SMIC et sa ira mieux !

    Supprimer les Intermédiaires INUTILES !

    Mafieux inclus:
     » Ils sont environ 2000 hauts fonctionnaires en France dont la moitié (des énarques, des inspecteurs des finances, des polytechniciens) se partagent les plus hauts postes, les plus hauts revenus, le plus de jetons de présence dans les conseils d’administration, le plus grand nombre d’aller-retour entre public et privé, le plus de golden parachute et le plus de stocks options… Leurs revenus annuels oscillent entre 200 000 et 500 000 euros (salaire de l’ex-patron de science po) sans compter les actions et dividendes. »

  • kalon

    Concernant les médicaments, j’ai lu récemment que sur les milliers de médicaments en vente, seuls 200 d’entre eux ont une réelle efficacité !
    Et ils sont, quasiment tous, dans le domaine publique et, donc, non rentables.
    Problème : les états ne subsidient plus le secteur de la santé, ou de moins en moins et comptent sur la mafia pharmaceutique pour le faire !
    Résultat: la mafia a décrété que guérir les patients n’est pas rentable !
    Toutes les découvertes en médecine qui peuvent guérir, étant financées par la mafia, elle a un droit de préemption sur les brevets.
    Ainsi, tout ce qui peut guérir les patients est soigneusement mis au coffre fort et oublié ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

  • Marsi

    pétition signée, même si je suis Belge: même combat!

Laisser un commentaire