Le ministère de la pensée va veiller sur vous !

Le ministère de la pensée veille sur vous!
Et bien mes amis, nous y sommes. Alors que mes concitoyens ne cessent de s’offusquer de la terrible répression chinoise et du contrôle des populations de ce régime, nous créons en France la « Commission Bronner ». Sous le patronyme de son président, le sociologue Gérald Bronner, se cache une commission constituée d’experts pour lutter contre la désinformation et le complotisme. Un « ministère de la pensée » qui n’aurait pas déplu à Orwell. Pour la justifier (mais est-ce justifiable ?), l’Elysée se repose sur le fait que « nos sociétés sont confrontées à une fragmentation du débat, un phénomène de bulles où s’enferment des individus qui ne se parlent plus, à une résurgence de discours de haine, à un recul du savoir et de la science dans certaines circonstances ».

C’est terriblement cocasse qu’un Gouvernement qui ne cesse de créer la division, la haine et la fracture sociale décide de mettre en place une commission pour y mettre fin. Mais y mettre fin comment ? En contrôlant la pensée et en dispensant la seule et unique bonne parole, celle de l’Etat, à surtout ne jamais remettre en cause. Mes amis, le Gouvernement chinois va finir par nous envier. Et, dans un humour totalement sans limite, cette commission est intitulée « Les lumières à l’ère numérique ». Pas de doute, les lumières sont éteintes et pour longtemps.

Parmi ces quatorze experts, choisis « conjointement avec l’Etat » (lire « choisis par l’Etat »), l’on trouve des sociologies, historiens, politologues, etc., mais aussi le docteur Guy Vallancien, déjà célèbre pour son implication dans l’affaire des corps de l’Université Descartes et grand soutien du Médiator, ou des « chasseurs de Fake-news » hystériques comme Aude Favre ou Laurent Cordonnier. Pour les « affaires » de ce médecin, Gérald Bronner a simplement répondu « il nous fallait un médecin » et qu’il « n’était pas au courant de tout cela ».

Avec cela, je vous le dis mes amis, on est vraiment mal partis. Alors que l’Etat demande à ce que nos restrictions de libertés deviennent pérennes, la création de cette commission, qui plus est en pleine période de campagne électorale, est une bien mauvaise nouvelle. Une de plus qui ne semble pas émouvoir grand monde et c’est sans doute cela le plus inquiétant finalement.

Sylvain Devaux

8 commentaires

  • M.G.

    Il est grand temps que des têtes tombes !

    «Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs»

    Si la constitution de l’an 1 (DDHC de 1793 adoptée par référendum populaire) n’est pas en vigueur, son article 35 devrait tout de même être appliqué aujourd’hui par le peuple français qui demeure – faut-il le rappeler – souverain dans son pays. La maison France est infestée de termites, il faut traiter de toute urgence. Premières actions radicales et sans violences : Boycotte des institutions et grève générale illimitée (blocage du pays jusqu’à la démission totale du gouvernement) …

    M.G.

  • userseb

    haaa le bon retour des commissaires politiques…
    macrausescu ne recule devant aucun sacrifice pour satisfaire les clients.

  • KromoZom Y

    C’est le miniver dans 1984.

  • « le Gouvernement chinois va finir par nous envier » j’adore !
    Oui, blocage, bien sûr… on commence comment ? Les routiers italiens, et maintenant les agriculteurs, se bougent, eux ! Nos routiers se sont fait acheter ! Il ne faut pas beaucoup de camions pour tout bloquer, d’autant plus que ce sont eux qui transportent les marchandises. Que vaudraient quelques dizaines de voitures, même par zone ? Elles se prendraient des PV et la fourrière viendrait les dégager vite fait. On n’a pas le même poids.
    Quant à la grève, oui, là aussi… Mais les piquousés se sont fait empoisonner pour bosser, et on leur propose la grève… Aïe, il y a comme un problème… Parce que, si je ne me trompe pas, il ne devrait y avoir que des piquousés dans les entreprises maintenant, non ? Enfin, sauf exception.

  • Radagast

    J’adore la nouvelle pub :

    https://www.youtube.com/watch?v=uUZDWW7V36A

    On peut débattre de tout, sauf des chiffres.

    Donc, par exemple, quand Noursoultan Nazarbaïev (Kazakhstan), est élu avec 95,5% des voix, qu’un de ses conseillers avait prédit quelques jours avant l’élection qu’il ferait exactement ce score, il n’y a pas matière à débat.
    D’ailleurs, Catherine Ashton, la chef de la diplomatie de l’Union européenne avait félicité «le peuple du Kazakhstan pour avoir exercé ses droits démocratiques à l’élection présidentielle» en 2005 il me semble.
    En 2010, dans une lettre où il lui souhaite bon anniversaire pour ses 70 ans, Nicolas Sarkozy vante «un des pays les plus développés de l’espace postsoviétique» et se réjouit de la prochaine visite de son «cher ami» Nazarbaïev, à qui il a décerné la grand-croix de la Légion d’honneur à Paris.

    Donc voila, on peut débattre sur le fait que c’est un dictateur, mais 95,5% des voix, on ne peut pas débattre des chiffres. Les chiffres sont les chiffres, ils sont absolus. Le chiffre c’est la Vérité.

    En fait, le vaccin contre le covid, c’est comme les dictateurs, il est efficace à 95%, et personne n’a le droit de le contester.

Laisser un commentaire