⚡️ LES TAUX DE VACCINATION CONTRE LE COVID-19 ONT CHUTÉ ET LES EXPERTS S’INQUIÈTENT

Relâchement sur les mesures vaccinales

Lorsque les vaccins contre le coronavirus ont été développés, testés et autorisés pour une utilisation d’urgence et en un temps record, des millions de personnes attendaient avec impatience cette protection promise et la tranquillité d’esprit qu’elles offraient.

Mais environ neuf mois après le début des campagnes de vaccination en Occident, il y a eu un ralentissement de certaines d’entre elles à l’échelle des États aux États-Unis et des nations en Europe.

Ce ralentissement, combiné à une lente adoption dans certains domaines, inquiète les experts. D’autant plus que de nombreuses mesures préventives contre le Covid-19 ont été assouplies et que les cas augmentent aux États-Unis et dans certaines parties de l’Europe.

« La stagnation de l’utilisation des vaccins dans notre zone est très préoccupante », a déclaré le docteur Hans Kluge, directeur régional de la Région européenne de l’OMS, dans un communiqué de presse la semaine dernière.

« Maintenant que les mesures de santé publique et sociales sont assouplies dans de nombreux pays, l’acceptation de la vaccination par le public est cruciale si nous voulons éviter une transmission plus importante, des maladies plus graves, une augmentation des décès et un risque accru que de nouvelles variantes préoccupantes apparaissent. »

Il a déclaré qu’il y avait eu 64 millions de cas confirmés et 1,3 million de décès dans la région, qui comprend 53 pays allant de ceux d’Europe occidentale à la Russie et aux pays voisins. Kluge a ajouté que 33 pays de la région avaient signalé une augmentation de plus de 10% de leur taux d’incidence des cas sur 14 jours.

« Cette transmission élevée est profondément inquiétante, en particulier à la lumière de la faible adoption de la vaccination dans les populations prioritaires dans un certain nombre de pays », a déclaré Kluge.

« Au cours des 6 dernières semaines, la vaccination dans la région a ralenti, influencée par le manque d’accès aux vaccins dans certains pays et le manque d’acceptation des vaccins dans d’autres. À ce jour, seulement 6 % des personnes dans les pays à revenu faible et intermédiaire de la région ont terminé une série complète de vaccinations. »

La situation aux États-Unis et en Europe

Les programmes de vaccination ont débuté à la fin de l’année dernière en Europe et aux États-Unis à des vitesses variables. Alors que le Royaume-Uni et les États-Unis ont rapidement commencé à vacciner les personnes âgées et les travailleurs de la santé, la campagne de l’UE a été plus lente en raison des commandes tardives, des contraintes d’approvisionnement et des querelles sur les données cliniques (principalement avec le vaccin AstraZeneca). Tout ceci a entravé les progrès de certains déploiements dans l’UE.

Cependant, ces problèmes de démarrage ont été en grande partie résolus et maintenant une grande proportion d’adultes et de jeunes aux États-Unis et en Europe sont complètement vaccinés.

À ce jour, 69,2 % des adultes dans l’UE sont désormais complètement vaccinés, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (bien que la Commission européenne ait annoncé mardi dernier qu’elle avait atteint son objectif de vacciner 70 % de la population adulte de l’UE).

Au Royaume-Uni, 79,8% de tous les plus de 16 ans sont entièrement vaccinés et aux États-Unis, 62% de la population de plus de 12 ans est entièrement vaccinée, selon les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis.

Vacciner des millions de personnes à court terme et sous pression pendant une crise de santé publique est une réalisation indéniable, mais à mesure que les campagnes de vaccination ont progressé, elles ont ralenti dans un certain nombre de pays, selon les chiffres de Our World in Data.

En avril, les États-Unis ont atteint un pic dans leur programme de vaccination, administrant environ 3 millions de vaccins Covid par jour pendant plusieurs semaines et atteignant un record d’une seule journée d’administration de 4,6 millions de doses de vaccin le 10 avril, mais ce taux a considérablement ralenti peu de temps après et n’a commencé à augmenter qu’en août.

Au 26 août, le nombre moyen sur sept jours de doses de vaccin administrées au CDC par jour était de 877 756. En voué au 2 septembre, le nombre moyen sur 7 jours de doses de vaccin administrées par jour a augmenté pour atteindre 906 992.

Le net ralentissement des vaccinations au début de l’été a conduit les États-Unis à atteindre l’objectif du président Biden de donner une dose à 70% de tous les adultes d’ici le 4 juillet avec un mois de retard, le jalon ayant été franchi le 2 août. Le raté a été attribué en grande partie aux jeunes adultes, âgés de 18 à 29 ans, qui ne se sont pas manifestés pour leurs injections.

« Le pays a encore du travail à faire… en particulier avec les 18 à 26 ans », a déclaré le conseiller principal de la Maison Blanche sur la COVID-19, Jeffrey Zients, fin juin, lorsqu’il est devenu évident que la cible serait manquée. « La réalité est que de nombreux jeunes Américains ont eu l’impression que le Covid-19 n’était pas quelque chose qui les affecte, et ils ont été moins désireux de se faire vacciner. »

De même, en Europe, il y a eu une adoption plus faible (et plus lente) chez les jeunes adultes et, encore une fois, cela a été attribué à une attitude plus détendue chez les jeunes à l’égard du Covid. Ils sont beaucoup moins à risque que les personnes âgées d’être hospitalisés et de mourir, et la réouverture des sociétés cet été semble avoir supprimé l’incitation à se faire vacciner pour certains.

Au fur et à mesure que le déploiement de la vaccination aux États-Unis a progressé, la divergence des taux de vaccination entre les États-Unis est devenue plus prononcée, variant considérablement à travers le pays, les États du Sud ayant tendance à être à la traîne par rapport à leurs homologues du Nord. Certains États ont été encouragés par le président à offrir des incitations en espèces dans le but d’attirer les gens à se faire vacciner.

Un ralentissement des taux de vaccination est inquiétant car il permet au virus de se propager. Ceci, à son tour, pourrait permettre l’émergence de nouvelles variantes, ce qui pourrait affaiblir l’efficacité des vaccins Covid existants.

Les États-Unis ont connu la propagation de la variante hautement infectieuse delta Covid cet été. Il a été particulièrement virulent dans les États à faible couverture vaccinale, tels que la Louisiane, l’Idaho et le Mississippi, où le plus haut responsable de la santé de l’État a déclaré début août que le virus balayait l’État « comme un tsunami ».

Les opposants au vaccin demeurent

Les experts disent qu’il n’y a pas une seule raison pour le ralentissement des vaccinations, étant donné que l’approvisionnement en vaccins n’est actuellement pas un problème aux États-Unis ou en Europe.

Alors que les jeunes ne ressentent peut-être pas un besoin pressant de se faire vacciner, d’autres refusent toujours les vaccins en raison de préoccupations concernant l’innocuité à long terme des vaccins rapidement développés. Ceci en dépit des agences de santé et des experts soutenant les vaccins contre le Covid-19 comme « incroyablement efficaces ».

Au fur et à mesure que la vaccination progresse, ceux qui refusent le vaccin sont susceptibles de devenir plus visibles, a déclaré un épidémiologiste à CNBC.

« Mon sentiment est qu’il s’agit d’une combinaison de toutes les évidences – étant donné que l’acceptation du vaccin s’est améliorée partout par rapport aux attentes des sondages d’opinion dans les premiers jours (rappelez-vous certaines des prédictions désastreuses des États-Unis et de la France), il se peut que nous nous retrouvions maintenant avec les refusants résiduels qui, en raison de leur groupe d’âge et de leurs croyances, peuvent faire partie des objecteurs purs et durs« , a déclaré Danny Altmann, professeur d’immunologie à l’Imperial College de Londres, à CNBC mardi.

Il existe une grande divergence dans les taux d’acceptation et d’hésitation du vaccin contre le coronavirus aux États-Unis et en Europe. L’adoption du vaccin est traditionnellement élevée au Royaume-Uni et en Espagne, un facteur qui a facilité les programmes de vaccination Covid, tandis que la France a connu une hésitation beaucoup plus généralisée à l’égard des vaccins.

Les taux de vaccination diffèrent considérablement à travers l’Europe actuellement, les pays d’Europe de l’Est et du Sud, la Russie et ses voisins étant tous à la traîne par rapport à leurs homologues d’Europe occidentale.

L’hésitation à se faire vacciner reste la plus élevée en Russie et aux États-Unis, selon le dernier sondage de suivi des vaccins de Morning Consult, qui mène plus de 75 000 entretiens hebdomadaires dans 15 pays sur le déploiement du vaccin Covid.

Les dernières données, basées sur des enquêtes menées entre le 17 et le 23 août (et avec 45 604 entretiens menés en Amérique) ont montré que la Russie et les États-Unis ont toujours les taux d’opposition au vaccin les plus élevés parmi tous les pays étudiés. Quelque 31% des Russes ont déclaré qu’ils n’étaient pas disposés à se faire vacciner contre le Covid-19 (et 16% supplémentaires n’étaient pas certains de le recevoir) et 18% des Américains interrogés ne voulaient pas se faire vacciner, avec 10% supplémentaires incertains.

Pendant ce temps, des millions de personnes dans d’autres pays n’ont pas le choix de recevoir ou non un vaccin contre le Covid-19. Bien que 40,3% de la population mondiale ait reçu au moins une dose d’un vaccin contre le Covid-19, seulement 1,8% des personnes dans les pays à faible revenu ont reçu au moins une dose, selon Our World in Data.

Quelques outils contre les manipulations gouvernementales et pharmaceutiques :

Ne cliquez pas sur cette image !

Source : www.geopolitique-profonde.com

11 commentaires

  • ALF

    Il n’y aura pas assez de morts par rapport au plan de réduction de la population mondiale voilà de quoi s’inquiètent les experts en réalité. « Au fur et à mesure que la vaccination progresse, ceux qui refusent le vaccin sont susceptibles de devenir plus visibles, a déclaré un épidémiologiste à CNBC ». traduction « on les aura ces opposants au vaccin »

  • Ohm

    Un petit rappel rien que pour l’Europe, au 28 Août, nous avons un minimum de 23.252 décès et 2.189.537 effets secondaires !
    Objectif des injections toxiques 100 % ? (99,5 % de non malades, 0,5 % de malades (au grand maximum dont 90 % peuvent guérir seuls selon le pro vax Marty)…
    Questions :
    Combien de morts liés à l’hydroxychloroquine ?
    Combien de morts liés à l’ivermectine ?
    Combien de morts liés à l’artemisia annua ?
    Etc etc

    Cerise sur le gâteau : Combien de morts liés au rivotril injectable ?

  • Il faut encore et toujours rectifier: ce n’est pas un vaccin !! Comme tu le dis, Ohms, ce sont des injections toxiques, dépourvues de virus, mort ou vif, et contenant essentiellement de l’oxyde de graphène, de la protéine spyke, des extraits de fœtus humain et des adjuvants cancérigènes.
    Rappelons aussi que moins de 10% des effets secondaires arrivent à l’agence européenne du médicament. Ce qui donnerait tout de même plus de 232 000 morts et 22 millions d’effets secondaires ! Sachant que les ARS ont dit stop, arrêtez de faire remonter les cas, on est débordé !!

    • Ohm

      @biquette
      Bonjour,
      Merci d’avoir rectifié le fait que les gens utilisent le mot vaccin alors que les injections utilisées n’en sont pas, c’est important de le rappeler autant de fois que possible.
      Par contre je n’ai pas utilisé le mot : « vaccin » dans mon commentaire, je pense à une erreur.
      Pour en venir au nombre de morts liés à ces injections géniques toxiques, mutagènes, et expérimentales je ne peux utiliser que les nombres officiels comme ceux donnés par l’agence européenne, autrement on me demandera mes sources dans les minutes qui suivent…donc effectivement il y a 90 % des décès qui sont déviés mais par quel moyen en apporter la preuve ?
      Il est pour moi évident que nous sommes plus près des 200.000 morts que des 20.000 mais c’est à nous de nous faire une idée et d’essayer d’apporter des éléments pouvant contrebalancer la mascarade actuelle.
      Là je n’ai pas d’éléments constitutifs d’une preuve quelconque.
      Mais quand je vois que rien qu’en France il y a des erreurs dans les déclarations des décès il est évident que tout est flou, et bien malin celui qui arrive à s’y retrouver, pour exemple (rien que pour hier) :
      Sur Wordometer il est déclaré 100 décès -ce jour ce qui donne un total de 115.259 morts- (données SPF)…
      Par contre il y a 19 décès qui n’ont pas été pris en compte, provenant des EHPAD/EMS….
      Ils sont signalés toutefois sur le site du gouvernement :

      https://dashboard.covid19.data.gouv.fr

      Mais sur l’autre site il y a que 100 décès (données envoyées à Worlmeter par SPF…) :

      https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/carte-et-donnees

      Donc, même jour, même gouvernement et pour le tout des données différentes, où se trouve le sérieux concernant les reports de données, et c’est à touts les niveaux.
      Je tenais à préciser.

    • agnelette

      Bonjour Biquette et tous,

      Entièrement d’accord. Le terme « vaccin » est abusif, trompeur, c’est de la manipulation.

      C’est à se demander pourquoi personne n’a osé porter plainte contre cet « abus de langage », parce qu’il me semble que ce soit bien le cas :

      abus de langage :  » Cette notion peut avoir des connotations juridiques quand des mots volontairement utilisés avec intention de nuire ou de tromper, par abus de pouvoir, abus de droit ou abus de confiance, dans un contexte commercial ou dans un contrat par exemple. »
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Abus_de_langage

      Parce qu’il y a bien là :
      – abus de droit
      – abus de confiance

      et que de tels procédés sont répréhensibles d’un point de vue juridique.

  • CORELIA

    Combien de morts liés à l’hydroxychloroquine ? Là les africains sont capables d’apporter des réponses mieux que moi…
    Combien de morts liés à l’ivermectine ? L’Inde a résolu son épidémie en abandonnant les injections au profif de ce médicament notamment.
    Combien de morts liés à l’artemisia annua ? Je pense que le Président de Madagascar avec le ravintsara et l’artemisia a démontré qu’il avait moins de morts qu’avec les injections…

    Cerise sur le gâteau : Combien de morts liés au rivotril injectable ? Là il faut demander à Véran…et tout autant Buzyn (pour les morts qui pouvaient être évités) en EHPAD en cas de SUSPICION faute de chloroquine on donnait du rivotril,.. ça rappelle quand même les jours noirs d’une période pas si éloignée que ça…
    Pauvre France gouvernée par des traîtres, des corrompus, des criminels, des pervers…que du « beau monde », pas étonnant que tout part en vrille.
    Allez faites pas la gueule vous reprendrez bien une petite dose…de pastis…c’est vrai qu’à Marseille le climat diffère de celui de Paris et sur beaucoup de points…

    • Ohm

      @CORELIA
      Bonjour,
      Ce qui m’inquiète c’est l’explosion des morts au Vietnam depuis la vaccination qui a été engagée il y a peu de temps !
      Personne en parle !
      Mais ce pays a eu 35 mort depuis le début de l’épidémie pendant plus d’un an (sic) – je n’ai pas le temps de rechercher dans mes archives, mais je suis en mesure de répondre si nécessaire – pour un pays qui a plus de 98 millions d’habitants macron aurait du aller faire un tour là bas (c’est un pays merveilleux en plus)…
      Ceci écrit, il totalise 14.135 morts maintenant dont 434 hier !
      Si c’est pas une opération génocidaire c’est quoi ?
      Je rappelle pour la petite histoire que lors de la guerre d’Indochine les vietnamiens se sont soignés avec la médecine chinoise qui comprenait de l’artemisia (sic)…les vietnamiens savaient très bien se soigner et là nous avons la preuve irréfutable des effets néfastes des injections sur les populations !
      Il est temps d’arrêter ce qui pour moi est aujourd’hui un crime (insidieux mais avéré) contre l’humanité !
      L’Inde a compris et a arrêté son programme d’empoisonnement pour reprendre des traitements (dont l’ivermectine), pour donner une idée hier ce pays comptait 339 morts ! Pour un pays ayant près de 1,4 Milliards d’habitants !
      Pour le Continent africain il faut être très vigilant car certains présidents qui étaient contre l’OMS ont disparu…Depuis les injections sont reparties et les morts ont énormément augmenté !
      Où je veux en venir dans un certain sens c’est que la politique menée en matière sanitaire est purement inconsidérée et incohérente, en France, en effet nous allons avoir des centaines de décès avant la fin de l’année c’est là une triste vérité.
      Il va falloir se préparer à engager des actions très fortes en justice et surtout veiller à ce que des autopsies soient réalisées !
      Le plus grave c’est qu’ils veulent injecter aux plus jeunes ces produits toxiques, avec toutes les conséquences possibles pour leur santé !
      On peut appeler ça comment ?

  • Panda

    La courbe des injectés fléchit alors que les prévisions d’achat de stock restent constantes. Du coup nous allons avoir un excédant…. Rappelons nous la dernière fois avec le h1n1 l’Europe avait gentiment fait don à l’Afrique de son surplus. Cette fois ci le schéma sera identique à la différence prêt que dans ce cas là boucle sera bouclée et les 90 pourcent atteints y compris dans ces pays peu vaccinés car trop pauvres.

  • Radagast

    La vaccination fortement encouragée arrive au bout de ses capacités. Alors la prochaine étape devrait être la vaccination obligatoire pour tous.

    Je me demande jusqu’où ils iront…

    Vont-ils suspendre le droit à la sécu, le RSA, les allocations diverses ?
    Vont-ils interdire aux gens non-vaccinés de sortir de chez eux ou d’aller dans des magasins ?
    Vont-ils interdire l’accès aux hôpitaux et magasins d’alimentation sans pass vaccinal ?
    Vont-ils mettre en place des « centres de confinement » pour y placer de force les non-vaccinés qui persisteront ?
    Vont-ils mettre en place un système de vaccination de gré ou de force ?
    Vont-ils se mettre à gazer en masse et faire arrêter ceux qui manifestent contre le pass ?
    Vont-ils prononcer des peines de prison pour les non-vaccinés ?
    Vont-ils retirer la garde des enfants de ceux qui ne se vaccinent pas ?
    Vont-ils interdire aux non-vaccinés d’aller voter à la prochaine présidentielle ?

    Plusieurs de ces questions auraient eu l’air d’un des pires délires conspirationnistes qu’on puisse imaginer il y a 2 ans de ça. Mais aujourd’hui, ça ne semble plus si incongru, ni impossible…

Laisser un commentaire