⛔ AVOIR DÉJÀ EU LE COVID-19 PROTÈGE MIEUX QUE LE VACCIN PFIZER

Les résultats d’une nouvelle étude israélienne concernant l’efficacité du vaccin Pfizer

Les personnes qui se sont remises d’un épisode de Covid-19, au cours de l’une des premières vagues de la pandémie, semblent avoir un risque plus faible de contracter le variant delta que celles qui ont reçu deux doses du vaccin de Pfizer et BioNTech.

La plus grande analyse faite comparant l’immunité naturelle – acquise lors d’une infection antérieure – à la protection offerte par l’un des vaccins les plus puissants actuellement utilisés a montré que les réinfections étaient beaucoup moins fréquentes dans le premier cas. L’article des chercheurs israéliens contraste avec des études antérieures, qui montraient que les vaccins offraient une meilleure protection qu’une infection antérieure, bien que ces études ne portaient pas sur le variant delta.

Record de cas en Israël à cause du variant Delta

Ces résultats sont une bonne nouvelle pour les patients qui ont déjà réussi à combattre le Covid-19. Ils relèvent néanmoins le défi de compter exclusivement sur les vaccinations pour surmonter la pandémie.

Les infections de Covid-19 en Israël atteignent un niveau record au milieu de la vague delta :

Les personnes ayant reçu les deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech étaient presque six fois plus susceptibles de contracter une infection du variant Delta et sept fois plus susceptibles d’avoir une maladie symptomatique que celles qui se sont rétablies.

« Cette analyse a démontré que l’immunité naturelle offre une protection plus durable et plus forte contre les infections, les maladies symptomatiques et les hospitalisations dues à la variante delta« , ont déclaré les chercheurs.

L’analyse a également montré que la protection conférée par une infection antérieure s’atténue avec le temps. Le risque d’un cas delta déclenché par le vaccin était 13 fois plus élevé que le risque de développer une seconde infection lorsque la maladie initiale est survenue en janvier ou février 2021. C’est nettement plus que le risque encouru par les personnes qui ont été malades plus tôt dans l’épidémie.

L’administration d’une seule dose du vaccin aux personnes qui avaient déjà été infectées semble également renforcer leur protection. Mais nous ne connaissons pas encore les avantages à long terme d’une dose de rappel de vaccination, qui vient de commencer en Israël.

Les données ont été publiées sous forme d’article préliminaire sur medRxiv et n’ont pas encore été examinées par d’autres chercheurs.

D’autres données sur les vaccins et le Covid-1984 :

Source : Bloomberg

5 commentaires

  • predateur

    et celles qui ne s en sont pas remises ????

    • Radagast

      Le fameux et sempiternel argument. Mais des gens meurent du covid… Comme si plus personne n’allait mourir en étant vacciné. C’est l’argument typique qui sors de la logique pour aller se poser dans l’affectif, c’est l’argument choc pour dire « pas la peine d’essayer de raisonner, pas la peine d’essayer de comprendre, des gens meurent alors comme on voudrait que ça s’arrête, on s’accroche désespérément au premier espoir qui passe sans chercher à savoir si c’en est vraiment un, et on fait de ceux qui refusent de tomber dans la psychose les boucs émissaires de tous les malheurs du monde ».

      Et oui, c’est un virus qui tue. Mais qu’est ce qui te permet d’affirmer que les gens meurent moins une fois vaccinés ? Tu veux absolument croire qu’être vacciné te protège, je le conçois bien, et la propagande fait tout pour que tu t’imagines que c’est La Solution. La seule et unique solution, qu’il n’y a aucun autre moyen.

      Mais dans les faits, même dans les pays les plus vaccinés, le virus continue de circuler, les gens continuent de mourir. On continue de dire que les vaccins apporteront l’immunité collective d’un coté, tout en disant de l’autre que le vaccin n’empêche pas le virus de circuler, il empêche seulement les formes graves.
      L’immunité collective par le vaccin, qu’on obtient pas à cause des non-vaccinés est donc un mensonge tout ce qu’il y a d’évident. Alors la protection n’est-elle pas aussi un mensonge ?

      L’UE à connu un peu plus d’un million de victimes. Depuis février 2020. Donc 1 million de victimes en 18 mois. Aujourd’hui, 63% des européens ont reçu une première dose de vaccin, et près de la moitié sont totalement vaccinés.

      Et pourtant, « L’OMS juge « fiable » une projection prévoyant 236.000 morts supplémentaires du Covid-19 en Europe d’ici au 1er décembre ».

      https://www.europe1.fr/sante/covid-19-loms-redoute-236000-morts-en-europe-dici-au-1er-decembre-4064200

      En 3 petits mois, on aurait en moyenne, en Europe, quasiment 25% de morts en plus par rapport aux 18 derniers mois, avec une population dont plus de la moitié est totalement vaccinée.

      Je ne sais pas dans quel monde, une population non protégée subit une moyenne de moins de 60 000 morts par mois pendant 18 mois, tandis que la même population immunisée/protégée à hauteur de 50% devrait subir un peu moins de 80 000 morts par mois pendant 3 mois, si on en croit la fameuse projection…

      A moins d’envisager que la fameuse protection promise par le vaccin soit une vaste blague, faudra m’expliquer comment c’est possible…

      Ce que j’aurais cru moi, c’est que si on avait eu 50% de vaccinés au 1er février 2020, il n’y aurait eu « que » 500 000 morts en Europe au lieu du million. Et en fait probablement même beaucoup moins puisque les personnes fragiles sont vaccinées en premier.
      Ce que j’aurais cru, c’est que maintenant que les personnes fragiles sont vaccinées, et qu’une bonne partie des autres le sont aussi, le nombre de morts allait baisser drastiquement. Et bah non. Au contraire, ça va augmenter.

      Je dois avoir un problème avec la logique de la chose, parce que je ne comprends pas. Mais j’imagine que tu sauras éclairer ma lanterne…

      • Chegoku

        Radagast:
        Belle explication mais j’irai encore plus loin.
        Sachant que ceux qui meurent ont plus de 65 ans. En-dessous, le taux de décès est relativement faible.
        Sachant que les plus de 65 ans sont vaccinés à 90%.
        La diminution devrait être de plus de 50% car la population à risque est presque entièrement couverte.

        Cela veut donc dire que l’efficacité dans cette population fortement vaccinée est encore moindre.
        Le taux de vaccination global n’a pas de sens. Si on fait des stats en prenant en compte les classes d’âges et les décès par classe, les chiffres de l’efficacité du vaccin sont encore plus mauvais.
        Ceci dit, autant je le refuse pour moi-même à 42 ans, je le rejette totalement pour ma fille mineure, autant je le recommande pour ma grand-mère de 85 ans.
        Là dessus, on ajoute le fait qu’en Europe, c’est pas la saison des maladies respiratoires (comparer la situation en 2020 sans aucun vaccin et 2021…).
        On va voir en automne ! Tout semble bien parti pour suivre la tendance de septembre 2020.
        Les courbes sont presque identiques dans le temps et dans l’allure.
        A ce moment, il va être difficile de défendre son efficacité.
        En 3 mois d’été (vaccinés population active depuis mai/juin 2021) ils ont décrété que moins de gens allaient à l’hôpital. On va rigoler en automne!

    • userseb

      Malheureusement ce n’est même pas une fatalité… Si le terrain n’est pas ‘bon’, il faut de la prévention…

  • Ce qui protège le plus des effets du covid c’est en premier lieu de ne plus en parler.
    Cela, afin de mettre fin à la monopolisation de ce sujet depuis plus d’un an et demi dans le champs politique et médiatique ; de mettre un terme à la confusion et les anormalités qui règnent partout aujourd’hui dans notre quotidien ; surtout de faire cesser les divisions que l’illusion du covid a fait naître au sein de la population, dans un pays où les divisions sont déjà trop nombreuses (hommes et femmes, gauche et droite, jeunes et vieux, riches et pauvres, chomeurs et travailleurs, travailleurs et fonctionnaires, musulmans et catholiques, français et étrangers, etc… et maintenant pro-Pass et anti-Pass… tout ça pour le plus grand bonheur d’une poignée de dégénérés qui s’accroche au pouvoir comme des morpions à des c……. et pour qui la devise « diviser pour mieux régner » est la condition sine qua non de sa survie.
    Rappelons qu’étymologiquement « diabolique » signifie « ce qui divise ».
    N’est-ce pas Jehanne d’Arc qui, déjà en son temps, exhortait les « français divisés » à se pardonnez de toute leur âme ?
    Ou le retour du « Roi », ou « Sauron » et toutes ses conséquences désastreuses : le mal, la misère et la guerre… c’est vous, finalement, qui déciderez.
    Pour finir, un peu d’Amour dans ce monde si sombre :
    https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/lamour.html

Laisser un commentaire