⛔ QUI CONTRÔLE LA MEUTE MÉDIATIQUE ?

Saines réactions populaires

La chasse aux sorcières

À Londres, le patron de la BBC qui appelait à confiner la population est poursuivi dans les rues par la foule en manque de lynchage. Les rats ont beau vouloir quitter le navire, ils n’échapperont pas éternellement à la colère populaire.

Tout va bien se passer messieurs les journalistes

Traquer la bête

Le socialiste, soupçonné de pédocriminalité, Jack Lang est conspué dans la rue par deux courageuses femmes. Ces gens-là mourront-ils de vieillesse ? Je vous laisse prendre les paris.

Humiliation

Enfarinage express pour monsieur de Rugy. Ne serait-ce que les prémices d’une vindicte populaire ou un pied de nez à l’autorité ?

Décidément…

Mélenchon également enfariné par un « souverainiste ». Quel spectacle, préparez vos valises messieurs, la colère gronde.

Média

Goy

À l’instar du mot « Voldemort » qu’il ne faut jamais prononcer dans la saga Harry Potter, il semblerait qu’un autre mot désignant un groupe d’individu est interdit d’être cité.

Mais cette interdiction, le général Delawarde l’a bravé en direct sur un plateau TV de CNews.

Comment ? En avouant face à la bête apeurée Claude Posternak, qu’effectivement les médias occidentaux seraient sous le contrôle d’une communauté (« peuple d’élite, sûr de lui et dominateur » selon un autre général antisémite connu, Charles de Gaulle), à laquelle l’hystérique Pasternak semblerait appartenir. S’il défend sa tribu, c’est de bonne guerre.

 

« Qui contrôle la meute médiatique ? »

 

« La communauté que vous connaissez bien »

Jean Marc Morandini à immédiatement coupé l’antenne à Delawarde et a demandé de ne plus jamais l’inviter nulle part. D’ailleurs, il n’a jamais existé. Il a aussi immédiatement demandé pardon à toute personne qui se serait sentie visée de près ou de loin face à de telles accusations, que c’est une honte, le bruit des bottes, etc…

Il est vrai que ces calomnies ont assez duré.

 

Aux Etats-Unis, ils font même des listes : rappelons qu’il n’y a aucun problème avec les statistiques ethnico-religieuses là-bas.

Il suffit pourtant d’aller sur le site antisémite Wikipedia pour avoir « la liste des hommes d’affaires juifs américains dans les médias » :

L’hystérie télévisuelle a une fois de plus été démontrée et les condamnations des propos du général sont unanimes.

Rappelons que l’incriminé pour antisémitisme est un ancien chef « Situation-Renseignement-Guerre électronique » à l’Etat-major interarmées de planification opérationnelle.

No pasarán, bien entendu.

Recevez les ressources censurées sur les vaccins et le Covid-19 :

Un commentaire

Laisser un commentaire