Et si demain on manquait de pétrole?

par Observateur-Continental

L’économie mondiale continuera de peser sur la dépendance au pétrole dans la prochaine décennie puisque les énergies alternatives ont encore besoin d’énormes subventions pour être viables dans les pays en développement. 

La pratique de la fracturation hydraulique (une sorte de panacée universelle qui résoudra les problèmes énergétiques de l’Humanité) est toujours naissante et soulève des préoccupations environnementales et l’inertie des actifs pétroliers ne permettra pas aux grandes entreprises d’abandonner leurs équipements et infrastructures actuels.

Le gaz naturel est présenté comme le seul substitut à une prétendue pénurie de pétrole, mais cette ressource suit également le même chemin d’instabilité. C’est pourquoi les principaux pays développés ont mis en place des mesures cosmétiques d’économie d’énergie. Ainsi, les principaux pays développés disposent de réserves pétrolières stratégiques des stocks qui seraient tombés en dessous de la moyenne des cinq dernières années qu’ils affectent exclusivement à des situations critiques pour garantir la consommation intérieure pendant quelques mois. 

Selon Rystad Energy, l’industrie pétrolière doit remplacer 34 000 millions de barils de brut par an. Cependant, en 2015, seuls 8 000 millions de barils ont été atteints en raison de la baisse drastique des investissements dans l’exploration et la production mondiales. La production pétrolière actuelle provient à plus de 60% de champs matures, (qui sont exploités intensivement depuis plus de 25 ans). De nouvelles perspectives sont, donc, réalisées dans des régions plus reculées (Arctique, Amazonie) avec des coûts plus élevés (120$) de production et à rentabilité moindre, menaçant à de nombreuses reprises les réserves et parcs naturels (Arctique, Alaska, Amazonie) et étant l’écart entre la consommation mondiale et les découvertes de nouvelles exploitations abyssal (dans un rapport de 4 pour 1). 

L’Agence internationale de l’énergie (AIE), dans un rapport intitulé World Energy Investment Outlookprévient qu’il faudra investir 48 milliards de dollars jusqu’en 2035 pour couvrir les besoins énergétiques mondiaux croissants. Mais, l’effondrement brutal du prix du pétrole brut jusqu’à 50 $ empêchait les pays producteurs d’obtenir des prix compétitifs (environ 80$) qui permettraient les investissements nécessaires dans les infrastructures énergétiques et la recherche de nouvelles exploitations. Ainsi, la pénurie de pétrole dans les cinq prochaines années ne serait pas à exclure comme les baisses de production de brut avec la reprise économique des principales économies moteurs (USA, UE, Chine).  

Par conséquent, l’augmentation de la demande mondiale d’énergie proche de 1,5 million de barils par an, conjuguée à la baisse de production convenue entre la Russie et l’OPEP et l’absence de résolution du différend iranien, ont provoqué, avec un déficit journalier de 1 million de barils, la montée du brut du pétrole à 70$ le baril et des taux d’inflation galopants aux Etats-Unis, en Chine et dans l’UE qui auront comme effet collatéral l’augmentation du prix de l’argent par les banques centrales et l’asphyxie économique d’innombrables pays à la dette publique stratosphérique. 

Tout cela sera, vraisemblablement, à l’origine d’une psychose de pénuries et de l’augmentation spectaculaire du prix du pétrole brut aux niveaux de 2008 (environ 100$). Cela se traduira par une augmentation sauvage du fret de transport et des engrais agricoles, qui, avec des sécheresses et des inondations inhabituelles dans les greniers traditionnels du monde et l’application conséquente de restrictions à l’exportation de marchandises de ces pays pour assurer leur autosuffisance, finira par produire une pénurie des marchés mondiaux, une augmentation des prix à des niveaux stratosphériques et la crise qui en résulte concernant la nourriture mondiale. 

Germán Gorraiz López, analyste politique

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Voir aussi :

3 commentaires

  • Sully-Morlandimus

    Surtout, ce dont on ne parle pas suffisamment c’est la dépendance des filières énergies vertes à l’égard d’énergies primaires au sein desquelles le pétrole constitue la quasi totalité. Juste pour en avoir une idée, pour couvrir la part des énergies primaires ayant participé à la fabrication au transport et à la mise en place des éoliennes il leur faut, à ces dernières, en moyenne 6 à 7 années de production. Ce qui revient à dire que les alternatives en question restent étroitement liées au brave pétrole…..
    Sauf à considérer à vouloir reprendre les travaux de Tesla + Bryner et autres petits génies ayant approché le seuil de l’énergie dite libre, l’énergie restera un moyen d’établir des mafias institutionalisées …..

  • CryptoKrom

    Aussi BigPharma,
    Produits pharmaceutiques dérivés du pétrole !

  • Natacha

    On aurait des idées lumineuses !

    Et si demain on était débranchés ?

Laisser un commentaire