Des questions se posent sur l’introduction des passeports Covid-19 en UE

Par Observateur-Continental

L’UE met en place un passeport Covid-19 interne unique à partir du 1er juillet. Il est présenté comme étant un outil facultatif mais souhaitable. Bruxelles et la Commission européenne espèrent sauver l’été et redonner la liberté de circulation à 450 millions de citoyens des 27 pays de la plus grande union politique de la planète. 

Le certificat numérique Covid, comme on l’appelle officiellement, sera un document unique pour tous les pays de l’UE certifiant que le porteur a été vacciné ou testé (test PCR négatif). Son objectif est d’éviter le chaos de l’été dernier lorsque chacun des pays de l’UE a introduit ses propres règles qui ont, en fait, suspendu les libertés de Schengen .

Ce certificat est un symbole du renouveau de Schengen. «Ce certificat vise à donner aux gens la confiance qu’ils peuvent réserver un hôtel ou un vol et planifier des vacances ou rendre visite à leur famille et à leurs proches», a déclaré ce mardi Juan Fernando Lopez Aguilar, l’eurodéputé socialiste espagnol et rapporteur de ce texte en rajoutant: «Ce n’est pas seulement pour les touristes ou le tourisme, mais il s’agit de relancer la confiance mutuelle entre les Etats membres et parmi les citoyens de l’UE». 

Le nouveau document libérera les détenteurs de la nécessité de faire des tests supplémentaires et de subir la quarantaine lors des déplacements entre les pays de l’UE. Les médecins de n’importe quel pays de l’UE pourront apposer des tampons virtuels sur les vaccinations et les tests dans le certificat numérique Covid. Tous les autres pays de l’UE seront désormais tenus de l’accepter. 

Règles et exclusions. Il ressemblera à un QR code dans une application téléphonique gratuite, mais les gardes-frontières, agents de sécurité et autres inspecteurs devront accepter les versions imprimées, malgré le nom de «certificat numérique». Les responsables européens affirment que les données personnelles des Européens dans cette application seront protégées comme jamais auparavant et les informations transmises lors de la certification sont très réduites et l’accès à toutes les données expirera complètement car la validité de la loi adoptée est limitée à un an. 

Des réserves. Les tests d’anticorps ne peuvent pas, par exemple, être inscrits dans un passeport européen commun. La preuve de vaccination est, cependant, apposée après toute vaccination. En outre, les pays de l’UE sont obligés d’admettre uniquement les citoyens d’autres pays du bloc qui sont vaccinés avec l’un des vaccins approuvés dans l’UE. Ils sont désormais au nombre de quatre : Pfizer, AstraZeneca, Moderna et Johnson & Johnson.

Des exceptions. Chaque pays, pris individuellement, n’est pas obligé, mais peut, à sa discrétion, accepter les citoyens de l’UE vaccinés avec des vaccins non approuvés, par exemple chinois ou russes. Comment déterminer s’il faut démarrer seulement après deux injections ou si une seule suffit?

Les certificats Covid ne sont pas une nouveauté pour l’UE. Des négociations à leur sujet ont eu lieu depuis le mois de novembre dernier et depuis janvier les paramètres techniques des documents unifiés sont connus. Cela a permis à ceux qui souhaitaient commencer à les introduire en juin, sans attendre la loi devenue valable à partir du 1er juillet, de les adopter. Une dizaine de pays délivrent déjà des certificats numériques européens Covid: la Grèce, l’Espagne, l’Allemagne, la Lituanie, la Pologne et la Bulgarie. 

Le reste de l’UE est en train de pousser la nouvelle loi. Le Parlement européen dans le processus de négociations avec la Commission européenne (en fait, le gouvernement de l’UE) n’a pas réussi à obtenir un test gratuit pour tout le monde. Mais, les responsables ont finalement promis d’allouer au moins 100 millions d’euros pour subventionner les tests PCR. Ceci est particulièrement important pour les jeunes, car ils n’ont pas encore atteint leur tour de se faire vacciner presque partout dans l’UE. Par conséquent, un test négatif est leur seule chance de voyager au sein de l’UE.

D’abord Schengen, puis le monde entier. L’UE espère que les passeports Covid rétabliront la liberté de circulation et éviteront les restrictions de déplacement de l’année dernière au sein d’une UE qui n’a connu aucune frontière pendant des décennies. Ils faciliteront et unifieront les certificats d’immunité ou d’absence d’infection existants. «Un certificat Covid ne sera pas un préalable à la libre circulation puisqu’il s’agit d’un droit fondamental des citoyens de l’Union européenne», a assuré la Commission européenne.  Il faut signaler que les personnes vaccinés n’ont pas la garantie d’échapper aux tests et aux mesures de quarantaine.

La loi permet aux pays de l’UE de fermer les frontières aux Européens. Cependant, les députés européens et la Commission européenne ont tenté de réduire au maximum cette échappatoire. Si un pays veut l’utiliser, les autorités d’un tel pays devront avertir les pays voisins en 48 heures à l’avance et décrire en détail, à la fois, l’ampleur de l’atteinte à la liberté de circulation et les termes ou paramètres exacts signifiant la levée des restrictions. 

La période de transition est fixée à un mois pour arriver à temps pour le pic de la saison touristique à la mi-août. Les certificats numériques européens Covid devraient être acceptés sans réserves dans tous les pays de l’UE. Dans le même temps, l’UE étendra leur effet à tous les pays qui ne sont pas membres de l’UE, mais qui n’ont pas de frontières rigides avec elle grâce à l’accord de Schengen: Suisse, Norvège, Liechtenstein et Islande. 

Dans une étape prochaine, l’UE espère transformer les certificats numériques européens Covid en passeports étrangers et convaincre d’autres Etats, dont les Etats-Unis et le Royaume-Uni, de les reconnaître. 

Pierre Duval

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Observateur-Continental

Les commentaires et les articles sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation

5 commentaires

  • Demeter

    Si les données personnelles sont aussi protegées que celles médicales allegrement offertes gratuitement aux GAFAM par nos dirigeants francais, on a du soucis a se faire!!!!
    Prochaine etape la puce RFID a identifiant unique non falsifiable comme ce qui est dans le cou de nos animaux domestiques.
    C’est vrai que pour les francs macs et autres crypto-sfiuj qui composent nos maitres, nous ne sommes que du betail corveable et bientot depecable selon l’interet d’une minorité… Pourquoi croyez vous que la France a offert toutes nos donnees médicales aux GAFAM et aux élites? Simplement parceque la phase III est debutée!!! Dans ces donnees, sont aussi stockées TOUS NOS GENOMES REALISES GRACE AUX DEPISTAGES COVID, ET AU FNAEG…

    Cas precis, demain un gros enculé de riche crypto-sfiuj est malade, et fait possible, il n’existe que peu de personnes compatibles pour un organe a lui donner, prenons Volti comme exemple, hop dans la rue une piqure d’un produit (genre MPPT a haute dose) qui detruit le cerveau sans abimer les organes, et ensuite direction un hosto pour lui prelever l’organe demandé!!! Pour que cela frappe les esprits, on doit nommer les gens et les choses pour que ces memes gens s’approprient personnellement le probleme!!!
    Avec ce qu’on nous prepare, nous sommes tous les donneurs d’organes esclaves sans consentement…

    Et maintenant l’atterissage est dur non!!! Nombre de disparitions non élucidées pourraient avoir ce lien!

  • CORELIA

    Voyages à l’étranger : quelles modalités depuis le 9 juin ? Le texte officiel :

    https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A14952?xtor=EPR-100

    Pour les boat-people l’entrée sur le territoire ne semble pas être pris en compte ?
    On évite de parler du cas contact Castex , alors que ce dernier avait eu une injection génique…Alors tests PCR, preuve « vaccinale » etc ça ne peut pas prétendre vouloir être une garantie pour arrêter le SRAS-CoV-2…
    NON la seule façon d’arrêter ce coronavirus c’est de l’éradiquer dès la première heure, il est vrai que Delfraissy (dans un courriel à Fauci) a écrit qu’il faisait tout pour ne pas utiliser l’hydroxychloroquine, et l’UE (corrompue comme l’OMS) pour ne pas reconnaître l’ivermectine ! Donc pas d’autorisation de traitement, car si un traitement est reconnu alors la mascarade Covid est terminée ! De là la vaccination a plus de raison d’être…
    Combien de milliers de morts sont liés à cette dictature sanitaire liberticide (et génocidaire dans la finalité quand on se penche un peu plus sur les orientations) ?…
    Le plus grand crime organisé contre l’humanité nous le vivons en ce moment.

    • Demeter

      Le crime contre l’humanité, c’est bien ce qui est inavouablement en marche contre notre peuple, le CoVID est un élémernt essentiel pour lancer le transhumanisme, modifier les esclaves humains par génie genetique….

      Et le Nuremberg 2.0 on peut se le carer dans l’oignon apparemment!!!
      C’est pas une gifle qu’il aurait fallu, mais une ceinture d’explosif….

  • Je ne peux qu’être d’accord avec vous !
    « Bruxelles et la Commission européenne espèrent sauver l’été et redonner la liberté de circulation à 450 millions de citoyens »
    Voilà qui est de nature à me faire rire jaune. Bruxelles et la CE n’en ont rien à faire de nous redonner la liberté. Ce n’est en rien la faute du covid. Ils sont entièrement responsables de la situation, des confinements, des restrictions, des lois liberticides (et pas qu’eux)…

Laisser un commentaire