Le front du Donbass, poubelle de l’Ukraine !

Ça ne se retrouvera pas dans les MMS, je ne mettrai que le texte déjà très explicite sur ce qui se passe en Ukraine. Les provocations à répétition de la part de ceux qui distribuent « leur démocratie » partout, sur fond de russophobie hystérique, risquent de nous précipiter dans un contexte ravageur. Nos gouvernements soumis à l’OTAN, soutiennent inconditionnellement cette escalade guerrière. Regardez l’idéologie défendue par Kiev et imaginez la suite si la Russie, lasse de ces provocations et n’ayant plus le choix, décide de réagir et, elle le fera pour défendre ses ressortissants du Donbass. Images et vidéos réservées aux plus de 18 ans. Merci à mon correspondant.

******

Groupe de combat du bataillon « Azov » (devenu régiment), positionné sur le front de Mariupol

Par Erwan Castel pour Alawata (clic pour voir l’article complet images et vidéos)

Depuis le Maïdan, on voit renaître l’idéologie nazie, essentiellement à partir de la Galicie, cette région géographiquement et identitairement occidentale de l’Ukraine, où les braises d’une idéologie bandériste ayant collaboré – avec un zélé criminel exceptionnel – au totalitarisme hitlérien.

Cette résurgence du nazisme ukrainien qui trouve de nombreux échos parmi les nationalismes occidentaux communautaro-centrés et surtout les officines étasuniennes et mondialistes qui considèrent (à juste titre) les paramilitaires nationalistes, bandéristes, hooligans et autres ukropithèques décérébrés, comme des idiots utiles parfaits pour agiter une russophobie hystérique et violente sur les frontières de la Russie.

Souvent des personnes jugent ce focus sur le néo-nazisme ukrainien comme largement exagéré, ce qui est vrai si on considère les résultats électoraux obtenus par ses vitrines politiques (parti « Svoboda », « Prayvi Sector »…).Cependant, force est de constater que l’idéologie bandériste est tolérée et même mise en valeur par le pouvoir de Kiev (hommage à Bandera et aux vétérans SS, nazification de la microtoponymie, rassemblements paramilitaires publiques, attribution de missions de sécurité au « Corps National, etc. ). 

Non ce ne sont pas des tournages de films sur la seconde guerre mondiale mais des scènes de la vie quotidienne dans le « Banderistan », cette région de Lvov où, depuis la chute de l’URSS, flotte de plus en plus dans l’air une nostalgie puante et bien sûr bénie par l’encens de l’église catholique uniate :

Voir : Hommage de la nouvelle Ukraine post Maïdan ses anciens collabos de la « Neue Europa » nazie.

Hommage de la nouvelle Ukraine post-Maïdan à ses nouveaux collabos de l' »Union Européenne » mondialiste.

Le néonazisme européen qui désormais a « pignon sur rue » en Ukraine et jusque dans les ministères et sur les bancs du parlement national, gagne progressivement du terrain à la faveur d’un effondrement socio-économique du pays, de sa militarisation et de la guerre qui sévit depuis 7 ans dans le Donbass, entre autres facteurs décisifs pour un recroquevillement des mentalités dans un discours nationaliste communautaro centré qui par définition est simpliste et haineux et dont la xénophobie consubstantielle est ici dirigée hystériquement contre le monde russe.

Et le front du Donbass, qui est déjà le terrain de haine des bataillons spéciaux nationalistes depuis 2014, est en train de devenir le « cluster », pour prendre un mot à la mode, de toute cette idéologie nauséabonde.

Ainsi voici aujourd’hui de nouveaux exemples de ce dépotoir nazi qu’est devenu pour l’Ukraine mais aussi les nationalistes occidentaux ce front du Donbass et sur lequel j’ai déjà présenté dans ce blog de nombreux détritus :

vidéo

Le 8 avril 2021, Zelensky, le nouveau gouverneur de la colonie étasunienne Ukraine, est venu visiter le front du Donbass, notamment à Marinka (Sud Oust de Donetsk) où ses ukropithèques ont hissé le même jour un torchon au dessus de leurs tranchées pour bien signifier la définition de l’Europe qu’ils prétendent défendre :

Vidéo 8 avril 21, à Marinka, sur le front de Donetsk,les soldats ukrainiens hissent le drapeau de la Wehrmacht 

Le même jour, la chancelière allemande Angela Merkel demandait instamment au président russe Vladimir Poutine de bien vouloir retirer ses troupes….. du territoire de la Fédération de Russie !

Et en plus d’être infectées par ces ukropithèques, les unités ukrainiennes doivent faire face quotidiennement à des problèmes graves de discipline, d’alcoolisme, de drogue, de rixe, de suicide et d’accident qui dans la majorité des cas sont symptomatiques d’un effectif où sévit une proportion considérable de débiles et d’asociaux mais fer de lance de ces « guerriers de lumière » de la propagande kiévienne (on pourrait sans exagérer faire un parallèle psychologique avec ces autres idiots utiles de Washington que sont les djihadistes salafistes dans les pays arabes).

Voici la vidéo pathétique d’un jeu débile et mortel survenu au début avril dans un casernement ukrainien sur le front du Donbass. Vidéo que j’ai hésité longtemps à partager, tant les images sont très dures:

Au milieu de ses « camarades » impassibles, qui l’encouragent ou le filment un soldat ukrainien ivre joue avec son arme (AKSU) et finit par se suicider. (Dans la même semaine 3 autres suicides ukrainiens seront notifiés dans le Donbass)

Vidéo

Vous n’avez pas l’impression que les pays occidentaux qui soutiennent inconditionnellement le régime de Kiev et sa horde d’ukropithèques bombardant les populations du Donbass marchent complètement sur la tête ?

Il est vraiment temps que les européens se réveillent !

Erwan Castel pour Alawata

4 commentaires

Laisser un commentaire