Hercule : l’infanticide d’EDF

Une augmentation du prix de l’électricité de presque 50% sur 10 ans, devrait interroger les usagers et, ce n’est pas fini. Le démantèlement d’un de nos derniers fleurons national, mondialisation oblige, est en projet. Le banquier élyséen, exécuteur des (basses) œuvres mondialistes s’y emploie. Il ne nous restera qu’à payer, quel qu’en soit le prix pour le plus grand profit de ceux qui n’en doutons pas, donneront le privilège à leurs actionnaires plutôt qu’à la sécurité. On devra faire avec l’épée de Damoclès des barrages moins bien entretenus, et avec les centrales nucléaires (dont les problèmes de sécurité sont récurrents). En ce moment même une bataille était engagée entre les deux géants de l’eau Véolia, qui a lancé une OPA hostile pour forcer le rachat Suez. Opération interrompue par le tribunal de commerce de Nanterre (pour combien de temps ?). Baisse des compétences, sous traitance, réduction d’effectifs et silence des usagers anesthésiés et trop occupés par le bouc émissaire Covid19 pour prendre la mesure du déclin de notre pays et, de sa dépendance. On voit un peu trop que, c’est à cause du Coronavirus (?), depuis que la France est démantelée, ce virus n’y est pas pour beaucoup, si ce n’est la gestion politique calamiteuse de l’épidémie et, une belle opportunité pour justifier le pire. Les bénéfices sont toujours privatisés, quant aux pertes, elles sont toujours mutualisées, le « quoi qu’il en coûte » ce sera pour le peuple. Pour preuve, la construction des autoroutes avec l’argent public, une fois amorties elles ont été cédées et sont de plus en plus chères, personne ne dit rien. Pour le reste, centrales nucléaires, barrages et tant d’autres choses c’est pareil. Il ne nous reste déjà plus grand chose, à part des taxes, des impôts, des taxes sur les taxes et bien peu se soucient de savoir, où va tout cet argent. Le pire est à venir si le peuple continu à dormir… Volti

******

Source PARDEM

Augmentation du prix de l’électricité sur 10 ans : presque 50% de hausse du tarif réglementé/ Selectra.Info

Nommer Hercule le projet de démantèlement d’EDF, est un choix étrange. Jupiter aurait été plus approprié, celui qui détient la foudre, les éclairs, symboles de la « fée électricité », entre ses mains. Mais au fait, suis-je bête ! Le nom est déjà pris ! Notre Jupiter national autoproclamé, pour notre malheur, s’en sert suffisamment contre ses ouailles et depuis longtemps. Il n’a eu de cesse de foudroyer toutes les entreprises stratégiques de notre pays, mais pas que (il n’est pas le seul, cela fait 40 ans que ça dure). Tant et si bien que nous entrons dans un processus de tiers mondialisation à la grecque : plus rien ne nous appartient et nous sommes dépendants en toutes choses, comme le démontre dramatiquement l’épidémie de covid 19 ; tout est aux mains des dieux de la finance à savoir, essentiellement, les fonds de pension. Profitant lâchement, épaulé par les médias à ses ordres, de l’épidémie qui sidère les populations, le Jupiter président n’a pas levé le petit doigt pour éviter les rachats d’entreprises françaises qui se sont abattus depuis comme dans une tempête orageuse, sauf tout dernièrement pour les besoins de communication et de propagande (Affaire Couche Tard – .Carrefour).


Mais l’Union européenne, hydre monstrueuse, dont notre Jupiter est, avec ses acolytes, l’exécuteur des basses besognes néolibérales en France, n’est pas rassasiée pour autant et demande toujours plus. Son exigence ? Scinder EDF, la dernière grande société de notre patrimoine public, en trois groupes : EDF « bleue » pour le nucléaire public, EDF « verte » ouverte aux marchés et EDF « azur » pour l’hydroélectricité.

– La privatisation des barrages hydro électriques était déjà une exigence scandaleuse de l’UE néolibérale contre laquelle les Gilets jaunes se sont battus avec le personnel d’EDF. L’hydro électricité, 2e source française d’électricité après le nucléaire, permet à EDF de fournir une alimentation constante en électricité par des lâchers d’eau. Une manne pour les entreprises privées qui jouent sur l‘offre et la demande pour vendre l’électricité et spéculer : « Ah, vous avez besoin d’un petit lâcher ? Aboulez le fric ! » Mais surtout, l’entretien des barrages aux mains des actionnaires avides est réduit au minimum vital, selon la loi bien connue du ʺrisque calculéʺ. Je ne donne pas cher de la sécurité des barrages dans l’avenir et j’appelle les populations concernées en aval à réagir avant de devoir déguerpir !

– L’ouverture des marchés à la concurrence : un vrai casse-tête pour les agents qui supervisent la distribution dans ce « bordel organisé » par une électricité qui monte, qui baisse tous azimuts, avec des interfaces de gestion des interconnexions des flux (« les compteurs Linky »), par des prix à négocier en permanence… Déjà EDF paie très cher l’électricité dite verte (que nous payons par ricochet sur nos factures), celles des fournisseurs individuels munis de panneaux photovoltaïques et celles des éoliennes. De plus, elle doit consentir des prix bas pour alimenter les ventes des entreprises privées. Même principe que l’ouverture des marchés d’Orange à la concurrence qui a permis aux entreprises privées de gagner des parts de marché en bénéficiant de prix dérisoires d’accès au réseau ‘public et qu’Orange a dû compenser par la variable d’ajustement bien connue : des licenciements et des restructurations de triste mémoire ! Je ne parle même pas du consommateur qui pleure déjà devant sa facture d’électricité et qui voudrait revenir à un tarif fixe réglementé mais qui ne le pourra pas à l’ère du tout connecté et des véhicules électriques. …/….

Lire l’article complet

Source PARDEM (Parti pour la Démondialisation)

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Compléments

Source : Réseau Sortir du Nucléaire (Des « accidents » partout)

Lire la suite des accidents partout

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Un commentaire

Laisser un commentaire