Alexandre Langlois, policier et lanceur d’alerte « quitte la Police nationale » et se demande si celle-ci est devenue « une milice au service de [l’] autoritarisme »

Allez au bout de ses convictions. Une belle leçon d’humanisme et d’honnêteté. Fera-t-il des émules, plutôt que d’avoir recours à un geste extrême et définitif, qui laisse souvent des orphelins ? Soutien à ce policier intègre ! Ça en dit long sur l’usage de la police par un régime sans état d’âme. Merci Kalon ! Partagez ! Volti.

******

Par Candice Vacle via Réseau-International

« Je quitte un métier que j’aimais, car vous avez fini de dénaturer la noble mission pour laquelle je m’étais engagé.

Je quitte la Police nationale pour les mêmes raisons que j’y suis entré: la défense des libertés individuelles et de l’intérêt général. » [1]

Alexandre Langlois, policier et lanceur d’alerte, le 27 novembre 2020

*

Hier, vendredi 27 novembre 2020, Alexandre Langlois, policier, lanceur d’alerte et secrétaire général du syndicat de police VIGI a envoyé sa lettre de rupture conventionnelle au Ministre de l’Intérieur, Monsieur Gérald Darmanin. Cette procédure permet à A. Langlois et son employeur G. Darmanin de mettre un terme au contrat de travail qui les unit dans un commun accord. [2]

Que dit Alexandre Langlois dans sa lettre adressée au Ministre de l’intérieur G. Darmanin?

« Je constate qu’il n’est plus question pour le peuple d’obéir aux lois auxquelles il a lui-même consenti et que le rôle de sa police n’est plus de protéger ses libertés, mais plutôt de toutes les annihiler, comme le ferait le plus vil des oppresseurs. » [1]

« Peut-on encore parler d’une police républicaine ou ne s’agit-il plus que d’une milice au service de votre autoritarisme? » [1]

« Votre ministère […] se fait beaucoup moins strict contre les policiers qui tabassent, mutilent ou tuent des innocents comme Madame Zineb Redouane, Monsieur Steeve Canico ou Monsieur Cédric Chouviat, tandis que les policiers qui, au contraire, dénoncent ces dérives et dysfonctionnements, se font durement réprimander au motif qu’ils ne respecteraient pas la loyauté envers leur hiérarchie ou porteraient atteinte au renom de la Police nationale ! » [1]

« Les policiers sont depuis lors au service d’un Président de la République qui les utilise pour réprimer avec violence tout mouvement social contestataire tels que les Gilets jaunes, mais également les infirmières, les pompiers, les médecins, les avocats au lieu de leur permettre de manifester leurs revendications de manière encadrée et sécurisée. » [1]

« Depuis la crise Covid-19, les policiers sont désormais exclusivement affectés au contrôle social et non plus au respect du Code pénal. » [1]

« On nous détourne de nos vraies missions, qui sont de poursuivre les délinquants et les criminels, et d’assurer la paix et la sécurité de nos concitoyens. » [1]

Alexandre Langlois explique alors l’événement déclencheur qui l’a amené à demander une rupture conventionnelle. Il s’agit de policiers (filmés par une caméra de vidéosurveillance) en train de rouer de coup un producteur et lançant une grenade lacrymogène dans son studio de musique, sans motif apparent. [3],[4] A ce sujet, il dit:

« Le 26 novembre 2020, Monsieur David Perrotin, journaliste à Loopsider, présentait la vidéo d’un homme littéralement passé à tabac par trois policiers entrés par effraction sur son lieu de travail et en dehors de toute commission rogatoire. […] Cet événement honteux, tout autant que les réactions du ministère qui s’ensuivirent, ont renforcé ma conviction de mettre fin à mes fonctions. […] La seule défense tenable, bien que fantaisiste du Préfet de police Monsieur Didier Lallement, à propos de l’interpellation susmentionnée, a ainsi été de dire qu’il n’était « pas au courant », alors même qu’il y a eu un appel de renfort, une sortie d’armes et un tir de grenade dans un lieu clos. » [1]

Cet événement violent fait immédiatement échos, pour Alexandre Langlois, à la loi sur la « Sécurité Globale » où il est notamment question d’obliger à flouter le visage des policiers filmés. Il écrit au Ministre de l’intérieur:

« Hypocrite, lorsque l’on sait que par l’effet de la Loi Sécurité Globale […] que vous défendez bec et ongles par la propagande et le mensonge, cette victime [le producteur passé à tabac] aurait fini en prison et ses tortionnaires médaillés ou encore primés. » [1]

« Oui, vous mentez Monsieur le Ministre lorsque vous prétextez vouloir protéger les policiers en prévoyant un an d’emprisonnement pour diffusion d’image de policiers identifiables, quand les textes existants sur le harcèlement et les menaces prévoient déjà des sanctions deux à cinq fois plus importantes, mais qui ne sont dans les faits jamais appliquées. » [1]

« Vous osez dorénavant instrumentaliser le drame de l’assassinat de nos deux collègues de Magnanville par un terroriste. Pourtant, ont-ils été assassinés chez eux suite à la diffusion de leur image ? Une énième fois non, mais suite à l’absence de sécurisation des données des ressources humaines, qui se baladaient sur une clé USB non sécurisée par le ministère de l’Intérieur et transmise à un syndicat de police. » [1]

« Dois-je encore vous rappeler que la première cause de mortalité des policiers en fonction est le suicide ? Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, c’est quelque 150 vies sacrifiées. » [1]

Cela fait déjà plusieurs années qu’Alexandre Langlois milite en tant que syndicaliste pour que la police soit intègre. Son histoire en dit long sur les valeurs qu’il défend.

En effet, lors de la crise des Gilets jaunes, il a dénoncé les violences qui leurs ont été faites à cause de la mauvaise gestion policière du maintien de l’ordre. Il a aussi souligné les violences institutionnelles policières. Il a révélé « une falsification des chiffres de la délinquance » et les agressions sexuelles d’un médecin de la police. [5] Le 3 juillet 2019, il a été suspendu de ses fonctions de gardien de la paix pour 1 an dont six mois avec sursis. Ceci malgré sa note professionnelle de « 6 sur 7 » assortie « d’ appréciations élogieuses » de sa hiérarchie. A. Langlois dérangeait le pouvoir, et il a payé ses prises de position contre sa hiérarchie. Sans salaire pendant toute la durée de sa sanction, des français l’avaient soutenu avec une cagnotte. Sa parole engagée, libre et intègre avait suscité confiance, compassion et solidarité. [6]

La lettre de rupture conventionnelle d’Alexandre Langlois est-elle le signe que la police n’est plus au service d’un Etat de droit?

Ce que décrit Alexandre Langlois est-il un pas supplémentaire en direction d’un nouveau régime: un Etat policier? [7],[8]

Depuis la présidence d’E. Macron, des faits abondent dans cette direction.

-Alexandre Benalla, garde du corps du Président Macron s’est retrouvé avec seulement 15 jours d’arrêt avec salaire, pour commencer, après avoir violenté des manifestants le 1 ier mai 2018. [9]

-Le commandant de police Didier Andrieu a été décoré de la Légion d’honneur bien qu’il ait violenté des manifestants Gilets jaunes et qu’il soit contesté en interne. [10],[11]

-Dans cette même veine, Christophe Castaner a décoré au moins cinq agents impliqués dans des enquêtes concernant des violences policières, tel le chef des CRS impliqués dans la mort de Zineb Redouane. [12],[13]

-Les violences policières faites aux Gilets Jaunes.

-Et la loi sur la « Sécurité Globale. » [14]

Voilà une définition de l’Etat policier qui dans ce contexte actuel, donne à réfléchir:

« Un État policier est un gouvernement qui exerce son pouvoir de manière autoritaire et arbitraire, par le biais des forces policières. Les habitants d’un État policier sont limités dans leur liberté d’expression et leur liberté de circulation, et peuvent faire l’objet de diverses coercitions, de tortures, être soumis à de la propagande, de la manipulation mentale, ou encore une surveillance de masse par un État, sous la menace de forces policières. » ,[8]

Candice Vacle

—————————-

Notes

[1] https://www.facebook.com/AlexandreCiceron message du 27/11/2020

[2] https://www.cadremploi.fr/editorial/conseils/droit-du-travail/detail/article/lettre-de-demande-de-rupture-conventionnelle.html

[3] https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/11/26/violences-policieres-a-paris-des-policiers-suspendus-et-une-enquete-de-l-igpn-ouverte_6061208_3224.html

[4] https://loopsider.com/fr/video/la-folle-scene-de-violences-policieres

[5] https://m.youtube.com/watch?v=S5CZkNZq7VE#

[6] Message messenger Facebook de Alexandre Langlois le 23/07/2018

[7] https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/policier/62154

[8] https://fr.wikipedia.org/wiki/État_policier

[9] https://m.youtube.com/watch?v=PgjUeK6lCJk

[10] https://mobile.twitter.com/Brevesdepresse/status/1081654022887608321

[11] https://www.lexpress.fr/actualite/societe/qui-est-didier-andrieux-le-policier-violent-de-toulon_2056141.html

[12] https://www.mediapart.fr/journal/france/170719/la-promotion-gilets-jaunes-de-christophe-castaner-les-medailles-de-la-honte?

[13] https://www.20minutes.fr/societe/2566879-20190718-affaire-zineb-redouane-comme-seconde-mort-colere-famille-apres-medaille-decernee-chef-crs

[14] https://blogs.mediapart.fr/des-salarie-e-s-de-mediapart-contre-la-loi-securite-globale/blog/271120/appel-pour-les-marches-des-libertes-samedi-28-novem?

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

22 commentaires

  • Avatar gregvx

    Il est toujours triste de voir une personne amoureuse de son travail et de devoir le quitter .Pour les gens qui ont comme objectif la sécurité des citoyens être policier gendarme ou soldat sont des métiers d’une grande noblesse , temps que leurs dirigeants ont également la noblesse et le respect vis-à-vis de leurs métiers et de leurs concitoyens… Une chose que je pense qu’ils ont oublié.
    Bravo pour votre décision , décision qui n’a certainement pas été facile à prendre mes qui montre à quel point il y a un mal-être au sein des forces de l’ordre.
    Il ne faut pas en vouloir à ces policiers , ils ont été drillée pour ce travail et ne font que suivre les ordres qui leur sont donnés tel est leur métier… Tout simplement un métier ingrat à l’heure actuelle.

  • Avatar mat40

    https://www.youtube.com/watch?v=RM4GctICow0

    LES VÉRITÉS D’UN POLICIER SUR LE SCANDALE DE L’AFFAIRE MICHEL

    Noam Anouar, policier, syndicaliste à VIGI, nous parle des manœuvres de certains syndicats de police pour faire de la diversion autour de “l’affaire Michel”. Ce lanceur d’alerte, qui a par le passé tiré la sonnette au sujet des violences contre les Gilets jaunes, du racisme au sein de l’institution policière ou de l’islamisme radical, évoque plus globalement le malaise au sein de l’institution. Une institution qu’il a décidé de quitter, comme son collègue et camarade de syndicat Alexandre Langlois. Il explique au Média pourquoi il ne peut plus s’épanouir professionnellement, en tant qu’agent de la force publique, dans la France de 2020.

    • Volti Volti

      J’ai programmé avec les explication d’Alexandre Langlois, deux vidéos à ne pas manquer à 13 heures

    • Avatar predateur

      ouais enfin j ai l impression qu il y a un « truc » dans ces affaires , ils ne sont tout de même pas trés doués nos policiers ,tabasser un gars devant une caméra de surveillance …….je croirais bien à un complot national et ça tombe en même temps que la loi « sécurité globale « https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

      • Avatar mat40

        ^^ils^^ ne savent pas qu’il y avait une camera cctv a l’interieure ,,,, et comme les temoignages des gens a l’exterieure ont dites , des que une flic a hurler «  »cameras cameras » » ^^ils^^ ont arreter de taper sur les gens (les jeunes aussi ont ete tabasser) ,,,

      • Avatar CryptoKrom

        Evidement,
        sa fait partie du plan dictature,
        rentrer chez les gens pour les tabasser.

        Ce qui fait que méme s’ils sont punis,
        parderriere leur mouvement radical , au lieu de s’estomper,
        la loi Sécurité Globale va renforcer justement ces policiers radicaux.

        Ils sont protégés, et Macron nous joue des pieces de théatre pour se faire passer
        comme « outré »… »choqué »…..ha ha ha MDR !

        Quel enfumage !

        Ces policiers avaient Une Cible !
        Ils avaient des consignes.
        Ils ont obeis aux consignes de leur Chef de Mouvement Radical.

        Il y a un vers dans chaque pomme.

  • Avatar CryptoKrom

    Lorsqu’on tiens a sa vie, et au bien étre moral de ses proches, on évite les métiers dangereux.
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

  • Avatar Leveilleur

    Bravo à lui, on le sait ce système politique marche à la répression, on nous infantilise alors que chaque humain est responsable de lui, de sa vie, de sa santé, ils n’ont pas le droit de nous obliger à porter des masques ou de nous interdire de voir nos proches, de partager, ils n’ont pas le droit de nous obliger à rester enfermé, c’est cruel de faire ça, que je sache nous n’avons pas 12 ans pour nous faire punir et réprimander.

    Cette homme à fait preuve de courage et de lucidité contrairement à ceux qui obéissent aveuglément aux ordres pour garder leur travail alors que leur mission première est de servir les intérêts du peuple et non des dirigeants qui s’octroient tout les droits sans nous concerter, on vote pour être représenté par un dirigeant qui parle au nom de tous et non qui nous impose sa loi et une fausse sécurité mis en place pour bafouer nos libertés et nos droits d’humains.

    Il devrait y avoir bien plus de policiers comme lui, lui c’est un vrai guerrier courageux, par respect pour la liberté il renonce à son travail qu’il aime tant, un vrai homme en accord avec ses principes et la morale et un exemple à suivre. Au suivant…

  • Avec l’obligation de réserve (= fermer sa gueule), le fait de rester, c’est s’exposer à la mise au placard. Il le dit, les sanctions peuvent être terribles, avec un harcèlement monstrueux, histoire de pousser les récalcitrants au suicide. Il faut qu’il parte, c’est évident.

    Quant à cette affaire, le second explique bien que ces policiers avaient consulté le dossier du gars (peinard depuis 10 ans quand même et en tout cas jamais condamné), histoire ensuite de pouvoir tourner l’affaire en leur faveur. Il y a donc préméditation.

    La chance, c’est le fait qu’il y ait eu des caméras. Là, on ne pourrait pas accuser quelqu’un (au vu de la future nouvelle loi) d’avoir filmé !! Ces couill…là n’en savaient rien. Peut-être que les prochains se méfieront ?

    Autrement dit, installez des caméras chez vous, quitte à ne les mettre en route qu’à certains moments (voire avec un bip qu’on garde sur soi).

Laisser un commentaire