Ragnarok, le crépuscule des dieux – Mythologie Nordique

Un peu de culture et d’histoire mythologique avec Ludo. Je sais que certains apprécient ses vidéos. C’est aussi un petit clin d’œil à Fenrir (on espère que notre Garou va mieux). Merci à Capitou. Partagez ! Volti

******

Par Arcana les Mystères du Monde

123.RF

Voici le Ragnarök ou le crépuscule des dieux, le dernier acte de la mythologie nordique. La bataille finale qui va opposer les dieux d’Asgard face aux géants de glace et la légion des morts. Nous allons présenter le récit mythique avec ses différents protagonistes, jusqu’a la destruction finale et la renaissance prophétique sous la conduite de Baldr le ressusciter. Nous poursuivrons avec l’analyse symbolique de ce mythe et notamment ses origines et sa proximité avec le mythe apocalyptique du christianisme. Nous terminerons avec une hypothèse sur le message mystico-religion de cette épopée.

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des moutonsenragés. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs.

13 commentaires

  • L’Edda, La Voluspa, les scandinaves et Odin
    La grande révolution qui s’est faite partout pour substituer le régime masculin au régime féminin avait changé l’aspect de toute la terre. Des dieux nouveaux étaient venus prendre la place des Déesses. Les langues étaient changées. Partout le nouveau régime remplaça les noms des nations. En Espagne, la révolution fut maîtresse du pays, les nouveaux Ibères soumirent les anciens peuples gynécocratiques, et les deux noms lui restèrent. En Angleterre (Eng-land, la terre triangulaire), le pays s’appela Albion (Aristote cite Albion et Ierné, mais Albion était déjà mentionnée dans Pythéas de Marseille et Ierné dans les Argonautiques d’Onomacrite). L’Ecosse s’appela l’Albanie. Les propagateurs des nouveaux principes, ayant conquis à main armée la plus grande partie du pays, se maintinrent dans ces deux contrées ; les deux peuples portèrent le nom de Saxons, qu’ils diversifièrent en l’écrivant différemment. L’Italie garda sa dénomination primitive. Les échappés de toutes ces révolutions, comme nous le voyons par Thucydide, accoururent dans les îles de la Méditerranée, vécurent de piraterie, formèrent mille petites républiques de courte durée, firent des légendes de tout ce qu’ils savaient, et voilà les Grecs (graia, grues), ce qui, alors, voulait dire « rebut ». Et ce sont ceux-là qui vont nous raconter l’histoire des nations qui les ont chassés de leur territoire. Là sera leur vengeance.
    L’histoire de ces temps a été détruite par les Grecs et les Romains.
    Et la puissance que prenait l’Empire romain à cette époque fit naître dans les pays du Nord une haine violente contre les nations du Midi. Quand la brillante barbarie gréco-latine fut vaincue, elle laissa le monde dans un état affreux de désolation et d’ignorance ; toutes les lumières étaient éteintes, et ce furent les femmes qui, dans l’ombre de leurs couvents, allaient rallumer le flambeau de l’Esprit, ce qui créa bientôt un nouveau mouvement de résurrection spirituelle et morale résumé dans la Chevalerie.
    Cependant, les pays du Nord avaient un Livre sacré, l’« Edda », écrit par la Voluspa. Mais il fut révisé et dénaturé plusieurs fois pour y introduire les dogmes masculinistes à différentes époques. La dernière révision a été faite dans le 11ème et le 12ème siècle par divers auteurs, entre autres par Sigmund Sigfusson et le fameux auteur islandais Snorron Sturlesson.
    La première partie explique les dogmes, le culte, la création, les combats des géants ; la seconde les querelles des dieux.
    Dans l’Edda, l’idée de « chute » et de « rédemption » est très longuement développée. La chute, c’est l’orgueil divin (masculin) s’arrogeant d’exorbitants attributs, ceux de la Déesse, et voulant se placer sur une cime inaccessible à l’homme voulant dominer la Fatalité, c’est-à-dire la loi qui régit les sexes et sur laquelle s’appuie le règne des Fatæ (Déesses).
    Rappelons que le terme « Déesse » est le nom générique de toutes les femmes supérieures et qui n’indiquait alors que les qualités morales inhérentes au sexe féminin. Pas de surnaturel ; partout les mêmes principes, c’est-à-dire les mêmes commencements, avaient pour base la nature même, encore inviolée.
    Le mythe dit : « Les dieux ne pouvaient user légitimement de l’or et furent maudits dès qu’ils se le furent approprié. » On a compris, sans doute, que l’or est un symbole, puisqu’il régit les attributs sexuels. Les dieux, ayant profané l’or sacré, furent maudits, ils moururent ; telle est la faute, la chute. Mais la résurrection viendra quand l’or sera restitué aux Ondines. La femme seule peut sauver l’homme et lui restituer la science (ceci est le sujet de la Tétralogie de Wagner) ; ce qui est or dans un sexe devient plomb vil dans l’autre sexe. C’est sur ce symbolisme incompris qu’on a édifié l’alchimie de la transmutation des métaux.
    Maintenant, l’Edda célèbre les faits d’armes des féroces Wikings, les incursions de ces hardis brigands danois et norvégiens, et aussi normands, qui jetaient l’effroi dans toute l’Europe en commençant par le littoral de la Baltique et en ne s’arrêtant qu’à Constantinople. Dans le Livre ainsi révisé Loke, l’homme méchant, c’est le dieu du mal ; il ne cesse de faire des malices aux dieux. Le Niflheim est leur enfer (nifl, brouillard). Héla, Déesse de la mort, y préside ; son corps est moitié bleu, moitié chair, pour indiquer le principe de vie et de destruction qui est dans l’homme, mais qu’on met dans une femme pour nier la polarité sexuelle (voir l’article sur la psychologie et la loi des sexes). Les adultères, les parjures, les lâches, croupissent dans un lac verdâtre, formé du poison des serpents, où ils sont engloutis et rejetés sans cesse par des monstres affreux. Le Wal-halla est leur paradis. Là, les guerriers assistent à des festins servis par les Wal-kyries. Leur passe-temps le plus agréable est de renouveler, dans le ciel, les combats qu’ils se livraient sur la terre, entourés des Scaldes qui chantent leurs exploits (les Scaldes sont pour eux les Bardes) ; leur personne est sacrée. C’est parce que le Livre est ainsi profané qu’on va créer des Mystères pour conserver la vérité première.
    […]
    Nous connaissons la science primitive des Celtes par un poème intitulé la Voluspa, nom qui signifie : « Celle qui voit l’universalité des choses. »
    On a comparé cette œuvre à un livre sibyllin, et le nom de la Voluspa a pris depuis la signification de Prophétesse ou Devineresse. Il se dit aussi « Volva ».
    Ce livre contient une histoire cosmogonique ; ce qui en reste se trouve maintenant intercalé dans l’Edda Islandorum. (Edda signifie aïeule).
    L’Edda est un poème composé de deux livres, l’un en vers, l’autre en prose (Edda Islandorum, Hæmiæ, 1665). C’est tout ce qui reste d’authentique touchant le culte des anciens druides, dit-on. Ce livre a été écrit pour les glorifier. La première partie date du XIème siècle et est attribuée à un poète islandais. Il fut découvert en 1643. Il chante les exploits des dieux mâles, Odin, Thor, Balder.
    Le nom de ce poème inspire quelques réflexions : pourquoi Is-landorum ?
    https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/leddalavoluspalesscandinavesetodin.html

  • Avatar behappy

    L’erreur des grande religions c’est d’avoir pris au 1er degré toutes sortes d’histoires issues de toutes sortes de mythologies. parfois totalement imaginaire.
    Exemple la bible, ou plutot l’ancien testament est souvent issue de mythologie sumerieennes.
    Cela n’empêche en rien l’existence de du monde des Dieux, sinon comment expliquer le big bang https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif
    Il n’y a pas d’horloge sans horloger https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

  • Ce qui m’étonne toujours, c’est la sacralisation de la guerre. Offrir sa vie lors d’un acte guerrier est un acte sacré qui ouvre au Paradis: c’est pareil pour les kamikazes…
    Quand l’apocalypse est là, ce n’est vraiment plus le moment de se battre. Et que faisons-nous aujourd’hui ? Alors que nous sommes justement dans cette période ? Exactement comme si de rien était, et même pire encore: on intensifie la lutte pour le pouvoir politique, économique, sociétal…
    Ce devrait être une ère de réconciliation, de pardon, de paix, de joie…justement parce qu’on sait que ça va bientôt finir. Il nous faudra passer à autre chose, autant le préparer maintenant, non ?
    Hé oui… je rêve… on rate encore la marche.. Pas grave, on refera un tour, de quelques milliers d’années avant la prochaine sortie !

  • Avatar behappy

    Va dire aux gens et a la totalité des Humains que l’histoire d’adan est eve n’est qu’une allégorie de l’innocence !
    Et pleins de messages comme la sexualité découverte trop tot peu briser l’innocence et donner une autre notion a la nudité que l’enfant n’avait pas etc
    Non beaucoup pensent que s’est la faute de la pomme et que l’histoire est reelle (comprise 1er degré)https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif
    Pomme = « connaissance » sans maturité, sans etre pret a la recevoir

    Les mythes sont comme les contes de fées, ils sont la pour enseigner et transmettre des messages
    Malheureusement ils sont interprétés au premier degré bien souvent

    Sur terre, les croyances mènent le monde https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif
    Et ce n’est pas prêt de s’arrêter https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif tant qu’il y a une absence de réflexion sur ses propres croyances données par la mythologies/religion/politiquee, courant de pensée et entrer dans l’inconscient collectif comme une vérité absolue

    « Il est plus difficile de désagréger un préjugé qu’un atome. » A.E

    ps = oui la mythologie est inspirées des êtres du monde des Dieux vivants dans « l’olympe », et l’influence la vie humaines qui se passe sur terre
    Je n’exprime pas une croyance mais une totale conscience sur ce sujet
    Mais les histoires ne sont pas a lire au premièr degré
    C’est comme les série policieres, c’est fictif en étant inspiré de faits réels
    La mythologie rajoute en plus des allégories ce qui brouille totalement ce qui se passe dans la réalité

    Non les Dieux du système solaire n’aiment pas que l’humain en sache trop.

    Actuellement tout se découvre que par soi même https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif et aps en lisant mais en lisant en Soi

    Tout comme cela est nécessaire pour ne pas dépendre de big farma

    Les êtres du niveau Olympes sont eternels et éternellement la, mais plus discret a notre époque dans l’echange avec les Humains
    Leur existence etant relayé a myste et légende ils se retire de la cosncience Humaines,, trop précupé avec ses pb

    Maintent je crois a cela de plus en plus au fur et a mesure que j’avance: bcp d’appelés mais peu d’elus
    Et encore cela nécessite des explications sur le sens réel appelé/élu etc
    La religion en a défourné le sens
    « bcp d’appelé mais peu d’elu » A ne pas lire aux 1er degrés mais ayant un sens réel
    Le sens caché des mots ne peut pas se comprendre au 1er degré, mais le sens de ce que cela veut dire au second degré, voir 3 eme degre parfois c’est comme des tiroirs

    => Le sens véritable existe cependant https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif

Laisser un commentaire