Éditorial interdit: le vaccin russe Spoutnik V est un partenariat mondial de sauvetage

Un peu plus d’explications sur le vaccin russe Spoutnik V, ce que les médias n’ont pas pris la peine de donner, préférant le rejet et la russophobie. Un lecteur bien informé pourra se faire sa propre opinion ! Partagez ! Volti

******

Par Kirill Dmitriev pour Arrêt sur info — 13 août 2020

Cet article a été rejeté par tous les principaux médias occidentaux. Nous avons donc décidé de le publier tel quel afin de lever le blocus imposé aux informations positives sur le vaccin russe contre le Covid-19.

Point de vue Par Kirill Dmitriev –  11.08.2020 Source: Spoutnik


Cet article d’opinion, qui explique l’histoire derrière la création du vaccin russe contre le Covid-19 et souligne la volonté de la Russie de coopérer avec la communauté internationale, a été rejeté par tous les principaux médias occidentaux. Nous avons donc décidé de le publier tel quel afin de partager ce point de vue et de lever le blocus imposé aux informations positives sur le vaccin russe contre le Covid-19. Nous croyons que cette information est cruciale pour l’effort international de lutte contre le plus grand défi au monde. Nous souhaitons que les lecteurs décident d’eux-mêmes pourquoi cet éditorial a été refusé.

Le succès de la Russie dans le développement du vaccin contre le Covid-19 enraciné dans l’Histoire 

Le vaccin russe Spoutnik V est devenu le premier enregistré au monde. Il renvoie au lancement du satellite soviétique éponyme en 1957, lequel a ouvert l’espace à l’exploration humaine. Cette nouvelle ère a engendré non seulement la concurrence, mais aussi de nombreux efforts pour la collaboration internationale, dont la mission spatiale conjointe Apollo-Soyouz entre les États-Unis et l’Union soviétique.

Le vaccin contre le Covid-19 est une priorité mondiale. Plusieurs pays, organisations et entreprises affirment être sur le point d’en développer un. Vers la fin de cette année, certains autres États pourront avoir le leur. Il est important que les barrières politiques n’empêchent pas que les meilleures technologies disponibles soient utilisées au profit de tous face au plus sérieux défi auquel l’humanité a été confrontée depuis des décennies.

Malheureusement, au lieu d’analyser les données scientifiques via la plateforme éprouvée de vaccins à base de vecteurs adénoviraux que la Russie a développée, certains politiciens et médias internationaux ont choisi de se concentrer sur la politique et des tentatives pour saper la crédibilité du vaccin russe. Nous croyons qu’une telle approche est contre-productive et appelons à un «cessez-le-feu» politique quant aux vaccins face à la pandémie de Covid-19.

Il n’est pas mondialement connu que la Russie est l’un des leaders en termes de recherches de vaccins depuis des siècles. L’impératrice Catherine II a servi d’exemple en 1768 lorsqu’elle a reçu la première vaccination antivariolique au monde, 30 ans avant les États-Unis.

En 1892, alors qu’il étudiait des feuilles de tabac infectées au virus de la mosaïque, le scientifique russe Dmitri Ivanovski a observé un effet inhabituel. Elles restaient contaminées même après un filtrage des bactéries. Bien qu’il ait fallu encore près d’un demi-siècle avant que le premier virus puisse être vu à l’aide d’un microscope, les recherches d’Ivanovski ont donné naissance à une nouvelle science appelée virologie.

Depuis lors, la Russie a été l’un des leaders dans la virologie et les recherches vaccinales grâce à des dizaines de scientifiques talentueux comme le chercheur Nikolaï Gamaleïa, lequel a étudié au laboratoire de Louis Pasteur à Paris et a ouvert le deuxième centre mondial de vaccination contre la rage en Russie en 1886.

L’Union soviétique a continué à soutenir les recherches relatives aux virus et vaccins. Chaque personne née après la Seconde Guerre mondiale a été obligatoirement vaccinée contre la polio, la tuberculose et la diphtérie. Dans un rare exemple de coopération à l’époque de la Guerre froide, trois virologues soviétiques de premier plan se sont rendus aux États-Unis en 1955 pour offrir la possibilité de tester en Union soviétique un vaccin américain contre la polio, une maladie mortelle ayant coûté la vie à des millions d’individus. Si nous pouvions coopérer à l’époque, nous pouvons et devons le faire à nouveau maintenant.

Les dizaines d’efforts des scientifiques russes et soviétiques ont conduit à la création d’une excellente infrastructure de recherches, comme le Centre d’épidémiologie et de microbiologie russe Gamaleïa. Celui-ci va de l’une des «bibliothèques de virus» les plus riches au monde, créée à l’aide d’une technique de conservation unique, aux centres d’élevages expérimentaux. Nous sommes fiers de cet héritage, lequel nous a permis de créer le premier vaccin contre le Covid-19 approuvé au monde. Nous avons déjà reçu des demandes internationales pour un milliard de doses de notre vaccin et avons conclu des accords internationaux pour produire 500 millions de doses par an avec l’intention de l’augmenter.

Le véritable secret

Aujourd’hui, plusieurs médias et politiciens occidentaux remettent en question la rapidité de la création du vaccin contre le Covid-19 en Russie, soulevant des doutes quant à son efficacité et son authenticité. Depuis les années 1980, le Centre Gamaleïa a fait l’effort de développer une plateforme utilisant des vecteurs adénoviraux découverts dans les adénomes humains et transmettant normalement le rhume, en tant que «vecteurs» ou véhicules, lesquels peuvent introduire le matériel génétique d’un autre virus dans une cellule. Le gène de l’adénovirus, qui cause l’infection, est éliminé tandis qu’un gène avec le code de protéine d’un autre virus est injecté. Il est petit, il ne s’agit pas de la partie dangereuse du virus. Il est sans danger pour le corps, mais aide toujours le système immunitaire à réagir et à produire des anticorps protégeant de l’infection.

La plateforme technologique à base de vecteurs adénoviraux facilite et accélère la création de nouveaux vaccins en modifiant le vecteur porteur initial avec du matériel génétique provenant de nouveaux virus émergents. Ces vaccins provoquent une forte réponse du corps humain afin de créer une immunité alors que l’ensemble du processus de modification du vecteur et de fabrication à petite échelle ne prend que quelques mois.

Les adénovirus humains comptent parmi les plus simples à créer de cette façon. Ils sont par conséquent devenus très populaires en tant que vecteurs. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, tout ce que les chercheurs russes ont eu à faire a été d’extraire le gène codant de la protéine Spike du nouveau coronavirus et de l’implanter dans un vecteur adénovirus afin de l’introduire dans une cellule humaine. Ils ont décidé d’utiliser cette technologie déjà éprouvée et disponible au lieu de défricher un territoire inconnu.

Les recherches les plus récentes indiquent également que deux injections du vaccin sont nécessaires pour créer une immunité à long terme. Depuis 2015, les chercheurs russes travaillent sur une approche à deux vecteurs d’où vient justement l’idée d’utiliser deux types de vecteurs adénoviraux, Ad5 et Ad26, pour le développement du vaccin contre le Covid-19. Ainsi, ils trompent le corps qui a développé une immunité contre le premier type de vecteur, et renforcent l’effet du vaccin avec une deuxième injection en utilisant un vecteur différent. Ils sont comme deux trains essayant de livrer une cargaison importante à la forteresse du corps humain, laquelle a besoin de cette livraison pour commencer à produire des anticorps. Vous avez besoin du deuxième train pour vous assurer que la cargaison atteigne sa destination. Le deuxième train devrait être différent du premier, qui a déjà été attaqué par le système immunitaire du corps et qui le connait déjà. Ainsi, alors que les autres fabricants de vaccins n’ont qu’un seul train, nous en avons deux.

À l’aide de cette approche à deux vecteurs, le Centre Gamaleïa a également développé et enregistré un vaccin contre la fièvre Ebola. Celui-ci a été utilisé sur plusieurs milliers de personnes au cours des dernières années, créant une plateforme de vaccins éprouvée. Cette dernière a été utilisée pour le développement du vaccin contre le Covid-19. Environ 2.000 personnes en Guinée ont eu des injections des vaccins créés par Gamaleïa en 2017-2018. Le Centre Gamaleïa a un brevet international pour ce vaccin.

L’approche à deux vecteurs

Le Centre Gamaleïa a utilisé des vecteurs adénoviraux pour développer des vaccins contre la grippe et contre le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV). Les deux vaccins sont actuellement à un stade avancé d’essais cliniques. Ces succès montrent que les laboratoires russes n’ont pas perdu leur temps au cours des dernières décennies alors que l’industrie pharmaceutique internationale sous-estimait souvent l’importance des nouvelles recherches vaccinales en l’absence de menaces pour la santé mondiale avant la pandémie de Covid-19.
D’autres pays suivent notre exemple en développant des vaccins à base de vecteurs adénoviraux. L’Université d’Oxford utilise l’adénovirus d’un singe, qui n’a jamais été utilisé dans un vaccin approuvé auparavant contrairement aux adénovirus humains. La société américaine Johnson & Johnson utilise l’adénovirus Ad26, alors que la société chinoise CanSino utilise l’adénovirus Ad5, donc les mêmes vecteurs que le Centre Gamaleïa. Ils n’ont cependant pas encore maîtrisé l’approche à deux vecteurs. Les deux sociétés ont déjà reçu d’importantes commandes de vaccins de la part de leur gouvernement.

L’utilisation de deux vecteurs et la technologie unique développée par les scientifiques du Centre Gamaleïa différencient le vaccin russe des autres à base de vecteurs adénoviraux en cours de développement dans le monde. Ce type de vaccin présente également des avantages évidents par rapport à d’autres technologies comme les vaccins à ARNm.

Les vaccins à ARNm potentiels, en cours d’essais cliniques aux États-Unis et dans d’autres pays, n’utilisent pas de vecteurs pour le «transport» et correspondent à une molécule d’ARN avec un code de protéine de coronavirus enveloppé dans une membrane lipidique. Cette technologie est prometteuse mais ses effets secondaires, notamment son impact sur la fertilité, n’ont pas encore été étudiés en profondeur. Aucun vaccin à ARNm n’a encore reçu d’approbation réglementaire dans le monde. Nous croyons que dans la course mondiale aux vaccins contre le Covid-19 ceux à base de vecteurs adénoviraux seront les gagnants, mais même à cet égard le vaccin développé par le Centre Gamaleïa a l’avantage.

Contrer le scepticisme

Le vaccin russe est actuellement prêt et enregistré. Les deux premières phases des essais cliniques sont terminées et leurs résultats seront rendus publics ce mois-ci conformément aux exigences internationales. Ces fichiers fourniront des informations détaillées sur ce vaccin, y compris sur les niveaux exacts d’anticorps comme le montrent plusieurs tests tiers ainsi que le test exclusif de Gamaleïa, lequel identifie les anticorps les plus efficaces attaquant la protéine Spike du coronavirus. Ils montreront également que tous les participants aux essais cliniques ont développé une immunité à 100% contre le Covid-19. Des études sur des hamsters syriens, des animaux qui meurent généralement du Covid-19, ont montré une protection à 100% et une absence de lésions pulmonaires après avoir reçu une dose d’infection mortelle. Après l’enregistrement, nous mettrons en place des essais cliniques internationaux dans trois autres pays. La production de masse du vaccin devrait commencer d’ici à septembre et nous constatons déjà un fort intérêt mondial.

Le scepticisme parmi les médias et les politiciens internationaux a surgi juste après que la Russie a annoncé ses projets de production de masse d’un vaccin contre le Covid-19. Quand j’ai parlé avec des médias occidentaux, plusieurs ont refusé d’inclure des faits clés sur les recherches russes contre le Covid-19 dans leurs articles. Nous percevons ce scepticisme en tant que tentative censée saper nos efforts pour développer un vaccin qui marche, lequel arrêtera la pandémie et aidera à rouvrir l’économie mondiale.

Ce n’est pas la première fois que la Russie fait face à une méfiance internationale quant à son leadership dans le domaine scientifique, les politiques faisant obstacle aux avancées scientifiques et mettant la santé publique en danger. Lors de l’épidémie de polio au Japon dans les années 1950, les mères japonaises dont les enfants mourraient sont sorties pour manifester contre leur gouvernement, lequel avait banni les importations de vaccins soviétiques pour des raisons politiques. Les protestataires ont atteint leur objectif et le blocus a été levé en sauvant la vie de plus de 20 millions d’enfants.

Aujourd’hui, la politique fait de nouveau obstacle à la technologie russe, laquelle peut sauver des vies à travers le monde. La Russie est ouverte à la coopération internationale pour lutter contre cette pandémie et celles à venir. Comme l’avait déclaré un délégué soviétique lors de la conférence internationale sur les vaccins antipoliomyélitiques à Washington en 1960, en réponse aux questions du public sur la sécurité desdits vaccins, nous en Russie «aimons nos enfants et sommes préoccupés par leur bien-être autant que les habitants des États-Unis ou de toute autre partie du monde». Ces propos ont déclenché une ovation du public et le travail conjoint sur les vaccins a continué.

Le bien-être et la prospérité des générations futures sont ce à quoi nous devons penser maintenant. Tous les pays du monde doivent mettre la politique de côté et se concentrer sur la recherche des meilleures solutions et technologies afin de protéger des vies et de reprendre l’activité économique. Notre Fonds pour les investissements directs a déjà obtenu des partenariats de fabrication dans cinq pays afin de produire conjointement le vaccin russe.

Peut-être qu’à un moment donné, grâce à ce partenariat dans la lutte contre le Covid-19, nous pourrons également revoir et abandonner les restrictions dictées par la politique sur les relations internationales, qui sont devenues obsolètes et représentent un obstacle aux efforts coordonnés pour faire face aux défis mondiaux.

Par Kirill Dmitriev –  11.08.2020

Spoutnik via Arrêt sur Info

Cet article peut être republié par tout média estimant utile de présenter à ses lecteurs l’Histoire et quelques faits sur le premier vaccin contre le Covid-19 enregistré au monde. Le Fonds russe pour les investissements directs (RFPI) a également créé un site pour fournir des informations exactes et des mises à jour sur ce vaccin. Dossier: Spoutnik V, le premier vaccin russe contre le Covid-19 (11)

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des moutonsenragés. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs.

36 commentaires

  • Avatar predateur

    pas besoin de se demander pour qui roule le blog , j avais déjà un doute , mais là j en ai la confirmation …..bonne vaccination à vous tous https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    • Volti Volti

      Le blog cherche la vérité et ne pas adhérer les yeux fermés aux faiseurs d’opinions, n’en fait pas un blog qui « roule » comme tu dis, pour un ou l’autre. Tu es infesté par la propagande et tu voudrais qu’on te suive ? Et toi ! pour qui tu roules ?

    • Avatar rectitude

      Visiblement on voit bien pour qui vous roulez, et votre pseudo vous va bien!

    • Avatar CryptoKrom

      Bin quoi, pas assez de motivation ou d’intellect pour cibler l’article alors on cible les internautes?

      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

    • M.G. M.G.

      Comme d’habitude, tu joues parfaitement ton rôle de troll qui consiste à tenter de couper court à tout débat quand le sujet ne colle pas à la doxa étatique, en dénigrant systématiquement le support de réflexion ou les intervenants. franchement, ça devient lassant de voir chaque article pourri par tes commentaires bas de plafond …

      M.G.

      • Avatar predateur

        tu dois être du genre à tabasser la première infirmière venue en cas ou celle ci te conseillerait de porter un masque sous le prétexte que tu te crois bien plus compétent quelle dans tous les domaines….pour discuter vaccin avec toi ,il faudrait déjà savoir si tu as acquis quelques compétences en ce domaine ,ou si tu te contentes come d autres de poster quelques bouts d articles glanés de si de là sur le net pour paraître bcp plus intelligent qu un gars comme moi ,ce que je ne doute pas ,
        d ailleurs depuis que je suis passé au cp je n ai rencontré que ça, des gens toujours « plus » en tout ,que moi.. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif…dans mon parcours professionnel j ai eu l occasion injecter différents vaccins à des animaux, avec des retours sur leur efficacité au bout d une quarantaine de jours pour certains et une dizaine de mois pour d autres ,ça ne fait pas de moi un scientifique mais j ai pu partager avec plusieurs vétérinaires mon ressenti ,et franchement ça dépasse wikipedia…https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

        • Avatar engel

          – Pour cause de cancérisation foudroyante des tissu mou(fibrosarcome), sais-tu que les vétérinaires ont réussi à faire pression sur les groupes pharmaceutique et à leur interdire l’emploi aluminium comme adjuvant dans les vaccins à destination des animaux…uniquement, bien sûr. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
          Entre autres…

          – Là aussi, le « juste milieu » doit être recherché.
          Ce n’est pas la pratique vaccinale qui doit être rejetée en bloc, mais bien les dérives mortelles qui affectent certains. secteurs de cette activité.
          https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • Avatar CryptoKrom

    Merci pour l’article, plus enrichi que le dernier lien qui en parlais.
    On comprend bien mieux.

    mais là d’un coup j’ai pouffer de rire en lisant au dessus le lien
    « Face à l’annonce par la Russie d’un vaccin contre le Covid-19, les médias basculent dans le camp des anti-vaccins »

    – bon, on sait bien que les merdias c’est des pions, a placer n’importe où, pourvu que sa serve une / plusieurs causes de les bienfaiteurs.

    Rhooo la la la… qu’ils sont pathétiquement pénibles, pour le pognon
    ils font pire que des gosses pour étre dans le camp le plus…fort.

    On vois donc l’importance et l’impact des non-merdias

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

  • Combien de temps vit un hamster ? Quel âge avaient ceux qui ont servi de cobayes ? Quid des effets secondaires ? Comment les évaluer sans le moindre recul ?
    Questions à poser à chaque apprenti-sorcier, mais inutile d’attendre la réponse ! Soit elle sera truquée, soit in n’y en aura simplement pas.
    Truquée ? Ben oui, puisqu’il n’y a justement pas de recul pour évaluer les dégâts post-vaccin. Donc s’il y a une réponse, elle sera obligatoirement fausse.

    De quoi est-il constitué ? Quels produits chimiques employés ? Quels résidus animaux, voire humains ? Produits cancérigènes ? Perturbateurs endocriniens …?

    • Avatar CryptoKrom

      Beaucoup de cobayes meurrent avant la fin des études, et ne seront pas comptabilisés.
      Fait remarquable méme sur d’autres études, comme Ondes et Cancer, beaucoup meurent en route… sans étre comptabilisés.

      Voila pourquoi, le nombre de cobayes utilisés, n’est donné qu’a la fin d’une étude,
      et, est toujours VARIABLE.
      Jamais un chiffre fixe et rond !
      Car c’est les…survivants.

      • Tout à fait ! Je posais les questions pour que d’autres se les posent. C’est trop facile de donner des résultats, on parle juste de ce qui est positif. Le reste, c’est l’omerta.

  • Avatar Jean Xana

    Prédateur, s’il y en a un ici qui fait de la propagande, c’est TOI.
    Tous ici donnent leur avis. Le seul qui ne donne pas son avis mais inflige ici la doxa des médias, c’est toi.
    On te fait peur ou bien es-tu payé pour cela ? Ne réponds pas, ce n’est pas la peine…

    • Avatar predateur

      toujours pas vu tes réponses ,celle du gars qui critique la france et qui trouve que c est bien mieux ailleurs …. , à savoir si ceux sont les travailleurs roumains ou les français qui travaillent pour payer ta retraite et en cas de coup dur si c est la sécurité sociale française ou roumaine qui te prend en charge ….????

      • Avatar engel

        T’es pas gentil !

        • Avatar predateur

          https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gifil y en a marre de ces gens qui profitent du systhème ,et qui ne font que de le critiquer …..

          • M.G. M.G.

            Toi, pour l’instant tu profites de la magnanimité de ceux qui devraient te bannir. Mais ne dit-on pas que la roue tourne …

            M.G.

            • Avatar predateur

              c est vrai qu être français et défendre le systhème social français,des types qui crachent deçu c est un délit sur le blog ….ta roue tu la fais tourner quand tu veux ….la dictature guide vos pas..

              • M.G. M.G.

                Visiblement tu n’as toujours pas compris que la seule chose que je te reproche (et je ne suis pas le seul), c’est tes critiques récurrentes sur la forme (l’articles et/ou son auteurs), ainsi que tes attaques personnelles à l’encontre des individus qui publient un commentaire, au lieu de simplement donner ton avis ou débattre sur le fond de l’article. Cette façon d’agir est typique des trolls, d’où mon agacement et celui d’autres intervenants. Tiens compte de cette remarque, cela t’évitera à l’avenir de passer pour le troll de service …

                M.G.

                • Avatar predateur

                  j en ai strictement rien à faire de ton avis à mon encontre …. surtout à la vue de la pertinence de tes commentaires ,trois interventions à la suite de cet article et pas l ombre d un avis de ta part sur les vaccins ou ce qui en approche ….
                  pour ce qui est des attaques personnelles ,tu en as laissé passer un paquet qui venaient d autres intervenants ,insultes en tous genres sans jamais intervenir …..et pas spécialement à mon encontre
                  si tu veux me bannir tu bannis , et tu ne cherches pas des excuses douteuses pour justifier mon expulsion ,
                  ça vous permettra de continuer votre propagande tranquillement ,afin de précipiter un peu plus vite un futur chaos …..https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

                  • M.G. M.G.

                    j en ai strictement rien à faire de ton avis à mon encontre …. surtout à la vue de la pertinence de tes commentaires

                    ça vous permettra de continuer votre propagande tranquillement ,afin de précipiter un peu plus vite un futur chaos

                    J’ai beau rester cool avec toi, je vois que tu n’as toujours pas compris et que tu persistes dans l’arrogance https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif
                    Donc je coupe court à tout dialogue avec toi …

                    M.G.

      • Avatar Jean Xana

        Celui qui a payé ma retraite c’est MOI.

  • Voici le lien vers le site de Sputnik5, j’ai mis la version française. Autant s’adresser à Dieu qu’à ses saints…
    https://sputnikvaccine.com/fra/

    • Avatar CryptoKrom

      A propos de ce lien…
      https://sputnikvaccine.com/fra/about-vaccine/adenoviral-vaccines/

       » VACCINS ADENOVIRUS
      Les vecteurs d’adénovirus sont considérés comme totalement sûrs et les plus appropriés pour la modification génétique.
      Un vecteur est un virus qui ne possède pas le gène pour sa reproduction, il ne représente donc aucun danger d’infection pour l’organisme.
      Les scientifiques utilisent des vecteurs pour amener dans une cellule le matériel génétique du virus contre lequel ils veulent vacciner. »

      Nous devons ici sortir les termes pertinents.
      –  » pour la modification génétique  »
      –  » virus qui ne possède pas le gène pour sa reproduction »
      –  » ne représente donc aucun danger d’infection  »

      ce qui viens est donc contradictoire
      –  » Les adénovirus, extraits de adénoïdes et provoquant normalement des infections virales respiratoires aiguës  »

      –  » Dans le processus de création du vaccin, le gène codant pour la protéine S, que forme la «pointe» du coronavirus, est inséré dans le vecteur d’adénovirus. L’élément inséré est sans danger pour l’organisme, mais il fait réagir le système immunitaire et produire des anticorps qui nous protègent de l’infection  »

      Voila. Passons a la suite:
      –  » modification génétique » ,
      –  » pas d’infections »
      –  » infections respiratoires aigues »

      Il va faloir clarifier les contradictions !

      – Modification génétique Naturelle, Artificielle ! (type d’immunisation)
      – Choix d’un adénovirus (porteur) non-infectueux !
      – Réponse immunitaire = la cellule signale une non-conformité d’un élément intrusif voulant modifier son codage ADN, et signale « Help » aux globules blancs pour venir la suicider…donc une part du processus Immunitaire n’a pas été cité ici !!!
      Pourquoi !?

      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

  • Avatar Cyrildu44

    Entre Raoult et Poutine, si le vaccin parvient un jour à voir…le jour, ce serait un véritable exploit.

  • Avatar behappy

    Et oui certaines contradictions vont apparaître comment être contre les vaccins et accepter le discours de poutine ? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

  • Avatar predateur

    disons que la plupart des moutons préférent se faire vacciner par un militaire russe sur les ordres de poutine que par une infirmière française sur les conseils de leur médecin https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

    • Avatar Jean Xana

      Les mougeons (moutons) sont ceux qui se laissent influencer par les médias. Par ce qu’ils n’ont rien compris et qu’ils se disent que si les autres le font, pourquoi pas eux ?

      Quant à moi, je pense que le vaccin russe est certainement plus sûr que ceux que Gilead et autres essaient en vain de concocter. Pourtant je ne me ferai pas vacciner, car mon immunité naturelle me suffit. Je n’ai pas peur du coronavirus. Et je ne crois pas en la vie éternelle, ni sur Terre ni au ciel. La mort n’est après tout que la phase finale de la vie, et qui est né doit mourir un jour !

      • Avatar predateur

        pour une fois je suis en partie de ton avis …on doit mourir un jour, et le plus tard possible n est peut être pas le mieux …

    • ConscienceU12 ConscienceU12

      Moi je refuse tout vaccin, comme ça je suis sur de ne pas me tromper ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
      …je fais confiance a mon seul système immunitaire, d’autant que la mort me va très bien aussi ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    Les russes se demandent pourquoi on cherche à les empêcher de « sauver des vies », ben surement parce que le but des vaccins des autres c’est justement d’en retirer – surtout en ce qui concerne le vaccin de Billy le Gateux ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif