Peut-on faire confiance à l’OMS ?

L’article de Liliane Held Khawam « La haute finance prend le contrôle de votre santé » ne vous a pas interpellé plus que ça. Pourtant, il est de plus en plus évident que d’énorme sommes d’argent sont en jeux, pour celui qui aura le monopole d’un vaccin. Ce coronavirus s’est « répandu » mondialement, à cause du déni et de la gestion déplorable des états occidentaux capitalo-mondialistes avant tout. Semant une terreur bien entretenue par les médias, il est le principal « ennemi », que tout les grands labos voudraient vaincre avec un vaccin hors de prix.

Comme il y a eu des précédents, nous sommes en droit de nous demander, si nous ne sommes pas les victimes d’une psy-op, visant à tester notre capacité d’acceptation d’un vaccin salvateur dont la composition sera à la discrétion du concepteur.

Nous sommes confinés, et donc dans l’incapacité de contester quoi que ce soit, obligés d’écouter à intervalles réguliers les « conseils » télévisuels d’hygiène, et de distanciation, pour ceux qui sortent pour des achats « déclarés essentiels », après s’être donné eux mêmes, l’autorisation de sortie. Ce qui est essentiel pour les uns peut-être futile pour d’autres, c’est dire comment l’exécutif, pédale dans la semoule et la milice interprète à sa façon l’essentialité des achats. Ceux qui sont à la campagne et donc moins exposés, sont au même « régime » que les citadins, il leur est interdit de se promener en forêt, mais pourquoi donc ? Ce virus se propagerait-il par les airs ? On va même nous faire télécharger une attestation avec QR code. Pour quoi faire d’autre à part nous tracer ? alimenter un Big-Data ? Que deviennent les oubliés du système, ceux qui ne vivent qu’avec le système « D » ? Si le ras le bol, la faim, sont plus fort que la peur, il y aura refus de ce « meilleur des monde » et ça risque de faire du foin. Partagez ! Volti

******

Par F. William Engdahl pour Mondialisation.ca

L’organisation la plus influente au monde, qui assume la responsabilité nominale des questions de santé et d’épidémies mondiales, est l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) des Nations Unies, basée à Genève. Ce que peu de gens connaissent, ce sont les mécanismes réels de son contrôle politique, les conflits d’intérêts choquants, la corruption et le manque de transparence qui imprègnent l’agence qui est censée être le guide impartial pour traverser la pandémie actuelle de COVID-19. Ce qui suit n’est qu’une partie de ce qui a été révélé au public.

Déclaration de pandémie ?

Le 30 janvier, Tedros Adhanom, Directeur Général de l’Organisation Mondiale de la Santé des Nations Unies, a déclaré une urgence de santé publique de portée internationale (PHIEC). Cette déclaration est intervenue deux jours après que Tedros ait rencontré le Président chinois Xi Jinping à Pékin pour discuter de l’augmentation spectaculaire des cas graves d’un nouveau coronavirus à Wuhan et dans les régions avoisinantes, qui avaient atteint des proportions dramatiques. En annonçant sa déclaration d’urgence PHIEC, Tedros a fait l’éloge des mesures de quarantaine chinoises, des mesures très controversées en matière de santé publique et qui n’avaient jamais été tentées auparavant à l’époque moderne avec des villes entières, sans parler des pays. Dans le même temps, Tedros a curieusement critiqué d’autres pays qui s’apprêtaient à bloquer les vols vers la Chine pour contenir cette étrange nouvelle maladie, entraînant les accusations qu’il défendait indûment la Chine.

Les trois premiers cas à Wuhan ont été officiellement signalés le 27 décembre 2019, soit un mois plus tôt. Les cas ont tous été diagnostiqués comme des pneumonies dues à un « nouveau » ou une nouvelle forme de coronavirus. Il est important de noter que le plus grand mouvement de population de l’année, le Nouvel An lunaire et le Festival du printemps chinois, au cours duquel quelque 400 millions de citoyens se déplacent dans tout le pays pour rejoindre leur famille, s’est déroulé du 17 janvier au 8 février. Le 23 janvier, à 2 heures du matin, deux jours avant le début des festivités du Nouvel An, les autorités de Wuhan ont déclaré un confinement sans précédent sur toute la ville, soit 11 millions de personnes à partir de 10 heures ce jour-là. À cette date, des centaines de milliers, voire plusieurs millions d’habitants avaient fui dans la panique pour éviter la quarantaine.

Lorsque l’OMS a déclaré son urgence de santé publique de portée internationale le 30 janvier, de précieuses semaines avaient été perdues pour contenir la maladie. Pourtant, Tedros a fait l’éloge des mesures chinoises « sans précédent » et a critiqué les autres pays qui ont stigmatisé les Chinois en réduisant les voyages.

En référence à la propagation du COVID-19 à Wuhan et à la raison pour laquelle l’OMS ne l’a pas qualifiée de pandémie, le porte-parole de l’OMS, Tarik Jasarevic, a déclaré : « Il n’existe pas de catégorie officielle (pour une pandémie)… L’OMS n’utilise pas l’ancien système de 6 phases – qui allait de la phase 1 (aucun rapport de grippe animale causant des infections humaines) à la phase 6 (une pandémie) – que certaines personnes pourraient connaître de la grippe H1N1 en 2009 ».

Puis, dans une volte-face, le 11 mars, Tedros Adhanom a annoncé pour la première fois que l’OMS qualifiait de « pandémie mondiale » la nouvelle maladie de coronavirus, désormais rebaptisée COVID-19. L’OMS a alors déclaré qu’il y avait plus de 118 000 cas de COVID-19 dans 114 pays, avec 4 291 décès.

Fausse pandémie de l’OMS en 2009

Depuis un fiasco et un scandale antérieurs de l’OMS en 2009, suite à sa déclaration d’une pandémie mondiale autour de la « grippe porcine » ou H1N1 comme on l’appelait, l’OMS a décidé de laisser tomber le terme de pandémie. La raison est révélatrice de la corruption endémique au sein de l’institution de l’OMS.

Quelques semaines seulement avant les premiers rapports en 2009 sur un jeune enfant mexicain infecté par un nouveau virus H1N1 de la « grippe porcine » à Veracruz, l’OMS avait tranquillement changé la définition traditionnelle de la pandémie. Il n’était plus nécessaire qu’une maladie déclarée soit extrêmement répandue dans de nombreux pays et extrêmement mortelle ou débilitante. Il suffit qu’elle soit très répandue, comme la grippe saisonnière, pour que les « experts » de l’OMS déclarent une pandémie. Les symptômes de la grippe H1N1 de l’OMS étaient les mêmes que ceux d’un mauvais rhume.

Lorsque le Dr Margaret Chan, alors Directrice Générale de l’OMS, a officiellement déclaré la phase 6 de la pandémie mondiale, cela a déclenché des programmes d’urgence nationaux comprenant des milliards de dollars d’achats gouvernementaux de vaccins contre la grippe H1N1 présumée. À la fin de la saison grippale 2009, il s’est avéré que les décès dus au H1N1 étaient minuscules par rapport à la grippe saisonnière normale. Le Dr Wolfgang Wodarg, un médecin allemand spécialisé en pneumologie, était alors Président de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe. En 2009, il a demandé une enquête sur les conflits d’intérêts présumés entourant la réponse de l’UE à la pandémie de grippe porcine. Le Parlement néerlandais a également découvert que le Professeur Albert Osterhaus de l’Université Erasmus de Rotterdam, la personne au centre de la pandémie mondiale de grippe porcine H1N1 de 2009 en tant que conseiller principal de l’OMS sur la grippe, était intimement placé pour profiter personnellement des milliards d’euros de vaccins prétendument destinés à la grippe H1N1.

Nombre des autres experts scientifiques de l’OMS qui ont conseillé au Dr Chan de déclarer la pandémie recevaient de l’argent directement ou indirectement des grandes entreprises pharmaceutiques, notamment GlaxoSmithKline, Novartis et d’autres grands fabricants de vaccins. La déclaration de l’OMS sur la pandémie de grippe porcine était un faux. L’année 2009-2010 a été marquée par la grippe la plus bénigne au monde depuis que la médecine a commencé à la suivre. Les géants de l’industrie pharmaceutique ont encaissé des milliards de dollars dans le processus.

C’est après le scandale de la pandémie de 2009 que l’OMS a cessé d’utiliser la déclaration de pandémie en 6 phases et est passée à la déclaration totalement vague et confuse « Urgence de Santé Publique de Portée Internationale ». Mais maintenant, Tedros et l’OMS ont arbitrairement décidé de réintroduire le terme « pandémie », tout en admettant qu’ils sont encore en train de créer une nouvelle définition du terme. Le terme « pandémie » suscite plus de craintes que celui « d’urgence de santé publique de portée internationale ».

Le SAGE de l’OMS toujours en conflits d’intérêts

Malgré les énormes scandales de conflits d’intérêts qui ont éclaté en 2009-2010 entre les grandes sociétés pharmaceutiques et l’OMS, l’OMS dirigée par Tedros n’a pas fait grand-chose pour éliminer la corruption et les conflits d’intérêts.

L’actuel Groupe Consultatif Scientifique d’Experts de l’OMS (SAGE) est truffé de membres qui reçoivent des fonds « financièrement importants » soit des grands fabricants de vaccins, soit de la Fondation Bill et Melinda Gates (BGMF) ou du Wellcome Trust. Dans le dernier affichage par l’OMS des 15 membres scientifiques du SAGE, pas moins de 8 avaient déclaré un intérêt, de par la loi, pour des conflits d’intérêts potentiels. Dans presque tous les cas, le principal bailleur de fonds de ces 8 membres du SAGE était la Fondation Bill et Melinda Gates, Merck & Co. (MSD), Gavi, la Vaccine Alliance (un groupe de vaccins financé par Gates), le BMGF Global Health Scientific Advisory Committee, Pfizer, Novovax, GSK, Novartis, Gilead, et d’autres acteurs majeurs du secteur des vaccins pharmaceutiques. Voilà pour l’objectivité scientifique indépendante à l’OMS.

Gates et l’OMS

Le fait que de nombreux membres du SAGE de l’OMS aient des liens financiers avec la Fondation Gates est très révélateur, même s’il n’est pas surprenant. Aujourd’hui, l’OMS est principalement financée non pas par les gouvernements membres des Nations Unies, mais par ce que l’on appelle un « partenariat public-privé » dans lequel dominent les sociétés privées de vaccins et le groupe d’entités parrainées par Bill Gates.

Dans le dernier rapport financier disponible de l’OMS, pour le 31 décembre 2017, un peu plus de la moitié du budget de plus de 2 milliards de dollars du Fonds Général de l’OMS provenait de donateurs privés ou d’agences externes telles que la Banque Mondiale ou l’UE. Les principaux bailleurs de fonds privés ou non gouvernementaux de l’OMS sont de loin la Fondation Bill et Melinda Gates, ainsi que l’Alliance pour les vaccins de l’Alliance GAVI financée par Gates, le Fonds Mondial de Lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme (GFATM) initié par Gates. Ces trois organismes ont fourni plus de 474 millions de dollars à l’OMS. À elle seule, la Fondation Bill et Melinda Gates a donné la somme astronomique de 324 654 317 dollars à l’OMS. En comparaison, le plus grand donateur étatique à l’OMS, le gouvernement américain, a donné 401 millions de dollars à l’OMS.

Parmi les autres donateurs privés, on trouve les plus grands fabricants de vaccins et de médicaments au monde, notamment Gilead Science (qui fait actuellement pression pour que son médicament serve de traitement pour le COVID-19), GlaxoSmithKline, Hoffmann-LaRoche, Sanofi Pasteur, Merck Sharp et Dohme Chibret et Bayer AG. Les fabricants de médicaments ont donné des dizaines de millions de dollars à l’OMS en 2017. Ce soutien de l’industrie privée pro-vaccins à l’agenda de l’OMS par la Fondation Gates et les grandes entreprises pharmaceutiques est plus qu’un simple conflit d’intérêts. Il s’agit d’un détournement de facto de l’agence des Nations Unies chargée de coordonner les réponses mondiales aux épidémies et aux maladies. En outre, la Fondation Gates, la plus importante au monde avec quelque 50 milliards de dollars, investit ses dollars exonérés d’impôts dans ces mêmes fabricants de vaccins, dont Merck, Novartis, Pfizer, GlaxoSmithKline.

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que l’homme politique éthiopien Tedros Adhanom ait pris la tête de l’OMS en 2017. Tedros est le premier Directeur de l’OMS à ne pas être médecin, malgré son insistance à utiliser le titre de docteur. Il est docteur en philosophie en santé communautaire pour « des recherches sur les effets des barrages sur la transmission du paludisme dans la région du Tigré en Ethiopie ». Tedros, qui a également été Ministre des Affaires Étrangères de l’Éthiopie jusqu’en 2016, a rencontré Bill Gates lorsqu’il était Ministre de la Santé éthiopien et est devenu Président du Conseil d’administration du Fonds Mondial contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme, lié à Gates.

Sous la direction de Tedros, la corruption notoire et les conflits d’intérêts à l’OMS se sont poursuivis, voire accrus. Selon un récent rapport de l’Australian Broadcasting Corporation, en 2018 et 2019, sous Tedros, le programme d’urgence sanitaire de l’OMS, la section responsable de la réponse mondiale au COVID-19, a été cité avec la note de risque la plus élevée, notant « l’incapacité à financer adéquatement le programme et les opérations d’urgence [risque] de fournir des résultats inadéquats au niveau des pays ». Le rapport d’ABC a également constaté qu’il y a eu une « recrudescence des allégations de corruption interne dans l’ensemble de l’organisation, avec la détection de multiples stratagèmes visant à frauder de grosses sommes d’argent auprès de l’organisme international ». Pas très rassurant.

Début mars, l’Université d’Oxford a cessé d’utiliser les données de l’OMS sur le COVID-19 en raison d’erreurs et d’incohérences répétées que l’OMS a refusé de corriger. Les protocoles de l’OMS pour les tests de dépistage des coronavirus ont été cités à plusieurs reprises par divers pays, dont la Finlande, pour les défauts et les faux positifs et autres anomalies.

C’est à l’OMS que nous faisons désormais confiance pour nous guider dans la pire crise sanitaire du siècle dernier.

F. William Engdahl

Article original en anglais :

Can We Trust the WHO? publié le 3 avril 2020.

Traduit par Réseau International

Voir aussi :

Coronavirus – Aucun vaccin n’est nécessaire pour la guérison

24 commentaires

  • L’OMS est le service de la publicité/communication de big pharma.

  • Avatar Cyrildu44

    L’OMS est exactement comme la société-prison dans le film The Island sorti en 2005 : des individus créés dans le but d’être formatés, leur faisant croire qu’ils ont survécu à une catastrophe extérieur, leur faisant croire qu’il existe un coin sur Terre encore « safe ».
    Sauf que dans le film comme dans la réalité, de rares personnes ont encore une notion de ce qu’est le cauchemar et font tout pour le combattre : et c’est cette minorité de personnes qui mettra à plat le système d’esclavage que les élites notamment Big Pharma veut mettre en place.

  • Avatar behappy

    Les conseils de l’oms montrent plutôt un total niveau d’incompétence en période de crise mondiale
    Dire que le masque n’est pas nécessaire c’est la plus grande stupidité que j’ai entendu de leur part

    En fait, quand les gens font de la politique ils perdent leur objectivité et aussi leur liberté de penser
    Ils ont voulu faire croire que le masque n’est pas utile parce-qu’il y avait une pénurie, et un choix politique de privilégier le corps médicale mais au détriment de la population
    Cela ne serait pas venu a leur esprit de demander aux gens d’en fabriquer sur des models sanitaires ?

    Il y a pleins de lecons que va devoir avoir l’humanité
    Quand la politique sert des intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général, cela peut faire un désastre…

    Et aussi ce n’est pas parce qu’il y a des experts d’un domaine qu’ils ne peuvent pas dire des choses stupides.
    Parfois les experts ne voient que des choses précises perdant de vue la globalité..
    Il vaut mieux aussi garder une vue du ciel pour avoir une vue d’ensemble ^^

    • Avatar Kool

      Et aussi, Trump remercie Modi de finalement (après menaces) lui envoyer l’hydrochloroquine.

    • Avatar Cyrildu44

      « Ce produit a cessé d’être prescrit à partir de 2002, quand sont apparues les premières résistances à la molécule. » à croire que le simple fait d’avoir eu un ou deux résistants a été un prétexte pour tout arrêter.

      Et encore une fois, c’est un résistant (Raoult) qui pourrait sauver le monde.

    • Avatar mianne

      Il y a quarante ans, on prescrivait la molécule de la chloroquine à tous les soldats, tous les voyageurs qui allaient dans les pays infectés par le paludisme . J’en ai pris, des millions de personnes en ont pris sans effets secondaires particuliers . Alors que tous les pays du monde traitent leur patients atteints du Covid 19 avec l’hydroxychloroquine , la France le classe d’abord parmi les produits dangereux et ensuite ne consent à le prescrire qu’aux malades les plus gravement atteints , quand la molécule n’agit plus . On nous dit que les Estrosi ont été guéris du Covid 19 en prenant ce médicament de l’hydroxychloroquine AU DEBUT de la maladie, suivant les conseils du Pr Raoult . Pourquoi les autres Français n’y ont-ils pas droit ? Sur l’ordre du ministère, les médecins français n’ont le droit de le prescrire qu’après l’aggravation de la maladie, c’est à dire quand précisément la molécule ne peut plus agir . Tout semble fait en France pour discréditer ce médicament PAS CHER qui a prouvé son efficacité en DEBUT de maladie, quand la charge virale est importante . Ce médicament n’est donc pas assez cher ? On temporise, on accumule les cadavres, en attendant que les laboratoires sortent un autre médicament beaucoup plus cher et qui ne sera peut-être pas aussi efficace . Nos vies sont entre les mains d’un ministère de la santé soumis aux intérêts financiers des laboratoires . Tous les Français sont horrifiés, très en colère, et en soutien à ceux qui ont perdu des proches, ils sauront demander des comptes aux responsables gouvernementaux meurtriers .

  • Avatar mianne

    Il y a quarante ans, on prescrivait la molécule de la chloroquine à tous les soldats, tous les voyageurs qui allaient dans les pays infectés par le paludisme . J’en ai pris, des millions de personnes en ont pris sans effets secondaires particuliers . Alors que tous les pays du monde traitent leur patients atteints du Covid 19 avec l’hydroxychloroquine , la France le classe d’abord parmi les produits dangereux et ensuite ne consent à le prescrire qu’aux malades les plus gravement atteints , quand la molécule n’agit plus . On nous dit que les Estrosi ont été guéris du Covid 19 en prenant ce médicament de l’hydroxychloroquine AU DEBUT de la maladie, suivant les conseils du Pr Raoult . Pourquoi les autres Français n’y ont-ils pas droit ? Sur l’ordre du ministère, les médecins français n’ont le droit de le prescrire qu’après l’aggravation de la maladie, c’est à dire quand précisément la molécule ne peut plus agir . Tout semble fait en France pour discréditer ce médicament PAS CHER qui a prouvé son efficacité en DEBUT de maladie, quand la charge virale est importante . Ce médicament n’est donc pas assez cher ? On temporise, on accumule les cadavres, en attendant que les laboratoires sortent un autre médicament beaucoup plus cher et qui ne sera peut-être pas aussi efficace . Nos vies sont entre les mains d’un ministère de la santé soumis aux intérêts financiers des laboratoires . Tous les Français sont horrifiés, très en colère, et en soutien à ceux qui ont perdu des proches, ils sauront demander des comptes aux responsables gouvernementaux meurtriers .

  • Avatar Ohm

    Traitement Covid-19: ne perdons plus de temps !

    https://autonomes.blogspot.com/2020/04/traitement-covid-19-ne-perdons-plus-de.html

    Le Maire de Nice et sa femme ont été soignés avec l’hydroxychloroquine (rappel)

    https://www.nexus.fr/actualite/sante/estrosi-soignes-coronavirus-nice-chloroquine-raoult/

    • Avatar behappy

      Et guérit par qui ? leur système immunitaire ou le fameux médicament qui ‘sauve les vie’ d’après certains expert et selon quel effet secondaires (tant que c’est pas eux) dont ils ne parlent jamais, et sont pourtant connus et maintenant vérifiés ^^

      • Avatar CORELIA

        Il n’est pas normal de s’opposer, de critiquer un traitement qui fait baisser la charge virale du COVID-19 ?
        Tout comme certains « médecins » qui ont oublié le serment d’Hippocrate et qui ont la mort de nombreux patients sur la conscience (si conscience ils ont ?).
        Quel est la moralité dans ces actions ?
        Certains ne savent pas ce que l’urgence veut dire, car le temps est alors très précieux, chaque seconde compte pour sauver la vie d’un patient.
        Mais là, ce n’est plus une vie qu’il faut sauver mais des centaines, et des centaines !
        Nous n’avons pas de temps à perdre que ceci soit bien compris!
        Que de temps perdu pourtant, que d’innocentes victimes tout autant! Pourquoi? Pourquoi alors que le gouvernement savait qu’un virus se propageait, dès décembre, pourquoi le gouvernement a t’il rien entrepris pour protéger les français?
        Pourquoi, tant d’indifférence?
        Et, que de commentaires ignobles!
        Aucun respect des défunts, aucun respect des malades atteints gravement, aucun respect des proches en pleurs!
        Tous ceux qui de près ou de loin auront les mains souillées de sang devront face aux familles et à tous ceux qui sont partis rendre des très sérieux comptes !
        Tous ceux qui seront les complices de ces crimes seront tout autant poursuivis.
        L’urgence existe, et les soignants payent aussi un lourd tribut, il faudra ne pas l’oublier non plus.
        Tous les malfrats, les profiteurs, les mafieux de Big Pharma et bien d’autres ne seront pas oubliés !

        • Avatar behappy

          Ne pas confondre urgence et précipitations…

          • Avatar CORELIA

            Manipulations?

            Lu dans l’article de Nice matin :

            … » Grâce à ce suivi par ECG, nous avons mis en évidence des risques majeurs d’accident gravissime chez une patiente, et le traitement a aussitôt été stoppé. » (avis d’un cardiologue de l’hôpital Pasteur à Nice)
            Encore une fois on tombe sur une manipulation de la réalité, le CHU n’a pas arrêté le traitement des patients, mais celui d’une patiente, et là ça fait la UNE…
            Il est signalé dans l’article :… »Le CHU de Nice, comme d’autres établissements, teste l’association hydroxychloroquine-azithromycine, chez des patients hospitalisés avec des formes sévères de Covid-19… »
            Il est évident que des patients ayant des formes sévères doivent avoir des complications cardio-respiratoires, ceci ne doit pas pour autant pointer de l’index l’hydroxychloroquine, mais surtout la pathologie du patient et l’avancé du COVID-19. Il convient d’arrêter le traitement ou de le modifier dans ce cas.
            Si l’on veut rester objectif l’hydroxychloroquine a comme seul objectif celui de faire baisser la charge virale du patient, combien de fois que ceci devra être répété pour être compris.Encore une fois le texte de l’article (rien que le titre est trompeur) peut entraîner de fausses intéprétations, là c’est un cardiologue qui parle, mais la décision d’arrêter le traitement ne lui revient pas normalement.
            Il faut bien que les choses soient claires il n’y a que les médecins virologues qui soient à même de s’exprimer correctement concernant le traitement.
            Pourquoi pas aussi demander des avis aux dermatologues, et pour se faire une idée aux médecins légistes…

  • Avatar bob_tail

    Cela fait déjà 2 sujets en 2 jours que behappy fait complètement dériver de leur propos initial pour les ramener à sa croisade obsessionnelle anti choroquine à lui.
    Dans son cas il y a un traitement simple, efficace et fort peu coûteux :
    https://www.google.com/search?q=dont+feed+the+troll&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=2ahUKEwjwk97lr9voAhUO8BoKHb3-AmsQ_AUoAXoECA0QAw&biw=1600&bih=773
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    • Avatar behappy

      Je parle de réalité
      avec des essais cliniques
      Fait par des hôpitaux dans le monde

      Je le répète, je n’ai pas de doute sur l’absence de bénéfices/risques défavorables
      Par le moindre
      Et j’ai expliqué pourquoi
      Si chaque pays doit faire son expérience… (sans compréhension a l’avance ou par espoir)
      Justement a suivre mais j’ai des doutes sur la capacité a analyser la cause de la mort…
      Et la chaleur peux aider a moins répandre le virus aussi

      Il faut prendre tout en compte…
      Pas simplement des infos medias