Le ratio Dow/Or : acheter de l’or pour racheter le marché actions en cas de rebond

Photo

 

 
Le monde est peut-être confronté aujourd’hui au plus grave ralentissement économique et social des temps modernes, et ce depuis la révolution industrielle. La baisse de 33 % du Dow Jones et de 40 % du CAC 40 mi-mars 2020, ainsi que les chutes des nombreux marchés financiers à travers le monde ne pourraient être que le début d’un long processus de crise.

En effet, cela fait plusieurs années déjà que les actions et l’économie mondiale sont au bout d’un marché haussier séculaire. Mais le krach boursier actuel n’est pas forcément lié à la pandémie de coronavirus qui n’est finalement qu’un catalyseur. En effet, tous les voyants étaient au rouge depuis longtemps : dette étatique et privée, absence de croissance, sur-financiarisation de l’économie réelle, taux d’intérêt bas ou négatif, entreprises multinationales systémiques non rentables… Cette situation est extrêmement favorable aux métaux précieux, alors qu’une importante baisse des stocks intervient (on y reviendra dans le prochain numéro).

C’est le bon moment pour mettre en avant un ratio important dans l’analyse de l’or : le ratio Dow/Or. Il s’agit d’un rapport entre l’indice principal des actions américaines, le Dow Jones Industrial Average, et le cours de l’once d’or en dollar. Ce ratio permet de savoir combien d’onces d’or sont nécessaires pour acheter l’indice Dow Jones constitué de 30 entreprises américaines majeures. Il s’agit en fait d’une simple division entre l’indice du Dow Jones et le prix d’une once d’or en dollar. Si le ratio est de 5, cela signifie qu’il faut 5 onces d’or pour acheter une action Dow Jones. Plus le ratio décroît et plus il est favorable d’acheter de l’or par rapport aux actions. Au contraire, plus le ratio croît, plus il est favorable d’acheter des actions par rapport à l’or.

Ce Dow Jones est un excellent indicateur financier, car il a l’avantage d’être le plus vieil indice boursier du monde. Sa première publication date de 1896 ce qui peut le rendre plus pertinent dans l’analyse à long terme, celle qui nous intéresse, par rapport à l’indice Standard & Poors par exemple (S&P 500). Le Dow Jones peut également être adossé à divers actifs, comme le pétrole, le gaz ou l’immobilier, soit autant de manières de connaître la valeur réelle d’un secteur par rapport à la valorisation des entreprises américaines. Nous nous cantonnerons à l’or dans le cadre de cette analyse.

En effet, la baisse du pouvoir d’achat des actions du Dow Jones peut passer inaperçue quand elle est mesurée en dollar, alors qu’elle est mise en évidence avec le ratio Dow/Or. Ce ratio est d’autant plus pertinent en cette période, car la croissance des marchés boursiers depuis deux décennies a été notamment due à l’augmentation massive de la masse monétaire. Ces liquidités émises par les banques centrales, telles des planches à billets, abondent sur les marchés sans justification économique réelle et faussent les perceptions. En réalité, le Dow Jones a perdu 87 % de son pouvoir d’achat par rapport à l’or de 1999 à 2011.

 

Photo

 

 
Pourtant, le Dow calculé en dollar durant cette même période a fluctué et a même plutôt augmenté :

Photo

Le ratio Dow/Or traduit donc une tout autre réalité pour appréhender le marché actions et reflète probablement plus précisément la santé future de la bourse et surtout de l’économie réelle. Utiliser un tel ratio de comparaison a pour avantage de faire abstraction de la monnaie commune dans laquelle sont exprimés les deux prix et ainsi mettre de côté la distorsion induite par la monnaie papier pour avoir un résultat moins biaisé par rapport à l’inflation. En effet, à cause de cette inflation, le dollar (et toutes les autres monnaies) se dévalue au fil du temps ; les devises sont généralement des étalons qui faussent l’analyse (100 $ en 1999 valent 135 $ aujourd’hui soit +35 % d’inflation). Le Dow/Or donne l’avantage d’analyser de longues périodes sans qu’il ne perde trop de sa pertinence, car l’or est une valeur extrêmement stable depuis des millénaires. Il est donc un meilleur étalon qu’une monnaie et dans un environnement de taux d’intérêt zéro ou négatif et de crédits illimités (aussi appelée Quantitative Easing/QE/assouplissement quantitatif/planche à billets), le ratio Dow/Or devient particulièrement intéressant.

Le Dow/Or est important à considérer même pour ceux qui ne sont pas investis en dollar ou aux États-Unis, tout simplement parce que l’économie américaine et ses places boursières donnent le « La » à l’économie mondiale et aux marchés financiers internationaux. Avec les deux indices pris séparément, nous avons grosso modo quatre grands scénarios notables sur les cours pour que le ratio baisse, soit :

  • Le Dow chute et l’or grimpe ;
  • Le Dow chute et l’or baisse mais beaucoup moins vite (déflation) ;
  • Le Dow résiste et l’or grimpe en flèche ;
  • Le Dow augmente, mais l’or augmente encore plus vite (hyperinflation).

Historiquement, l’analyse du ratio entre les deux indices fait émerger deux constats :

· Lorsqu’il est à la hausse, on assiste à la baisse du cours de l’Or ;

· Lorsqu’il est à la baisse, le cours de l’Or grimpe.


Photo

 

 
Le ratio Dow/Or permet donc à la fois de déterminer la performance de la bourse américaine en termes d’or plutôt qu’en termes de dollars et dans le même temps, il permet de nous signaler la pondération en or et en actions que l’on doit avoir dans un portefeuille d’investisseur. Il en est donc un bon indicateur puisqu’il anticipe les périodes de boom économique des actifs financiers qui suscitent une pleine confiance (hausse du ratio) et les périodes de crise avec fuite vers les valeurs refuges (baisse du ratio).

 

En juillet 1999, le ratio Dow/Or a atteint son maximum à 45 : cela signifie qu’une seule action du Dow Jones achetait 45 onces d’or ! Mais le rapport s’est ensuite effondré de 87 % pour atteindre un niveau de 6 en 2011. Depuis, la reprise soutenue du rapport jusqu’à 20 peut être considérée, en analyse technique, comme une correction de 38 % précédant une chute suivante probable.

Est-ce que les actions ne seraient pas en réalité dans une tendance baissière de long terme depuis 1999 ? Selon le Dow/Or : oui. Et si cette tendance repart à la baisse, la chute sera plutôt verticale.

Photo

 

 
Ce graphique montre que depuis 1800 les actions ont eu une tendance haussière de long terme par rapport à l’or pendant 200 ans. Une conséquence naturelle de la croissance de la production mondiale alimentée par l’industrialisation et la découverte de la formidable énergie qu’est le pétrole. Entre 1800 et 1913, les fluctuations du ratio Dow/Or étaient relativement faibles, à une petite exception près lors de la panique bancaire de 1837. Depuis la fin de l’étalon or de réserve à 100 % en 1913 (cf. ma vidéo sur le Standard Or), couplée à la création de la Réserve fédérale américaine et des banques centrales modernes, les fluctuations du Dow/Or ont commencé à fortement augmenter.

Depuis 1999, le Dow Jones est en chute libre par rapport à l’or : il est actuellement en baisse de 30 % depuis octobre 2018 et il a déjà baissé de 20 % en mars 2020 par rapport à il y a un an. Selon Egon von Greyerz, personnage connu pour ses anticipations à la fois sur les politiques monétaires des banques centrales (planche à billets) et sur les fluctuations des devises, le ratio Dow/Or pourrait redescendre jusqu’à 1 (le niveau atteint en 1980) lors du prochain krach boursier. Autrement dit, on enregistrerait une chute de 94 % du Dow par rapport à l’or.

 

Photo

 

 
Sur ces 100 dernières années, le rapport moyen du Dow/Or était de 10. Chaque fois que le Dow Jones se négocie plus de 10 fois le cours du métal jaune, une correction violente s’en suit. On pourrait donc soutenir qu’à 5, les actions se vendent pour à peu près la moitié de leur valeur et à 20, les cours seraient à peu près deux fois supérieurs à la valeur réelle des entreprises. Les moments décisifs qui ont marqué le ratio Dow/Or ont d’ailleurs coïncidé avec des tournants financiers : le marché boursier a atteint des plus hauts historiques en 1929, en 1966 et en 1999, tout comme le ratio. De même, le marché a enregistré des plus bas historiques en 1932 et en 1980, en même temps que le ratio.

 

Alors, assiste-t-on nous à la fin de la hausse d’un marché séculaire du marché actions ? Selon le ratio Dow/Or : oui.

Est-ce que nous rentrons en crise pour autant ? Peut-être, mais rien n’est moins sûr, car cela fait 10 ans que l’on en parle.

Au moment où j’écris ces lignes, le 24 mars 2020, le ratio Dow/Or est à 13,4 (20 225,83/1504,85) et il faudra penser à le calculer régulièrement pour anticiper la suite.

Si les investisseurs du marché actions avaient suivi le Dow/Or, notamment à travers les analyses de Stewart Thomson ou de Egon von Greyerz, ils auraient vendu leurs actions dès 2019 avec le Dow/Or :

Photo

 

 
Et même pour être plus précis dès novembre 2019 :

 

Photo

 

 
Mais l’analyse était difficile à tenir face à un marché actions toujours plus exponentiel ; ce ratio étant en fait surtout destiné à l’investisseur de moyen-long terme.

 

Le marché ayant récemment chuté, gardons en tête que le Dow/Or nous prévoit pire.

Franck Pengam, le 9 avril 2020.


Extrait de la Revue stratégique internationale Or & Argent :

Photo

 

 
Photo

 

 
Photo

 

 
Cliquez sur une des images pour voir la revue !

**La Tribune Libre est l’espace de libre expression des abonnés des ME. Son contenu n’engage pas le site des ME.**

5 commentaires

  • Avatar gneu

    Super, merci, je vais de ce pas acheter de l’or.

    Au fait, lors de la revente de mon or, je suis taxé à combien déjà ? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
    Curieusement, ce n’est jamais évoqué dans l’article…

  • .article35. .article35.

    Bonsoir à tous .
    Il y a quelques années j’étais contre l’achat d’or considérant qu’il ne se mange pas .
    Depuis j’ai changé mon fusil d’épaule et il est bien évident que chacun est libre ( pour l’instant encore) de faire ce que bon lui semble .
    Il y a deux façons de considérer l’achat d’or : la première comme présentée par gneu qui consiste à spéculer avec le cortège de taxes et contraintes qui y sont associées .
    La seconde qui ressort plus de la résilience , qui veut que l’or acheté soit un tampon qui permet d’absorber les variations des monnaies officielles. Quand comme au Vénézuela ( pour ne parler que du dernier en liste) les prix sont multipliés entre le matin et le soir , l’or garde sa valeur tout au long de la journée .
    Je sais que les aficionados des monnaies libres et crypto vont hurler à l’hérésie et m’expédier au bucher , mais une monnaie quelle qu’elle soit , si elle n’est adossée à aucune valeur tangible, ne vaut que le prix du papier et de l’encre qui la composent .
    Il y a une manière toute simple de se faire une idée assez juste de tout ça .
    Mettez vous en situation : le système s’est effondré et le pays se trouve en situation de rupture de la normalité .
    Vous avez un kilo de patates à vendre , deux personnes se présentent pour l’acheter .
    La première vous propose de payer avec une monnaie libre fraichement imprimée ou des cryptos, la seconde de vous régler en pièces d’or . Très franchement , à qui allez vous vendre vos patates ?

Laisser un commentaire