Union européenne: demandez à réglementer la publicité pour éviter les enfants en surpoids

Les experts estiment que la publicité pour les aliments riches en sucres et en graisses conçue spécialement pour les enfants devrait être plus réglementée, car cela encourage la consommation d’aliments malsains, selon le résultat d’une étude menée auprès de 10.000 enfants européens. L’étude, financée par l’Union européenne (UE), a porté sur des enfants de huit pays européens.

Les jeunes enfants en particulier sont incapables de distinguer la publicité du reste et ne sont donc absolument pas protégés. De plus, les parents ayant un niveau d’éducation relativement faible sont moins critiques à l’égard des allégations publicitaires, de sorte que les effets de la publicité sont plus importants sur leurs enfants. L’engagement volontaire des fabricants en faveur d’une publicité responsable pour les enfants n’a pas fonctionné, selon le rapport.

Les enfants doivent apprendre à différencier les messages publicitaires

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) exige également depuis longtemps que les gouvernements européens réglementent plus strictement la publicité en créant des lois. Cependant, l’association allemande de la législation alimentaire et des consommateurs (BLL) est d’avis qu’une interdiction de la publicité n’est pas la solution.

Les enfants ne peuvent pas être autorisés à grandir dans une bulle de protection avant l’âge de 18 ans. Ils ne doivent pas être exclus de la publicité, mais doivent apprendre à s’en occuper et à développer des compétences en matière de publicité, a déclaré l’association BLL.

Les chercheurs ont dénoncé la situation dans laquelle se trouvent les enfants européens. La fréquence de l’obésité et de le surpoid chez les enfants européens a atteint un niveau sans précédent.

Parmi les pays participant à l’étude, l’Italie avait le pourcentage le plus élevé d’enfants en surpoids âgés de 2 à 10 ans, avec 42 pour cent. En Allemagne, par exemple, 16,5 % des enfants participants étaient en surpoids, tandis que la Belgique affichait le chiffre le plus bas, soit 9,5 %. Dans tous les pays, le surpoids et l’obésité ont touché les filles plus que les garçons.

Les scientifiques ont constaté que même pas un tiers des enfants pratiquent une activité physique pendant au moins une heure par jour, et qu’il n’y a pas non plus de plan de régulation du poids ou de régime alimentaire à la maison.

Brigitte Tijou

**La Tribune Libre est l’espace de libre expression des abonnés des ME. Son contenu n’engage pas le site des ME.**

12 commentaires

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Réglementer, réglementer, toujours plus, mais bon sang de bois ce sont les parents qui doivent s’occuper de leurs enfants, et s’ils en sont incapables ce sont à eux que l’on doit s’adresser pour les éduquer en premier lieu; A quand des écoles obligatoires le soir pour les parents permissifs ou incapable de résister à leur progéniture, ou encore complètement inconscients de leur rôle de parents.
    D’ailleurs il y a longtemps que je pense que des cours devraient être dispensés aux couples qui attendent un enfant et ce pendant tout le temps de la grossesse, et obligatoires !

    • Voui, Voui, Voui !!
      Mais faudra faire attention que les cours ne soient pas subventionnés par Caca cola bio et Nutella bio !!

      En plus, je m’ insurge contre le sexisme honteux de cet article :
      « Dans tous les pays, le surpoids et l’obésité ont touché les filles plus que les garçons. »
      Qu’ est ce à dire ???Que les filles sont beaucoup plus gourdes que les garçons ??!!
      Même s’ ils en ont la preuve scientifique, ce n’ est quand même pas une raison pour le crier sur les toits !

    • Avatar sombre

      Les parents de demain sont les enfants d’aujourd’hui. Ce que tu propose n’empêche pas qu’on puisse malgré tout réglementer la publicité, je ne vois pas en quoi cela serait néfaste.

  • Avatar boco

    Contre la betise pas de reglementation sinon beaucoup d’hemicycles seraient deserts !?
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

  • Avatar agnelette

    j’en suis à me poser la question : si les parents aiment vraiment leur gosses… ce n’est pas possible de leur donner de telles choses à manger, et les rendre obèses, plus tard diabétiques, et d’en faire d’excellents candidats aux infarctus…

    Avec toutes les informations qui sont maintenant à notre portée, tous les reportages qui sont réalisés, etc… il n’est pas pardonnable de dire que l’on n’est pas au courant, et de rester cloisonné dans une telle « incapacité » à leur prodiguer les soins basiques en terme de santé.

    Cette société est sur le déclin, il faut l’admettre.

    • Avatar predateur

      tu dois parler de tous ces reportages ,qui veulent homogénéiser toute la population ,un indice de masse corporelle en étendard , aujourd hui on veut interdire le sucre demain ce sera la viande ,aprés demain on interdira le plaisir de s alimenter …..
      parce que c est pas bien ,que l on vivra mieux et plus longtemps si on fait tout ce qu il dise
      coffe disait « ma fille ne buvait pas , ne fumait pas ,était végétarienne ,ça ne l a pas empêché de mourir d un cancer à 37 ans « 

      • Avatar sombre

        Je crois pas qu’on veuille interdire quoi que ce soit. Il y a au mieux des paroles en l’air, des démonstrations de responsabilité pendant que des KFC et des MCdo pousse comme des champignons. Au mieux ils taxeront ce qui est néfaste (tabac, boisson sucré), pour que les gens soit malade mais que ça rapporte du fric.

  • Avatar boco

    télé, smartphone, console de jeux; obésité aggravée ! Mal barrés !

  • Boarfff !

    Laissons faire la sélection naturelle.

    Plus ils seront gros et moins ils se reproduiront…

    • Avatar sombre

      Malheureusement (ou heureusement?) ça marche pas comme ça. Au pire ils auront des difficulté d’érections pour les mecs vu qu’ils seront plein de graisse animal dans leurs zguegs mais iront à la pharmacie acheter du viagra.
      C’est même l’inverse qui se produit : les personnes en surpoids sont, dans les pays moderne, souvent des classes social pauvre car la malbouffe est pas cher et que faire du sport peu, mais n’est pas toujours, gratuit. Et c’est justement chez ces classes là que tu as les foyers … avec le plus d’enfants.

  • Avatar Numero6

    Le problème c’est l’excès qui nuit en tout. La publicité aide nos gouvernements à créer une société d’imbéciles surconsommateurs. En plus tous ces produits coûtent très cher par rapport à ce qu’ils apportent et sont souvent consommés à outrance par les classes les plus modestes.