De nos jours, le BITCOIN est-il écologiquement viable ?

A l’heure où l’on devrait faire des choix de plus en plus écologiques, pourquoi le Bitcoin prospère autant ? Cette célèbre crypto-monnaie qui évolue dans un marché financier des plus anarchique, a déjà connu l’éclatement d’une première bulle spéculative en décembre 2017. Son prix était monté à 20 000$ avant de chuter de 70%. Entre krash boursier, instabilité réglementaire, utilisation à des fins parfois illégales, il est difficile de comprendre comment le Bitcoin peut présenter un intérêt pour l’investisseur particulier. Et pourtant même les plus professionnelles formations de trading comme IVT en ont fait leur voie de diversification. Alors ouvrons le débat, entre une crypto-monnaie qui présente un intérêt sociétal à demi-mesure et des conséquences écologiques bien réelles, y’aurait-il un arbitrage à faire ?

Lancé en 2009, sans créateur prouvé, le Bitcoin échappe à toute autorité centrale. C’est à la fois sa force et son principal frein au développement public. Les échanges se font de particulier à particulier sans intermédiaire et avec des frais limités. Pas d’intermédiaire, pas d’Etat régulateur, la monnaie virtuelle se glisse dans un projet « alternatif au capitalisme contemporain« .

Un intérêt limité pour le consommateur

Le Bitcoin veut participer aux échanges économiques. Il s’acquiert sur les plateformes spécialisées, dans des bureaux de change ou lors de transactions (vente de biens ou de services en Bitcoin). En somme, les transactions ne sont pas ni plus, ni moins chères. Le seul intérêt réside dans l’anonymat, qui participe également aux transactions illicites. En 2013, 90% des échanges de crypto-monnaie concernés des activités illégales.

La volatilité ne peut pas encourager le particulier à l’utiliser comme une solution de placement. Après avoir perdu 33% de sa valeur de septembre 2019 à fin octobre 2019, le Bitcoin a réalisé un pic de plus de 41% en 2 jours, le 25 et 26 octobre 2019. Ce rebond stratosphérique représente un investissement estimé de 55 milliards de dollars, et forcement, on parle beaucoup de manipulation du cours qui n’est pas contrôlé.

Le risque juridique est bien réel. Trump, le président des Etats Unis, l’a déclaré dans un de ses tweets récents « I’m not a fan of Bitcoin and other Cryptocurrencies, which are not money… », les crypto-monnaies ne sont pas des monnaies et ils ne les apprécient pas.  Plusieurs pays comme l’Algérie ou le Vietnam l’interdissent tandis que d’autres le restreignent comme la Chine ou l’Inde. Alors les initiatives d’intégration ont du mal à émerger, rien n’est donc garanti.

Un désastre écologique bien réel

C’est là que le bât blesse, rappelons que ces monnaies sont décentralisées. Que chaque utilisateur peut « miner » une crypto-monnaie. C’est-à-dire participer à la production des futurs coins mis en circulation. Auparavant le marché était dominé par les mineurs particuliers, qui mettaient à disposition leur matériel informatique pour cette activité. Ces derniers étaient récompensés directement en Bitcoin. Le prix du Bitcoin et la complexité du minage étant en constante augmentation des sociétés de minage ont vu le jour et dominent actuellement le marché.

Ces « fermes » de minage remplies de serveurs informatique toujours plus puissants échanges des millions d’information par jour pour garantir le bon fonctionnement des transactions en Bitcoin. Sans parler de l’impact écologique de la production de ses fermes, ni des serveurs, l’exploitation de ces structures serait plus polluante qu’un pays comme l’Autriche.

Plusieurs études dénoncent même que la généralisation des crypto-monnaies serait de nature à permettre au réchauffement climatique de dépasser le seuil fatidique des 2 °C de réchauffement en 16 ans, selon Le Monde.

Opportunité ou menace ?

C’est tout le débat, les crypto-monnaies peuvent-ils être considérés comme une opportunité ou une menace ? Devant les impacts écologiques, la Chine qui représente 70 à 80% de la production mondiale de Bitcoin songent à interdire cette activité. Au vu du développement et de la place actuelle du Bitcoin dans notre société, pourquoi n’est-il pas possible de prendre des décisions ? dans une sens comme dans l’autre.

Aujourd’hui le Bitcoin s’échange aux alentours de 9000$, bien moins que son pic des 20 000$. Mais si l’on cherche à suivre la tendance, le cours est dans un environnement haussier. Ce sont les évènements futurs qui vont dicter la marche à suivre donc.

4 commentaires

  • Avatar Poisson volant

    Salut,

    Oui, c est clair que c est ecologiquement « non viable », mais qu est ce qu il est aujourd hui.

    Et il y a vraiment quelque chose a comprendre. Lorsque vous faites un achat en carte bleu, comment croyez vous que les choses se passent.

    La transaction est validé par un ensemble de mouvements informatiques qui au final dit, M X a depensé tant, et M Y a recu tant.

    Cette operation de calcul est effectué par un serveur, detenue par la banque en question.
    Ce serveur, en general fournit par IBM, est capable d absorbé un certain nombre de transaction a la minute.
    Et il y a donc une limite.

    Bin les cryptos, c est mettre a disposition ta puissance de calcul pour valider des transactions. Et tu es recompensé pour cela a travers la « monnaie » que tu recois. Ce qui, au final, ne fait que generalement que te rembourser tes frais d elec. Faut trader pour faire vraiment du benef.

    L auteur, tu es deja en retard, la Chine a dit qu elle n interdirait pas le minage, et qu au contraire, elle souhaite se placer en number one sur les cryptos: https://journalducoin.com/mining/chine-pas-interdiction-minage-bitcoins-cryptomonnaies/

    1 Bitcoin = un certain nombre de transaction

    Si on en est la, les cryptos, c est qu il y a tellement de transactions a travers le monde, que les banques « ne peuvent » ou ne veulent pas supporter davantage le poid que cela represente. Ca coute une blinde l entretien de gros serveurs.

    Allez bon week end,

    Schu

    Ps: Non, la blockchain n est pas anonyme, chaque transaction comporte l eneamble des transactions depuis la creation de la CHAINE, c est pourquoi il faut toujours plus de puissance de calcul.

    PS 2: D autres solutions sont a l etude pour briser cette escalade de puissance. En voila 2, le staking, et les master nodes. (mais a partir de la je suis encore novice)

  • JBL1960 JBL1960

    Quand on parle d’opération bancaire, financière, il importe peu quel type de moyen d’échange est utilisé, que ce soit en papier, en métaux précieux, en crypto-monnaies ou en miches de pain. Ce qui importe est QUI émet la monnaie d’échange.

    Emmenées par la Bank of America, JP Morgan Chase et Goldman Sachs, les grosses banques des huit familles, sont en train d’acheter les crypto-monnaies comme s’il n’y avait pas de lendemain, tout en investissant des milliards de dollars dans la technologie du blockchain et des technologies d’encryptage et de chiffrage. La grande nouvelle sur Wall Street est que le blockchain va amener une 4ème révolution industrielle ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2019/10/19/bitcoin-la-pierre-angulaire-5g-de-lelite-mondialiste-par-dean-henderson-traduit-par-r71-complete-par-jbl/

    Et nous pouvons porter un coup d’arrêt définitif à la mise en place de la dictature technotronique, en France, par ceux qui sont derrière la réduction programmée de l’Humanité, grâce à l’IA, les blockchains, la 5G pour nous enfermer dans des Mégalopoles Connectées en cours d’achèvement ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2019/10/nouvelle-version-maj-pour-dire-non-a-la-dictature-technotronique-enmarche-en-france-30-octobre-2019.pdf

    Car si on laisse le simple arriviste psychopathe de Macron, et tout son orchestre, sont tous derrière, alors ce sera la fusion, actuellement en cours, de la haute finance impérialiste totalitaire et eugéniste occidentale avec son homologue chinoise, qui elle possède une infrastructure coercitive couplée à un arsenal TECHNOTRONIQUE bien plus dévouée que celle de l’occident à l’heure qu’il est…

    Il y a une toute petite voie qui n’attend que d’être empruntée, un chemin de traverse, une tangente… Sinon, on se prendra le mur !
    JBL

  • marabout marabout

    comme la télé,qui est un formidable outil,l’internet ne déroge pas
    à la règle
    apprentissage,savoir,utilité..leur utilisation a dévié dans le crétinisme,
    la bêtise et le profit,à l’aimable participation de la planète dans son ensemble.

    un beau gaspillage,si l’humanité n’a jamais cessé d’évoluer intellectuellement
    et spirituellement,ces évolutions,racines de celles qui en découlent:
    la création,la recherche..la compréhension

    mais un peu à la manière de ces courbes,il faut bien dire que le pic « Averell »#
    a été atteint,seule la descente doit être ralentie,désormais..
    parce que,on descend vite,très vite.
    trop de bêtises n’entendra plus raisons..il l’a subira
    ©, GM
    #:averell,le plus con des dalton
    ..
    Chaque jour, les utilisateurs de Youtube totalisent 115.000 années passées à regarder des vidéos..
    si encore,c’était des vidéos DIY..
    ou DIY cover bass,pourquoi pashttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • Avatar cbliblo

    Je ne pense pas qu’on puisse comparer le système actuel de paiement qui existe depuis plusieurs années, qui est contrôlé et utile avec le BITCOIN.
    Le Bitcoin a plus de 10 ans maintenant, il n’est toujours pas réglementé, son intérêt et très limité encore aujourd’hui.
    C’est cet aspect intérêt VS impact écologique qui m’a poussé à faire cet article.

    Je ne peux donc pas faire des analogies avec tout, étant donné que quoiqu’on en pense (Youtube, Amazon, les systèmes de paiement actuels) ont plus d’intérêts.

Laisser un commentaire